Un mystérieux petit animal croise votre route : Je souhaite que tu passes un contrat avec moi. En échange, j'exaucerais n'importe lequel de tes voeux.
 

Partagez | 
 [Ruelle Laurier] Tout ça pour une Pomme [Terminé]

Invité
MessageSujet: [Ruelle Laurier] Tout ça pour une Pomme [Terminé]   Lun 28 Déc 2015 - 0:14

Ruelle Laurier:
 


Courir. Encore et toujours plus. À s'en déchirer les poumons au point de les cracher peut-être. C'était du sang qu'elle allait gerber si elle continuait sur cette lancée. Son souffle lui manquait mais impossible de s'arrêter, jeter un simple coup d’œil derrière elle était tout autant inimaginable. Une seule seconde de perdue et ce serait la fin assurée. Elle ignorait si elle extrapolait ou si son cerveau qui s'emballait autant que son palpitant visait juste mais préférait l'ignorer. Ne comptait désormais que la route d'asphalte sur laquelle elle devait s'efforcer d'avancer au fil de ses foulées. Une route de bitume traîtresse par moment, abritant ses nids et ses crevasses pour mieux la voir chuter. Le béton n'aurait pas ce privilège de recevoir le doux faciès d'une Russe contre lui. Non. Ses jambes la porteraient loin, très loin, plus loin encore que là où elle se rendait après avoir fumé un joint ou deux. Peut-être exagérait-elle encore là aussi.

Impossible de s'arrêter pour calmer les palpitations emballées de son pauvre cœur. Et dans sa poche créchait le précieux sésame qu'elle avait dérobé. Trois fois rien. Une pomme. Du grand n'importe quoi de s'être faite repérer pour quelque chose d'aussi simpliste et d'aussi banal, un fruit qu'elle avait l'habitude de voler. Mais voilà, il arrivait parfois que de mauvaises rencontres se fassent au cours d'une journée. Pas de chance. Il avait fallu que la brune, à son lieu favori pour dérober de la nourriture, se fasse remarquer par une bande d'individus à laquelle elle devait de l'argent. Après tout, Saskia devait des sous à quasiment tout le monde dans le quartier Sud, c'était bien connu. Une horde de crétins pour la repérer mais plutôt que de lui sauter dessus avant de passer à l'acte, ils avaient sagement attendu que le crime soit accompli pour héler le vendeur et se faire une joie d'observer un autre faire leur travail à leur place. Une fois à terre, ils n'auraient plus qu'à lui casser les jambes ou un bras ou elle ne savait quoi. Ça aussi, mieux valait ne pas y penser. Seul résonnait à ses oreilles le bruit de ses godasses manquant de se prendre entre elles sur le sol glacial de l'hiver.

Trop tard. Ses jambes s'emmêlèrent entre elles, à moins que cela ne soit le léger filet de verglas amassé qui venait d'user de ses fourberies pour mieux voir Saskia s'étaler de tout son long. Bras en avant pour protéger son visage et tenter d'amortir sa chute.
Ouch.
Ce n'était plus qu'une question de temps désormais. Avant que la bande de guignols ne la rattrape définitivement pour lui faire la peau. Etait-ce le jour où elle se devait de payer toutes ces pommes volées ? Le trophée restait dans sa poche, intact. Par réflexe, elle glissa sa main dessus pour mieux s'en saisir. Arme de fortune. Qui souhaitait-elle donc essayer d'intimider avec une simple pomme ? Même elle n'y croyait pas.

Elle se redressa, prête à faire face, la pomme toujours en main. Pauvre Saskia. Si seulement elle s'était enfin procurée une arme, une vraie, elle aurait pu régler ce souci à sa manière. Malheureusement, elle avait toujours renié la violence. Voilà où cela l'avait menée. Dans une ruelle sordide encerclée par des créanciers en loques débraillées aux veines encore plus sombres que les siennes et un vieux marchand tout juste bon à vendre des pommes à peine assez acides et sucrées à son goût. Non mais vraiment. Si la situation n'avait pas été aussi critique, elle aurait presque pu en rire à gorge déployée. Presque.

Une pomme en pleine face, cela faisait mal ? La demoiselle n'en avait aucune idée et rechignait à l'idée de devoir abandonner son larcin dans la gueule de l'un de ces gorilles. Tout ça pour une pomme. Tout ça pour en revenir au point de départ. Quelle ironie du sort.


Dernière édition par Saskia Kochka le Dim 10 Jan 2016 - 12:33, édité 1 fois

Messages : 1807
Wishes : 226

avatar
N-Protecteur
MessageSujet: Re: [Ruelle Laurier] Tout ça pour une Pomme [Terminé]   Lun 28 Déc 2015 - 2:09

Cela faisait quelques temps que John n’avait pas erré dans les rues à la recherche de personnes à aider, à nourrir. Depuis l’événement chez son père, il avait passé son temps à recouvrir de ses blessures, ainsi qu’à se familiariser avec ses nouvelles capacités et tâches. Et s’il avait eu quelques butins des derniers vols – beaucoup plus simples à réaliser qu’auparavant-, il n’avait encore rien fait de cet argent.

Le Néphil avait donc décidé que ce serait aujourd’hui où il ferait une sorte de ronde du quartier, nourrissant les mendiants, habillant les plus démunis ; en fait, tout simplement aider les gens en besoin. Cela était sa philosophie depuis maintenant des mois, et sa récente mutation n’allait rien changer.

Tout ceci avait déjà commencé depuis quelques heures, et sa bourse s’était rapidement allégée. Il est vrai qu’il n’avait jamais eu le sens de la mesure, et les 600$ qu’il avait réussi à chaparder s’était retrouvé diminué de moitié. Enfin, malgré cela, il était heureux de ses actes, car beaucoup de mendiants n’avaient pas de quoi s’habiller chaudement pour cet hiver, et il avait ainsi pu leur payer un manteau ou une couverture.

C’est pendant ce petit acte solidaire que John arriva dans une ruelle, d’ordinaire plutôt calme. Il se dirigea vers un marchand de nourriture, désireux de remplir à nouveau son sac afin d’en distribuer le contenu. Pendant qu’il recherchait les produits les moins chers, il entendit que l’on commençait à s’agiter non loin de lui. Il s’éloigna un peu des étalages, et remarqua une jeune fille à terre, menaçant d’une pomme un groupe d’hommes qui semblaient lui en vouloir.

D’abord amusé par cette arme peu classique, John se décida à prendre un parti assez vite. Lui qui avait horreur de la violence entre humains, voilà qu’il assistait à une scène qui ressemblait plus à un règlement de compte qu’à une bousculade amicale. Et puis, ses nouvelles capacités l’avaient rendu plus fort, plus résistant, plus endurant. Serait-il incapable d’affronter plusieurs hommes à la fois ? Le pari était à prendre, et il se décida à agir avant que la jeune fille finisse en compote. Il avança vers la bande, leur lançant à haute voix :

« - Eh ! C’est quoi le souci ici ? »


C’était peu convaincant, et encore moins intimidant. Néanmoins, un des hommes daigna tourner la tête vers John, sourit en comparant leurs deux carrures puis se concentra à nouveau sur la jeune fille. Il était vrai que, même si John était plus musclé que la moyenne, face à ce gorille bodybuildé il passait pour un enfant de cœur. Alors le jeune homme devait agir, et il ne lui restait plus longtemps avant qu’il s’en prenne à la jeune fille. En fait, à mieux y regarder, un homme avait déjà commencé à attraper les jambes de l’inconnue.

John agit rapidement alors. Attrapant la première chose qu’il avait sous la main – un vieux cabas à légume en bois-, il visa l’homme le plus proche de lui et lança son arme de fortune dessus. Avec la force qu’il avait désormais, le bout de bois fit mouche, provoquant un grognement de douleur chez le loubard. Avant que celui se retourne, John courut droit sur lui, rattrapant le cabas et le fracassant sur la tête de l’agresseur. Ce n’était pas suffisant pour le mettre hors d’état, mais c’était suffisant pour le sonner quelques instants, et surtout attirer l’attention de la bande sur lui. Les autres hommes se retournèrent vers cet inconnu qui venait de se rallier à la jeune fille. Et se décidèrent à se jeter sur lui en même temps.

Le jeune homme n’avait pas prévu une attaque provenant d’autant de côté à la fois, et même s’il arriva à esquiver le marchand, peu adroit, en le faisant trébucher d’un croche-patte rapide, il se fit bousculer par un autre homme. Un second aidant, il se fit plaquer, quoique le choc des deux loubards le libera de toute emprise. Profitant de cet instant de répit chanceux, il se releva hâtivement et vint arracher la fille des prises du dernier individu. Néanmoins, cela faisait beaucoup pour un seul homme, et le gorille qui était sonné quelques instants auparavant s’était remis. Il profita de l’action de John pour lui décocher une jolie droite, qui fit reculer de quelques pas John.

Désormais, la situation était déjà plus avantageuse pour les jeunes : le marchand était à terre, tout comme un des loubards, un autre venait à peine de se relever, tandis que les deux derniers étaient, eux, prêt à contre-attaquer. La foule, quant à elle, avait préféré regarder distraitement la scène, de peur d’être impliquée.
[HRP : Si on limite la bande à quatre hommes et le marchand, pas de souci ?]
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
MessageSujet: Re: [Ruelle Laurier] Tout ça pour une Pomme [Terminé]   Lun 28 Déc 2015 - 3:23

Une pomme dans une main. Le spectacle frôlait la comédie. Une répétition comique à ciel ouvert avec des individus louches et peu scrupuleux en guise de figurants. Et Saskia dan le rôle principal, prête à servir de hors-d’œuvre avant de passer à autre chose. Même en mettant toutes es forces dans le fruit, elle n'arriverait pas à grand chose. Pourtant, elle se tenait droite face à la horde qui avançait vers elle. Le compte était rapide, cinq hommes au total. Le marchand n'était pas des plus épais, le seul véritable danger provenait de la meute de quatre s'approchant dangereusement de sa personne. Mais qui est-ce qu'elle souhaitait impressionner ? Bien sûr que le danger était présent, partout à la fois, qu'elle soit face à un ou trois chieurs, le souci restait le même : s'en sortir indemne. Et ça, ce n'était pas de la tarte.

Une voix attira son attention. Elle tourna la tête alors que déjà l'un des membres à ses trousses la plaquait au sol. Elle ne lâcha pas sa pomme malgré tout, bien arrimée à son arme improvisée. Renversée, la brune eut à peine le temps d'apercevoir celui qui se joignait à la bataille. Allié ou ennemi ? Oh non, non, non ! Son jour était-il définitivement venu ? Allait-elle y passer sans même revoir une dernière fois son petit frère ? Impossible. Elle ne pouvait abandonner aussi lâchement Avdeï. Surtout pas en ce moment.
Saskia ne cessait de se débattre, agitant ses jambes pour tenter de donner un coup ou deux bien placés. Technique futile. Tout autour d'elle, cela se battait et elle était clouée au sol, ne pouvant que contempler le ciel clair l'éblouissant presque. Alors que la prise sur son corps fragile se relâchait, elle roula au sol pour échapper au prédateur, entendant un cri de souffrance se perdant de l'homme après son coup de poing abattu dans le vide, ne rencontrant que le béton. À croire qu'il y avait mis toutes ses forces pour s'être blessé de la sorte. Mieux valait le bitume plutôt que son visage. Une certitude dont elle n'arrivait pas à se défaire.

Elle balaya du regard les environs. Le marchand était hors d'état de nuire et un autre homme était inconscient. Mais pour combien de temps ? Tournant la tête, elle vit son sauveur assommer d'un coup de poing l'homme qui était sur ses talons précédemment. Un de moins. Vraiment ?

Peut-être avaient-ils une chance en duo. Et encore. Fallait-il rappeler que la seule arme de Saskia était une pomme ? Même Raiponce s'en sortait mieux avec une poêle. La prochaine fois, elle ferait de même et à défaut de se teindre en blonde irait chiper une poêle. Bien plus pratique pour ce genre de situation.

– Tu rends bien les coups l'ami, maintenant s'il te plaît dis-moi que tu en as d'autres de ce type en stock !

Si Saskia n'écoutait qu'elle, elle serait déjà partie en courant pour mieux se sortir de ce guet-apens. Malheureusement, elle ne pouvait pas. La fuite n'était pas une solution dans pareille cas de figure. En temps normal, si. Mais elle ne pouvait abandonner celui qui prenait des risques insensés pour elle. En gros, un parfait crétin jouant les chevaliers servants. Mais inutile de cracher sur ce type de héros, c'est que le jeune brun était rudement pratique en cet instant ! Plus qu'à espérer qu'il serait encore capable de faire tomber dans les pommes un type ou deux. Au propre comme au figuré.

– Mec, t'es mort !
cracha l'un des survivants à l'inconnu, la prochaine fois t'y réfléchiras à deux fois.

Étrange comme ce type de menaces ne paraissait pas être de bon augure aux oreilles de Saskia. Comme pour lui donner raison, le gorille sortit un coutelas pour mieux rendre compte de ses menaces. Oh non pas ça. Là, elle pouvait déguerpir ? Non ? Toujours pas ?

Comme si cela ne suffisait pas, le second éveillé courait vers eux, visant les jambes du sauveur. Parce que oui, immobiliser Saskia n'était pas la meilleure idée à avoir niveau stratégie, ces deux-là l'avaient bien compris, ainsi s'en prenaient-ils au maillon fort de la chaîne.
Toujours est-il qu'au moins Saskia pouvait profiter du fait qu'ils ne faisaient plus attention à elle pour décamper. Non, la fuite n'était pas permise, même si cela devait l'en coûter de le reconnaître, elle ne pouvait pas toujours choisir la lâcheté pour résoudre ses problèmes. Il est vrai qu'en pareil moment, cela l'aurait bien arrangé. Beaucoup même.

Alors autant tenter le tout pour le tout et se séparer de sa chère et tendre, sa pomme adorée. Viser puis lancer. La main pour tenter de désarmer l'autre et son couteau de cuisine. Pfft. Bras détendu, bras relâché à son paroxysme. Et la pomme fut projetée de toute la force dont Saskia était capable, effectuant un magnifique arc de cercle suivi d'un élégant vol plané avant de finir en compote aux pieds de l'agresseur armé.

– Et merde.


Pour la précision, ce n'était pas encore ça. Dommage. Plus qu'à espérer qu'elle n'ait jamais aucune arme de tir entre ses mains, sans quoi le résultat risque d'être tout autant lamentable. Il ne restait plus qu'à s'en remettre au jeune homme. Ou à un miracle, quel qu'il soit, même si le miracle et son mystérieux sauveur paraissaient ne faire qu'un.

Messages : 1807
Wishes : 226

avatar
N-Protecteur
MessageSujet: Re: [Ruelle Laurier] Tout ça pour une Pomme [Terminé]   Lun 28 Déc 2015 - 12:25

La situation était désormais encore un peu plus délicate. Même si un homme était encore sonné à bien y regarder, et un autre toujours à terre, voilà qu’un des loubards venait de sortir un couteau de sa poche. John avait vu pire, mais cela restait désagréable de se faire planter, alors il devait le désarmé le plus rapidement possible. Avant qu’il ne puisse agir, la jeune femme tenta une action désespérée, lançant sa pomme de toutes ses forces sur le bras du barbare. Magnifique lancé qui s’étala au pied de l’homme, qui se força à retenir un rire.

Profitant de ce léger répit octroyé par cette superbe démonstration, John réfléchit à la situation. Sans l’arme, il aurait sûrement tenté de garder la jeune femme comme aide, mais maintenant cela était trop dangereux. Lui pourrait résister à un coup sans y laisser la peau, mais elle n’avait pas sa consistance.

« - Si tu veux partir, fais le maintenant. J’m’en sortirai. »


Aussitôt sa phrase finie, il fit un pas de côté, évitant la lame et projetant l’assaillant sur le flanc, au sol. Au même moment, il parvenu à bloquer de sa main libre le coup du deuxième luron ; avant de se faire étaler par terre de la charge du troisième, visiblement amateur de la chose. Une chose était claire maintenant, c’était que le trois contre un n’était pas à son avantage, mais il allait s’en sortir. Après tout, sa force devait probablement excédé celle de ces types, alors il en profita.

Du coin de l’œil, il observait l’homme armé se relever, puis courir sur lui afin de lui asséner un coup de couteau. En même temps, l’homme qui l’avait plaqué lui donnait des coups de poings et le troisième se relevait, hésitant entre attaquer la jeune fille ou achever le jeune homme. John lui donna le choix final, attrapant celui qui le frappait pour s’en servir de bouclier entre le couteau et lui. La lame se planta en plein dans son dos, perforant un poumon au passage. Le bouclier humain s’effondra au sol, grognant de douleur, insultant son camarade.

Le Néphil en profita pour se relever et arracher le couteau de la plaie de la victime, le jetant au loin. Le responsable avait eu un moment d’absence, ignorant ce qu’il devait faire.

« - Arrête l’hémorragie ou laisse ton pote crever, t’as pas vraiment le … »


Sa phrase fut interrompue par celui qui hésitait quelques instants auparavant, qui frappa de toute sa rage le jeune homme. John cracha un peu de sang, mais cela n’arrêta pas l’homme dans sa fureur, qui continua de plus belle, ne laissant pas d’occasion à son adversaire de répondre. Il voulut utiliser son pouvoir pour se sortir de cette délicate situation, mais il y avait trop de monde. S’il le faisait, cela commencerait à attirer l’attention sur les contractants et… Non, c’était une mauvaise idée.

Son sauveur ne fut pas vraiment celui qu’il avait imaginé. Pendant qu’il se faisait roué de coup par le gorille, celui qui avait planté son ami vint se joindre au bal, se jetant sur John. Ce dernier avait pu le remarquer entre deux coups, et l’attrapa dans sa course, s’en servant à son tour de bouclier. Il se prit une magnifique droite à l’arrière du crâne, et il n’en fallut pas plus pour le faire tomber à terre, ko. Le Néphil jeta son corps sur son camarade, et quand celui-ci s’en dégagea, il le frappa de toutes ses forces. Un craquement se fit entendre, et l’homme râla de douleur, le nez en sang.


Voir le profil de l'utilisateur

Invité
MessageSujet: Re: [Ruelle Laurier] Tout ça pour une Pomme [Terminé]   Lun 28 Déc 2015 - 15:31

Déguerpir ? Oh la bonne idée ! D'autant plus que cela se gâtait un peu plus à chaque seconde avec ce couteau dans la partie. Mais abandonner là le jeune homme pour l'entendre hurler de souffrance quelques minutes plus tard ? En sang ? Oh non, non, non. Peut-être ce refus était-il stupide, d'autant plus que la demoiselle n'était pas d'une grande utilité ici. Elle avait gâché sa seule arme de fortune et ne possédait aucun talent quelconque pour venir en aide à son allié. Tiens, il crachait du sang désormais. Cela ne devait pas faire du bien, même pas du tout. Est-ce que ça valait bien la peine qu'ils soient deux à y passer, elle en plus de lui ? Si le sacrifice du brun pouvait sauver une vie innocente, alors pourquoi pas. Non, tout cela était contraire à sa morale, à son éthique. Impossible de filer tout en abandonnant l'inconnu à un sort certain. Et puis fuir pour gagner un peu de sursis avant de subir le même sort d'ici quelques jours, quelques semaines ? Le quartier Sud n'était pas bien grand, tout n'était qu'une question de temps.

Des cris lui parvenaient jusqu'aux oreilles. Agonie de la part de qui ? Les brutes ou le maigrichon ? C'était à se demander comment un gamin pouvait se débrouiller aussi bien pour rendre les coups et mieux, les encaisser, sans fléchir. Saskia, elle, se serait écroulée au bout de deux minutes à peine.
La bande avait l'air en sale état. Peut-être était-ce le bon moment pour tirer leurs révérences ? À eux deux. Elle n'allait pas fuir tout en le laissant ici. Peut-être pareille idée lui avait-elle effleuré l'esprit le temps d'un instant mais c'était de l'histoire ancienne désormais.

– Viens, on décampe !

Saskia l'attrapa par le bras pour le forcer à quitter le champ de bataille. Autant filer pour de bon à deux pendant que la horde était en sale état. Entre l'un qui avait un poumon perforé, le marchand assommé, deux autres ayant eu leurs doses de coups,  et le dernier avec un nez explosé, inutile de dire qu'ils avaient eu plus que leur compte. Ils y réfléchiraient à deux fois à l'avenir avant de s'en prendre à Saskia Kochka. Ou au contraire la retrouveraient pour se venger et lui faire subir mille supplices avant de l'achever. Oh non, non, non ! Mieux valait éviter d'y songer, sans quoi elle allait finir par devenir folle.

Retour au point de départ.
Courir. En compagnie de quelqu'un d'autre, cette fois-ci. Son héros, son sauveur, son allié. Un bagarreur, un vrai. En moins bon état qu'à son arrivée mais qui lui avait demandé de s'interposer aussi ? Saskia, toujours d'aussi mauvaise foi lorsqu'il fallait assumer ses responsabilités. Elle n'avait même plus sa pomme pour se consoler et avait faim. Certes un fruit n'allait pas la nourrir mais aurait eu de quoi l'apaiser après pareils tourments. Journée mouvementée, et dire que ce n'était qu'un lundi.

Tournant à l'angle de la rue pour atterrir dans un coin exigu. Plus qu'à espérer que les rescapés, s'il y en avait, ne les avait pas talonnés. La demoiselle se risqua un léger coup d’œil en direction du sens inverse de leur course pour tenter d'apercevoir qui que ce soit. Tout était calme. Trop, peut-être ? Juste la routine pour le quartier Sud.

– Ils vont nous laisser tranquilles, tu crois ?

Cette histoire les concernait tous deux désormais. Plus qu'à espérer que l'idée de se venger ne leur traverserait pas l'esprit. Si tel était le cas, Saskia rechignait à vivre planquée comme un rat dans son trou. Et allez expliquer à Hadence qu'elle avait chipé trois fois rien, une pomme, alors que ce dernier avait de quoi la nourrir suffisamment. L'adrénaline de sa vie dans les rues lui manquait un peu, par nostalgie voilà qu'elle volait des fruits et se retrouvait mêlée à une bagarre !

– T'aurais pas dû t'en mêler. Ils vont te faire la peau s'ils te choppent maintenant.

Saskia ou toujours le mot pour rassurer. Parce qu'un merci était trop demandé, sûrement. Ils n'en étaient pas encore à s'échanger d'aussi agréables politesses. Les remerciements de la brune se méritaient. De là à affirmer qu'elle se débrouillait très bien en solitaire avant l'arrivée miraculée du garçon, il n'y avait qu'un pas.

Messages : 1807
Wishes : 226

avatar
N-Protecteur
MessageSujet: Re: [Ruelle Laurier] Tout ça pour une Pomme [Terminé]   Lun 28 Déc 2015 - 16:23

John se laissa porter par la jeune fille qui tentait de fuir. Après tout, le but de la manœuvre était qu’elle soit saine et sauve, alors qu’il abandonne le combat à son climax ne le dérangeait pas vraiment. Elle semblait savoir où elle allait, ou du moins ne montrait pas de signes d’hésitation ; elle finit par tourner et s’arrêter dans une petite ruelle exiguë. John se demandait si les balourds les avaient suivis, même s’il en doutait. Un de leurs potes s’était fait poignardé, donc il était logique qu’ils restent là-bas pour le soigner. Ou alors ils étaient vraiment stupides.

Enfin, la question maintenant était de savoir ce qu’elle avait fait pour en arriver là : quatre hommes ne s’attaquaient pas à une jeune fille à terre sans raison – du moins, c’était ce qu’espérait John. Les avait-elle volés ? Arnaqués ? Une histoire de famille ? A cette dernière pensée John se crispa. Et s’il venait d’empêcher un événement du même genre de celui de colline ? Même si c’était peu probable, cette perspective l’avait presque fait sourire.

« - Un type s’est fait planté le poumon, je pense qu’ils vont rester là-bas le temps de le soigner. Et t’en fais pas pour moi, ces gars-là me font pas peur ; s’ils tentent de me saigner j’ai des moyens de m’en sortir sans blessure. »

Une fois sa phrase terminée, il se tourna vers la demoiselle, l’air sévère. Elle paraissait jeune, quoique son air, les traces sur les parties dénudées de son corps laissaient comprendre qu’elle avait vécu. Ce n’était pas une bourge du nord qui voulait se sentir un peu, faire des folies ; non, cette fille venait d’ici, et elle semblait être tout à fait capable de s’attirer des ennuis conséquents.

« - Pourquoi ces types ont essayé de te massacrer ? »

Il ne comptait pas y aller par quatre chemins, et ne partirait pas sans réponse de l’inconnue. Il ne comptait pas jouer le gentil sauveur, fraternel et compréhensif : s’il l’avait aidée, c’était aussi pour ne plus avoir à le faire. Même s’il savait qu’elle ne l’écouterait probablement pas – il ne la connaissait pas, mais avait eu son âge, avec une vie qui ne valait pas plus-, elle l’entendrait au moins.
Enfin, quoiqu’il dise, s’il la retrouvait dans la même situation à l’avenir, il l’aiderait à nouveau. John est quelqu’un de gentil, réellement, mais ne voulait plus passer pour le jeune garçon niais et un peu imbécile que tous avaient vu en lui ces derniers mois. Maintenant qu’il avait la capacité de faire changer les choses, il se devait d’être adulte ; et cela allait commencer par tenter de remettre sur une sorte de chemin moins boueux ceux qui s’étaient égarés…

Tout en attendant la réponse de la jeune fille, il ouvrit son sac et en sortie ce qui ressemblait à un mouchoir. Il le mouilla un peu avec une bouteille qui traînait dans le fond de ce même bagage, et se l'appliqua sur la visage. Une fois les quelques traces de sang effacées, il rangea le tout et se tourna à nouveau vers la victime.
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
MessageSujet: Re: [Ruelle Laurier] Tout ça pour une Pomme [Terminé]   Lun 28 Déc 2015 - 17:12

Sur quel type d'hurluberlu était-elle tombée ? Le genre à venir au secours de la veuve et l'orphelin à la moindre occasion ? Cela l'arrangeait aujourd'hui à vrai dire, inutile de se plaindre de ce côté-là. Et que voulait-il dire par des moyens de s'en sortir sans blessures ? Des tours de magie en réserve en plus de sa grande capacité à savoir casser la gueule à autrui ? Tant mieux pour lui. Peut-être cela lui serait-il grandement utile en temps et en heure. Dommage que sa curiosité arrivait au galop, sûrement aussi vite qu'eux précédemment. Allait-il la juger suite à ses actes ? Rien de bien morale de ce côté-là. Le vol, l'emprunt. Comment allait-il prendre la chose ? La lâcher de suite à ceux qu'elle avait dépouillés pour son propre bien ? Se prendre autant de coups en vain, ce serait vraiment stupide. Mais mieux valait se méfier avec la nature humaine, impossible de prévoir leurs moindres faits et gestes à l'avance, tout comme à aucun moment Saskia n'avait songé qu'un héros tombé du ciel ne viendrait lui apporter son aide.

– J'ai volé une pomme. J'ai même pas pu la manger, t'as bien vu, si c'est pas une punition suffisante, ça, je sais pas ce que c'est !

Son crime n'était pas totalement avoué. Du moins l'était-il complet en ce qui concernait le marchand. Elle avait volé une pomme et des centaines de pommes aussi en une année, et d'autres denrées qui, elles, avaient été consommées pour le bien de sa survie. Elle guetta sa réaction face à pareil aveu. Il fallait être honnête, elle n'était pas sûre d'avoir affaire à un crétin fini comme ceux qui l'avaient pourchassée. Sûrement ne se contenterait-il pas que de ça. La vérité, la vérité vraie, en piste Saskia !

– Et pleins d'autres pommes au marchand à chacune de mes visites. Et pas que des pommes aussi, tu te doutes bien que y a les poneys pour s'en contenter !

Et quand on regardait Saskia, on se rendait vite compte qu'elle n'avait aucune ressemblance avec le monde équidé. Pas même une queue de cheval pour lui donner tort. Rien de rien. Juste une humaine, une simple bipède brune sachant courir vite, du moins quand il le fallait. C'était là son seul talent, son unique fait d'arme à glorifier à ce jour. Et encore. Il arrivait qu'elle soit vite essoufflée, sûrement fumer un joint par-ci, un joint par-là n'était pas la meilleure idée qui soit pour préserver son souffle.

Maintenant, c'était le moment d'avouer le reste. L'inconnu allait pouvoir comprendre la rancune du marchand mais toujours pas celle de la bande à son grand complet. Après tout, c'était un moyen de survivre comme un autre que d'emprunter de l'argent. Il n'y avait aucun mal à ça. Sauf peut-être le fait que la notion d'emprunt pour Saskia était assez éloignée des sentiers communs, empruntant sans jamais rendre en retour. Etait-ce sa faute si elle ne pouvait pas se permettre pareille chose ?

– Puis pour les chiens galeux qui nous lâchaient pas, je leur ai emprunté un peu d'argent. C'est tout.

Un peu. Une petit filon multiplié par ses nombreuses récidives. Bien sûr, elle n'avait jamais rien remboursé. Le brun allait-il la forcer à rendre sou pour sou ce qu'elle devait aux quatre brutes ? Elle en était incapable.

– Tu comprends, dis ? Je veux dire ; tu vas pas me dénoncer, m'amener chez les flics ou je sais pas quoi encore ?

Saskia sur la défensive. La solidarité ne primait pas toujours au quartier Sud, les alliances étaient la base même de toute survie. La Russe, elle, avait réussi à s'en sortir sans entrer dans aucun gang, juste en comptant sur elle-même et le fric qu'elle taxait aux autres. Elle avait mené une vie rude mais loin des guerres entre bandes. Elle n'aurait pas fait long feu au sein d'un gang quelconque, tout juste bonne à servir de chair à canon en première ligne.

Messages : 1807
Wishes : 226

avatar
N-Protecteur
MessageSujet: Re: [Ruelle Laurier] Tout ça pour une Pomme [Terminé]   Lun 28 Déc 2015 - 17:57

Au premier abord, John n’avait pas spécialement remarqué l’accent particulier de jeune fille, mais maintenant il était fixé : elle semblait venir de Russie, quoique son anglais était fluide. Enfin, ce n’était pas l’important pour le moment ; elle s’était décidée à raconter en partie la vérité au jeune homme.

Elle avait donc volé, et s’était attirée des ennuis à cause de dettes non remboursées… Et quand elle en vint à demander à John de ne pas la dénoncer, il ne put se retenir de rire. Comme s’il allait l’envoyer au trou maintenant, alors qu’il venait de prendre des coups pour la sortir des griffes d’un groupe de barbares. Enfin, il n’allait pas la blâmer. La mentalité du sud n’était pas très belle, il devait bien l’avouer, et la trahison, les agressions, les dénonciations par pur intérêt étaient monnaie courante. Il savait aussi que s’il tentait de la rassurer, cela en deviendrait presque suspect ; les agresseurs tentent toujours de détendre leur cible avant de s’y attaquer. Alors, une fois qu’il parvenu à calmer sa quinte de rire, il recula un peu pour signifier à la fille qu’il ne s’intéressait pas particulièrement à elle.

« - Je suis même pas sûr que leur fric soit propre, donc à quoi bon te dénoncer. Fais gaffe à toi jeune fille, je serai peut-être pas là pour te sortir de tes emmerdes la prochaine fois… Donc soit tu te calmes sur tes petites affaires quelques temps… Soit tu deviens meilleure, ha ha ! Et je sais de quoi je parle, crois-moi. »


Il n’avait rien à perdre à dire à cette inconnue que lui aussi était voleur, car il pouvait s’enfuir sans encombre. Il se disait qu’il devait partir maintenant, laissant cette adolescente se débrouiller seule désormais, étant donné qu’elle n’avait plus personne à ses trousses. Mais il ne pouvait s’y résoudre, quelque chose lui disait de ne pas le faire. Elle lui avait peut-être caché des choses, et peut-être y avait-il d’autres gens hostiles qui l’attendaient sur la route la séparant de chez elle.
John secoua la tête, puis se décida à faire une proposition à l’inconnue.

« - Si tu veux, je peux te raccompagner jusqu’à chez toi, au cas où d’autres abrutis te tombent dessus. Tu me paieras une pomme si on se recroise à l’avenir, ce sera ta façon de me remercier. Et j’ai bien dit paieras. »


Surtout qu’elle ne l’avait pas remercié du tout de l’avoir sauvé. Et même si John n’était pas quelqu’un de très demandeur dans le domaine, il ne voulait pas laisser la voleuse partir sans contrepartie ; et acheter une pomme n’était pas si terrible. Il était bien conscient qu’elle ne devait pas avoir beaucoup d’argent si elle était réduite à voler pour manger, mais cela servirait de punition. Il savait ce qu’était la pauvreté, et obtenir un dollar n’était pas si difficile.

En même temps, John pensait au reste de sa tournée. Cela avait fait un sacré contretemps, et il ne se voyait pas continuer à distribuer vivres et habits à des gens avec sa face blessées. Surtout que si les loubards le suivaient et voyaient certaines personnes qu’il aidait, peut-être seraient-il tentés de les agresser à leur tour, comme pour se venger.
Donc il lui restait 300$. Restait à voir ce qu’il comptait en faire ce soir.


Voir le profil de l'utilisateur

Invité
MessageSujet: Re: [Ruelle Laurier] Tout ça pour une Pomme [Terminé]   Lun 28 Déc 2015 - 18:30

Qu'est-ce qui était donc si drôle ? La demoiselle resta incrédule face au soudain fou rire du garçon. Avait-elle dit quelque chose de si hilarant que cela ? Avait-ce à voir avec les vols ou les emprunts ? Ce garçon était décidément un bien étrange et curieux personnage. La Russe aurait bien aimé rire avec lui mais sans savoir de quoi, cela allait être légèrement difficile. Elle attendit que ses éclats se terminent enfin pour l'entendre ouvrir la bouche et lui glisser quelques mots bienveillants et presque énigmatiques le concernant. Avait-il lui aussi vécu une vie similaire à la sienne, de fuite en fuite, de vol en vol ? Pourtant, à le voir ainsi, il faisait presque tâche parmi le décor du quartier Sud. Du moins c'était sans compter sur ses récentes blessures. Bravo Saskia. Encore un qui avait pris des coups à sa place. Apprendrait-elle un jour à se battre pour éviter que ce scénario ne cesse de se répéter ? Pour le moment, cela ne semblait pas la priorité.

– Saskia. La jeune fille, elle s'appelle Saskia, lui fit-elle avec un sourire car mieux valait passer aux présentations après avoir autant couru en compagnie d'un parfait inconnu, ça sera de l'histoire ancienne, t'en fais pas, plus de vagues pendant un moment, c'est pas comme si j'en avais vraiment besoin.

Désormais, elle vivait chez Hadence. Le vol aurait dû être de l'histoire ancienne, pourtant aujourd'hui elle s'était laissée tenter par le challenge, un défi qu'elle avait échoué lamentablement. Si seulement le groupe de brutes ne s'en était pas mené, nul doute qu'elle aurait réussi son coup. Un jeu d'enfant pour quelqu'un de sa trempe. La solidarité était une notion abstraite du quartier Sud, certains l'appliquaient alors que d'autres n'hésitaient pas à la piétiner de toutes leurs forces. Une pomme, quoi de plus simple à voler ?

– Des pommes, il en tombe de tous les pommiers, c'est pas le remerciement le plus cher qui m'ait été donné de devoir faire ! s'exclama-t-elle avec un clin d’œil, le chemin du retour, je le connais, l'est pas bien compliqué, te donne pas cette peine.

Autant qu'il continue de vaquer à ses occupations. D'ailleurs, que pouvait-il bien faire ou devoir faire avant de venir l'aider ? Cela ne la regardait pas et ne l'intéressait qu'à grand peine. Chacun sa vie. Tous étaient différents à Palema.

– Je suis pas pressée. Tu vas retourner dans l'Est, toi ?

Elle ignorait s'il venait de là-bas mais à la vue de ses fringues, il semblait loin de la condition malheureuse du Sud. Peut-être se trompait-elle, difficile d'être sûr de quoi que ce soit. Tous les habitants du quartier Sud de Palema ne ressemblaient pas à des clochards dégageant une odeur de miasme et tous les habitants du quartier de l'Est n'étaient pas des types sans histoires. La preuve, quelqu'un de l'Est aurait sûrement décampé et ne s'en serait pas mêlé. Encore des préjugés qu'il serait bon de faire taire.

Messages : 1807
Wishes : 226

avatar
N-Protecteur
MessageSujet: Re: [Ruelle Laurier] Tout ça pour une Pomme [Terminé]   Lun 28 Déc 2015 - 22:26

Alors elle s’appelait Saskia. Et elle n’avait pas l’air d’avoir envie de repartir de sitôt, comme si elle voulait discuter un peu ; et John n’y voyait pas d’objection. Il n’était pas vraiment pressé, surtout qu’il n’avait pas prévu de vol cette nuit. En fait, c’était censé être une journée de repos, enfin qui n’avait pas tourné comme prévu – mais il n’allait pas en tenir rigueur à Saskia. Quand elle évoqua sa possible habitation dans l’Est, il esquissa un sourire. Il est vrai que depuis l’événement chez son père, il avait repris sa vieille habitude de s’habiller correctement. Ainsi, on pouvait se méprendre sur sa provenance : même s’il était habillé de façon trop basique pour un aisé du nord – quelques tâches étaient tout de même visibles sur ses habits-, le faire passer pour un étudiant lambda était tout à fait envisageable.

« - Comme tu veux. Moi c’est John, et j’habite pas du tout à l’est, ha ha … Je suis d’ici, comme toi. Juste que ces derniers temps j’aime bien mettre des vêtements pas trop troués, vieux réflexe. »

Et il grimaça. Il devait avouer que cette pratique commençait à lui revenir chère, étant donné que les ombres ne restaient pas de marbre face à lui, griffant ses habits sans vergogne. Mais ça, il ne pouvait pas le dire à cette jeune fille. Si elle était contractante, elle ne serait sûrement pas étalée comme elle l’avait fait ; alors il valait mieux garder le secret sur ses escapades extraordinaires.


« - Tu as un p’tit boulot ? Un moyen de te faire de l’argent, disons, plus légalement ? »



Même si elle répondait par la négative, ce n’était pas comme s’il pouvait arranger la situation ; mais au moins il s’intéressait à elle. Il se demandait s’il devait donner une partie de l’argent qui lui restait à cette jeune fille. Peut-être qu’en l’écoutant plus il se déciderait, il était encore trop tôt pour juger. Au vu de ses habits, de sa façon d’être, John était de plus en plus certain qu’elle n’était pas nouvelle par là. Que ce soit dans un pays slave, ou dans ce quartier, elle semblait vivre dans la pauvreté depuis longtemps ; et si elle disait pouvoir s’éloigner un certain temps du vol, c’est qu’elle avait un plan B. Un pigeon ? Une famille ? Un mari ? Un pactole ? Même, un employeur ? Beaucoup d’hypothèses s’offraient aux yeux de John, et comme à toutes les questions qu’il s’était posé précédemment, il n’avait pas encore la réponse.


Voir le profil de l'utilisateur

Invité
MessageSujet: Re: [Ruelle Laurier] Tout ça pour une Pomme [Terminé]   Mer 30 Déc 2015 - 20:44

Oui elle s'appelait Saskia et s'appelle toujours Saskia à l'ordre du jour. Et traiter Hadence de pigeon, c'est mal. Et un mari à seize ans, et puis quoi encore ? C'est l'autre narrateur, le pigeon, oui ! Oups. Pas bien narration, vite reprendre le fil de l'histoire avant de se faire taper sur les doigts ! Ouch ! Trop tard.

Non, la demoiselle n'était pas d'ici, pas vraiment. Elle vivait dans le quartier Sud à Palema alors qu'elle avait passé son enfance en Russie. Donc non, ce fameux John n'était pas comme elle au niveau de l'origine. Et puis merde, John, c'est quoi ce prénom cliché d'anglophone ? Un peu comme Igor, Olga ou Vladimir en Russie, m'voyez. Et chiotte, la narration.
Vrai que les fringues du garçon étaient en meilleur état que celles de la Moscovite. Ce qui était d'autant plus stupide de la part de Saskia que d'avoir remis ses vieilles frusques sachant qu'elle en possédait des nouvelles désormais. Mais elle y était attachée, il lui semblait percevoir encore un peu de Saint-Pétersbourg en ses habits actuels, peu importait le nombre de trous permettant à l'air de s'y engouffrer.

– Je vis dans le quartier Sud mais c'est pas pour autant que j'ai grandi ici, John.

Comme si elle n'était pas grillée avec son satané accent et ses phrases désespérément simples. Avoir un débat philosophique avec Saskia en anglais ? Même pas en rêve. Faire de même en russe serait compliqué sachant que les personnes parlant cette langue dans ses connaissances à Palema se comptaient sur les doigts d'une main. Et encore.

Un boulot ? Saskia se demandait qui souhaiterait bien engager quelqu'un comme elle. Les seuls boulots disponibles dans le sud étaient éloignés de toute légalité. Et dans les autres quartiers, nul doute que la méfiance habitait les populations. Pourtant, désormais, si elle le souhaitait, Saskia pouvait se fondre dans la masse. Du moins si l'on oubliait son accent prononcé et son anglais parfois à la syntaxe massacrée.

– J'ai pas de boulot, non, mais t'en fais pas pour moi, ça va aller maintenant. Mais si je pouvais, ce que j'aimerais bien, ben c'est reprendre les cours. Ça fait deux ans que j'ai pas mis les pieds dans une école, c'est long, deux ans.

Depuis que Saskia avait fui Moscou, ses études avaient été délaissées. Complètement. La brune n'avait jamais trop réfléchi à son avenir professionnel, incertain depuis qu'elle avait quitté les voies classiques de la scolarité. Mais se remettre dans le bain de l'école n'était qu'un doux rêve, un de plus. Inutile de se voiler la face. Sa maîtrise de l'anglais était incomplète, autant s'en sortait-elle à l'oral mais inutile d'espérer quoi que ce soit de sa part à l'écrit, de même pour lire l'alphabet latin de l'anglais. Elle n'avait en tête que le cyrillique et quelques bases d'anglais pour l'écrit, bases héritées du temps où elle allait au collège.

– Je pensais pas dire ça un jour, c'est con, mais ça me manque d'apprendre.

Parce que qui disait école disait vie stable, chose à laquelle elle n'avait pu prétendre ces derniers temps. Ces deux dernières années. Peut-être maintenant pourrit-elle faire quelque chose pour aller dans ce sens ? Même lire lui manquait. Les romans écrits en russe n'étaient pas des plus courants à Palema.

Messages : 1807
Wishes : 226

avatar
N-Protecteur
MessageSujet: Re: [Ruelle Laurier] Tout ça pour une Pomme [Terminé]   Jeu 31 Déc 2015 - 3:10

Quand John parlait de venir d’ici, il sous-entendait d’avoir grandi dans la misère ; mais ce n’était pas vraiment l’heure de revenir là-dessus. Surtout qu’en réalité il avait passé ses dix premières années dans la richesse et l’opulence, loin de la crasse et la misère de ce quartier. Alors il ne pouvait pas s’assurer des origines de Saskia : une jeune russe sans abris expatriée par miracle ? Une bourgeoise slave qui a fui son pays ? Le jeune homme se posait trop de questions – finalement il était peu probable qu’il croise à nouveau cette fille.

Son regard sévère s’était transformé en compassion au fil des mots de la russe. Elle voulait apprendre, quitter cette misère. Avoir un futur, s’élever dans l’échelle sociale ; même, tout simplement, grandir. Si seulement lui, cinq années auparavant, avait eu le courage, l’envie de rester au lycée. Simplement, s’il n’avait pas été aussi ingrat, tumultueux, bagarreur … Alors il ne serait pas là ce soir. Comme il l’avait déjà dit à Leeroy, John savait très bien qu’il était un déchet de la société – certes, une ordure qui luttait pour améliorer le monde, mais un raté quand même. Maintenant, il avait envie d’aider cette Saskia, de la pousser à faire ce qu’elle était en train de dire.
En fait, il allait peut-être la revoir. Il ne connaissait pas les bonnes personnes pour cela, mais il était toujours possible de trouver ; il allait permettre à cette jeune fille de retourner à l’école. Il ne savait même pas si elle était clandestine ou simplement éprise d’une flemme magnifique, mais cela importait peu : il lui apporterait son aide.

« - Tu ne peux pas imaginer à quelle point tu as raison. Et combien je regrette de ne pas avoir dit ça à ton âge. Je n’y suis pas retourné, et voilà où j’en suis maintenant : un type dont même l’existence est illégale. Enfin, je m’égare. En fait, je veux t’aider… Si tu ne vas plus en cours, c’est pour quelle raison ? Quelle qu’elle soit, je suis prêt à faire en sorte de régler le souci. »


Réfléchissant à ce qu’il venait de dire, il se rendait bien compte que c’était suspect. Qu’un type cinq ans plus âgé qu’une adolescente lui propose de se plier en quatre pour améliorer son futur était étrange ; et qu’elle s’imagine qu’il voulait plus qu’une simple pomme était envisageable. Et même s’il était honnête et n’espérait aucune contrepartie, il lui fallait le montrer.

« - Et je t’assure, c’est pas un plan à deux balles pour coucher avec toi. J’ai pas envie de m’enfoncer encore plus dans l’illégal, vois ça comme un homme qui tente de réaliser ce qu’il a foiré, rien de plus. »


Ce n’était peut-être pas très convaincant, mais c’était déjà un début. La confiance était loin de régner entre ces deux étrangers qui venaient de se rencontrer, et les paroles ne pesaient pas encore beaucoup.
Pour se donner un peu de consistance et ne pas rester les bras ballants devant la russe, John remit son sac sur son dos, vérifiant qu’il était bien fermé. Il en profita, au passage, pour tendre l’oreille afin de vérifier que personne ne les cherchait au loin ; heureusement, ce n’était pas le cas. Ils étaient encore à l’abris pour un moment dans cette ruelle, loin de tout danger.
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
MessageSujet: Re: [Ruelle Laurier] Tout ça pour une Pomme [Terminé]   Mar 5 Jan 2016 - 21:34

Saskia éclata de rire face aux derniers propos de John. Réaction quelque peu disproportionnée peut-être mais en vérité, ce type de parole est l'archétype même de ce qu'aurait pu dire quelqu'un souhaitant coucher avec elle pour lui faire croire le contraire. Mais là n'était pas l'important. Non, le principal résidait dans l'aide que souhaitait lui apporter John. Que cela soit intéressé ou non, peu lui importait si quelqu'un pouvait lui donner un coup de main. S'il n'y avait pas de contre-parties, cela avait tout pour lui plaire.

Tortillant ses mains dans tous les sens, elle réfléchissait à quoi dire. Autant aller à l'essentiel sans s'encombrer de détails. À vrai dire, elle penserait au superflu plus tard. À ce jour, seule comptait la raison l'ayant empêché de continuer les études. Choix délibéré de prime qui s'était poursuivi une fois qu'elle avait débarqué ici, à Palema. Si au moins elle était restée à Saint-Pétersbourg à défaut d'avoir fui Moscou, elle aurait eu une chance d'avoir un retour à la raison dans son pays natal. Mais rien de tout ça. Il fallait que la sainte lucidité lui vienne maintenant qu'elle avait touché le fond, ici, aux Etats-Unis.

– Tu crois vraiment que je suis Américaine ? Les papiers pour séjourner dans ton pays, je les ai pas. Ça aide pas pour être scolarisé.

Entre autre. Sans oublier qu'une fois arrivée ici, les études n'étaient pas sa priorité. Non, Saskia s'était débrouillée pour vivre faute de mieux. Cela avait commencé en errant de squat en squat tout en volant ce qu'il fallait pour se nourrir à droite ou à gauche. Heureusement qu'Howard l'avait prise sous son aile à peine débarquée pour l'aider du mieux qu'il pouvait mais la situation du blondinet n'était pas bien meilleure que la sienne, bien que lui possédait la nationalité américaine et tous les papiers qui allaient avec.

– Puis je crois pas qu'alterner entre une vie dans les rues et l'école soit vraiment possible.

Bien sûr, tout cela était de l'histoire ancienne. Désormais, elle vivait chez Hadence et avait un toit. Mais pour combien de temps encore ? La Russe, elle, espérait juste pouvoir trouver un moyen pour avoir auprès d'elle son petit frère. Rien d'autre.

– Et l'anglais, je maîtrise pas trop.  Enfin l'a bien fallu que je m'y mette avec les bases que j'avais mais l'écrire ? Ou le lire ? Même pas en rêve, l'alphabet m'est vraiment compliqué ! J'y ai pas touché depuis que j'apprenais l'anglais à Moscou, ça fait loin.

Depuis les premières années de collège. Si seulement Saskia n'avait pas déserté tout système scolaire à quatorze ans, elle aurait pu connaître les joies du lycée. Mais rien de tout cela pour elle, juste la tristesse et l'ardeur des rues.
Quelle idée que le cyrillique ne soit pas l'alphabet universel ! En plus d'avoir dû renier sa langue d'origine au profit de l'anglais pour se faire comprendre ici, elle se devait de laisser le cyrillique dans un coin secret de son crâne. Malheureusement, ce type de savoir inné ne lui était pas bien utile ici. Il y avait bien trop peu de Russes à Palema. À quand l'occasion de pouvoir parler à nouveau dans sa langue natale ? Certainement pas avec John. Si seulement Palema pouvait s'adapter à elle plutôt que l'inverse. Malheureusement, il n'y avait que dans les fictions que ce type de souhait se réaliser.

Messages : 1807
Wishes : 226

avatar
N-Protecteur
MessageSujet: Re: [Ruelle Laurier] Tout ça pour une Pomme [Terminé]   Mar 5 Jan 2016 - 22:38

Une histoire de papiers, et de logements. Le problème classique des jeunes non scolarisés du quartier, pour la plupart des immigrés en quête d’une vie meilleure ; et probablement déçus de ce qu’ils avaient trouvé. John pouvait proposer à la jeune fille de faux papiers, mais lui trouver un logement serait un peu trop étrange pour une première rencontre. Et puis, la ramener chez lui alors qu’il venait de lui dire de ne pas se faire de fausses idées sur ses intentions serait vraiment déplacé… Même s’il ne dormait presque plus et qu’il pourrait se contenter de passer ne serait-ce que quelques heures chez lui par jour, laissant l’appartement le reste du temps à la jeune fille.
Sauf qu’il était conscient qu’il s’emballait un peu trop, et que c’était une mauvaise idée de promettre la Lune à une jeune femme dont il ne connaissait rien et qui pouvait très bien lui mentir. Enfin, ce n’était pas comme s’il avait des choses de valeur chez lui.

« - Si tu veux des faux papiers, je sais comment en avoir. Et si tu en veux des vrais, pourquoi tu n’irais pas voir pour obtenir la nationalité ? Je suis prêt à te payer le coût si tu n’as pas le choix… »


Non, il ne devait pas parler de son appartement pour le moment. Il fallait déjà voir si elle avait la volonté d’avancer, de passer outres les obstacles. Si finalement elle avait envie de rester moisir ici, cela ne servirait à rien de tout lui apporter sur un plateau ; John ne connaissait pas son passé, ni les épreuves qu’elle avait pu endurer, mais il n’allait pas la guider sans qu’elle ne fasse d’efforts.

En revanche, John ne lui serait que d’une aide très limitées pour rattraper son niveau en anglais, étant donné que le jeune homme avait arrêté ses cours tôt lui aussi, et n’avait pas été très assidu dans le peu d’années qu’il avait suivi.

« - Par contre j’pourrai pas être ton prof’ particulier en langue, j’suis pas resté en cours très longtemps non plus… Sinon je serais pas là. »

Sa vie n’avait jamais été facile, et probablement que décrocher un diplôme lui aurait permis d’avoir une situation stable ; mais il n’aurait jamais pu tenter de faire bouger les choses si cela avait été le cas. Un mal pour bien ? Il ne pouvait pas être aussi catégorique non plus, ses actes n’ayant finalement rien apporté à la société pour le moment. Pourtant, il gardait espoir qu’un jour il ferait avancer les choses, d’une manière ou d’une autre.
Néanmoins, il se demandait toujours ce qu’elle faisait de sa vie pour subvenir à ses besoins. Il ne l’avait jamais vu auparavant et cela l’étonnait ; elle avait donc un logement, du moins temporairement. Et si elle pouvait éviter de voler quelques temps, c’était qu’elle avait un petit revenu… Enfin, il ne lui poserait pas la question aujourd’hui. Déjà, il fallait voir ce qu’elle souhaitait réellement, et après seulement John aviserait.


Voir le profil de l'utilisateur

Invité
MessageSujet: Re: [Ruelle Laurier] Tout ça pour une Pomme [Terminé]   Mer 6 Jan 2016 - 19:14

À croire que pour une fois, Saskia était tombée sur un type bien. Peut-être les rudes épreuves étaient-elles derrière elle et pourrait-elle enfin profiter un peu de la vie ? Maintenant qu'elle vivait chez Hadence, si en plus elle pouvait obtenir des papiers, ne manquerait plus qu'Avdeï à ses côtés pour que son bonheur soit total. Même si en vérité, avec ou sans papiers, scolarisée ou non, vivant dans un squat ou ailleurs, peu lui importait tant que son petit frère était à ses côtés. Mais ça, c'était une autre histoire. Elle allait finir par croire que se trouver une situation stable à Palema serait bien plus simple que de juste avoir son cadet auprès d'elle. Mais inutile de se torturer davantage l'esprit. La conclusion n'en demeurait pas moins que John était une chouette personne, lui qui prétendait avoir mis un pied du côté de l'illégalité. La Russe ne comprenait pas bien ce qu'il avait voulu dire par là mais ne lui avait guère demandé davantage de détails. Après tout, ce genre de précisions ne l'intéressait que très peu, le garçon n'en restait pas moins un inconnu à ses yeux. Un inconnu l'ayant sorti d'un mauvais pas et se proposant de lui filer un nouveau coup de main, non négligeable.

– Si tu connais des gens qui font ça bien, va pour des faux papiers. Pour être totalement en règle ici, j'y réfléchirai. Mais j'ai pas envie de perdre ma nationalité Russe en obtenant celle de ce pays, tu vois ?

Ses origines comptaient beaucoup pour la brune et cette dernière ignorait si la double-nationalité était permise entre ces deux pays. L'administratif officiel n'était pas la priorité pour l'immédiat. Des papiers, d'abord, ce serait déjà pas si mal. Du moins si John disait vrai. Elle accordait du crédit à la moindre de ses paroles, trop naïve qu'elle était. Mieux valait rester sur ses gardes malgré tout.

En quoi avoir quitté les bancs de l'école empêchait-il le jeune homme de l'aider à perfectionner son anglais ? N'était-ce pas la langue qu'ils parlaient en ce moment même tous les deux ? À moins que l'individu ne jugeait préférable que la demoiselle suive des cours dispensés par un Russe parlant tout aussi bien la langue natale de la junkie et l'anglais, sa langue adoptive depuis un an déjà ? Ce n'était pas plus mal. Difficile de trouver quiconque capable de lui enseigner parfaitement l'anglais si l'autre en question ne parlait pas Russe.

– Il est trop tard pour que tu te remettes dans le bain de l'école toi aussi ? J'y connais rien dans votre système scolaire mais doit bien y avoir un moyen pour que tu puisses reprendre les études ?


Quel âge avait donc John ? Il semblait plus âgé qu'elle. Mais de beaucoup ? Difficile à dire exactement. L'âge et la forme qu'il prenait sur chacun des êtres vivants était parfois trompeur. Saskia, elle-même, aimait se faire passer pour plus âgée qu'elle ne l'était, de quelques années parfois, pour se faciliter un peu la vie. Mais la brune ignorait depuis quand le garçon avait quitté les voies de l'école. Si elle avait déserté depuis deux ans, peut-être n'en était-il pas de même pour lui.

– On a qu'à se dire que si je me remets à l'école, toi aussi tu t'y remettras ? Je sais pas trop où tu serais si tu avais suivi tes études, même toi tu le sais pas, mais il doit bien y avoir un moyen pour que tu rattrapes le temps perdu ?


Parce que oui, ce serait trop triste si John était condamné à ne jamais reprendre ses études pour seulement voler au secours des demoiselles en détresse. D'une tristesse sans nom. Peut-être existait-il des cours du soir si le retard du garçon était trop important ? Tout cela, elle n'y connaissait rien mais lui avait l'air suffisamment renseigné sur divers sujets pour réussir à trouver les réponses à ses problèmes tout seul. À partir du moment où l'on savait se procurer de faux papiers, connaître la méthode pour reprendre le chemin de l'école devait être un jeu d'enfant.

Messages : 1807
Wishes : 226

avatar
N-Protecteur
MessageSujet: Re: [Ruelle Laurier] Tout ça pour une Pomme [Terminé]   Mer 6 Jan 2016 - 22:47

John n’y connaissait pas grand-chose en papiers administratifs, et n’avait vraiment aucune idée du devenir de la nationalité russe de Saskia. Enfin, au moins elle était d’accord pour de faux papiers, c’était déjà cela – il allait pouvoir les lui payer. Quant à lui prêter son appartement ou autre chose du genre, il laissait cette idée de côté pour le moment. Néanmoins, il se demandait ce qu’il adviendrait de cette jeune fille si jamais elle se faisait attraper avec ses faux papiers et qu’une personne se rendait compte de la supercherie. Il ne faudrait pas qu’elle hésite à balancer John, mais le ferait-elle ? Elle avait l’air gentille, mais si c’était souvent une façade à la fourberie des gens.

« - Ah, ça, je sais pas comment ça marche. Mais va pour les faux papiers, me faudra une photo de toi récente, ton nom et de quoi remplir les autres cases en fait. »

Quand elle commença à évoquer le possible retour en cours de John, il fut très étonné. Même Leeroy n’avait pas vraiment évoqué l’idée alors qu’il était celui qui veillait le plus sur le Nephil ; et voilà qu’une inconnue tentait de faire une sorte de marché pour qu’il s’en sorte mieux lui aussi. Finalement, elle était peut-être réellement gentille, cela pouvait ne pas être une couverture. Il sourit face à cette bonté, réfléchissant à cette proposition. Il avait trop de lacunes pour s’inscrire au lycée maintenant – surtout qu’il n’y irait pas la journée, mais peut-être y avait-il des solutions tierces de rattrapages ? Et puis, avait-il le niveau pour rejoindre la moindre école ? C’était à réfléchir, il lui faudrait déjà rattraper un niveau scolaire décent, supérieur à celui qu’il avait en arrêtant l’école. De ce côté-ci, ça ne devrait pas être très difficile ; en soit, les connaissances du niveau de collège sont très abordables pour un adulte.
En fait, l’autre souci serait qu’une fois son diplôme en poche, il devrait arrêter ses activités nocturnes – ou les ralentir ? Peut-être que pour une fois il choisirait le chemin de la raison.

« - Ah… Je ne sais pas vraiment si c’est possible, j’ai arrêté à 14 ans les cours, et j’en ai 21 maintenant. Mais je vais me renseigner, va pour le pari, ha ha ! »


S’il pouvait la motiver à aller en cours, ce ne serait que bénéfique ; et puis, prendre quelques cours particuliers pour, au pire, faire semblant, de dérangerait pas vraiment John. Il souriait en regardant la jeune femme, heureux d’avoir fait une bonne action ce jour.

« - Par contre, gare à toi si je te vois sécher tes cours ! »

Il n’avait pas été très convaincant. Il faut dire, John n’était jamais très convaincant quand il essayait de menacer les gens ; et cette fois n’avait pas dérogée à la règle. C’était tout de même étrange cette situation, comme si deux naïfs parlaient entre eux, convaincus tous deux que l’autre ne disait que la vérité absolue, sans mensonge possible. Une drôle de scène en vraie, mais qui n’était pas si loin de la vérité…

« - Dis-moi, comment tu survis dans la rue ? Tu as une combine ? »

Maintenant qu’il avait convenu de faire une affaire ensemble, John voulait en savoir plus sur elle, pour ne pas avoir de surprise le moment venu. Et puis, il était curieux aussi, il voulait connaître le mystère derrière cette jeune fille.
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
MessageSujet: Re: [Ruelle Laurier] Tout ça pour une Pomme [Terminé]   Jeu 7 Jan 2016 - 19:36

À croire qu'obtenir de faux papiers était à la portée de tous. Du moins de celle de John. Il ne lui demandait rien de bien compliqué, était-ce vraiment aussi simple ? N'était-ce qu'une question de chance, tomber sur la bonne personne au bon moment ? Si tel était le cas, elle pouvait de suite aller remercier ceux qui l'avaient prise en chasse. Sans eux, rien de tout cela ne serait jamais arrivé, du moins cette rencontre tombée du ciel. Et merci à cette pomme qu'elle avait sacrifiée vainement. Devait-elle faire vœu de toujours manger au moins une pomme quotidiennement pour honorer ce si charmant fruit ? Elle y réfléchirait sérieusement plus tard. Mais seulement des pommes vertes, hein ? Les rouges sont trop sucrées et les jaunes insipides. Du moins aux goûts de la narratrice.

– Ça serait pas plus simple si je t'accompagnais pour me les faire faire ? C'est que si j'en avais besoin pour quelqu'un d'autre, j'aimerais me débrouiller toute seule plus tard.

Bien sûr, la Russe pensait grandement à son petit frère avec sa demande. Si lui la rejoignait, il se retrouverait dans la même situation que son aînée. Et elle souhaitait le meilleur pour lui. Elle avait pu lui trouver un toit provisoire chez Hadence, peut-être des papiers une fois que tout cela serait réglé. Ne manquait plus qu'Avdeï lui-même et tout serait pour le mieux. Les yeux de la brune pétillaient rien qu'à songer à un retour possible de son cadet prochainement. Un espoir fou peut-être mais elle souhaitait y croire désormais. Le cauchemar prenait tendrement fin. Bientôt, elle pourrait souffler et profiter pleinement de la vie. Plus rien ne l'en empêcherait.

– Moi aussi j'ai arrêté à 14 ans mais moi j'ai pas 21 ans... Tu les fais pas.

Attention, si par là Saskia sous-entendait que la vingtaine était synonyme de vieillesse, c'est que la narratrice risque de se fâcher ! Se faire traiter de vieille par son propre personnage. Pfft. Ah oui pardon reprendre le fil de l'histoire. Bla bla bla. C'était juste pour tester si le lecteur était bien concentré (autant que la narratrice, à n'en pas douter, ça a de quoi faire peur, vraiment).
Ne risquait-elle pas d'offenser le garçon en lui disant qu'il faisait plus jeune que son âge ? Cela n'en restait pas moins la vérité. Vivement qu'elle ait cet âge aussi à son tour ! Juste pour la majorité aux États-Unis, sinon vieillir ne l'intéressait pas plus que ça.

Toujours que John était curieux de nature quant à sa manière de vivre par ici. Quoi de plus normal ? Devait-elle reprendre la narration de sa vie depuis le commencement à Palema ou juste ces derniers événements ? En même temps, la brune n'avait pas follement envie de parler d'Hadence. La jeunesse, que voulez-vous. Alors autant broder un peu sur un soupçon de vérité. Le passé et le présent entremêlés, c'était bien ça.

– J'ai pas mal fréquenté de squats depuis mon arrivée ici y a plus d'un an maintenant. Puis comme t'as pu le voir avec la pomme, je vole de temps à autre. Bon, que de temps à autre maintenant, quand  je m'ennuie ou juste comme ça, car là je vis chez un ami qui m'héberge depuis quelques temps, commença-t-elle, d'ailleurs vous vous entendriez bien tous les deux. Vous avez le même côté al... trui... ste. C'est ça, oui.

Le genre à donner sa chemise alors qu'eux-même n'en avaient plus. Enfin, pour Hadence ce n'était pas bien compliqué sachant que le garçon se baladait les trois-quart du temps torse nu. Quelle drôle de manie, tout de même.

– Alors non pas de combine, je suis juste débrouillarde pour le minimum et j'ai eu de la chance aussi, un peu, je crois.

Tout en disant cela, elle pensait fortement à Howard, le premier à lui avoir tendu la main. Elle ne l'oubliait pas, bien sûr que non, sans lui ne serait-elle pas là aujourd'hui. Mieux valait ne pas imaginer sa vie sans sa rencontre avec le blondinet.
Inutile d'en dire plus, elle avait suffisamment bien résumé sa situation actuelle en quelques phrases plus qu'en de longues pages indigestes. L'important était là, le principal pour comprendre sa situation actuelle. Et maintenant sa rencontre avec John. Un pas de plus vers un avenir désirable grâce à lui qui de prime lui avait sauvé la vie et qui savait où et comment lui procurer de faux papiers. Non pas qu'elle s'éloignait de l'illégalité mais au moins était-elle sur le point de se créer une identité américaine en règle. En règle à sa manière, bien évidemment. Nul doute que mieux valait veiller à ce qu'elle ne se fasse pas attraper ainsi. Mais mieux valait ce type de papiers que de rester sans rien comme actuellement.

– Bon, on s'en occupe quand ?

C'est qu'elle était pressée de pouvoir être partiellement en tranquillité, même si cela n'était que dans le quartier Sud. Plus tôt l'affaire serait menée, plus vite Saskia pourrait se pavaner avec de faux papiers. D'une logique imparable.

Messages : 1807
Wishes : 226

avatar
N-Protecteur
MessageSujet: Re: [Ruelle Laurier] Tout ça pour une Pomme [Terminé]   Jeu 7 Jan 2016 - 21:30

John aurait préféré ne pas emmener la jeune fille quand il allait s’arranger pour obtenir ses faux papiers. Il faut dire que le genre de personne qui fait cela n’est pas très recommandable, et il ne voulait pas que le type en question abuse de ce service pour profiter de Saskia. Elle semblait insinuer qu’elle aurait besoin de ce genre de chose à l’avenir, et le jeune homme n’allait pas l’empêcher de se renseigner là-dessus. De toute façon, tôt ou tard, elle aurait été amenée à voir ces gens-là.

Il tiqua un peu quand elle lui dit qu’il paraissait plus jeune que son âge, mais sa mine un peu renfrognée s’adoucit rapidement. Après tout, il venait de passer des années à croire à un monde manichéen dans lequel les riches représentaient le mal absolu, sans nuance ; et à travers les épreuves qu’il avait eu à affronter, sa maturité ne s’était pas autant développée qu’on l’aurait cru. C’était depuis Bey, depuis qu’il avait pris conscience qu’il pouvait avoir un futur, qu’il avait décidé de reprendre son cerveau en main et d’aller de l’avant. Alors, pour le moment, il faisait encore jeune. Mais tout ça changera dans les mois à venir.

Il laissa tout de même échapper un petit rire quand la jeune fille lui parla de son ami qui lui serait probablement sympathique. Voilà qu’ils allaient tous deux se présenter des amis, c’était donc une bien étrange situation ; mais pas pour déplaire à John. Finalement, avait-il déjà fait la rencontre de quelqu’un normalement ? Il était allé vers Leeroy en le prenant pour un pédophile, avait braqué Nylian et s’était battu avec Ash. Décidément, les relations classiques n’étaient pas pour lui.
En tout cas, cette jeune fille avait l’air plus débrouillarde qu’elle ne l’avait montré avec sa petite galère avec la pomme, et John en était quelque peu rassuré. Il espérait que Saskia soit à même de s’en sortir plus élégamment si jamais elle s’attirait de nouveaux ennuis, car il ne serait pas là cette fois-ci pour assurer ses arrières.

« - Ah, bah écoute, pourquoi pas rencontrer ton ami à l’occas’, ça pourrait être sympa. Enfin bref, pour les faux papiers faut déjà que j’aille voir avec les types pour m’assurer qu’ils sont encore là-dedans… ça peut vite tourner dans ce métier. Une fois que j’aurai négocié les prix, on ira ensemble faire le reste du boulot. D’ailleurs, tu as un téléphone ? Ce serait plus simple de se retrouver par téléphone qu’en se baladant au pif dans la rue. »


Il avait gardé un air sérieux pour les informations qu’il avait dites ; il ne fallait qu’elle prenne à la légère ce qu’il allait venir. Obtenir de fausses pièces d’identité était dangereux, et ce n’était pas en venant avec un joli sourire et de bonnes intentions qu’on se faisait servir. En fait, il fallait plus tôt avoir le caractère solide, des talents de négociations et surtout l’œil vif, si jamais quelques brigands en profitaient pour détrousser les deux jeunes gens. Enfin, John avait déjà obtenus plusieurs fois des faux papiers de ces personnes-là – la dernière fois remontait à novembre, et il commençait à être un bon client. Alors probablement que ces hors-la-loi éviteraient de s’en prendre à lui, ils y perdraient sûrement beaucoup.
En revanche, il allait devoir garder un œil sur Saskia. Il était hors de question que quiconque découvre son logement, sinon elle allait avoir des lourdauds dragueurs sur ses pas à longueur de journée – et le jeune homme se doutait bien que cela ne devait pas être très agréable. Quoiqu’ayant évoqué l’idée d’y retourner pour une raison obscure, cela était sûrement inévitable. Mais John comptait ne pas trop s’intéresser à cette partie-là pour le moment ; il ne voulait pas trop brusquer la jeune russe.

Il sorti son téléphone, prêt à noter à le numéro de la jeune femme.


Voir le profil de l'utilisateur

Invité
MessageSujet: Re: [Ruelle Laurier] Tout ça pour une Pomme [Terminé]   Jeu 7 Jan 2016 - 23:30

Tout doux, les rencontres, ce serait pour plus tard. Une fois cette question de papiers réglée par exemple. Parce que oui, il était bien beau de faire des projets mais sans résultats, cela n'avancerait pas bien Saskia. John avait l'air de s'y connaître un minimum. Du moins serait-il en effet préférable qu'il soit sûr de ses sources, sans l'envoyer dans un guet-apens. Parce que oui, si déjà lui n'était pas sûr que les types qu'il souhaitait lui présenter étaient toujours dans le métier, cela commençait bien. Le genre d'informations qui fait toujours plaisir à savoir. Et si ceux-là en question s'étaient faits pincer ? Car oui, la demoiselle ne pouvait les imaginer se retirer après avoir monté pareil filon. Des gens qui voulaient des faux papiers, ce n'était pas ce qui manquait dans le quartier Sud.

– Ça revient cher, ce genre de... service ?

Parce que ce n'était pas comme si la brune avait réellement les moyens. Déjà qu'elle était incapable de se payer un aller simple pour rentrer en Russie ou mieux, offrir un billet à son petit frère, ce n'était pas pour se ruiner avec ce qu'elle n'avait déjà pas pour de faux papiers. Emprunter à Hadence, lui qui semblait avoir de l'argent mystérieux à dépenser ? Ben voyons. Pas sûr que le jeune homme voit d'un très bon œil le fait que sa protégée se mette en tête de se procurer de faux papiers. Mieux valait éviter cette question en sa compagnie pour le moment.

Mais le pire était sûrement la question quant à son numéro de téléphone. Hilarant. Avait-elle une gueule à se balader avec un portable ? Ou alors un portable incapable d'envoyer le moindre sms et d'émettre le moindre appel car sans crédits. Non vraiment. Qu'est-ce que c'était que cette question purement illogique ?

– J'ai pas de portable, t'en doutais peut-être ?

Mais Saskia n'en était pas non plus au stade de communication par signaux de fumée. Quoique cela aurait pu être sacrément intéressant, rien qu'une fois ! Mais inutile de se disperser. Pas de correspondances épistolaires non plus avec elle sachant qu'elle ne venait de trouver un toit quelque peu fixe que récemment en une année. Du moins moins bancale et aléatoire que précédemment. Car changer chaque semaine ou de mois d'adresse pour maintenir la moindre correspondance épistolaire relevait du défi.

Se retrouver sans portable, c'était tout aussi faisable. N'était-ce pas ce qu'elle faisait souvent pour revoir Howard ? Elle ne marchait pas de manière aléatoire dans les rues mais lui donnait un point de rendez-vous à jour fixe et une heure. S'il était là tant mieux, sinon tant pis.

– T'as qu'à me dire où et quand on pourrait se revoir pour s'occuper de ça. Moi j'y serai.

Elle y serait sauf imprévu. Parce qu'entre Saskia et ses bad trip imprévisibles, difficile de compter sur elle. Même si elle essayait de décrocher depuis Hadence, c'était plus facile à dire qu'à faire. Mais voilà un autre débat.

Messages : 1807
Wishes : 226

avatar
N-Protecteur
MessageSujet: Re: [Ruelle Laurier] Tout ça pour une Pomme [Terminé]   Ven 8 Jan 2016 - 22:24

Mary avait offert un portable jetable à John peut après qu’il ait arrêté les cours, et depuis il avait gardé l’habitude d’être joignable. A vrai dire, ces dernières années les abonnements étaient devenus vraiment abordables, et avoir un téléphone était presque indispensable. Ne serait-ce que pour appeler les urgences quand il croisait des personnes mal en point, ou autres cas. Et surtout, sans celui-ci, il serait mort ce soir-là, celui où Leeroy l’a sauvé. Vraiment, c’était probablement un des seuls achats dont il ne pouvait se permettre de se passer – quoiqu’il préféré les vieux portables aux smartphone récents. Avec ses petites activités nocturnes, il faut dire qu’un appareil solide valait mieux.

Enfin, cette jeune fille n’avait apparemment pas eu la chance de rencontrer dans ses premiers jours une femme telle que Mary ; mais bon, cela devait être si rare de croiser des gens de cette gentillesse… Qu’à cela ne tienne, John allait proposer un rendez-vous et s’assurer d’être à l’air. Et étant donné sa ponctualité légendaire, il allait devoir faire fort pour que cette jeune fille ne s’imagine pas avoir été trompée par un drôle.

« - Une semaine devrait faire l’affaire. S’ils ont un contretemps,  je viendrai au rendez-vous et on reportera… Donc ici, à cette heure dans sept jours ? »

Dans la foulée, il rangea son téléphone qu’il avait gardé tendu bêtement depuis quelques secondes, conscient que ce bout de métal ne serait finalement que très peu utile.
Le Nephil espérait que son interlocutrice soit prête à attendre toute une semaine. C’est vrai que pendant leur discussion, une certaine idée d’immédiateté était apparue – et il ne fallait pas que cela s’ancre dans son esprit. Obtenir une identité illégale prenait quelques jours à être faite pour qu’elle soit le moins détectable possible, et John n’avait pas non plus envie de passer les trois prochains jours à s’assurer que la petite affaire avance. Alors il avait décidé d’étendre un peu dans le temps la préparation ; de toute manière il rendait service, alors il pouvait bien se permettre cette petite faveur.

Restait le coût. Evidemment, il était conséquent, mais John voulait le prendre entièrement en charge. La question était donc de savoir si Saskia allait laisser un inconnu débourser autant pour elle, ou si elle allait mettre son véto ; c’est-à-dire vouloir participer. Enfin, ce serait absurde : avec quel argent pourrait-elle contribuer ? Et surtout, elle était partie pour suivre aveuglement le jeune homme dans sa bonté, donc il n’imaginait qu’elle change subitement d’avis.

«- Pour le prix, je paye tout. D’t’façon, l’argent que je chope sert à aider les gens, et t’es un gens. Donc ça me pose pas de souci. »

Son vœu l’avait rendu plus habile dans ses vols, et il ramenait de plus en plus de butin à chacun des actes. Alors, obtenir assez d’argent pour les faux papiers de la russe devrait être faisable en choisissant soigneusement ses cibles -  et bon, cela serait une nouvelle façon d’assister les personnes dans la besoin.
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
MessageSujet: Re: [Ruelle Laurier] Tout ça pour une Pomme [Terminé]   Sam 9 Jan 2016 - 16:04

Une semaine à attendre. Cela restait raisonnable. La demoiselle leva les yeux pour porter le regard sur la grande horloge siégeant en haut d'un des bâtiments. À peine plus de dix-huit heures. Le temps avait filé à son rythme depuis sa tentative ratée de voler une pomme. Une semaine, c'était presque rien. Et puis, depuis le temps qu'elle vivait sans papiers, vrais ou faux, elle n'était plus à quelques jours près. Restait plus qu'à se montrer patiente et à s'occuper en évitant le vol de fruits, cela ne lui réussissait plus. Et puis, la saison  n'était pas aux pommes, qu'elles soient vertes ou non, mais aux clémentines. Là résidait la vérité.

– Moi ça me va. Ici dans une semaine à dix-huit heures.

Une indice de plus sur ce fameux John ? L'argent qu'il chopait ? Un voleur ? Tout comme elle ? Bon, à un niveau bien plus grand que le sien. Si elle se contentait de petits larcins et essentiellement de la nourriture, lui paraissait jouer dans la cour des grands. Non Saskia n'aurait aucun remord à voir de l'argent volé utilisé pour son bien. Elle ignorait qui détroussait ce type et peu lui importait.

Pouvait-elle le laisser débourser une somme monumentale pour elle ? Bien que cela gênait Saskia, l'argent de John n'était pas non plus le sien, étant donné qu'il le chopait à droite et à gauche. Cela rendait la pilule plus facile à avaler, l'aide plus facile à accepter. Merci d'avance au fameux pigeon qui se ferait détrousser au nom de Saskia. Et puis, après tout, chacun sa merde.

– Tu es toi-même un voleur et après tu essayes de me faire la morale, John ? rigola-t-elle, enfin bref comme tu le sens vu que je fais partie des gens.

Cette formulation avait contribué à son rire. Elle était un gens ? C'était une chouette syntaxe qu'elle n'avait jamais entendu jusqu'à présent ! Elle tenterait de garder ça en tête, dans un coin oublié et poussiéreux de son cerveau. Elle était un gens. Cela sonnait bien à ses oreilles. Mais inutile de rêvasser plus longtemps. Saskia  jeta un coup d’œil au-delà de leur rue planquée tout en tendant l'oreille. Non, il n'y avait définitivement plus personne à ses trousses. Elle poussa un soupir de soulagement. Peut-être était-il temps pour elle de se retirer ?

– À la semaine prochaine, et j'espère que tu seras bien là.


Parce que oui, un miracle tombé du ciel de cette importance, cela paraissait trop énorme à Saskia pour que cela puisse être vrai. Elle réalisait seulement maintenant que peut-être le garçon n'honorerait pas sa présence dans sept jours. Après tout, elle n'avait rien à perdre alors autant lui faire confiance.

Elle quitta enfin l'allée où lui se trouvait encore pour continuer son bout de chemin. Elle en aurait eu des choses à raconter à Hadence mais mieux valait que ce dernier ignore encore toute l'histoire. Pendant un sacré moment d'ailleurs.

Messages : 1807
Wishes : 226

avatar
N-Protecteur
MessageSujet: Re: [Ruelle Laurier] Tout ça pour une Pomme [Terminé]   Dim 10 Jan 2016 - 2:03

Une fois seul dans cette petite rue, il s’adossa contre le mur, réfléchissant à toute cette fin de journée pour le moins riche en événements. Il soupira. Il venait encore de se fourrer dans des affaires dangereuses, et comme d’habitude, c’était pour aider les gens. Il faut dire, il avait voué sa vie à ça et il y commençait à y être rodé ; mais parfois il lui arrivait de se demander ce qu’aurait donné sa vie s’il avait décidé de rester sagement dans le rang chez son père. Probablement, rien de tout ce qu’il avait vécu depuis près de dix ans. Mais aussi, une possible déchéance vers le côté pourri de la ville… Finalement, sa vie actuelle lui convenait bien : il participait, à son échelle – pas encore assez grande – à améliorer la ville.

Il secoua la tête pour chasse les quelques pensées qui l’agitaient, puis il partit, se dirigeant vers chez lui. Il allait encore passer la soirée à affronter des ombres, économisant les 300 dollars qui lui restait pour payer l’identité de la jeune fille ; il se mettrait à cultiver cette somme les soirs à venir.
Fais gaffe à toi, Saskia. J’espère que tu feras pas trop de connerie une fois qu’on aura fait ces papiers, ce serait vraiment triste que tu finisses malheureuse alors que tu pourras enfin avoir une vie.

Et puis, désormais il avait aussi d’autres choses à penser : il fallait trouver un professeur particulier pour ses études. Et des études, en fait. En somme, un vaste programme de recherche s’offrait à lui, et il ne savait par où commencer. Il faut dire qu’il n’avait jamais tenté de retour à la scolarité, alors c’était bien un milieu dans lequel il n’avait aucun contact… A part peut-être Leeroy. Ou Ash ?

Bref, c’était une soirée plutôt sympathique, tout bien réfléchi.


Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Ruelle Laurier] Tout ça pour une Pomme [Terminé]   
 [Ruelle Laurier] Tout ça pour une Pomme [Terminé]
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un kit pour ma pomme
» Report : QT Honolulu à Chalons : tout ça pour ça...
» Yuyu hakusho - Yusuke Urameshi
» [Technique boss BT] Illidan
» Combien pour la pomme ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fate of Wishes :: Palema :: Quartier Sud :: Archives-