Un mystérieux petit animal croise votre route : Je souhaite que tu passes un contrat avec moi. En échange, j'exaucerais n'importe lequel de tes voeux.
 

Partagez | 
 [Boutique Obeiku] Un entretien d'embauche... kafkaïen [Terminé]

Messages : 1743
Wishes : 90

avatar
N-Accompli
MessageSujet: [Boutique Obeiku] Un entretien d'embauche... kafkaïen [Terminé]   Lun 30 Nov 2015 - 20:07
Boutique Obeiku:
   C'est une boutique de vêtements indépendante localisé à l’extrémité du quartier commercial Nord. La façade vitrée laisse filtrer une ambiance zen boisée aux couleurs très inspirée de l'imaginaire japonnais. L’intérieur fait penser a un cabinet de curiosité réaménagé en garde robe. Le coté droit est pris par un meuble faisant la longueur du mur et garni d'une bibliothèque aux livres anciens aux tranches usées et sentant le vieux papier. Les rares casiers de la bibliothèques vides sont garnis de mappemondes, de vieux instruments de navigation ou d'astronomie. Disposés ça et là, il y a des copies d’œuvre de Dali, des bonzaïs, herbiers, des bouquets de fleurs exotiques, quelques origamis de dragons ou de cerfs et autres petits objets anodins occupent l'espace entre les rayons, les étagères ou le comptoirs de la caisse. Parfois sous cloche pour accentuer cet air de musée, ou alors déposé dans un chaos artistique millimétrée.
   La boutique en elle même, bien que strictement féminine, offre un panel de vêtements assez large allant de ce qui est classique, à des robes de créateurs aux motifs ou aux formes plus originales ou fashion jusqu'aux survêtements pandas avec des capuches à oreilles.
   La fourchette de prix reste malgré tout assez haute, le quartier l'exigeant

Titre badass de sujet in english because it's better

Glaad Hellrin



Pour une fois, je suis du bon coté du bureau. Après avoir demandé une énième fois à la maison mère de l'aide pour gérer la boutique, après avoir été harcelée littéralement par les filles, après avoir stalcker ma responsable, ils ont cédé !
On peut officiellement engager une personne supplémentaire a temps complet ou partiel. Finis, les services improvisés qui durent plus d'un tour complet d'un cadran de montre et les taches ingrates qu'on se refile plusieurs fois par semaine. Enfin...
Bon, encore faut il trouvé quelqu'un qui accepte de travailler dans la boite. Et c'est moi qu'on a dégotté pour poser les questions et c'est ces pauvres mioches qui les subissent en toute impunité.

Vu la conjoncture, les volontaires sont pas ce qu'il manque. Déjà, j'avoue que trier les gens pour les faire passer en entretient d'embauche ou non, c'est pas la montagne du fun. Le CV et la lettre de motivation étant particulièrement prompte à être impersonnel, je trouve ca difficile. Déjà, j'ai viré les profils type de personnes surdiplomées. Pas besoin d'être sortis coiffé  d'oxford pour comprendre le système de rangement de la réserve ou rendre au centime près la monnaie d'un billet à trois chiffres.
Pour ce qui est de l'entretien, j'essaie d'éviter les questions bateau et chiante : Je vais pas jouer l'hypocrite de "quelles sont vos motivations ?" sachant pertinemment que la totalité des gens postulent pour un job alimentaire.

En fait, je cherche pas grand chose de précis, C'est bien ca le soucie. J'ai surtout esquissé un portait mental idéal basé sur une capacité d'adaptation. Le problème, c'est que dès que je sors des sentiers battus des entretiens d'embauche classiques, les filles sont tétanisées et perdent leur moyen.
La par exemple, je me fais ce monologue mental devant cette fille qui ne me laisse pas avoir un instant la parole. Le peu que j'écoute me laisse a penser que c'est une petite narcissique. Mais tentons un truc... Et dès que... Ah ! Je le savais !
Deux ans d'études dans une connerie d'école de commerce et pas foutu de réagir correctement quand je sors de la pièce pour aller chercher un café pendant son entretient d'embauche.
C'était pareil pour la première fille a auditionner pour ce job. Dès que j'avais commencé a l'appelé "trésors" elle était infoutu de réagir, se contentant d'ignorer ce surnom. Et vas y que je t'écrase, que je suis odieuse et irrespectueuse. Mais tu es infoutu de  résoudre la situation. Un peu d'estime de soi, c'est pas trop demander ?
D'ailleurs... Vu que je suis en train d'attendre pour mon café pendant que l'aut' fille est comme paralysé dans mon bureau la bouche ouverte en "O", j'en profite pour saluer le nouveau venu.

Désolée de vous faire attendre, ca ne sera pas long.

Je regarde le café s'écouler trop lentement dans ma tasse, puis soucieuse d'en finir vite avec la fille, je me tourne vers lui.

Quand vous viendrez me voir pour l'entretien, vous pourrier m'apporter le café ? Avec deux sucres et une touillette s'il vous plait.

Je rerentre vers le bureau, les mains vides. Puis je ne laisse pas l'illusion du "Je vous rappelerai" pour lui faire esperer une éventuelle réussite. Je lui explique calmement point par point pourquoi la fille n'aura pas le job. Elle ressort de mon bureau les yeux embrumés. J’accueille le nouveau venu avec un sourire amical.

Rebonjour, j'espere que vous avez mon café avec un sucre.  


 

Bot Ninten





Dernière édition par Nylian Hunt le Dim 28 Fév 2016 - 14:27, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
MessageSujet: Re: [Boutique Obeiku] Un entretien d'embauche... kafkaïen [Terminé]   Lun 30 Nov 2015 - 22:32
Glaad avait vraiment besoin d'un job. Comme on le lui avait fait remarqué plusieurs fois, l'absence d'activité l’ennuyait beaucoup, et ce n'était pas le peu d'argent que lui refiler son alcoolique de père qui allé l'aider a s’alimenter. Surtout que ce dernier gagné une misère qu'il préférait dépenser dans ses boissons...

Du coup, le jeune homme s'était bougé et avait envoyé des CV et des lettres de motivations un peu partout. Voir carrément partout, de la petite épicerie miteuse du Quartier Sud aux boutiques de lux du Quartier Nord en passant pas les entreprise du Quartier Ouest et les grande enseigne du Quartier Est. Oui vraiment partout. Et bizarrement, il n'avait pas reçu énormément de réponse.

A dire vrai, son profil était loin d'être éblouissant : c'était un ancien élève lambda ayant eu ses diplômes normalement, et qui recherche un boulot après avoir arrêter la fac pour raison personnel. Il n'avait ni compétences particulaires ni connaissances hors du commun. Juste une personne normal. Avec un bras en feu certes, mais cela, seul les nephils étaient au courant.

Pourtant, il finit par recevoir une réponse pour un entretient d'embauche. Et avant d'arriver sur le lieu, Glaad n'avait aucune idée de ce que pouvait vendre son employeur. La Boutique Obeiku... une ***** de boutique de fringue pour femme bien trop riche pour le bien de l'humanité, situé dans le Quartier Nord des bourgeois fortuné. Comment son CV était arrivé la ? Il en avait aucune idée, et franchement, il s'en ciré ! Pas question pour lui de bosser la dedans et de faire l’hypocrite des heures durant ! Il aimé déjà pas faire les boutiques de fringues pour lui, alors pour les femmes. La seule qui aurait éventuellement pu l'y obligé été Eléana. Mais elle n'était plus la pour le traîner dans les magasin de mode du Quartier Nord.

Glaad s’apprêtait a faire demi tour lorsque quelque chose lui revins a l'esprit : son compte bancaire était presque vide, et c'était la seule réponse qu'il avait eu. Un nombre impressionnant d'injures lui traversa l'esprit, puis, a contre cœur et plus par nécessité qu'autre chose, entra dans la boutique.

Rien qu'en regardant les prix, le jeune nephil en attrapa des vertiges. Surtout vu la tête de certain vêtements. M'enfin il passa outre : ça ne serait pas lui qui les porterai, et chacun ses gout de... Il était bizarrement de mauvaise humeur depuis qu'il avait vu ou il venait d’atterrir. Et puis, en plus de cela, il faisait un peu tache avec ses fringue de premier prix dans une boutique haute gamme.

Il se dirigea vers une des vendeuses pour lui demander ou se déroulait l'entretient, qui le redirigea vers le bureau de la manager. A peine arriva t il qu'une femme a peine plus petite que lui sorti du bureau pour se faire un café. Elle ne semblait pas  beaucoup plus vielle que lui, mais une aura d’arrogance planait autour d'elle : que ce soit sa posture, sa démarche, et même son style vestimentaire. Exactement le genre personne que Glaad détestait. Mais pour son propre bien autant que pour celui de son frigo, il allait devoir passer outre.  

Il jeta un rapide coup d’œil vers l’intérieur de la pièce, remarquant l’expression ahuri d'une jeune fille. Bizarrement, il présentait qu'elle venait de passer un sale quart d'heure. Soudain, la manager se retourna vers lui, lançant nonchalamment :

- Désolée de vous faire attendre, ça ne sera pas long.
Quand vous viendrez me voir pour l'entretien, vous pourriez m'apporter le café ? Avec deux sucres et une touillette s'il vous plait.


Sans attendre plus de réponse, elle rentra dans son bureau. Bizarrement, Glaad ne rappelait pas avoir vu marqué stagiaire ou esclave quelque part sur son visage. Quelque minute plus tard, la jeune fille précédemment ahuri ressorti a moitié en larme, prenant la direction de la sortie. Apparemment, le poste ne serait pas pour elle, et la femme ne s'était pas gênait pour le lui dire. Lorsque ce fut son tour de rentrer dans le bureau, elle se permis de lui faire remarquer son intention de boire son café :

- Rebonjour, j’espère que vous avez mon café avec un sucre.  

Alors déjà un elle ne savait pas ce qu'elle voulait, tantôt deux sucres tantôt un, ensuite elle semblait vraiment le prendre pour sa bonne. Et sa mauvaise humeur n'étant pas passé, le jeune homme rétorqua :

- Oui. La où vous l'avez laissé. Je m'appel Glaad Hellrin et je viens pour le poste de vendeur, pour lequel vous avez acceptez de me rencontrer lors d'un entretien.

Il avait peut être été un peu trop franc. Mais vu la réaction de la jeune femme en sortant, la manager ne semblait pas y aller par quatre chemins non plus. C'était tout ou rien, il verrai bien. Néanmoins, il tenta de se rattraper légèrement.

- Je peux toujours allé vous le chercher si vous le voulez vraiment.

Messages : 1743
Wishes : 90

avatar
N-Accompli
MessageSujet: Re: [Boutique Obeiku] Un entretien d'embauche... kafkaïen [Terminé]   Mar 1 Déc 2015 - 0:13

Titre badass de sujet in english because it's better

Glaad Hellrin



Je disait donc : Effectivement, j'ai omis de vous saluer en arrivant, ce qui est un manque de politesse. Néanmoins, me prendre pour quelqu'un d'assez idiot pour ne pas voir que vous me tester est également un manque de respect pour ma personne. Surtout lorsque que vous ne prenez même pas le temps d'écouter mes propos et que vous vous permettez de vous soulager de cette façon devant moi. Donc, pour répondre a votre question, le respect est une valeur vraiment importante a mes yeux, peu importe le domaine. Chose qui ne semble pas vraiment être votre cas.  

Que pense t-il faire ? M'émouvoir ? Me faire réagir ? C'est dommage d'en arriver là. Je l'aime bien ce gosse, il avait vraiment du potentiel. J'avoue, ca me peinerai presque qu'il se construise lui même la tombe de son job.
Mais reste en là Nyl' tu es sensée être un DRH. Reste dans ton rôle. T'auras de la sympathie pour lui seulement après ton service.

Vous allez rire, mais je ne pense pas que vous soyez fait pour ce job. Mais passons outre, je me dois de continuer l'entretien.
J'ai remarqué que vous ne répondez pas à la question posée, j'ai demandé appliqué au domaine de notre travail, pas de votre point de vue. Exemple au hasard... Quel est selon vous, le devoir de politesse qu'ont les clients a voir égard ? "


En bonne oratrice, je laisse un instant de silence avant de continuer.

La réponse est simple, rien n'interdit a une cliente de ne pas être pendu a vos lèvres ou de  vous draguer lourdement, rien ne l’empêche de ne pas vous roter a la face ou de ne pas vous demander un café et changer d'avis. Rien n'interdit a un client de ne pas faire une crise narcissique et de vous insulter et de vous rappeler que vous devez être à sa disposition. Ce genre d’accrochage, Cça arrive beaucoup plus souvent que vous ne le pensez
Mais un vendeur n'a pas le droit de renvoyer la politesse au client frontalement.
Donc dites moi pourquoi je devrais vous retrouver six jours sur sept du même coté de la caisse que moi ?


J'avais commencé ma tirade sur un ton léger, mais au fur et a mesure que les mots s'écoulent, je me retrouve à jouer ma personnalité opaque de DRH dépressif. Finis les rots et les tentatives d'insulte sneaky avec le sourire. Maintenant, je suis un encéphalogramme plat émotionnel. D'ailleurs, faudrait que je trouve un nom à ce personnage. Genre un nom assez fun où l'on devine facilement qu'il a une vie de merde rien qu'à l'entendre.
Théodore ? J'avoue que je sourie mentalement a la proposition.Vendu. Théodore rejoins maintenant officiellement le panthéon à l’intérieur de ma tête

 

Bot Ninten





Dernière édition par Nylian Hunt le Mer 2 Déc 2015 - 21:51, édité 2 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
MessageSujet: Re: [Boutique Obeiku] Un entretien d'embauche... kafkaïen [Terminé]   Mar 1 Déc 2015 - 23:16
Glaad avait en tête seulement deux réaction face au discours de la manager : soit s'asseoir en ignorant totalement ses propos, et continuer l'entretient comme si de rien n'été, soit sortir de la salle, non pas pour lui prendre son café mais pour sortir du magasin. Et a choisir, la seconde solution le tentait vraiment. En même temps, lorsqu’elle avait parlé "d'avoir l'impression de s'être paumé en cherchant la porte des chiottes", le jeune homme aurait bien aimé lui dire que c’était a peu de chose près la raison de sa venu ici. Parce que pour le coup, ça le faisait bien chier d'être la.

Mais comme il avait besoin de remplir son frigo, bien trop vide pour leur propre survie a tout les deux, Glaad réfléchissa a une alternative : il n'avait aucunement l'intention de passer pour un clown. Il pouvait comprendre son ennuie face aux multiples discours monotones et identiques des dernières postulantes, mais il n'allait pas débarquer a poile dans son bureau juste histoire de donner un peu plus de piment dans son quotidien.

Histoire de pas rester debout comme un abrutie, le jeune nephil se retourna, sortie chercher le café de "Madame", mais pris quand même le temps de s'en servir un aussi. Vu la manière de penser la l'autre folle, il ne risquait pas grand chose. Il re-rentra finalement dans le bureau, deux cafés et une boite de sucre a la main. Un peu d'audace ne ferai pas de mal.

En étant franc avec lui même, il aurait bien déclaré qu'il en avait vraiment rien a faire du poste, qu'il ne savait presque pas en quoi cela consisté, et qu'il en avait juste besoin pour vivre. Et que dans le cas ou il ne serai pas pris, ce qui était surement le cas le plus probable, il ne s'en formaliserai pas le moins du monde. Au pire des cas il irait se défouler sur une ou deux ombres dans le Quartier Sud, ça lui ferai du bien.

Mais non, il n'en fit rien. Pas question de gâcher ses chances de voir son garde manger se remplir. Alors, s’asseyant sur la chaise en face de la jeune femme, il lui posa son café devant elle, le sucre a coté, attendant sa réaction. Car franchement, sont entrée fracassante, elle pouvait la mettre la où il le pensait.

Puis une chose lui revint en mémoire... Elle ne venait pas de l'appeler "Mon Mignon" ? Dans quoi c'était il encore fourré ? ... C'était limite pire qu'un duel avec une ombre de haut niveau...

Messages : 1743
Wishes : 90

avatar
N-Accompli
MessageSujet: Re: [Boutique Obeiku] Un entretien d'embauche... kafkaïen [Terminé]   Mer 2 Déc 2015 - 0:45

Titre badass de sujet in english because it's better

Glaad Hellrin


Bon, il se pointe lui même avec un café. Une manière détournée et assez fine d'être conciliant avec moi sans me donner des airs de supériorité.  
Je note ça, c'est un très bon point pour lui. Le premier a ce sortir a peu pres digne d'une situation  ou je lui donne un ordre impétueux.
Comme quoi, mon verdict était pas si éloigné de la vérité. En gratant la surface, au delà de la rouille qu'était son CV,  il y a toujours moyen de chopper autre chose qu'un jolie tétanos en l'invitant a un entretien.
Je regarde ses deux cafés d'un air faussement étonné avant de sortir un thermos d'un vieux tiroir du bureau avant de déclarer simplement

Oh, vous vous êtes pris un deuxième café ? J'avais finalement décidé finalement de ne prendre simplement que le sucre.
Pour mon thé

Godness, il y a pas a dire c'est vraiment fun d'être DRH et de faire passer des entretiens. J'ai l'impression de faire ce pour quoi j'ai toujours existé : Faire tourner des gens en bourrique jusqu'à tâtonner leur point de rupture.
Mais je m'égare, je dois faire passer un entretiens, pas jouer a toujours détourner les situations à l'improviste pour le plaisir de pousser a bout les gens. Quoique, finalement c'est ce a quoi ressemble probablement mon attitude d'un regard extérieur. Je devrais quand même recevoir un prix pour ma prestation théâtrale.


Bon, passons au vif du sujet et ce pourquoi vous êtes là, Glaady : L'entretien.
La première question me vient spontanément en voyant votre allure, ça vous arrive souvent de ne pas dire bonjour ?


J'avais pris un ton affairé comme s'il s'agissait d'une simple procedure administrative. Pas le moindre sourire, mais pas le moindre reproche dans la voix. Mais tout en lui parlant, je recois un SMS d'alex'.
Elle me demande si j'ai quelque chose de prévus ce soir. J'écoute d'une oreille distraite ce que me dit l'autre en lui répondant a ma bff que non. Je suis dispo. Une fois ce fardeau de reponsabilité accomplie, je prends une tasse de thée et je m'en sers une gorgée

Je n'écoutais pas, pas grave, de toute façon ça n'a que relativement peu d'importance...
Pour continuer, que pensez vous de la notion de respect appliqué a notre domaine de travail ? 


Je m’interrompt, le thé a la mangue me fait toujours aussi roter qu'un bon litre de coca. Y'a pas a dire. Le gars commence a parler. J'attends le bon moment. Trois, deux, un .... BURG... Rah... Qu'il était beau. Au moins du trente décibel


 

Bot Ninten



Voir le profil de l'utilisateur

Invité
MessageSujet: Re: [Boutique Obeiku] Un entretien d'embauche... kafkaïen [Terminé]   Mer 2 Déc 2015 - 13:55
La clairement, elle se foutait de lui. Et ça, c'est quelque chose qui avait du mal a passer chez Glaad. Pourtant, son visage resta impassible, malgré son court envie pressante de lui faire manger son thermos. La garce.

Par contre, sa remarque déplacé sur son manque de politesse, alors qu'elle le prenait ouvertement pour un idiot fini, ça, il l'avait en travers de la gorge. Et il ne se gêna pas de le lui faire remarqué :

- Effectivement, j'ai omis de vous saluer en arrivant, ce qui est un manque de politesse. Néanmoins, me prendre pour quelqu'un d'assez idiot pour ne pas voir que vous me tester est également un manque de respect pour ma personne. Ainsi, je ...

- Je n'écoutais pas, pas grave, de toute façon ça n'a que relativement peu d'importance...  Pour continuer, que pensez vous de la notion de respect appliqué a notre domaine de travail ?


La, il hallucina complètement. Mais elle se prenez pour qui ?! DRH ou non, certaine chose ne se faisait, et ça, ça en faisait parti !

Puis elle lâcha un rot. Digne des plus grands. Le jeune nephil était désespéré... IL ne voulait rien de plus qu'un simple entretien d'embauche, et qui savait, un job a la clef.

- Je disait donc : Effectivement, j'ai omis de vous saluer en arrivant, ce qui est un manque de politesse. Néanmoins, me prendre pour quelqu'un d'assez idiot pour ne pas voir que vous me tester est également un manque de respect pour ma personne. Surtout lorsque que vous ne prenez même pas le temps d'écouter mes propos et que vous vous permettez de vous soulager de cette façon devant moi. Donc, pour répondre a votre question, le respect est une valeur vraiment importante a mes yeux, peu importe le domaine. Chose qui ne semble pas vraiment être votre cas.

Glaad la regardait droit dans les yeux, en essayant de garder son calme, autant dans sa posture que dans sa voix. Pas question de commencer a se faire marcher dessus par une femme pareil !

Messages : 1743
Wishes : 90

avatar
N-Accompli
MessageSujet: Re: [Boutique Obeiku] Un entretien d'embauche... kafkaïen [Terminé]   Mer 2 Déc 2015 - 21:52
Suite a une erreurs de fenêtre doublé d'une fausse manip, j'ai supprimé un poste par erreur. (Fin' pas supprimé, j'ai éditer un ancien message avec ce message actuel. Du coup je suis vachement Mad, y'a pas moyen d'avoir acces a l'historique des édition ?)

Titre badass de sujet in english because it's better

Glaad Hellrin



Je disait donc : Effectivement, j'ai omis de vous saluer en arrivant, ce qui est un manque de politesse. Néanmoins, me prendre pour quelqu'un d'assez idiot pour ne pas voir que vous me tester est également un manque de respect pour ma personne. Surtout lorsque que vous ne prenez même pas le temps d'écouter mes propos et que vous vous permettez de vous soulager de cette façon devant moi. Donc, pour répondre a votre question, le respect est une valeur vraiment importante a mes yeux, peu importe le domaine. Chose qui ne semble pas vraiment être votre cas.  

Que pense t-il faire ? M'émouvoir ? Me faire réagir ? C'est dommage d'en arriver là. Je l'aime bien ce gosse, il avait vraiment du potentiel. J'avoue, ca me peinerai presque qu'il se construise lui même la tombe de son job.
Mais reste en là Nyl' tu es sensée être un DRH. Reste dans ton rôle. T'auras de la sympathie pour lui seulement après ton service.

Vous allez rire, mais je ne pense pas que vous soyez fait pour ce job. Mais passons outre, je me dois de continuer l'entretien.
J'ai remarqué que vous ne répondez pas à la question posée, j'ai demandé appliqué au domaine de notre travail, pas de votre point de vue. Exemple au hasard... Quel est selon vous, le devoir de politesse qu'ont les clients a voir égard ? "


En bonne oratrice, je laisse un instant de silence avant de continuer.

La réponse est simple, rien n'interdit a une cliente de ne pas être pendu a vos lèvres ou de  vous draguer lourdement, rien ne l’empêche de ne pas vous roter a la face ou de ne pas vous demander un café et changer d'avis. Rien n'interdit a un client de ne pas faire une crise narcissique et de vous insulter et de vous rappeler que vous devez être à sa disposition. Ce genre d’accrochage, Cça arrive beaucoup plus souvent que vous ne le pensez
Mais un vendeur n'a pas le droit de renvoyer la politesse au client frontalement.
Donc dites moi pourquoi je devrais vous retrouver six jours sur sept du même coté de la caisse que moi ?


J'avais commencé ma tirade sur un ton léger, mais au fur et a mesure que les mots s'écoulent, je me retrouve à jouer ma personnalité opaque de DRH dépressif. Finis les rots et les tentatives d'insulte sneaky avec le sourire. Maintenant, je suis un encéphalogramme plat émotionnel. D'ailleurs, faudrait que je trouve un nom à ce personnage. Genre un nom assez fun où l'on devine facilement qu'il a une vie de merde rien qu'à l'entendre.
Théodore ? J'avoue que je sourie mentalement a la proposition.Vendu. Théodore rejoins maintenant officiellement le panthéon à l’intérieur de ma tête

 

Bot Ninten



Voir le profil de l'utilisateur

Invité
MessageSujet: Re: [Boutique Obeiku] Un entretien d'embauche... kafkaïen [Terminé]   Mer 9 Déc 2015 - 9:34
Bon, apparemment, Glaad venait de se tirer un balle dans le pied. Pas terrible comme situation, d'autant plus que la DRH avait raison. Les clients ne seraient pas toujours des plus agréable a son égard, et il n'aurait surement pas son mot a dire la dessus. Le but étant bien évidement, de les fidéliser pour faire du bénéfice. Le jeune homme se mordit intérieurement la joue, conscient de son erreur.

Néanmoins, il ne se laissa pas démonté pour autant. Le comportement de la jeune femme n'en n'était pas plus acceptable a ses yeux, malgré la véracité de ses propos. Glaad remarqua tout de même que le ton de sa voix et son attitude avait changé, laissant place a quelque de plus sérieux. Bien, il pourrait peut être avoir une vrai discussion maintenant.

- Effectivement, il semblerait que je me soit emporté. Mais je ne retirerait pas ce que j'ai dis concernant votre manière de vous y prendre avec moi. Néanmoins, vous avez raison, les clients sont rois, nous n'avons pas notre mot a dire.


Il réfléchi quelque seconde a la façon dont il allait pouvoir se vendre. Il avait besoin de ce job, plus ou moins malgré lui. Il se calma, puis, enchaîna :

- Je peux comprendre votre réticence a vouloir m'engager après ma réaction quelque peu impulsive. Pourtant, je pense pouvoir vous aider. Dans un premier temps, je suis un homme. Loin de moi des idées sexistes ou machiste rassurez vous, mais une présence masculine peu s'avérez bénéfique dans une boutique comme la votre, et je suppose que vous avez majoritairement eu des candidature féminine. Avoir le point de vu d'un homme sur une tenu vestimentaire est, me semble t il, important pour une femme, qui veux autant plaire a elle même qu'aux autres, et, je pense, principalement aux hommes.
Ensuite, je suis tout a fait capable de garder mon calme. Même si je vous ai répondu de façon directe, je n'ai aucunement laissé transparaître un quelconque énervement. Je pense donc pouvoir être capable d'éviter des conflit avec la clientèle.
Et pour finir, même si mes connaissances en mode ne sont pas extra ordinaire, j'ai vécu pendant assez longtemps avec une personne s'y intéressant énormément pour avoir une avis critique sur les différentes questions et besoins des clientes, ou clients.


Pour ce dernier point, l'image dEléana traversa l'esprit de Glaad. Ils avaient assez souvent fait les boutiques ensemble pour pouvoir dire ça. Et pour le coup, il n'aurait jamais pensé le dire un jour.

Messages : 1743
Wishes : 90

avatar
N-Accompli
MessageSujet: Re: [Boutique Obeiku] Un entretien d'embauche... kafkaïen [Terminé]   Dim 27 Déc 2015 - 13:32

Titre badass de sujet in english because it's better

Glaad Hellrin


Avoir le point de vu d'un homme sur une tenu vestimentaire est, me semble t il, important pour une femme, qui veux autant plaire a elle même qu'aux autres, et, je pense, principalement aux hommes.



Je laisse transparaitre un signe d'agacement. Probablement le premier de l'année en cours, ou du moins d'un petit bout de temps que je laisse échapper contre mon gré.
Je tique, pas grand chose, juste une lèvre qui se soulevait du coté droit de mon visage, une grimace rapide que je gomme instantanément de mon expression. Pourquoi ce signe ? Probablement parce que j'avais l'impression de faire la discutions a un mec qui débitait des clichés sur les femmes en série et essayait de ficeler le tout assez mal pour le foutre dans la discutions comme un argument bancal. En fait, ca me rendait limite triste ce qu'il venait de dire
Mais ça, c'est peut être parce que j'étais lesbienne.

Même si le type avait beau prendre toutes les sécurités possible a grand renfort de "Principalement" et de "Généralement". Généraliser sans donner l'impression de le faire, comme pour ne pas dire que ce qu'il venait de dire était blessant. Si je changeais quelques mots et que je remplaçais "femme" par "mexicain" j'avais le discours typique de vieux sénile m'expliquant le programme de Donald trump. Ces adverbes me donnait l'impression d'un mur protecteur sous lequel se jeter au cas ou si je lui faisais remarque l'injustice de ses mots.
Alors oui. Dans la boutique on croisait parfois des trans, des lesbiennes, des bis ou juste des hommes voulant offrir un cadeau. Ca arrivait plus souvent qu'on ne croit..
Je reste songeuse, puis je décide d'être franche avec un pauvre sourire.

"Écoutez, je suis comme un personnage de corneille. En tant que personne je pourrais presque limite vous apprécier. Mais quand il s'agit d'être convenu et pro. Vous faites des erreurs. Des jugements de valeurs involontaires qui peuvent blesser. J'ai trois problemes majeurs qui m'ennuie chez vous.
Vous vouvoyez les gens sans les respecter, vous tentez de les convaincre sans arguments et vous parler sans vous écouter.
Donc naturellement je vous apprécie sans vous supporter."


Lui ai je dit que je pensais pas qu'il était fait pour ce job ?

Bot Ninten



Voir le profil de l'utilisateur

Invité
MessageSujet: Re: [Boutique Obeiku] Un entretien d'embauche... kafkaïen [Terminé]   Dim 24 Jan 2016 - 12:33
Bon, officiellement, Glaad se savait dans une merde profonde. Si il voulait se poste il allait devoir se rattraper. Chose qui allait se révéler plutôt ardu.

Mais voulait il vraiment ce travail ? Paradoxalement, oui. Même si il ne s'agissait pas du boulot de ses rêves, il en avait besoin pour vivre. Et plus que ça, il le voulais par esprit de contradiction. Bien qu’excentrique et insupportable, cette femme semblait tout de même être quelqu'un de réfléchie. Et autant pour lui prouvait qu'il était quelqu'un de capable que pour lui même, IL devait avoir ce poste.

-Bon, je vais vous dire clairement ce que je pense, en repartant de zéro et en toute franchise. Le travail que vous me proposé ne me plait pas. Du moins, il ne s'agit pas de mon rêve ou de ma passion. Et vous l'avez surement déjà remarqué. Mais j'en ai besoin pour vivre. Vraiment.
Vous m’appréciez sans me supporter. En un sens c'est plus ou moins réciproque, vos changement d'humeur et vos petit tour sont loin d'être a mon goût. Néanmoins, autant par esprit de contradiction pour vous prouver que je suis capable de répondre a vos attentes, que par détermination, voilà ce que je vous propose. Prenez moi a l'essai. Une semaine, un mois, comme vous voulez, et viré moi a la première gaffe si cela vous chante. Mais je vous prouverai que je suis capable de remplir les tâches que vous m'assignerez. Je suis quelqu'un de déterminé et je m'adapte facilement. Et puis surtout, j'ai vraiment besoin de ce ce poste.


Soit ça passait, soit ça cassait. Du tout ou rien. Mais c'était surement ça dernière chance, et il ne contait pas la laisser filer comme ça.

Messages : 1743
Wishes : 90

avatar
N-Accompli
MessageSujet: Re: [Boutique Obeiku] Un entretien d'embauche... kafkaïen [Terminé]   Dim 7 Fév 2016 - 13:46
Ouah ? Des excuses ? J'en attendais tellement pas de sa part. Bon c'est des demis excuses. Celles qu'on essaie d'amoindrir en justifiant quand même son comportement par fierté. Mais ca me va. De toute maniere, je me vois mal balancer un regard larmoyant.
J'hésite à briser la glace. J'ai bien compris qu'il avait parlé a demi mot d'une dispute relative a leur délire. Je pourrais parler de ce que je sais. Mais ça reviendrai à balancé John. Quoique j'en sais rien. Je le vois mal mentir et essayer de jouer sur tous les tableau en même temps. Je pense qu'il a du lui en parler avec honnêteté chiante qui le caractérise.
Mais s'il balance des petites références inoffensives c'est que Leeroy est au courant. Il doit juste tester mes connaissances. Ou alors je me fais des films

« Comment t'es au c

Je l'écoute avec un visage fermé. Mais comme le mec a pas l'air de se dégonfler en voyant ma gueule, il continue sa petite tirade. A la fin, je laisse un petit blanc le temps de voir la marche a suivre que prendra mon cerveau. J'hésite entre rire et me vexer. Genre ce type utilisait l'impératif avec moi. Comme si je lui devais quelque chose.
Mais d'un autre c'était original un peu d’honnêté. On m'avait sortis tellement de fois le même refrain que ca en devenait ennuyant et banal. Et puis même si j'arrive à enrober de meilleur manière mes motivations, celles de Glaad et moi restent malgré tout semblable : Le job alimentaire de base. Pas trop contraignant, pas trop sous payé et pas trop chronophage.
Je pense que ca peut le faire. A vrai dire si tout le reste des postulants s’avère aussi banal les un que les autres, je crois que je le prendrais par défaut.

« On vous rappellera. »


Mon ton est neutre. Je raille de mon agenda le nom de Glaad Hellrin avant de faire mine de lui serrer la main.



Voir le profil de l'utilisateur

Invité
MessageSujet: Re: [Boutique Obeiku] Un entretien d'embauche... kafkaïen [Terminé]   Sam 27 Fév 2016 - 18:42
Bon, cet entretien semblait se solder par un échec. Dommage pour lui. Glaad se leva, serra la main de la jeune femme tout en la saluant, puis prit la direction de la porte. Mais avant de partir, il se retourna a peine, lui disant :

-J'espère que vous trouverai de meilleur concurrent que moi. Bonne chance pour vos prochains entretiens Madame.

le jeune homme sorti, et pris la direction de la pote du magasin. Une fille entra, plutôt bien habillé : surement pour le poste. Tout en la croisant, il lui souffla :

-Bonne chance...

Et elle risquait d'en avoir besoin vu la RH. Mais qui savait, peut être allait il recevoir un appel. Même si il cela semblait plus que surréaliste.

[HRP : A toi de voir si tu veux qu'on en fasse un autre ou non maintenant Wink ]

Messages : 1743
Wishes : 90

avatar
N-Accompli
MessageSujet: Re: [Boutique Obeiku] Un entretien d'embauche... kafkaïen [Terminé]   Dim 28 Fév 2016 - 12:43
-Bonne chance...

La dernière image que j'ai de ce poulain. Une jeune femme entre dans la piece quan Glaad la quitte. Je me rends soudainement compte que j'ai la gorge sèche. A force de trop parler, j'imagine.

"Vous pourriez aller me chercher un café ? avec un sucre"

......

La fin des entretient est terminé. Il y a de vaste choix a faire. Je pourrais être logique et embaucher pour une misère cette fille surdiplomée. Mais ce qui est cool quand on enfile le temps d'une ou deux journée la casquette des DRH, c'est que l'on me fait une confiance aveugle pour prendre les bonnes décision.
J'aimerai être une petite sourie. Juste pour voir la tête de cet étudiant quand la voix monocorde de la directrice lui confirmera qu'il est officiellement en période d’essais.
[Fin du RP merci a toi]




Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Boutique Obeiku] Un entretien d'embauche... kafkaïen [Terminé]   
 [Boutique Obeiku] Un entretien d'embauche... kafkaïen [Terminé]
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un entretien d'embauche... particulier !
» Entretien d'embauche : elle est où la p'tite secrétaire?
» Entretien d'embauche de Gatzou
» Les subtilités d'un entretien d'embauche :)
» " Tout n'est pas cirrhose dans une soirée " - Scott M.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fate of Wishes :: Palema :: Quartier Nord :: Archives-