Un mystérieux petit animal croise votre route : Je souhaite que tu passes un contrat avec moi. En échange, j'exaucerais n'importe lequel de tes voeux.
 

Partagez | 
 [Quartier de Bunker Hill] Les mains libres [Terminé]

Invité
MessageSujet: [Quartier de Bunker Hill] Les mains libres [Terminé]   Dim 4 Oct 2015 - 16:20
Spoiler:
 

Hadence nettoyait ses mains, recouvertes d'une substance étrange. Insignifiantes créatures que sont les ombres, comment peuvent-elles s'imaginer se mettre en travers de son chemin ? D'ailleurs, sont elles douées d'imagination ? Quoi qu'il en soit, la dernière prise en chasse l'avait conduit jusqu'à Bunker Hill. Le jeune homme n'aimait pas ce quartier rempli de drogués. Plutôt que de se battre ils avaient choisi de plonger dans cette dépendance merdique qui leur offrait un bonheur illusoire.

L'étudiant continua sa route quand son cœur palpita un peu plus vite que d'ordinaire. Il se plaça la main sur le pectoral et ferma les yeux. Il savait ce que cela voulait dire : une de ses cartes n'était pas loin. C'était sa signature, il n'était donc pas étonné de ressentir cela à divers endroits de Palema. Il se dirigea donc vers l'endroit ressenti.

Plus Hadence avançait, plus son cœur battait fort, c'était bon signe. Il avait l'impression d'avancer dans les ténébres. Plus les pas s'enchainaient, plus le décor devenait morbide et chaotique. Des camés faisaient tourner des seringues, d'autres encore mettaient le feu à des voitures qui de base étaient déjà semblables à des épaves. Le cri d'une femme se fit entendre ainsi que le rire d'un groupe d'hommes non loin de là. Peu importe, son instinct lui dictait de se rendre là où il devait aller, et rien ne l'entraverait. Et son point d'arrivé était situé dans un squatt lugubre. Il n'y avait même pas de porte, ce qui lui faciliterait l'entrée.

Une silhouette menue se dessinait à quelques mètres devant lui. Il semblerait que sa carte se trouve sur elle. Qui cela pouvait bien être ? Il ne s'attaquait jamais aux femmes humaines, donc pourquoi portait elle sa carte ? Une conquête d'une nuit ?

Arrivé à sa hauteur, Hadence resta stupéfait. Saskia. Elle n'avait pas l'air d'aller bien. Le jeune homme se jeta sur elle et prit son visage entre ses mains :

- Hé Saskia ! Regarde moi !

Elle était complètement défoncée. Il s'empara du joint qu'elle tenait entre les doigts et l'envoya au loin, non sans rage. Ses yeux étaient presque révulsés, et elle luttait pour les garder ouvert. Dans cet état, elle était une proie facile pour n'importe quel prédateur, humain ou pas.

Une gifle partit toute seule, tranchant l'atmosphère devenue pesante. Si elle ne voulait pas réagir, il allait l'y forcer. Il la secoua ensuite par les épaules énergiquement.

- Allez ma belle, atterris !


Dernière édition par Hadence le Sam 7 Nov 2015 - 1:45, édité 2 fois

Invité
MessageSujet: Re: [Quartier de Bunker Hill] Les mains libres [Terminé]   Lun 5 Oct 2015 - 0:17

Elle avait froid. Toujours plus froid. Elle grelottait sous le regard d'acier d'Avdeï qu'elle était seule à voir. Envolé le petit frère, bonsoir vision d'horreur.
Une gifle vint lui cueillir la joue sans qu'elle ne s'y attende. Elle mit quelques instants à réaliser. Des instants qui lui parurent une éternité dans son état. Ses paupières trop lourdes ne se maintenaient que difficilement ouverts et ce fut avec toute la force dont elle était capable qu'elle put distinguer le visage d'Hadence. Sa voix lui apparut aussi, lointaine, tamisée. À croire qu'il lui parlait à travers une vitre. Elle ne saisissait pas tout. La comprendrait-il, lui ? L'entendrait-il, lui ?

– Avdeï... Avdeï était là, murmura-t-elle sans se soucier si lui entendrait ou non, je l'ai vu.

Elle n'avait vu qu'un délire, vision déformée par le joint qui avait mal fait son travail. Elle en avait payé le prix. Elle se rappelait encore des mots de ce spectacle hybride. Elle se souvenait de tout. Une scène pareille, cela ne pouvait s'inventer, pas même avec toute la bonne volonté du monde.

De nouvelles larmes coulèrent depuis ses yeux, puits sans fin intarissables. Elle ne cessait jamais de pleurer ces derniers temps. À chaque jour son lot de tristesse et de larmes funestes. À quand la fin de cette vie d'horreur ? Assez d'être malmenée ainsi. Elle voulait juste avoir la chance de se poser un peu, aux côtés d'Avdeï si possible. Forcément. Etait-ce trop demandé ?

– Toi aussi tu l'as vu, n'est-ce pas ? Il est parti quand tu es arrivé.

La Russe continuait de fixer le point imaginaire où elle était persuadée d'avoir vu son cadet. Droit devant elle, ne s'encombrant pas de la présence du jeune homme qui l'avait hébergée une semaine plus tôt chez lui. Pour elle, plus rien ne comptait hormis Avdeï. Mais Avdeï n'était pas là et c'était là tout le drame qui se jouait.

– J'ai froid.

Saskia qui subissait les contre-coups, les vivait depuis le début de son voyage vers un autre monde. Ce n'était pas la première fois que les choses dérapaient. La seconde fois. Plus qu'à espérer que ce serait la dernière fois. Ce n'était en rien agréable. Allait-elle mourir, cette nuit ? Elle avait su survivre seule sans Hadence alors pourquoi n'y arriverait-elle pas en sa compagnie ? Ce soir, tout était différent, les dés étaient jetés car le spectre d'Avdeï était passé. Irruption du passé dans le présent. Choc du chaud contre la glace. Et cela faisait mal, horriblement mal, comme un grand vide à la place du cœur, son cœur aspiré, avalé, par une grande bête immonde, un monstre d'automne invisible à ses yeux en cet instant.

Elle s'accrocha à Hadence, ne souhaitant pas le lâcher. Son seul contact avec le réel, cela elle en avait conscience. Elle n'était toujours pas redescendue. Pas totalement. Une partie d'elle restait accrochée à ce qu'elle venait de voir, en demandant davantage, quitte à souffrir à nouveau des mots violents de son petit frère. La Russie coulait dans les veines des Kochka et rien ne pourrait jamais remplacer ce lien du sang qui les unissait et les guidait.

– Fais le revenir. Je t'en prie.


Supplication folle, désespérée. Aussi insensée que de demander au garçon d'arrêter l'orage. Des demandes toujours plus irréalisables, défilé de vœux en accéléré.

Invité
MessageSujet: Re: [Quartier de Bunker Hill] Les mains libres [Terminé]   Lun 5 Oct 2015 - 12:53
C'était dans ce genre de situations que Hadence arrivait à garder son sang froid. Il enleva son manteau en fourrure, se retrouvant torse nu, et le passa autour des épaules de Saskia. Elle était en train de délirer, sûrement un bad trip dû au pétard qu'elle fumait juste avant. Il lui attrapa le visage, la forçant à le regarder dans les yeux.

- Écoutes moi bien : Avdeï n'est pas ici. Tu le sais aussi bien que moi. Alors cesses de t'attacher à ces foutues illusions et redescends.

Des jeunes passant par là observaient la scène. Voyant Hadence torse nu accroupi devant la jeune Russe, ils devaient sûrement penser à une scène d'ébats amoureux entre deux drogués.
L'un d'eux s'approcha :

-Hé les tourtereaux, vous savez qu'il n'y a pas de port...

Un vent violent se leva et fit presque tomber le jeune au sol tandis que Hadence avait toujours les yeux rivés sur Saskia. Elle tremblait un petit peu, et avait du mal à se réchauffer. Étais-ce du au froid ou à la défonse ? Sûrement les deux. Le jeune homme se saisit de draps qui trainaient par là et se débrouilla pour en accrocher un au niveau de la porte manière d'éviter les appels d'air. Il se faufila auprès de la jeune Russe.

- Ça va mieux ?

Invité
MessageSujet: Re: [Quartier de Bunker Hill] Les mains libres [Terminé]   Mer 7 Oct 2015 - 10:32

Hadence à nouveau torse nu. Etait-ce une manie chez lui ? Saskia se vit vêtue du traditionnel manteau de fourrure du jeune homme, mais même ainsi, elle était toujours transie de froid. Et ces mots cruels qu'il répétait. L'absence d'Avdeï. Elle, elle avait cru le voir, elle était certaine de l'avoir vu. Différent de son souvenir mais il était là, bien présent. Qu'en savait-il, lui, de la perte d'un être cher ? Lui n'était que glace et roc. Incapable de rassurer qui que ce soit. Qu'espérait-il ? Qu'elle se détache totalement de son petit frère ? Elle ne l'avait que trop oublié déjà.

– Je l'ai vu, répétait-elle toujours, ça ne s'invente pas, une vision pareille.

Saskia était toujours autant gelée. Elle n'entendait qu'à peine les voix extérieures qui s'étaient tues subitement. Son pied dans la réalité était mince, frêle. Non, elle ne voulait pas redescendre. Elle voulait revoir Avdeï, s'accrocher à lui, le supplier à genoux de rester, et pouvoir parler enfin, chose qu'elle n'avait pu faire tout à l'heure, sa gorge trop sèche l'empêchant de prononcer le moindre mot.

– Tu es là pour quoi si tu ne peux pas le faire revenir ? murmura-t-elle le regard lourd de tristesse, tu sers à rien.

Comme si elle allait aller mieux en deux minutes. La demoiselle fit non de la tête. Espérait-il sincèrement une autre réponse avec pareille question en pareil instant ? Franchement. À croire qu'il continuait de réfléchir avec ses muscles au lieu de penser avec son cœur.

Le regard porté vers le joint au sol encore fumant, elle tentait désespérément de faire le lien entre son cadet et sa gueule embrumée. Elle ne pouvait se résoudre à admettre que tout cela n'avait été qu'une foutue illusion. C'était trop dur à assumer. Elle avait presque pu le serrer dans ses bras. Si Hadence n'était pas arrivé, peut-être aurait-elle trouvé la force de lui dire un ou deux mots dans sa langue natale. Maintenant il était trop tard et Avdeï était parti.

– Tu n'as qu'à le finir, comme ça toi aussi tu le verras.


Un léger pas vers la rémission. Petit. Mais existant malgré tout. La présence d'Avdeï provoqué grâce à un trop plein d'herbe. Devait-elle continuer sur cette lancée, fumer toujours et encore plus de manière à revoir le sourire inexistant de son petit frère ? Car il faut être honnête, le petit garçon n'avait pas été tendre avec sa grande sœur. À quand leurs tendres et chers retrouvailles ? Dans une autre vie, sûrement, un autre pays, une nouvelle ville.

Elle, elle avait vu Avdeï. Par chance, par hasard. Le jeune homme torse nu, lui, avait peu de chances de le voir, avait peu de chances de voir qui que ce soit même en fumant une taffe ou deux. Si les bad trip se faisaient sur demande, cela se saurait et personne ne crèverait comme une merde dans le caniveau à cause d'un fix de trop.

– J'ai soif.


Sa gorge continuait de la brûler à cause du pétard. Parler n'arrangeait en rien ce souci. L'évier unique et crade se trouvait dans la cuisine. Le squat pour Hadence et Saskia ce soir seulement ; les autres squatteurs avec qui la demoiselle partageait ce taudis étaient absents. Le bad trip aurait pu mal tourner et personne n'aurait pu tendre la main à Saskia. Heureusement qu'Hadence s'était trouvé dans les parages. Brave Hadence. À croire qu'il allait finir par devenir son nouvel ange gardien s'il continuait de la sorte, toujours à veiller sur elle et à l'empêcher de commettre des conneries. Ou à défaut de l'en empêcher, au moins pourrait-il intervenir à temps, comme aujourd'hui.

Invité
MessageSujet: Re: [Quartier de Bunker Hill] Les mains libres [Terminé]   Mer 7 Oct 2015 - 17:44
Encore et toujours, Saskia le rembarrait. La patience d'Hadence avait des limites. D'ordinaire, il vivait dans une misanthropie des plus totales, et il faisait un effort pour la jeune fille. Or sa fierté passait bien avant un quelconque altruisme dont il aurait pu faire part. Il se releva, écrasa le joint fumant encore au sol en fixant froidement la jeune camée.

- J'ai soif.


La remarque de Saskia finit de mettre les nerfs à vif au jeune homme. Qu'espérait elle ? Qu'au moindre de ses besoins, il accourrait pour elle, lui servant son verre d'eau, l'aidant à boire même ? Et tout cela en s'exposant à ses remarques idiotes ?

- Fallait y réfléchir avant de fumer ta merde, lui lança-t-il de façon cinglante.

Tout le monde avait son lot de problème. Son petit frère lui manquait certes, mais ce n'était pas en se faisant agresser ou en claquant lors d'un trip qu'elle changerait les choses.

Hadence sortit de la pièce en passant le rideau qui faisait office de porte d'entrée et s'appuya au mur extérieur du squat. Il saisit une cigarette, l'alluma et ferma les yeux.

Était il en colère après elle parce qu'elle avait blessé sa fierté ? Ou étais-ce dû au fait qu'elle se laissait sombrer sans rien faire pour remonter la barre ? Un mélange des deux sans doute, vu qu'il haïssait au plus haut point les deux solutions.

Non, il n'allait pas se barrer maintenant. A quoi bon ? Les événements de la soirée tourneraient dans sa tête durant tout le reste de la nuit, et il ne trouverait certainement pas le sommeil. Foutue condition humaine qui n'était pas capable de mettre ce genre de détails de côté. Il avait espérer en devenant seraph pouvoir se dégager de ce genre de formalités qui ne faisaient que le ralentir, mais à la place elles revenaient au galop le hanter.

Invité
MessageSujet: Re: [Quartier de Bunker Hill] Les mains libres [Terminé]   Sam 10 Oct 2015 - 12:06

Et Saskia qui pensait que le garçon s’exécuterait à la moindre de ses demandes.Grave erreur. Le voilà parti dehors pour s'en griller une. Une cigarette et non pas un joint.
La demoiselle l'observa s'éclipser dans la rue, toujours à portée de main. Qu'avait-elle fait pour le mettre dans un état pareil ? Ou plutôt qu'avait-elle dit ?

Elle se leva et se dirigea vers le lavabo crade pour y boire quelques gorgées d'eau. Si lui ne pouvait pas lui faciliter la vie, alors tant pis. Elle ferait sans.
Elle alla ensuite vers l'entrée, observant Hadence. Une ligne imaginaire paraissait séparer ces deux-là, deux mondes cloîtrés dans lesquels chacun évoluait. Mais aucune des deux pour déverrouiller la serrure les enfermant pour permettre un passage à l'autre.

– N'as-tu jamais eu de frère ?

Bombe lancée au hasard, à voir les dégâts que cette phrase ferait. Saskia n'avait jamais vu personne aussi insensible qu'Hadence. Depuis le début, il avait été honnête avec elle. Trop peut-être. Son cœur paraissait être de glace, à croire qu'il n'avait jamais su aimer qui que ce soit, pas même sa famille.

– N'as-tu jamais eu de sœur ?

Deux bombes lâchées. Parce que la première était trop hasardeuse, la seconde l'était autant.
Hadence le solitaire. Même lui n'y croyait pas. Ses réactions dès qu'elle évoquait Avdeï et sa tristesse. Il feignait l'ignorance mais ne savait que trop derrière cette carapace d'ivoire. Carapace que Saskia prendrait son temps pour faire imploser, doucement, pour enfin découvrir Hadence. Et non pas ce grizzli mal léché en train de fumer sa clope.

Invité
MessageSujet: Re: [Quartier de Bunker Hill] Les mains libres [Terminé]   Sam 10 Oct 2015 - 16:17
Plongé dans ses pensées, le jeune homme n'avait pas vu arriver Saskia. Elle se posta à ses côtés et lui demanda si il avait déjà eu un frère. La question le sortit de sa torpeur. Que voulait elle ? Lui faire un brin de causette ? Il avait l'impression que la situation s'inversait depuis la soirée où elle avait dormi chez lui. Cette fois, c'était elle qui essayait de le faire parler.

Hadence ne répondit pas, se contentant de lui jeter un coup d’œil en biais. Elle avait repris quelques couleurs. Qu'est-ce qu'il pourrait lui répondre ? Que son frère se nommait remord et qu'il passait effectivement tout son temps à ses côtés, l'accompagnant dans le moindre de ses faits et gestes ?

La seconde question de Saskia eue l'effet d'un coup de couteau dans l'âme cuirassée d'Hadence, bien qu'il n'en montra rien, sa foutue fierté habituelle étant trop forte. Pourquoi remuer ce triste passé ? Mais il lui devait une réponse.

L'étudiant se recoiffa rapidement d'une main agile et se tourna vers la Russe. Ses grands yeux étaient fixés sur lui, quémandant une réponse qui la satisferais dans sa quête de la découverte de l'autre.

- Une sœur. Mais c'est du passé.

Il avait lancé ça de la façon la plus détachée possible, mais chaque syllabe lui avait coûté. Ses souvenirs étaient comme une marque indélébile, que l'on marquait et remarquait au fer rouge quand elle avait le malheur de réapparaitre. Et le détenteur du fer n'était autre que lui-même.

- Et crois moi, je crache allègrement sur ce passé.


Il avait prononcé ces derniers mots avec une haine qui le surprenait lui-même, se rapprochant un peu plus de Saskia. Il attendait de voir sa réaction, elle qui justement donnerait tout pour retrouver son frère. C'était son remède. La violence et le cynisme. A cet instant, Hadence avait envie de se faire gifler comme il l'avait giflé précédemment. Seul la douleur physique pouvait pallier à la douleur morale.

Invité
MessageSujet: Re: [Quartier de Bunker Hill] Les mains libres [Terminé]   Dim 11 Oct 2015 - 16:40

Une sœur du passé ? C’est deux mots ne faisaient pas bon ménage à l’oreille de Saskia. Comment une sœur pouvait-elle appartenir au passé ? Non, Saskia n’y croyait pas. Mensonges. Tout le monde ne pouvait pas être comme elle mais tout le monde n’était pas comme Hadence, à faire semblant, à jouer un rôle. Un rôle qui lui collait à la peau, celui du mec froid et cynique. Il s’en sortait très bien. Et si pour une fois il abandonnait tout ça pour être vraiment lui-même ? Arrêter cette mascarade.

— C’est faux. Ta sœur n’appartient pas au passé. Elle continue de te brûler là, maintenant, et continueras tant que tu feras preuve de mauvaise foi. Tant que ta bouche dira le contraire de ton cœur.

Saskia avait chaud et froid. Elle n’était pas encore en pleine forme. Des bouffées de chaleur par milliers qui rejoignaient des aiguilles gelées. La demoiselle assise au sol pencha la tête pour gerber le trop plein du bédot, effets secondaires indésirables. Elle laissa reposer son crâne contre le mur, observant Hadence.

— Comment s’appelle-t-elle ?

Saskia ne cessait d’appeler son cadet par son prénom. Avdeï, Avdeï, Avdeï. L’univers entier et les étoiles allaient même finir par apprendre le nom du jeune Russe. Hadence aurait dû faire de même. Et ne pas dire juste sœur. Sœur, sœur, sœur. Ces mots-là sonnent mal à l’oreille. Sœur, sœur, sœur. Une identité volée, usurpée, camouflée.

— Quel âge a-t-elle ?

Non, Saskia n’avait pas du tout l’impression de faire irruption dans le passé d’Hadence, dans sa vie privée, de bouleverser ses habitudes renfermées par les siennes, plus ouvertes et plus sociales. Si jamais personne pour questionner le garçon, il ne saurait jamais trouver les réponses. Il en avait besoin.

— C’est facile d’en parler. Essaye.

Oui, le pousser à communiquer, à s’exprimer sur sa sœur dont la brune ne savait rien mais était curieuse d’en découvrir davantage. Un travail sur soi, d’abord. Un travail pour mieux partager avec les autres, s’ouvrir à eux. Hadence, animal solitaire, ne devait pas avoir l’habitude d’être ainsi brusqué. Mais peu important à Saskia. La Russe, elle, tentait de l’aider malgré les mots durs qu’il avait eu avec elle. Malgré ses réactions hirsutes et surprenantes. Tout comme elle, il n’était pas parfait, et c’était sûrement cela qui était aussi beau à voir.

Invité
MessageSujet: Re: [Quartier de Bunker Hill] Les mains libres [Terminé]   Mar 13 Oct 2015 - 21:47
Les questions de Saskia étaient ...agaçantes. Pourquoi vouloir à tout prix connaitre les autres ? Sa soeur appartenait au passé et il ne pouvait en être autrement. Ce n'était pas une tentative de refoulement bien que cela ait été fait inconsciemment, mais plutôt l'énoncé d'une triste réalité. Elle voulait savoir ? Abreuver sa curiosité dérangeante ? Alors elle saurait.

- Elle a été assassiné. Elle n'a donc plus de noms, plus d'identité. Est-ce que cela répond à tes questions ?

Il avait presque murmuré sa phrase. Hadence sortit une flasque de sa poche et but une gorgée de whisky. Sale manie qu'il avait acquis lors de son départ de chez lui. Un léger vent se leva dont il ne savait lui même pas si il en était la source. Il détourna son regard de Saskia, ne voulant pas voir un quelconque signe de pitié dans ses yeux. Cela lui aurait été insupportable.

Il remarqua l'attention que lui portait Saskia. C'était insupportable et agréable à la fois. Un choc thermique permanent. Il n'aurait jamais imaginé que la jeune fille puisse avoir cet effet sur lui. D'ailleurs, quand il reposa ses yeux sur elle, l'image de la gamine insouciante provocatrice de problème avait laissé place à celle d'une jolie jeune femme, altruiste à ses heures perdues.

Son passé était un fardeau, c'était un fait. Mais il ne comptait pas en faire empathir Saskia qui avait déjà son lot de problèmes. Et se livrer comme ça aurait été un signe de faiblesse, chose qu'il se refusait absolument.

Une autre gorgée. Doux breuvage guérisseur du plus mauvais des maux. Hadence proposa sa flasque à Saskia, habile façon de changer de sujet :

- T'en veux un peu ? Ça ne peut faire que du bien ce soir.

Invité
MessageSujet: Re: [Quartier de Bunker Hill] Les mains libres [Terminé]   Mer 14 Oct 2015 - 10:29

L'impression d'avoir gaffé peut-être. Mais Saskia ne pouvait pas deviner qu'un sort tragique avait attendu la sœur d'Hadence. Etait-ce écrit sur son front en lettres d'or ? Quelque part sur son corps ? Non.

– Non.

Répondait-elle à la première ou la seconde question d'Hadence concernant l'alcool ? Peut-être un peu des deux. Non, sa curiosité n'était pas rassasiée car ses questions restaient sans réponses. Non elle ne voulait pas de son satané whisky, Saskia avait bien trop d’élégance pour s'abaisser à boire pareil breuvage. Non, non et encore non.

La mort ôte-t-elle toute identité ? Et les souvenirs disparaissent-ils par la même occasion ? Hadence disait n'importe quoi, préférant se consolider derrière sa muraille d'ivoire plutôt que de sortir pour affronter le spectre de sa sœur. La renier pour tout effacer. Grave erreur. Et si ce soir-là Hadence avait fumé le pétard à la place de Saskia, aurait-il vu à son tour le cadavre bien vivant de sa sœur ? Lui aurait-elle tenu un discours similaire à celui d'Avdeï ? Hadence tentait de faire abstraction de sa famille, la chair de sa chair, son propre sang. Pour quoi ? Pour mener une vie d'oubli et d'errance comme celle qu'il avait actuellement ? Une existence de solitude avec seulement sa flasque à moitié vide à qui confier sa rage ?

– Ta sœur aurait honte de toi. Honte, cracha-t-elle en pesant chacun de ses mots, j'ignorais que la mort emportait avec elle un nom et toute une vie. J'ignorais que la mort emportait les souvenirs, les bons comme les mauvais. J'ignorais tout ça. Idiot !

Saskia n'avait jamais été confrontée à une situation mettant en scène la mort d'un de ses proches. Après tout, à Palema elle s'inquiétait pour très peu de monde hormis pour Howard, sans compter que c'était davantage ce dernier qui se faisait des cheveux blancs pour sa protégée Russe. Mais la brune restait dans l'ignorance la plus totale quant aux jours d'Avdeï. La mort avait-elle pu le cueillir dans la beauté de sa jeunesse ? Impossible. Elle n'en aurait rien su si tel événement s'était produit, à des miles de son frère et sans nouvelles de sa part.

– J'aurais aimé que tu vois ce soir ta sœur comme j'ai vu Avdeï. Triste, entends-tu ? Elle te l'aurait hurlé. C'est sa tristesse que tu portes avec toi.

À défaut de permettre un bad trip au jeune homme ce soir, Saskia se faisait le relais de sa fratrie, sœur improvisée aux accents de l'Est. Elle craignait que ses mots n'aient que trop peu d'impact sur la personne d'Hadence. Impossible de perforer sa carapace et ce n'était pas avec ses phrases simples d'anglais qu'elle allait y parvenir. Même si la demoiselle était capable de suivre de pas de Steinbeck ou Ginsberg, elle n'arriverait pas à grand-chose de plus avec une tête de mule comme celle qui lui faisait face.

– Tous des idiots, marmonna-t-elle, crétin.

Elle avait prononcé son dernier mot dans sa langue natale, par réflexe. Et parce que cela faisait du bien parfois de pouvoir s'exprimer à nouveau dans sa langue d'origine, sans devoir se soumettre à cette langue terrifiante et imposante des Etats-Unis.
Et cette insulte, il la méritait. Pour traiter sa sœur avec tant de recul et d'antipathie, il la méritait. Lui et son caillou à la place du cœur. Connerie. Un cœur humain, vivant, palpitant, de chair et de sang, battait dans sa poitrine. Tout n'était que mascarade, toujours tout pour éloigner autrui. Et Saskia, elle, continuait de s'accrocher à lui, ne le lâchait pas, toujours pas, alors qu'elle aurait eu mille raisons de le faire. Ce n'était pas à elle d'abandonner la lutte. Si vraiment il souhaitait ne plus l'avoir dans ses pattes, rien ne l'empêchait de rentrer dans son antre. Il ne le ferait pas pour la bonne raison que si cela avait été le cas, il aurait déjà tourné les talons.

Invité
MessageSujet: Re: [Quartier de Bunker Hill] Les mains libres [Terminé]   Mer 14 Oct 2015 - 14:30
Hadence rangea sa flasque, essuyant par la même occasion le refus de la jeune femme. Il se redressa devant elle, tel un mur. Mais ce mur qu'il pensait incassable s'effritait petit à petit devant les remarques de Saskia. Personne n'avait jamais osé lui parler de cette façon. En principe, il avait toujours quelques remarques sarcastiques en réserve qui lui permettait de mettre à bout son interlocuteur, débouchant sur une fuite exaspérée de ce dernier ou un affrontement physique.

Hadence observait l'horizon et à mesure que la jeune Russe parlait, son visage s'assombrissait.

- Tu sais, la façon dont je parle d'elle ce soir ne serait qu'une infime raison pour laquelle elle devrait avoir honte de son frère. La mort n'a peut être pas emporté ses souvenirs c'est vrai, mais j'aurais aimé qu'elle le fasse. Et crois moi, ce n'est pas une façade que j'affiche mais réellement ce que je pense. Et c'est cette façon de penser qui m'a permis de survivre et même de vivre.

Peu importe ce qu'elle penserait de lui. Lui au moins ne se laissait pas aller à de vulgaires bad trip dans des squat miteux. Bien sûr, sa condition n'était peut être pas meilleure que celle de Saskia, mais au moins il l'avait choisis.

- En revanche toi tu as encore ton frère et la possibilité de le retrouver. Alors arrête moi ces merdes, et plutôt que d'essayer de le voir en songe ou en hallucination, bats toi pour le voir en chair et en os.

Évidemment il se doutait qu'elle avait essayé. Mais rien n'était impossible, il l'avait compris depuis sa rencontre avec le félin mystique. Mais ça, il aurait le temps de lui en parler, rien ne pressait.

- Tu vas venir t'installer chez moi. Enfin si tu supportes la présence d'un connard misanthrope et sans coeur dans mon genre. On va d'abord finir la nuit ici puis tu prendras tes affaires. Je ne t'oblige en rien, rassures toi. Mais tu as passé la majeur partie de ta vie à survivre. Aujourd'hui, je vais t'apprendre à vivre.

Un sourire. Doux rictus dépourvu d'hypocrisie et de moquerie. Le premier, fait de façon involontaire. Les paroles de Saskia avaient ravivé un on-ne-sait-quoi à l'intérieur de lui. Et puis il ne s'ennuyait pas en sa présence ce qui était un bon point. Solution salvatrice pour elle ou pour lui ?

Invité
MessageSujet: Re: [Quartier de Bunker Hill] Les mains libres [Terminé]   Lun 19 Oct 2015 - 11:44

Oui se battre. Mais comment quand des milliers de kilomètres séparaient Saskia d'Avdeï ? Hadence était drôle avec ses phrases toutes faites mais comment continuer quand l'espoir nous a quittés ?
Tout arrêter, comme ça, du jour au lendemain. Oh la brune en connaissait beaucoup qui avaient tenté l'expérience mais toujours ils craquaient à un moment ou à un autre. Arrêter relevait de l'utopie. Le jeune homme l'aurait su si lui aussi avait un pied dans ce monde.

Et puis ensuite. Tout qui bascule, lui qui lui dit de revenir. Elle qui pose ses grands yeux sur lui. Pourquoi faisait-il ça ? Il n'avait pas l'âme généreuse, c'était un fait, pas non plus un saint, alors pourquoi pareil comportement avec elle ?
Saskia se leva et s'accrocha à son cou, étreinte brouillonne non préméditée. Elle enfouit sa tête contre sa nuque pour murmurer enfin, les joues humides :

– Merci…


Elle ne savait pas vraiment pourquoi elle le remerciait. Sûrement car il était le premier depuis longtemps, en plus d'Howard, a lui donner une seconde chance. Il aurait été idiot de la gâcher. C'était Hadence qui avait raison ; elle n'avait aucun avenir dans ce squat. C'était la mort qu'elle allait attraper à force de continuer de la sorte. Morte, elle ne pourrait plus jamais revoir son cadet. Alors mieux valait arrêter les conneries pour le moment du moins.

La Russe se détourna du garçon, comme si de rien n'était, comme si cette preuve d'affection n'avait jamais existé et retourna à l'intérieur ; l'air frais de l'extérieur commençait à lui mordre les bras et la tête recommençait à lui tourner. Les effets secondaires du bad trip n'étaient pas encore totalement dissimilés. Au moins avait-elle repris totalement conscience de la réalité, même s'il est vrai que les paroles de Hadence lui paraissaient résonner encore dans son crâne en écho à la manière d'un rêve feutré et parsemé de coton.

– Tu crois que je le reverrai bientôt ? Mon frère.

Elle espérait que sa voix ait porté jusqu’à l'entrée où se trouvait Hadence. La distance qui les séparait était infime mais Saskia n'avait pas un timbre puissant.
Elle s'enroula parmi les amas de couvertures usées et déchirées, en quête d'un peu de chaleur dans ce taudis qu'elle allait quitter. Sa dernière nuit ici. Vraiment ? Devait-elle prévenir Howard pour éviter qu'il ne s'inquiète ? Et que dirait-il s'il la voyait fuir avec un inconnu alors que lui faisait tout son possible pour lui offrir un toit décent en travaillant en tant que barman ? L'impression d'être volé, une identité usurpée, sûrement.

– Peut-être que ta sœur n'a pas si honte de toi, finalement.


Avait-on honte de son frère quand il aidait quelqu'un dans le besoin ? Le contraire aurait été possible pour apporter ce sentiment, certes. Mais pas ce cas de figure-ci.
La demoiselle n'était pas en état de dormir. Elle réfléchissait déjà à cette nouvelle vie. Etait-ce vrai, ce qui allait lui arriver ? Son mode de vie allait-il radicalement changé ? Elle observa les veines sombres qui lui sillonnaient les bras. Ça, par contre, ça ne changerait pas.

Invité
MessageSujet: Re: [Quartier de Bunker Hill] Les mains libres [Terminé]   Mer 21 Oct 2015 - 16:55
Hadence fut surpris par l'étreinte de Saskia. Gêné même. Il avait côtoyé quelques femmes dans sa vie et savait assez bien s'y prendre, mais le contexte était différent. Il posa maladroitement ses mains sur les reins de la jeune fille pour répondre à ce geste d'affection.

Décidément, il ne cesserait d'être surpris par la jeune russe. Elle sentait bon malgré la nuit agitée qui venait d'avoir lieu. Quand elle se retira, il était plutôt soulagé. Il la regarda rentrer vêtu de son manteau.

- On fera tout pour que tu le revois en tout cas...

Il allait ajouter "fais moi confiance", mais en était il digne ? Il avait déçu pas mal de personnes qui avaient tenté de lui faire confiance par le passé. Cette fois, il comptait bien y remédier.

Hadence pénétra à son tour dans la pièce. La remarque de Saskia le toucha quelque peu, bien qu'il n'en montra rien. Il alla au robinet de la cuisine se servir un verre d'eau puis revint vers la jeune fille.

- Tu devrais dormir. On partira demain matin.

Cette décision n'allait pas changer que la vie de Saskia mais la sienne aussi. La cohabitation serait plaisante mais difficile, lui qui n'était pas habitué à un contact humain "normal". Il commençait déjà à réfléchir à un moyen de retrouver Avdeï, ne sachant par où commencer. Il s'appuya contre le mur, les yeux rivés sur Saskia allongée au sol. Il ne la regardait pas vraiment, mais était perdu dans sa réflexion.

Invité
MessageSujet: Re: [Quartier de Bunker Hill] Les mains libres [Terminé]   Jeu 22 Oct 2015 - 14:07

Revoir Avdeï. Un rêve pouvant devenir réalité ? Pouvait-elle réellement faire confiance à Hadence ? Oh il n'avait pas l'air méchant mais semblait avoir du mal avec les troubles et les sentiments qui habitaient son cœur. Celui-là aurait besoin d'un grand nettoyage pour pouvoir mieux vivre. Si seulement pareil procédé était possible, Saskia se serait fait un plaisir d'astiquer son cœur de manière à ce qu'il puisse briller à nouveau. Mais ça ne marchait pas comme ça. La vie ne marchait pas comme ça.

Dormir, oui. Il le fallait. Et lui dans tout ça ? Il avait l'air perdu dans ses pensées, certainement pas en état de dormir, du moins n'en donnait-il pas l'impression. Le rassurer pour qu'il relâche un peu la tension qu'il avait accumulée jusque là ? Saskia n'était pas facile à vivre, très turbulente, mais inutile d'avoir sur elle un œil permanent. Elle était grande, après tout. Les rues de Saint-Pétersbourg l'avaient forgée pendant que les chambres de Moscou l'avaient couvée. Maintenant, Palema avait pris le relais. Sûrement l'épreuve la plus difficile à ce jour. Les Etats-Unis.

– Toi aussi tu peux dormir si tu veux, ça sert à rien de guetter comme ça en restant éveillé ! On craint rien ici !

Pourquoi devrait-elle être la seule à se reposer ? Elle n'était pas la seule à avoir besoin d'un sommeil réparateur. Hadence aussi paraissait en avoir grand besoin. Depuis combien de temps n'avait-il pas passé une nuit complète, sans courir après le danger comme lors de leur première rencontre ?

– Je t'ai vu quand j'ai passé la nuit chez toi ; tu ne dors jamais ?

Les retours de la syntaxe quelque peu massacrée par la profonde Russie. Il fallait bien que de temps à autre ses phrases soient plus chaotiques que d'ordinaire. Entre le bad trip, la fatigue et la conversation qu'elle venait d'avoir avec le garçon à la chevelure bleue, on pouvait lui pardonner aisément. Bien sûr qu'elle l'avait vu lorsqu’elle était chez lui, mais elle avait surtout remarqué qu'il n'avait pas dormi, ou du moins très peu. Le Kochka pour les nuls, volume 1.

La demoiselle mourait d'envie de lui poser davantage de questions sur la manière dont il allait s'y prendre pour retrouver Avdeï. Bien sûr, Saskia n'oubliait pas sa rencontre avec Blabkbird et tout ce qu'elle lui avait dit. Comment l'oublier ? Alors, tout naturellement elle demanda, avec son accent qui n'appartenait qu'à elle :

– Tu es un vrai magicien, pas vrai ?

Un magicien à cause de ses cartes, oui. Mais pas seulement. Magicien, c'était ainsi qu'elle avait qualifié le rouquin qui avait su apparaître et disparaître devant elle, celui-là mêem que Blackbird avait proclamé comme l'un de ses alliés « Seraphs ». Hadence magicien ou Hadence Seraph ? Au fond, cela revenait presque au même. Les mots échappaient à la jeune Russe, elle avait bien trop de mal avec cette langue qui n'était pas la sienne pour développer davantage le fond de sa pensée. Ou plutôt ni le courage ni l'envie en cette nuit déjà bien avancée.

Invité
MessageSujet: Re: [Quartier de Bunker Hill] Les mains libres [Terminé]   Sam 24 Oct 2015 - 21:09
Voilà une question surprenante. Dormais-t-il ? Il ne le savait pas lui-même. Bien sûr, il fermait les yeux et reposait son corps, mais son esprit n'était jamais tranquille. Au sens premier du terme, évidemment il dormait, mais si on appelle dormir le fait de reposer son esprit, alors ça faisait un moment qu'il ne l'avait pas fait.

Hadence se décrocha du mur et vint s'allonger à côté de Saskia. Sur le dos, les mains croisées derrière la tête, il observait le plafond. Il lui fallait du repos.

- Tu es un vrai magicien, pas vrai ?

Qu'entendait elle par là ? Il ne saisissait pas vraiment la question amochée par l'accent Russe de la jeune fille. Son côté Seraph aurait il été dévoilé ? Savait elle seulement ce que c'est ? Peu importait au fond, il se fichait totalement qu'elle le sache, n'ayant accepté la proposition du chat que par intérêt. Il se tourna vers Saskia en prenant appui sur son coude :

- Chacun à sa définition de la véritable magie. Pour certains, chaque personne l'a en soi. Pour d'autres, elle émane d'ici.

D'un geste adroit, il posa son doigt à l'emplacement du cœur de la jeune femme. Il retrouva ensuite sa position initiale.

- De mon côté, je définirais de magique ce qui est impossible à atteindre par nos propres moyens, même en s'en donnant la peine. C'est ce qui doit d'ailleurs expliquer le fait que je ne crois pas en la magie.

Hadence savait qu'il esquivait la question de Saskia. Elle serait certainement frustrée si elle voulait en apprendre plus sur les Seraph et les Nephil, mais sa curiosité serait repue si la question était neutre. Chaque chose en son temps. Il observa le plafond fissuré, triste miroir de la vie de sa compagne et de lui-même.

Invité
MessageSujet: Re: [Quartier de Bunker Hill] Les mains libres [Terminé]   Jeu 29 Oct 2015 - 18:31

Le soir n'était pas aux grands discours. Saskia n'avait certainement pas la moindre envie d'entendre quelqu'un théoriser sur la magie. Vérité ou fable ? Saskia, elle, souhaitait toujours de rêver plus loin. Au fond d'elle, elle restait une grande enfant. Elle n'avait jamais su grandir. Du haut de ses seize ans, elle restait la même gamine que lors de six ans. Une part d'elle était toujours à Moscou, une autre à Saint-Pétersbourg et la dernière se devait de vivre à Palema. Oui, vivre et non pas survivre comme le lui avait indiqué Hadence.

La demoiselle laissa sa main sur son cœur, là où le garçon avait posé la sienne un peu plus tôt. Disait-il vrai ? Pouvait-on réellement réaliser le moindre tour de magie véritable de la sorte ? De la vraie magie et non pas des tours de passe-passe à quatre sous ?

– Alors c'est comme ça que je ramènerai mon frère. Avec cette magie-là.


La brune était déterminée comme jamais. Le sommeil l'enveloppait d'un lourd châle de plomb mais elle restait consciente malgré tout, et surtout consciente de ses pensées et de ses paroles. Oui, elle ramènerait Avdeï. Avec un vœu s'il fallait, peu importait les risques. Elle ne pouvait pas faire autrement. Etait-il vraisemblable de traverser des milliers de kilomètres pour avoir Avdeï auprès d'elle ? Kyu ferait ça très bien pour elle. Sans le moindre effort.

Elle se retourna, se lovant comme un chat auprès d'Hadence avant de fermer les yeux. Si lui était incapable de dormir, elle, elle n'allait pas se faire prier. Cette dure journée, ou plutôt soirée, l'avait exténuée. Elle avait l'impression d'avoir vécu mille vies en cette seule journée et que rien ne pourrait jamais arrêter son calvaire. Les effets du joint commençaient à se dissiper. Plus jamais ça. Elle disait ça ce soir mais savait pertinemment que sa volonté était trop friable pour rester intact. D'ici quelques jours, elle recommencerait ses conneries. Et rien ni personne ne pourrait l'en empêcher.

Le sommeil l'emporta d'une vague. Elle l'avait bien mérité. Un peu de repos avant de quitter cette vie misérable et ce squat miteux. Une nouvelle vie l'attendait, une sûrement bien meilleure, mais qui l'intriguait davantage. Elle avait toujours vécu selon ses propres règles, même à Saint-Pétersbourg en compagnie de Vadim, allait-elle devoir se plier à celles d'Hadence ? Ce serait bien cocasse. L'avenir le lui dirait. Vivre et non plus survivre, litanie qui la berça jusque dans ses rêves.

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Quartier de Bunker Hill] Les mains libres [Terminé]   
 [Quartier de Bunker Hill] Les mains libres [Terminé]
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [VDS] Kits mains libres, casque Audio Jabra, débarras de mon stock !
» [Bunker Hill] Une infirmière chez les junkies
» [Quartier des plaisirs] Soirée découverte [Terminé]
» [Recherche terminée] Sims 2 - Recherche quartier entièrement décoré.
» Faire un quartier circulaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fate of Wishes :: Palema :: Quartier Sud :: Archives-