Un mystérieux petit animal croise votre route : Je souhaite que tu passes un contrat avec moi. En échange, j'exaucerais n'importe lequel de tes voeux.
 

Partagez | 
 [Lycée Charles Bukowski] Au temps des cours et des professeurs [Terminé]

Invité
MessageSujet: [Lycée Charles Bukowski] Au temps des cours et des professeurs [Terminé]   Dim 10 Jan 2016 - 20:23

Lycée Charles Bukowski:
 

Attribuer pareil nom à un lycée était-il une énorme farce ou un curieux hasard ? Un lycée du quartier Sud, qui plus est. Comme si le fameux auteur qui avait laissé ses lettres de noblesse à cet établissement était réputés pour son bon comportement. C'était même tout le contraire. Le genre à partager sa vie entre les bouteilles de whisky et les femmes. Oh et un peu l'écriture aussi. Il n'y avait pas de mal à ça, bien évidemment que non. Saskia avait toutes les raisons du monde d'être sceptique face à ce lycée. Mais ce n'était pas comme si elle pouvait se permettre de choisir. Elle irait là où elle pouvait. Malheureusement, l'un des seuls établissements les moins regardants serait celui du quartier Sud. Après tout, peu-être les profs étaient-ils bons ? De la même trempe que Cartmanez qui apprenait à ses élèves l'art et la manière de tricher. Une méthode dont Saskia se passerait bien. Non, elle n'avait pas besoin de ça.

Toujours est-il qu'il serait grand temps qu'elle y entre pour voir la réalité en face et tout ce qui en découlait. Ce n'était pas derrière la barrière qu'elle pourrait se renseigner sur quoi que ce soit. Peut-être avait-elle peur d'apprendre que sa situation ne lui permettrait aucun changement ? Non, il fallait déjà qu'elle se pense en tant que citoyenne en règles et non pas en tant que clandestine dont le permis de séjour n'était plus depuis bien longtemps. Ce n'était plus qu'une question de jours avant que la demoiselle n'ait enfin ses papiers, faux, et faire partie à son tour du système américain. La grande machine qui la dévorerait à son tour.

Elle s'adossa à la grille, observant du coin de l’œil les lycéens séchant les cours, la clope au bec. Comment expliquer leur présence si ce n'est par cette excuse, l'heure n'était pas encore à la moindre pause et les bâtiments semblaient remplis d'élèves comme elle. Quoique plus jeune. La pauvre allait commencer sa première année à presque dix-sept ans. Etait-ce vraiment une bonne idée de reprendre ses études ? Sur le coup, lorsqu'elle en avait parlé avec John, pour sûr qu'elle en rêvait. Mais ce monde là lui était étranger, elle serait soumise en permanence au jugement des autres élèves. Au moins pouvait-elle se consoler en se rappelant que, si tout allait pour le mieux, Avdeï serait avec elle. Avdeï, qui, en vue de son âge, avait dû commencer sa première année de lycée. Dire qu'ils se retrouvaient à un stade scolaire identique alors qu'elle était son aînée de deux ans. Si ce n'était pas malheureux de gâcher sa vie en allant courir les rues de Saint-Pétersbourg puis celles de Palema au détriment de celles de Moscou. Une erreur de jeunesse, certainement.

Une silhouette errait au loin, familière à Saskia. Elle ne la quitta pas des yeux pendant une dizaine de secondes, laissant son cerveau faire son travail. Cela paraissait bien enfoui dans ses souvenirs pour que les lutins qui travaillaient dans les tréfonds de sa mémoire mettent autant de temps à retrouver le bon dossier. Oui, une silhouette, éloignée qui plus est. Les secondes s'égrenaient et aucun nom ne lui revenait.
La demoiselle jeta un bref coup d’œil derrière elle.  De toute façon, pour le moment la grille était fermée de ce côté-ci et la brune n'avait aucune envie de franchir la barrière grillagée à coup d'escalade, encore moins d'en faire le tour pour trouver la seconde entrée qui, elle, était en permanence ouverte.

Elle s'éloigna, doucement, la silhouette entraperçue marchant dans sa direction. Il ne fallut pas longtemps à Saskia pour donner un nom à ces prunelles dorées qui l'avaient tant effrayée lors de leur première rencontre, la seule et unique à ce jour.

– Leeroy !


Elle avait prononcé ce nom comme une évidence, une vérité trouvant le chemin de la sortie alors que les pauvres neurones de sa mémoire avaient donné leur maximum pour mettre un nom sur cette figure floue de prime. Maintenant, il était non loin d'elle. Devait-elle se réjouir ou non de le revoir ? Après tout, elle n'avait aucune raison d'éprouver de l'animosité envers lui, c'était même tout le contraire. Ce garçon lui avait permis d'éviter de foncer tête baissée pour voir un de ses vœux se réaliser. Mais combien de temps encore tiendrait-elle avant de finir par céder ? Elle savait éloigner les souvenirs et son passé, à bout de bras, mais viendrait un jour ou un nuit où elle ne supporterait plus l'absence de son petit frère.

– Qu'est-ce que tu fais par ici ?

C'est que le garçon paraissait avoir depuis longtemps passé le temps du lycée. Au vue de son physique, Saskia l'avait d'abord imaginé à la fac. Enfin, il ne s'était pas pour autant attardé vers le lycée, marchant son bout de chemin. Peut-être une rue habituelle qu'il employait ? Après tout, il n'était pas écrit que seuls les lycéens et les professeurs devaient parcourir les trottoirs à proximité des lycées.


Dernière édition par Saskia Kochka le Mar 8 Mar 2016 - 20:10, édité 1 fois

Messages : 1188
Wishes : 68

avatar
Humain
MessageSujet: Re: [Lycée Charles Bukowski] Au temps des cours et des professeurs [Terminé]   Lun 11 Jan 2016 - 4:47
Ce soir, il comptait vraiment jurer sur John qui n'avait pas répondu à son téléphone. Leeroy avait tendance à appeler son ami lorsqu'il rencontrait une ombre. En effet, si John l'achevait, l'énergie récoltée reviendra à Bey et non à Kyu. C'était tout à fait ce que voulait Leeroy. Alors en face de cette ombre de soirée dans les alentours du lycée Charles Bukowski, il n'était pas vraiment heureux d'avoir à l'achever elle-même. Comme il n'allait la laisser gambader toute seule, il érigea sans plus tarder un Kekkaï et emprisonna la bête à l'intérieur de cette barrière.

Le combat allait commencer. Heureusement, il avait bien vu qu'il ne s'agissait pas d'une ombre de gros niveau. En à peine, cinq minutes, il pouvait l'abattre et il s'était tenu à ce temps-là. Les cinq minutes passées, il fit attention à enlever son Kekkaï dans un endroit assez caché. Cela éviterait des problèmes si quelqu'un le voyait réapparaître. Il y avait tout de même une raison qui avait déjà marché une fois : celle de se prétendre magicien et de s'entraîner pour un futur numéro. Généralement, c'était difficile de leur faire gober cela à cause de l'attitude et du style vestimentaire du jeune homme. Il ressemblait à tout sauf un magicien. Et cette fois-ci, il aurait eu du mal à expliquer la légèrement blessure à sa main gauche qui ressemblait vaguement à un bon coup de griffure. Ce n'était pas profond et il saignait que très légèrement. Sa nature de Seraph lui permettait de toute façon de résister à la douleur.

Au loin, il apercevait une jeune femme. Ses deux prunelles dorées n'arrivaient pas à examiner cette personne. Cette dernière l'avait aussi remarqué et vit son visage se décaler pour l'observer. En se rapprochant un peu plus, il réussit alors à distinguer le visage de la personne qui l'intriguait. Cela faisait vraiment un bon de temps qu'il ne l'avait pas vu. Il croyait se souvenir qu'il s'agissait de la jeune femme qui hésitait à faire un vœu à une des deux chats. Son nom, il l'avait légèrement oublié. Beaucoup de choses s'étaient passées entre-temps, des rencontres, une grosse bataille à la fête foraine et des journées passées à réfléchir dans son lit. Maintenant, les avis de Leeroy avaient légèrement divergé. Le but était différent, mais la manière était la même : empêcher le plus de contrats possible.

Son nom était Saskia, il s'en souvenait enfin. Cette jeune femme avait aussi tout l'air d'avoir retenu son prénom, car la première chose qu'elle s'écria en voyant correctement son visage et ses deux yeux jaunes fut :

- Leeroy !

Gardant son air le plus naturel, c'est-à-dire, un visage assez inexpressif, il lui fit un rapide signe de la main en guise de salutation.

- Qu'est-ce que tu fais par ici ?

Il pouvait bien lui dire réellement ce qu'il faisait ici. Après tout, la demoiselle était déjà au courant de plein de choses à propos de ce monde. Cela ne dérangerait pas. Mettant les mains dans ses poches, il regarda tout de même un peu autour pour vérifier que personne n'écouterait par accident leur conversation.

- Il y avait une ombre pas loin, je m'en suis juste occupé.

Il montra assez rapidement et brièvement la direction dans laquelle se situait l'ombre avec sa main légèrement blessée. Il remit ensuite la main dans sa poche et tourna son regard sur le côté pour apercevoir le lycée public du quartier sud. Il n'avait jamais eu l'occasion d'aller dedans et heureusement. Il n'avait pas entendu que du bien de ce lycée. Si elle voulait étudier, il y avait bien d'autres encore plus fréquentables.

- Et toi ? Tu étudies ici ?

Leeroy avait eu la chance de pouvoir aller dans un lycée du quartier est, déjà plus recommandable que celui-là. Il n'avait pas connu de personne allant au lycée Charles Bukowski avant Saskia, alors tout ce qu'il avait entendu jusqu'ici n'était que des pures rumeurs.
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
MessageSujet: Re: [Lycée Charles Bukowski] Au temps des cours et des professeurs [Terminé]   Lun 11 Jan 2016 - 23:10

Youpi, il se souvenait d'elle ! Après tout, des Russes comme elle à Palema, il n'y en avait pas des masses. Des Russes connaissant l’existence de Kyu, Bey et tout le bazar et qui avaient gardé leur statut d'humain, cela devenait carrément introuvable. Saskia Kochka, spécimen unique de tout le quartier Sud, mieux, de Palema. Inutile de pousser jusqu'aux Etats-Unis, on n'était jamais sûr de rien.

Saskia porta instinctivement un regard à la main de Leeroy tout en esquissant une grimace. Ce n'était pas joli à voir. Sur ce point, il ne lui avait pas menti ; ces monstres, ou plutôt ces ombres puisqu'il fallait les appeler par leur nom, étaient redoutables. Et elle qui de prime pensait qu'affronter pareilles créatures serait un jeu d'enfant ! Merci Blackbird ! Heureusement que le jeune homme avait été là pour recadrer les choses et lui dire la vérité vraie. Elle croyait qu'il avait inventé, extrapolé, de manière à l'effrayer mais la preuve était là, sous ses yeux.

– Dis, tu crois qu'à l'occasion tu pourrais me montrer une de ces... Ombres ? J'aimerais bien voir ce qu'il en est de mes propres yeux.


Autant demander clairement une aide pour un suicide, cela serait revenu à peu près au même. Elle avait bien vu la main blessée de Leeroy pourtant, l'idiote ! Mais voilà que savoir une bonne partie de la vérité quant à l'existence de cet autre-monde ne lui suffisait pas, il lui en fallait toujours plus ! Voir une ombre de ses propres yeux ! Et devenir une proie facile pour ces monstres par la même occasion ? Ah non, non, non ! La demoiselle avait pu s'en sortir jusqu'à présent sans croiser une seule de ces horreurs – c'est à se demander si elles existaient vraiment – ce n'était pas pour demander au premier Seraph venu de la conduire à l'une de ces choses juste pour satisfaire un élan soudain de curiosité ! Ah ces humains.

Quant à la question sur ses études, la brune jeta un regard vers l'immense lycée avant de pousser un bref soupir. C'est qu'elle soupirait beaucoup en ce moment la mignonne, il serait temps de renouveler un peu son registre.

– Non, j'étudie pas ici, pas encore, pas vraiment, c'est même tout le contraire.


Oui mais encore ? Leeroy avait été lycéen et était sûrement étudiant désormais. Car lui au moins n'avait pas brusquement cessé sa scolarité du jour au lendemain pour s'en mordre les doigts par la suite. Si le garçon regrettait d'avoir fait un vœu, Saskia, elle, regrettait nombre de ses erreurs passés n'ayant aucun lien avec la magie. Comme quoi, les humains étaient vraiment stupides quand ils voulaient. Ou même quand ils ne le voulaient pas. Surtout quand ils ne le voulaient pas.

Alors quoi ? Exposer son souci au garçon ? Et puis quoi ensuite ? Croiser les doigts pour qu'il trouve une solution à son problème ? La solution était toute trouvée, il fallait qu'elle entre dans  ce satané lycée, aujourd'hui puis plus tard pour reprendre sa scolarité là où elle l'avait laissée.

– J'ai arrêté les cours tout juste avant le lycée alors c'est quelque chose que je connais pas vraiment, même pas du tout... Tu crois qu'ici ils voudraient bien de moi ? De toute façon si ici ils veulent pas de moi, je sais pas trop où je pourrai aller, dit-elle tout en baissant les yeux, j'ai pas le niveau pour ailleurs et je vis dans le quartier Sud après tout.

Entre ses lacunes en anglais et ses lacunes tout court, force est de reconnaître que peu de filières l'accepteraient. Et des lycées, encore moins. Elle avait le sentiment de reprendre tout à zéro au niveau de sa scolarité. En Russie, elle aurait eu une chance, c'était sa langue natale après tout. Ce n'était pas comme si Palema était une grande ville. Un lycée qui sentait le poney crevé dans le Sud, un autre public à l'Est et peu-être un dernier privé dans le Nord. Peut-être. C'était un environnement qu'elle connaissait bien moins dans ce quartier. La logique de la géographie la destinait au Sud. Tout comme sa logique personnelle. Quelle chance.

– Mais je sais même pas comment ça se passe pour les gens dans mon cas ! Je veux dire, j'ai commencé à Moscou et maintenant à Palema, l'administratif pour étudier là, j'y comprends rien ! s'énerva-t-elle presque, enfin, laisse.

Parce que oui, lui raconter un peu de sa vie ne servirait pas à grand chose si ce n'est à agiter des couteaux emprunts de remords au plus profond de sa chair. Le lycée qui lui faisait face lui donnait l'impression d'être un monstre à la gueule béante, prêt à l'avaler. Il ne tenait qu'à elle d'avancer ou de reculer.

Messages : 1188
Wishes : 68

avatar
Humain
MessageSujet: Re: [Lycée Charles Bukowski] Au temps des cours et des professeurs [Terminé]   Jeu 14 Jan 2016 - 12:41
En voyant la grimace qu'elle avait affichée, il devina simplement qu'elle avait fait attention à sa blessure sur la main. Il n'osait pas lui dire qu'en tant que Seraph, il ne craignait pas beaucoup la douleur et qu'une blessure se soignait naturellement plus vite. Son but était de l'éloigner de tout cela, alors il ne préférait pas lui donner envie. En plus, il ne s'agissait que d'une ombre, rien de bien costaud, alors si elle faisait la tête rien que pour une blessure comme celle-ci, elle ne survivrait pas longtemps mentalement dans ce genre d'endroit monstrueux. Elle pourrait peut-être y perdre un bras et ne jamais pouvoir le retrouver, même s'il y avait sans doute des soigneurs contractants. Se faire recoller un bras était quand même une sacrée expérience. Leeroy n'avait jamais vraiment testé de perdre un membre, et il n'essaierait pas, même pour sa propre curiosité.

Il se demandait à quel point Saskia pouvait être folle. Elle lui avait avoué vouloir rencontrer une ombre un jour pour voir à quoi cela pouvait ressembler. En soit, ce n'était pas une mauvaise idée. L'ombre viendrait automatique attaqué l'humaine, ce qui pourrait assez la traumatisée pour ne pas qu'elle réalise de vœu et qu'elle entre dans ce monde. Cependant, à l'instant où elle pouvait voir les ombres, tout était fini. Si elle pouvait voir les ombres, alors elle se ferait vite attaquer par ces bestioles qui vivent dans la rue à l'air libre, et plus puissante une fois la nuit tombée. Pour le moment, Leeroy ne pensait pas qu'elle puisse voir les ombres, sinon elle n'aurait pas demandé cela.

- Je ne pense pas que je pourrais te montrer une ombre. À la rigueur, je peux te dessiner celle que je viens de tuer. Il faut avoir vu un des deux chats pour pouvoir apercevoir les ombres. Tes yeux d'humaines ne peuvent pas.

C'était un refus catégorique bien que Leeroy ait été heureux de lui montrer à quoi ressemblait une vraie ombre en chair et en os, enfin, presque. Dommage, mais il ne sera sans doute pas dans les parages lorsqu'elle verra pour la première fois une ombre, à moins qu'elle ne reste vraiment loin de ce monde que Leeroy ne voulait pas qu'il soit la destinée de la jeune femme.

Tout deux regardaient alors le lycée pendant que Saskia parlait de son éducation scolaire en générale. Sur ce sujet, Leeroy était plutôt chanceux. Il avait pu alors dans un bon lycée et il avait même réussi à avoir l'argent pour se payer la fac. Ici, ce n'était pas à la portée de tout le monde vu la densité plutôt grande de personne qui étaient bloquée dans le quartier sud. Saskia en faisait partie. Son regard se posa ensuite sur la jeune femme et une idée lui vint presque en tête, mais il ne savait pas si c'était une bonne chose. Après une réflexion de quelques secondes, il finit par lui avouer ce à quoi il avait pensé.

- Si tu es vraiment motivée, je peux t'aider à accéder à un lycée du quartier est. Si ta seule raison pour ne pas aller dans un lycée du quartier Est est de ne pas avoir le niveau, je peux t'apprendre. J'avais des bonnes notes, et je ne pense pas avoir trop perdu.

S'il n'était même pas capable d'enseigner des simples cours de début de lycée, cela deviendrait vraiment ridicule pour lui, mais si au moins cela concerne les sciences, il était, pour sûr, presque imbattable. Au moins, il savait être doué dans cela et se débrouillait pour avoir la moyenne dans les matières littéraire. Il avait quelques petites astuces.

- Enfin, sauf si tu as vraiment envie de rester dans ce lycée.

Il avait dit cela d'un ton qui dénigrerait presque cette école. En même temps, il n'en avait vraiment pas entendu que du bien, alors cela lui faisait un peu de peine de la laisser aller dans ce genre de lycée qui n'était vraiment pas réputé. Si elle voulait reprendre ses études, il fallait au moins qu'elle le refasse correctement. Leeroy se demandait encore, si des gens qui venaient de ce lycée était capable de se lancer dans des études supérieures. En tout cas, lui, il se montrait disponible pour aider Saskia durant ses études.


Voir le profil de l'utilisateur

Invité
MessageSujet: Re: [Lycée Charles Bukowski] Au temps des cours et des professeurs [Terminé]   Dim 17 Jan 2016 - 19:27

C'était quand même sacrément bizarre la manière dont était régi cet autre monde fantastique. Des monstres sous le nom d'ombres par milliers ? Bien sûr mais invisibles aux humains. Parce que oui, Seraphs et Nephils n'étaient plus humains, c'était ce que Leeroy s'était évertué à faire comprendre à Saskia lors de leur première rencontre. Quand on perd son humanité... Mais les voir restait possible si l'on voyait Kyu ou Bey, créatures félines aux dires du garçon. Voilà qui se précisait. Si seulement voir l'un de ces deux-là signifiait pouvoir voir les ombres et être vues d'elles, sans même accepter un contrat, alors elle s'abstiendrait d'appeler Kyu ou Bey pendant encore quelques temps. Bey. N'était-ce pas ce que Leeroy lui avait dit ? À choisir, opter pour Bey. Le moins pire des deux. Ah comme il était frustrant de devoir faire confiance aveuglément en les propos d'autrui ! Dire que Blackbird avait fait de même à son égard, lui vantant les bienfaits des vœux et de toute la clique !

Mais elle n'était pas contre un dessin, ça non. Cela lui donnerait malgré tout un léger aperçu de ce à quoi elle échappait. Ou se dirigeait selon l'avenir de la demoiselle.

– Va pour un dessin, ça me donnera une idée de ce qui t'a blessé !

En attendant, elle pouvait continuer d'imaginer ces fameuses ombres. Avec un nom pareil, était-il seulement possible de leur porter le moindre coup ? Bien sûr, sinon Leeroy ne serait pas là aujourd'hui et il n'y aurait pas que sa main qui aurait fini salement amochée mais son corps tout entier ! De longues dents pour mordre ? Assez fines et hautes ? Noires ? Des similitudes avec un animal existant ? Non parce que si Kyu et Bey ressemblaient à des chats, alors peut-être ces fameuses ombres avaient-elles un certain air de famille avec des lapins ? Lapins-garous, bien évidemment, inutile de trop tourner en dérision ce sujet.

Et cette proposition pleine d'altruisme de la part de Leeroy. Vraiment ? Lui l'aider elle ? C'était trop beau. À croire que tout Palema se liait pour enfin qu'elle puisse se sortir de la fange dans laquelle elle s'était engluée depuis trop longtemps. Leeroy en professeur. L'idée aurait presque pu être drôle si le garçon n'était pas aussi sérieux. Comme tout le temps.

– Pour de vrai ? Tu serais prêt à m'enseigner tout ce que tu sais ? Mais tu sais, j'ai pas mal de difficultés, surtout au niveau de la langue qu'est quand même compliquée pour moi...

Se trouver un autre professeur capable de lui enseigner au mieux l'anglais. Notamment au niveau de l'écrit qui était une véritable catastrophe de son côté. Tant que ce souci ne serait pas réglé, cela resterait un énorme obstacle quant à sa reprise d'étude. Au moins était-elle motivée, c'était déjà ça. Cela lui faciliterait la  tâche, ainsi qu'à Leeroy, il est vrai.

– Mais je ferai des efforts, si c'est possible j'aimerais éviter ce lycée du Sud, il m'inspire pas confiance, pas vraiment...


Il ne tenait qu'à elle de donner son maximum pour que les résultats suivent. Après tout, lorsqu'elle n'était encore que simple collégienne à Moscou, elle se devait bien d'avoir de bons résultats sinon gare aux réactions de ses parents ! Bosseuse, elle l'était, pour sûr. Suivre des cours à Palema ou à Moscou, cela revenait à peu près au même ; seule la langue changeait. Et c'était déjà pas mal.

– Dis, c'est quoi comme comme genre de pouvoirs que tu as ? chuchota-t-elle, si c'est pas trop indiscret.

Non mais ça va deux minutes la curiosité ! D'abord avec les ombres et maintenant les pouvoirs ! Autant lui demander de se mettre tout nu là, tout de suite, ça en serait presque moins choquant ! Mais c'est qu'elle se demandait si c'était vrai de vrai que passé un contrat, on obtenait des pouvoirs. L'arme, elle avait vu avec Blackbird. Mais aucune preuve tangible concernant ces mystérieux dons. Tout le monde obtenait-il les mêmes ? Etaient-ils uniques selon la personnalité du Seraph ou Nephil ? Ou était-ce seulement le hasard, Kyu ou Bey se chargeant d'attribuer des pouvoirs sans aucun lien, juste selon leurs propres plaisirs ?

Messages : 1188
Wishes : 68

avatar
Humain
MessageSujet: Re: [Lycée Charles Bukowski] Au temps des cours et des professeurs [Terminé]   Dim 17 Jan 2016 - 20:33
Pour le dessin, il chercha un peu sur le sol pour tenter de trouver une craie. Au vu du lycée devant lequel ils étaient, les gamins devaient forcément voler quelques craies et peut-être en faire tomber. S'il en trouvait une, il était vraiment chanceux. Leeroy se déplaça un peu sur le côté tout en écoutant la jeune femme parler. Enfin, dans le coin près d'une des barrières du lycée, il trouva une craie blanche, petite, mais qui fera largement l'affaire. Il revint un peu plus vers Saskia et s'accroupit sur le sol. Laissant sa main dessiner, il commença à dessiner les formes d'une ombre, pour l'instant les plus basiques et les plus faciles à battre.

Les talents de Leeroy en dessins n'étaient pas vraiment très bons, cependant, il s'était plus ou moins appliqué pour qu'elle ressemble un peu près à ce qu'il voyait presque tous les jours. Sur le sol, elle paraissait un peu plus monstrueuse que la réalité, mais au moins, cela pourrait peut-être l'effrayer. Leeroy avait peut-être un peu trop insisté sur les griffes de la bestiole. De toute façon, il savait très bien qu'il n'avait pas des talents de dessinateur hors norme, alors Saskia allait devoir se contenter de cela. Elle aurait en voir une vraie, mais même si elle pouvait, il ne l'aurait pas laissé faire. Ce moyen-là, était bon pour pouvoir, se faire, tuer.

- Je te déconseille aussi d'aller voir un de ses chats. Si tu peux voir les ombres, elles t'attaqueront dès qu'elles te verront. Et tu mourras directement, car tu n'as aucune arme contre elles.

Il devait au moins lui dire la vérité à propos de cela, même si ça le dérangea un peu. Lui dire cette vérité pourrait l’inciter à faire un vœu si un des félins s'était décidé à rendre visite à cette jeune demoiselle.

Pour ce qui était de ses études, il serait effectivement prêt à l'aider même si la raison du pourquoi lui échappait bel et bien. Il avait peut-être un peu pitié ? Enfin, s'il devait vraiment réfléchir, cela ne serait pas dur à trouver. Entretenir une bonne relation avec une personne avait toujours du bon. Et si la jeune femme venait à être contractante, il pourrait toujours essayer de l'amadouer avec ce qu'il avait fait pour elle.

- Je peux t'aider à étudier, ça ne me dérange pas de t'aider sur n'importe quelle matière. Je me débrouille assez bien, même si je suis plutôt bon dans les sciences.

Encore maintenant, Leeroy faisait partie des têtes de sa promotion. Les sciences étaient à gros coefficient et il s'agissait des matières avec lesquelles il avait le plus de facilité. Évidemment, comme cela pouvait se voir sur sa vie sociale ou même maintenant, il n'avait pas forcément les meilleures notes en cours de communication. C'étaient les cours auxquelles avait le droit toutes les filières à la fac. Elles étaient utiles après tout.

Une question un peu plus sérieuse fut posée. Leeroy n'était pas sûr de pouvoir tout lui révéler à propos de ses pouvoirs. Il n'était pas certain qu'elle puisse retenir sa langue si elle venait à être interrogée. Comme les deux camps étaient au courant pour son invocation, autant lui dire ce pouvoir-ci.

- Je peux invoquer un serpent.

Il se rappelait de l'humaine, Louise, à qui il avait montré son serpent. Celle-ci, fut bien stupéfaite et peureuse en voyant la taille de la bête. Il ne comptait pas l'invoquer maintenant, il y avait des possibles passant et voir un serpent se promener dans les rues n'était pas forcément la meilleure idée.


Voir le profil de l'utilisateur

Invité
MessageSujet: Re: [Lycée Charles Bukowski] Au temps des cours et des professeurs [Terminé]   Lun 18 Jan 2016 - 23:55

Leeroy et son dessin à la craie d'une ombre sur demande de Saskia ou comment vendre du rêve à la demoiselle. C'était pas franchement très beau d'un point de vue artistique. Et d'un point de vue esthétique, les ombres ne possédaient pas un grand charisme. Mais là n'était pas l'important. Non, Saskia resta en suspens face aux longues et larges griffes qu'arborait la créature, le regard de la brune allait du dessin à la poche de Leeroy dans laquelle elle était glissée sa main blessée. Non, affronter au quotidien ce type d'ennemis ne devait pas être de tout repos. Il devait être sacrément doué pour ne s'en sortir qu'avec une seule blessure et rien d'autre. Saskia, elle, n'aurait pas tenu cinq minutes face à pareil adversaire. Et encore.

Mais si rester éloignée de Kyu ou Bey signifiait rester éloignée des ombres, alors elle s'en tiendrait à cette consigne. Car non, elle n'avait aucune arme à la manière de Blackbird et de son sabre. Et même si c'était le cas, cela ne lui aurait pas été d'une très grande utilité ; Saskia n'avait jamais manié la moindre arme de sa vie alors  en obtenir une pour être incapable de l'utiliser correctement et risquer davantage de se blesser soi-même plutôt que son adversaire, non merci.

– C'est pas plus mal que j'les vois pas alors. J'ai pas trop envie qu'elles se servent de moi pour aiguiser leurs satanées griffes !


Difficile de donner une forme déjà existante à ces créatures. Etait-ce la réalité qui les voulait ainsi ou Leeroy et ses talents inexistants de dessinateur qui rendait l'association à une chose connue plus difficile ? Peut-être devrait-elle arrêter d'essayer de faire correspondre le moindre élément de ce monde surnaturel avec quelque chose propre à la réalité et accepter de suite que certains aspects dépassaient l'entendement ? Elle gagnerait du temps.

– Ah les sciences c'est bien ça aussi, un peu prise de tête par moment par contre... Mais sûr qu'avec tes cours je finirai par m'en sortir !


Plus qu'à espérer. Parce que si avec l'aide du jeune homme elle n'arrivait à aucun résultat, autant tout remettre en question, à commencer par elle-même. Là n'était pas encore la question, si alors que les cours n'avaient toujours pas commencé Saskia doutait de ses propres compétences, elle  n'irait pas bien loin à ce rythme.

Et le reste la surprit, bien évidemment. Après tout, elle avait posé une question à laquelle elle s'attendait presque n'avoir aucune réponse. Peut-être aurait-ce été préférable pour son bien, d'ailleurs ?

– Un serpent ? lâcha-t-elle un peu trop fort avant de baisser à nouveau la voix, un vrai de vrai ?

Non, un serpent en carton capable de cracher des confettis. Franchement.
La Moscovite ne s'était pas préparée à cela. Après tout, elle n'était préparée à rien de ce côté-là. Le côté magique des Seraphs et Nephils lui était totalement inconnu. On lui avait rabâché son existence inlassablement mais à ce jour, elle n'en savait  pas plus. Leeroy était le premier à se confier de la sorte. Enfin, il aurait pu lui affirmer être capable d'invoquer un service à thé sonné dix-sept heures, elle l'aurait tout autant cru sans aucune preuve à l'appui.

Plus qu'à espérer que le serpent n'était pas un don propre à tous les Seraphs. Que lui avait raconté Blackbird à ce sujet ? Qu'elle avait reçu des capacités lui permettant de se battre en permanence ? Très limpide.

– Ils sont bizarres vos pouvoirs qui vous sont désignés quand même, déclara-t-elle tout en songeant au cas Blackbird, c'est vous qui les choisissez ? Ou c'est Kyu qui décide pour vous ?

Vu les dires de Blackbird, la première hypothèse paraissait plus plausible. Blackbird avait souhaité se battre éternellement et avait reçu en don des capacités propres à sa demande. D'accord mais rien de très explicite pour la demoiselle. Des capacités permettant de se battre, cela restait malgré tout assez large comme paroles.

– J'aime pas les serpents.

Parce que oui, maintenant la Russe espérait que ce sacré Bey ne s'amuserait pas à lui refiler en pouvoir une capacité identique ! Invoquer un serpent ? Quelle utilité ? Ah si, au moins pouvait-il faire tout le travail à la place de Leeroy mais ce cas de figure ne paraissait pas envisagé par le garçon, lui qui revenait blessé suite à un combat sur le terrain.

Messages : 1188
Wishes : 68

avatar
Humain
MessageSujet: Re: [Lycée Charles Bukowski] Au temps des cours et des professeurs [Terminé]   Sam 23 Jan 2016 - 18:42
Effectivement, ce n'était pas plus mal qu'elle ne puisse pas les voir. Quelqu'un de normal prendrais peur immédiatement. C'était la nature humaine, même si des cas spéciaux existaient. Il y avait toujours ces psycopathes qui ne pensaient qu'à tuer ou à se battre, alors des bestioles comme celle-là pour eux n'étaient rien et n'en avait jamais eu peur. Ce n'était pas le cas de Leeroy. Il avait failli perdre la vie sur la première ombre qu'il avait croisée et avait la honte de s'en souvenir. Il en avait presque mouillé son pantalon. Heureusement qu'il n'était pas du genre à se faire dessus quand il avait peur. Et puis, le jeune homme avait quelque peu changé maintenant. Il n'était plus vraiment aussi sensible qu'avait. Son inexpressivité donnait cette impression qu'il se fichait de tout, et pourtant, il avait un regard rempli de haine, mais peu de gens le remarquaient. Il essayait de garder cela le plus secret possible, faisant de son mieux pour ne pas que les personnes autour de lui ne le remarquent.

En ce qui concernait les cours, il comptait tout de même lui fourni un moyen de le contacter puisque leur petit rendez-vous pour étudier n'auront probablement pas lieu à un moment fixe de la semaine et qu'il était possible de le changer. Et puis, quitte à lui donner des cours, il avait largement le temps de le faire plusieurs fois dans la semaine pour qu'elle puisse intégrer un lycée du quartier est plus rapidement. Ce n'était pas une charge de travail plus élevée pour lui. Il était contractant, et dormir quelques heures lui suffisaient maintenant, pas besoin d'une nuit longue et restauratrice. Cherchant sur lui, il n'avait ni bout de papier, ni stylo alors il demanda simplement :

- Aurais-tu un bout de papier et un stylo ? J'aimerais te donner mon numéro de téléphone.

Le pouvoir de Leeroy avait en quelques sortes l'air d'étonner la jeune femme. Pourtant, l'invocation de créature ou d'animaux étaient l'un des pouvoirs que l'homme s'imaginait peut-être le mieux après le contrôle des éléments. Ce n'était pas forcément un pouvoir bien commun, mais il était connu. C'était d'ailleurs souvent comme cela dans certains jeux vidéo. Quand la magie y était intégrée, le contrôle des éléments, et les invocations ne pouvaient pas ne pas y être.

- Je ne vais pas te le montrer si tu n'aimes pas ça. Et ça m'arrange pas mal, même si en ce moment, il n'y a personne dans cette rue, un élève ou même un passant pourrait venir du coin de rue.

Bien que sa question l'avait dérangé, son visage n'avait pas changé d'expression. Les pouvoirs, ils les choisissaient en quelques sortes puisqu'ils avaient un rapport avec le vœu de la personne. C'était ce qu'il en avait conclu à cause de son actif et passif, étrangement lié à son vœu contre sa phobie aux serpents.

- Oui et non. Les pouvoirs obtenus ont un rapport avec le vœu énoncé, mais on ne choisit pas vraiment. Et en général, avant de faire le vœu, on n'est pas mis au courant, donc au final, c'est comme si on ne choisissait pas.

Dans ces paroles, c'étaient clair qu'il ne souhaitait pas avoir les pouvoirs qu'il possédait. Son passif était vraiment le plus dérangeant des deux. Il n'était pas du tout facile à vivre, avait tendance à l'énerver et être de mauvaise humeur facilement, surtout après les cours qui étaient devenus un calvaire. Sur le coup, il enviait John de pouvoir faire ce que bon lui semblait, ne pas aller forcément dans des endroits où il y avait beaucoup de monde. Leeroy payait pour ses études, et ne pouvaient pas les annuler pour finir au chômage.


Voir le profil de l'utilisateur

Invité
MessageSujet: Re: [Lycée Charles Bukowski] Au temps des cours et des professeurs [Terminé]   Dim 24 Jan 2016 - 0:10

Encore une fois, l'absence de portable allait lui faire défaut ! Il serait grand temps qu'elle remédie à ceci, cet outil de tous les jours risquaient de devenir très pratique pour les semaines à venir. En Russie, la demoiselle s'en passait très bien, elle avait tout bonnement continué sur cette même lignée à Palema. Sans compter que l'appareil n'était pas donné, encore moins les forfaits qu'elle se représentait comme un gouffre financier mensuel. Et sans revenus, c'est pas très pratique. Toujours est-il qu'elle arracha une feuille du carnet qu'elle trimballait avec elle et extirpa un stylo pour écrire sur une page vierge son adresse actuelle. En somme, chez Hadence. Ce serait toujours ça de pris. Elle n'allait pas forcer le jeune homme à faire de même, d'autant plus qu'il serait bien plus logique que ces cours improvisés aient lieu dans un endroit bien plus propice à la connaissance comme une bibliothèque quelconque de Palema.

– J'ai pas de portable alors tiens, ça c'est mon adresse, comme ça si y a besoin tu sauras où me trouver. Pour commencer, on a qu'à se fixer des rendez-vous à la bibli' de Palema ? Suffit de me dire quand tu veux qu'on s'y retrouve et j'y serai, crois-moi, c'est une vieille méthode mais elle marche.

Se fixer rendez-vous pour se retrouver ensuite. N'était-ce pas ainsi que faisaient les autres avant l'invention du téléphone portable ? Bon, il restait les pigeons voyageurs et les signaux de fumée pour se tenir au courant des moindres faits et gestes – les réseaux sociaux de l'époque, bravo la technologie !

Mieux valait que Leeroy décide lui-même des horaires et des jours qui l'arrangeaient. Saskia, elle, avait du temps devant elle, elle se plierait aux horaires du jeune homme. Déjà qu'il était bien gentil de lui accorder un peu de son temps, ce n'était pas pour en plus faire la fine bouche et des caprices qui n'avaient pas lieu d'être ! Elle ne savait toujours pas ce que ce garçon faisait pour occuper ses journées – en plus de devoir massacrer des ombres – mais sûrement était-il étudiant, peut-être même avec un bon niveau ! Sans quoi, il ne lui aurait pas proposé son aide, cela n'aurait eu aucun sens.

– J'aimerais bien le voir quand même un de ces jours. Juste pour vérifier que c'est bien vrai, tout ça.

Voilà que Saskia était tiraillée entre la curiosité de voir ce serpent invoqué en chair et en os sous ses yeux et la peur de le voir, justement. Cela restait un serpent malgré tout, même si elle supposait – espérait – que la bête se pliait à la volonté du garçon, la Russe n'avait pas envie de vérifier ça en personne en héritant d'une morsure quelconque. Etait-il vraiment possible de plier une bête sauvage à la volonté d'un Homme ? Saskia avait du mal à y croire. Sûrement parce qu'elle oubliait la magie qui semblait imprégner Kyu, Bey et donc les vœux et les pouvoirs qui en découlaient. Il fallait vraiment qu'elle réussisse à s'affranchisse de tout a priori cartésien pour pouvoir y voir clair. Sans quoi, elle resterait dans l'obscurité.

Jusqu'à preuve du contraire, la brune n'avait encore jamais vu le moindre pouvoir de Nephil ou de Seraph en action. Ce serait une première pour elle. Cet élan de curiosité pouvait bien transcender sa peur des reptiles, non ? Prochainement, sûrement.

– Y en a beaucoup des gens comme moi ? Des gens qui sont au courant de Kyu, Bey mais qui sont pas concernés pour autant ?

De simples humains passifs en somme. Parce que oui, Saskia trouvait ça stupide que des humains puissent percer à jour le secret de la nature des Seraphs et des Nephils, si c'en était un secret, car entre Blackbird qui lui avait parlé ouvertement de son clan et Leeroy qui avait approuvé ses dires, inutile de dire que les informations filtraient de tous côtés. Pauvre humaine qui se devait de vivre avec la connaissance de cet autre monde sans pouvoir y accéder vraiment. L'avantage sans les inconvénients ? Plus ou moins. Pour le moment, tout cela ne la regardait pas ; elle restait exclue de ce monde surnaturel, bien qu'au courant de nombre de ficelles.

– Si je faisais le vœu de retourner en Russie auprès de mon petit frère ou qu'il soit auprès de moi ici à Palema, j'aurais quoi comme pouvoirs à ton avis ?


Ce n'était que simple curiosité, bien sûr. Toujours est-il que si Saskia se sentait d'envie de changer complètement d'idée de vœu, cela arrangerait beaucoup la narratrice qui commence à en avoir marre de galérer sur son passif. Sur ce, la parenthèse peut se refermer.
La Moscovite savait que ce n'était sûrement pas la meilleure question à poser alors que Leeroy souhaitait la préserver de cette drôle de guerre qui éclatait entre Seraphs et Nephils. Et ombres. Parce que oui, comme si survivre n'était pas déjà assez compliqué avec des ennemis humains, il fallait que de vulgaires monstres en rajoutent pour bien pourrir la vie ! Logique, si ces fauteurs de troubles n'existaient pas, les Seraphs et Nephils ne seraient pas.

– J'ai dit si.

Oui, mieux valait rappeler que tout cela n'était qu'une hypothèse. Un simple conditionnel. Un temps qui pourrait bien migrer en futur proche si la Russe gardait cette idée dans un recoin de sa tête.

Messages : 1188
Wishes : 68

avatar
Humain
MessageSujet: Re: [Lycée Charles Bukowski] Au temps des cours et des professeurs [Terminé]   Ven 29 Jan 2016 - 19:33
Ce donner rendez vous était certes une méthode pour se retrouver, néanmoins, en cas d'imprévu, il n'aura aucun moyen de la contacter. Même s'il lui envoyait une lettre par la poste, celle-ci allait mettre quelques jours à lui parvenir. Avec son statut de contractant, il ne pouvait pas promettre d'être à l'heure ou d'aller simplement au rendez-vous. Il suffisait qu'il croise une ombre ou un contractant qui voulait l'attaquer sur le chemin, et la jeune Russe allait pouvoir bien attendre et sans voir l'arrivée de Leeroy.

- D'accord. Ça fera l'affaire, je suppose. Mais si j'ai un imprévu, je m'en excuse d'avance. Si c'est le cas, je te recontacterai ou je passerais chez toi.

Quant à l'histoire du serpent, il pouvait bien lui montrer, mais dans ce cas-là, il fallait qu'il n'y ait personne autour. Leeroy regarda alors un peu autour d'eux, il n'y avait personne, mais pour sécuriser l'action, il préféra l'amener dans une petite ruelle juste en face. C'était sûr qu'il n'y aurait personne dans cet endroit.

- Par contre s'il te plaît, ne crie pas même si tu as peur.

Aussitôt après sa demande, Leeroy fit apparaître son invocation longue de 8 mètres et plutôt balèze entre eux deux. La créature se mit directement à fixer la jeune femme, mais sans aucune once de menace ou d’agressivité. Il était parfaitement obéissant à son maître, et n'attaquera pas Saskia de lui-même et ne montrera pas ses crochets si Leeroy ne lui ordonnait pas d'être menaçant. Doucement, le contractant s’accroupit pour venir toucher légèrement le crâne de sa bête. Même si elle était magique et étrangement docile, la créature agissait comme une bête normale, et lui donner un peu d'affections n'était pas plus mal.

Lorsqu'elle posa sa question, ce n'était pas même pas étonnant que le solitaire préférait garder le silence. Il n'aimerait pas lui donner une idée de pouvoir qui pourrait lui faire naître l'envie de faire un vœu. Au lieu de laisser le silence régner, il préféra tout de même dire quelque chose.

- Je ne sais pas.

Il ne la prenait pas pour une idiote. Leeroy savait que Saskia comprendrait qu'il n'avait pas envie de répondre à sa question à cause de sa condition. Mais la narratrice pourrait bien dire que Leeroy avait pensé à un pouvoir passif qui pourrait être en rapport avec la famille, ou même une sorte de ressentie de gens autour d'elle, dans un certain périmètre, qui permettrait de savoir si les personnes de sa faction son en danger ou pas. Tout cela en présentant bien sous forme de liens familiaux. Ce n'était qu'une idée, mais il y avait plein de manières et de pouvoir possible pour un vœu comme celui-là. Cela pourrait facilement tourner autour de la téléportation ou de la famille, comme Manori ou Nelytsa.


Voir le profil de l'utilisateur

Invité
MessageSujet: Re: [Lycée Charles Bukowski] Au temps des cours et des professeurs [Terminé]   Lun 1 Fév 2016 - 0:22

Sûr qu'avec une vie aussi mouvementée que la sienne, la ponctualité ne devait pas être le fort de Leeroy. Il fallait dès lors que Saskia assimile l'idée que le garçon risquait sa vie au quotidien. Lui donner des cours paraissait trop banal en cet instant, à mille lieues de ses habitudes de combattant. Entre lui et elle, il n'y aurait aucun combat au sens propre du terme, si ce n'est peut-être une rude bataille visant à mettre à l'épreuve l'apprentissage long et éprouvant de la demoiselle. Elle s'en doutait, les cours seraient loin d'être une partie de plaisir, surtout à ses débuts.

La Russe eut à peine le temps d'ouvrir la bouche que déjà un serpent s'était matérialisé sous ses yeux. Elle eut un mouvement de recul léger, surprise qu'elle était face à la bête. Ses yeux grands ouverts allaient du reptile à son maître, Leeroy, observant ce dernier tapoter la tête de l'animal comme s'il s'agissait d'un banal animal domestique se rapprochant du chien ou du chat. Mais ce n'avait pas grand chose à voir avec un charmant canidé dévoreur de pantoufles ou un mignon félin tout juste bon à ronronner.

– Il est... Réel ?

Les questions stupides, le retour. On pouvait lui pardonner suite à l'état dans lequel elle se trouvait actuellement. Non pas qu'elle était paniquée mais il faut l'avouer, se retrouver en tête à tête avec un serpent avait de quoi inquiéter un minimum. Pourtant, elle gardait son calme ou du moins le feignait-elle mais les battements de son cœur s'étaient accélérés grandement.
Et puis, si cela n'avait été qu'une illusion, Leeroy n'aurait pu le caresser en toute amitié, sa main aurait fendu l'air et rien de plus.

– Je veux dire... Il se bat... Avec toi ? Contre les Ombres et contre... Les... Les...


Les... Les... Les Nephils ? Ainsi que les Seraphs peut-être ? Car aux dires de Leeroy lors de leur première rencontre, son statut de Seraph lui valait l'inimitié de sa propre faction et bien évidemment de sa faction ennemie. Quelle drôle de vie.

Saskia fut quelque peu déçue de la dernière réponse du jeune homme. Parce que oui, les pouvoirs la taraudaient si elle venait à faire un vœu. À observer la capacité du jeune homme, c'était à croire que tous étaient gagnants grâce à ce drôle de pacte. Tous les contractants étaient-ils des Faust et Kyu et Bey des Méphisto à leur manière ? Quelle drôle de pensée.

– Si on oublie la guerre dans laquelle vous êtes projetés, vous êtes plutôt gagnants avec vos pouvoirs. Et votre vœu.


Oui, surtout le vœu, c'était avant tout ce qui intéressait Saskia. Les pouvoirs n'étaient pas négligeables et devaient être vus avant tout comme une seconde arme permettant de survivre. Oh et entre temps le passif de la Russe a été pré-validé, plus qu'à croiser les doigts pour que Kyu adoré approuve le tout. Pas de Manori bis ni de Nelytsa bis chez les Seraphs, non, cela n'aurait pas été drôle du tout.

– Si j'appelais Bey, là, maintenant, on deviendrait ennemis ?


Appeler Bey, c'est mal, très mal ! Satanée personnage, tss !
Plus sérieusement, oui elle se demandait ce qu'il adviendrait de sa relation naissante avec Leeroy si elle venait à passer le cap du contrat. Certes, ce n'était qu'une supposition, et cela faisait beaucoup de si en un seul poste, mais elle préférait être fixée car elle avait bien du mal à savoir où se situait le garçon.

– Tu peux le faire disparaître ? demanda-t-elle tout en jetant un coup d’œil au serpent, il me met mal à l'aise. Et puis, j'ai du mal à faire confiance à ces bêtes-là.

Elle espérait que Leeroy ne serait pas trop offensé par ses dernières parole mais elle ne faisait que dire la vérité. Toute personne sensée se trouvait mal en compagnie d'un serpent. Elle se demandait bien quel drôle de vœu le Solitaire avait pu bien faire pour se retrouver avec un pouvoir pareil. Mais elle ne le lui demanderait pas. Elle ignorait si les vœux devaient rester secrets ou non mais en suivant la logique de ce monde surnaturel, quiconque connaissait le vœu d'un contractant pouvait en deviner ses pouvoirs, non ? Pour elle, cela ne changeait pas grand chose vis à vis de Leeroy ; elle connaissait déjà son don d'invocation du reptile.

Messages : 1188
Wishes : 68

avatar
Humain
MessageSujet: Re: [Lycée Charles Bukowski] Au temps des cours et des professeurs [Terminé]   Mar 2 Fév 2016 - 22:39
S'il n'avait pas fait de vœu, Leeroy serait plus effrayé que Saskia, et il pouvait donc parfaitement comprendre les sentiments de la demoiselle à cet instant. Il continua encore un peu de caresser la tête du serpent en écoutant parler Saskia, la voix qui bégayait légèrement. A part la présence de la bête, il ne savait pas vraiment pourquoi elle avait cette sensation. Était-ce à cause de la guerre ? Ou que ce serpent était capable de tuer un contractant ?

- Il m'aide à combattre, les ombres, et aussi les autres contractants.

Ce n'était de toute manière pas à cacher et c'était plutôt évidemment qu'il lui servait aussi à cela. Pourquoi ne pas utiliser l'atout d'une invocation lorsqu'il combattait ?

- Mais il ne ferait rien contre ma volonté.

Doucement, Leeroy se releva, arrêtant de caresser le crâne de la bête et finit par le révoquer à la demande de la jeune femme. Il ne se sentait, en aucun cas, vexé. Il comprenait parfaitement qu'elle puisse avoir peur ou qu'il la mette mal à l'aise. Les serpents n'ont jamais été une espèce vraiment domptable ou alors difficilement. Il en avait fait l'expérience lorsqu'il était au lycée. Leeroy pensait à l'époque que les serpents dans le zoo étaient habitués à voir des humains, ou qu'ils ne s'attaqueraient pas à eux une fois relâché, et pourtant, c'était le cas.

Quand la vitre s'était brisé et que les serpents sortirent, il s'était retrouvé coincé à cloche pied sur le fil de la vie. Ce jour-là, cela ne l'aurait même pas étonné d'être mort finalement. Il s'en était échappé de peu, et avait réussi à sauver sa sœur par le courage. Mais après cela, son courage, il l'avait complètement perdu, et avait demandé de l'aide à Kyu. Il fut vraiment bête de penser qu'un simple vœu comme celui qu'il avait fait pouvait arranger sa vie. Aujourd'hui, il s'en mordait complètement les doigts, et le regret avait tendance à l'envahir.

- Si tu te diriges vers Bey, tu ne seras pas mon ennemi, mais ce n'est pas réciproque, je serais peut-être ton ennemi. On ne sera jamais allié, même si je ne suis pas ton ennemi.

Leeroy ne considérait pas les Nephils comme des ennemis puisque ses cibles étaient principalement des Seraph, mais cela, il ne préférait pas le dire. À cause de son statut de Seraph, il ne pourra jamais devenir l'allié des Nephils, et c'était normal qu'ils n'acceptent pas cela. Que dirait Bey ? Ou même l'élue de leur faction ? Il avait déjà conclu quelques pactes avec certains Nephils, une sorte d'entente d’échange d'information ou les deux parties étaient gagnantes et ne perdaient absolument rien.

En tout cas, si elle tenait vraiment à faire un vœu, il préférait qu'elle aille le faire faire par Bey, et non Kyu. Le félin blanc était son ennemi juré, et il n'accepterait pas qu'elle fasse un vœu avec lui. S'il le pouvait, il préférait l'empêcher et il serait capable de tuer Saskia pour cela. Leeroy n'avait jamais dit qu'il était gentil, et la détermination qu'il avait dans les yeux en disaient longs sur ses choix et sur ce qu'il était capable de faire.


Voir le profil de l'utilisateur

Invité
MessageSujet: Re: [Lycée Charles Bukowski] Au temps des cours et des professeurs [Terminé]   Ven 5 Fév 2016 - 11:22

Le genre de pouvoir pratique en somme. Leeroy pouvait déléguer tout le sale travail à son serpent et l'observer faire sans risquer d'être menacé ; Vision peut-être un poil trop idéaliste des combats de la part de Saskia, non ? Elle ignorait si les contractants capables d'invoquer la moindre bestiole pouvaient se permettre de rester en arrière pendant que leurs amis se prenaient le gros du combat. Sûrement le meilleur moyen de passer pour un lâche. Même en combat, il n'y avait pas d'issue.

Savoir que le reptile ne l'attaquerait pas était une bonne chose et la soulageait quelque peu. Mais le voir disparaître la soulagea encore davantage. Comment Leeroy pouvait-il rester de marbre face à pareille bête ? Mieux, comment Leeroy pouvait-il rester de marbre tout court ? Toujours aussi inexpressif, ce garçon. Et s'il venait à se coincer les doigts dans une porte ou, plus logique en vue de sa vie de combattant Solitaire, s'il venait à souffrir en plein combat, restait-il toujours aussi stoïque ? Les questions du jour qui ne servent à rien, bonjour.

– Leeroy, t'as souhaité quoi pour te retrouver avec un serpent ?


Non mais c'était quoi encore cet excès de curiosité ? Ne s'était-elle pas dit précédemment qu'elle n'oserait pas lui demander pareille chose, que ces ces choses-là étaient privées et tout le baratin qui allait avec ? Allons donc. Après tout, elle connaissait déjà le pouvoir du jeune homme, ce n'était pas comme si connaître son vœu allait le menacer ! Du moins l'espérait-elle. D'autant plus qu'il savait pleinement ce qu'elle souhaiterait, elle ; avoir son petit frère auprès d'elle. Bon, pas exactement formulé de la sorte mais l'idée était là et le principe était qu'elle retrouve Avdeï, ici, à Palema, non ?

Toujours est-il qu'elle avait du mal à comprendre le charabia du garçon. Lui serait son ennemi mais elle son allié ? C'était purement illogique. Inutile d'essayer de comprendre quoi que ce soit à ce monde qui la dépassait, la hiérarchie et sa logique, encore une chose qui la dépassait. Elle allait faire une liste à force. Vraiment.

– J'ai pas tout saisi… Mais l'important c'est qu'en gros tu ne me feras pas de mal et que jusqu'à preuve du contraire, je t'en ferai pas non plus, c'est ça ?

Oui, elle avait interprété le « peut-être » à sa manière. Elle n'oubliait pas que les contractants étaient sous les ordres de Commandants et autres gradés du genre, comme le lui avait expliqué lors de leur première rencontre. Ces mêmes gradés auxquels il fallait obéir sans sourciller. Se pouvait-il qu'un jour on lui ordonne de tuer ? Si c'était le cas, entre son incapacité à combattre et sa volonté de ne pas nuire à autrui, cela risquait d'être compliqué. Mais chaque chose en son temps.

– Oh et pour les cours tu serais dispo' dès la semaine prochaine ? Plus tôt on commence, plus tôt je peux tenter de rentrer dans le lycée du quartier Est et plus tôt t'es débarrassé de moi, déclara-t-elle avec un grand sourire, ou même cette semaine, moi je m'en fiche, mes journées sont libres !

Elle ignorait ce que le garçon pensait d'elle, mystérieux et sombre comme il était. Sûrement ne la détestait-il pas, sans quoi il n'aurait pas accepté de lui accorder un peu de son temps. Mais les sentiments de Leeroy étaient impénétrables, inutile même de compter sur son faciès pour y lire la moindre expression le tout restait lisse la plupart du temps !

Messages : 1188
Wishes : 68

avatar
Humain
MessageSujet: Re: [Lycée Charles Bukowski] Au temps des cours et des professeurs [Terminé]   Sam 6 Fév 2016 - 15:33
Leeroy ne savait pas s'il pouvait vraiment lui dire son vœu. Il n'avait jamais dit à John alors qu'il s'agissait de la personne dont il était le plus proche. Maintenant qu'il y pensait, il n'avait jamais vraiment parlé de sa vie alors que Leeroy connaissait beaucoup de choses. C'était bien mieux si personne ne savait rien de Leeroy, il serait plus tranquille et ce serait surtout moins dangereux pour lui. S'il n'avait jamais dit son vœu à quelqu'un jusqu'ici, c'était parce qu'il en avait honte. Lycéen, c'était une vraie chiffe molle à propos des serpents. Rien que le mot pouvait lui faire faire des frissons et à faire une crise d'angoisse. Le serpent fut vraiment sa plus grande peur, mais il pouvait largement vivre avec cette peur, pourtant, l'avidité d'un homme avait encore agi lui faisant faire un vœu.

- Je... J'ai souhaité de ne plus avoir peur des serpents.

Pour le coup, c'était bien réussi. Saskia pouvait constater que le vœu avait bien fonctionné puisqu'il était capable de venir toucher des serpents sans en avoir peur. Ce vœu lui coûta pas mal cher au niveau des pouvoirs. Son corps était surtout en train de devenir mi-serpent. C'était désagréable et il s'attendait vraiment au pire pour la suite.

- C'est pour ça que je comprends parfaitement que tu ne veuilles pas voir mon invocation et que je l'ai révoqué tout à l'heure.

Lentement, il remit les mains dans ses poches en guise de petite pause avant de reprendre les paroles de la jeune femme en face de lui.

- On ne se fera pas de mal mutuellement à moins que les gradés Nephils te demandent de me tuer.

Il avait peut-être fait une réponse plutôt compliquée plus tôt, mais voilà qu'il venait de la résumer en une phrase simple. Leeroy avait aussi complété ce qu'elle venait de dire.

- Pour ce qui est de tes études, ça me va très bien si on commence cette semaine. Je suis libre samedi-ci. En début d'après-midi à la bibliothèque du quartier est.

Même s'il avait une grosse réputation d'étudiant asocial, donné des cours, il l'avait déjà fait pour quelqu'un qui était venu lui demander, ou plutôt supplié jusqu'à que Leeroy se sente mal à l'aise et accepte sa proposition de travail. Parfois, lors des travaux de groupe, il était obligé de remettre à niveau ceux qui étaient un peu derrière et qui ne pouvaient pas faire ce genre de travaux. Pour Saskia, c'était un niveau lycée alors il pourrait très bien la rendre presque imbattable sur les sciences. Pour ce qui était du côté littéraire, il connaissait la théorie, mais pour la pratique, il espérait qu'elle soit prédestiné à réussir.


Voir le profil de l'utilisateur

Invité
MessageSujet: Re: [Lycée Charles Bukowski] Au temps des cours et des professeurs [Terminé]   Lun 8 Fév 2016 - 11:38

Il était étonnant d'apprendre qu'auparavant Leeroy était effrayé par ces reptiles. À le voir ainsi, difficile d'y songer. Au moins Saskia avait-elle une redoutable preuve concernant l'efficacité des vœux des deux créatures. Cela la rassérénait quelque peu. Ainsi, si elle souhaitait le retour de son petit frère, elle ne risquait pas d'avoir de mauvaises surprises. Il serait là et ce serait tout. Plus qu'à espérer que son pouvoir ne toucherait pas aussi son petit frère. Ce serait vraiment trop triste que Bey lui refile un don mettant en danger Avdeï. Peut-être devrait-elle s'assurer de ceci avant de se précipiter ?

– Pour mon vœu, y aura aucun risque pour mon petit frère ? Je veux dire, y a aucun danger que je me retrouve avec un pouvoir farfelu qui viserait à utiliser Avdeï comme combattant ou je sais quoi ? essaya-t-elle de s'exprimer, je sais pas si je suis très claire, désolée…

Elle ne savait pas comment formuler cet embryon de pensée qui lui venait. Tout ce qu'elle souhaitait, c'était la présence de son petit frère auprès d'elle, rien d'autre. Si elle pouvait, elle aurait laissé de côté ces histoires de pouvoirs, arme, factions et combats. D'autant plus qu'elle n'avait rien d'une combattante, il suffisait de la regarder pour s'en rendre compte. Combien de temps tiendrait-elle avec cette nouvelle vie ? Il n'y avait aucun intérêt à ramener son cadet auprès d'elle pour venir à mourir par la suite, Leeroy le lui avait déjà fait cette remarque pendant leur première rencontre.

– Hé bien moi je te ferai pas de mal, même si on me l'ordonne ! pesta-t-elle, c'est pas des gradés qui vont me commander !

Elle disait ça aujourd'hui mais que dirait-elle lorsqu'elle aurait tout bonnement passé son contrat ? Oui, elle pouvait se permettre ce type de paroles parce qu'elle n'était encore qu'humaine et était encore loin de son contrat, bien qu'il se rapprochait de plus en plus bien malgré elle. D'autant plus qu'avec Avdeï à ses côtés, la hiérarchie disposerait d'un moyen de pression de choix. Saskia était prête à tout pour son petit frère, manquerait plus que des gradés s'en servent à mauvais escient de manière à obtenir ce que bon leur semblait de la jeune Russe et c'en serait fini de ses convictions et de ses idéaux ! Chose qu'elle n'avait pas encore l'air de réaliser. Plus qu'à espérer que sa future faction ne serait pas assez intelligente pour penser à ce stratagème, seule manière d'avoir un œil, et le bon sur Saskia et son comportement. La connaissant, elle serait bien capable de fraterniser avec l'ennemi. Et aux dires de Leeroy, cette manière de faire était idéale pour s'attirer les foudres d'êtres bien plus expérimentés qu'elle ne le serait jamais.

– Leeroy… Si je venais à passer un contrat et s'il m'arrivait quelque chose… Tu voudrais bien veiller sur mon frère ? Je suis sûre qu'avec toi au moins il sera en sécurité…

Saskia avait une logique différente de la normale concernant la sécurité. En sécurité auprès de quelqu'un ayant voué sa vie à combattre les Ombres et devant survivre au quotidien pour sa propre survie ? Certes la brune avait conscience des dangers qui rôdaient autour du Seraph, difficile d'en faire abstraction. Mais elle préférait qu'Avdeï soit surveillé par Leeroy. Cela éviterait toute complication si Saskia venait à trahir sa faction pour telle ou telle raison. Difficile de connaître l'avenir, peut-être serait-elle une gentille Nephil prête à obéir au moindre ordre, même le plus stupide ?  

– Au moins faire en sorte qu'il ne passe pas de contrat… S'il te plaît…


Enfin quelque chose de plus réaliste ! Elle avait eu un aperçu de Leeroy et de sa volonté à empêcher le plus de monde possible à devenir contractant. Elle-même hésitait encore, il faut croire que Leeroy avait bien fait son travail et avait trouvé les mots nécessaires pour l'en dissuader. Mais l'envie et la volonté de retrouver son cadet se faisaient plus fortes à chaque nouvelle journée. Viendrait un moment où elle ne saurait plus se contenir et pactiserait avec le diable. Oui, c'était ainsi qu'il fallait considérer Kyu et Bey, deux créatures diaboliques. La Moscovite ignorait l'apparence de ces deux êtres mais ne serait pas étonnée si elle venait à apprendre qu'ils possédaient cornes et queue fourchue.

Messages : 1188
Wishes : 68

avatar
Humain
MessageSujet: Re: [Lycée Charles Bukowski] Au temps des cours et des professeurs [Terminé]   Sam 13 Fév 2016 - 20:39
Peut-être qu'un vœu pouvait influencer sur une personne comme Saskia avait l'air de supposer. Enfin, elle n'avait pas vraiment l'air de savoir, cela ne restait qu'une supposition pour elle. Lorsqu'elle avait posé la question à Leeroy, celui-ci n'avait même pas pu y répondre directement. Lui aussi avait besoin d'y réfléchir un peu, car il n'avait jamais encore croisé de personne qui permettait d'utiliser d'autre personne, qui pourrait la mettre en danger. Baissant les yeux, il faisait mine de réfléchir, même si ce n'était pas que d'apparence.

- Je ne sais pas, je ne pourrais pas te confirmer qu'il n'existe pas de pouvoir de ce genre. Pour moi, tout pouvoir est possible et peut être inventé. Il est possible que tu obtiennes un pouvoir qui pourrait faire du mal à ton frère.

Comme il n'était pas sûr de la réponse exacte, il préféra tout de même la prévenir que c'était tout à fait possible qu'elle puisse avoir un pouvoir qui mettrait son frère en danger ou qu'il l'utiliserait. C'était parfaitement imaginable, alors pourquoi pas ?

Sur l'autre sujet de conversation, il pensait que Saskia faisait vraiment la maline. Elle ne connaissait pas vraiment les personnes qui peuplaient les gradés, et ils ne laisseraient sans doute pas une femme comme Saskia dans le pacifisme. Si elle refusait de faire du mal à quelqu'un, qui est sensé être un ennemi, alors elle pourrait être considérée comme traîtresse. Même si c'était cruel pour elle de penser cela, Leeroy pensait que cela lui donnerait un autre avantage à ce qu'elle devienne une vraie traîtresse. De toute façon, il ne l'obligerait pas, elle devait le faire de son propre choix. Au vu de la conversation, il pouvait facilement se dire que la jeune femme allait finir par faire un vœu à l'un des deux chats. Il n'était pas bête non plus. Si elle continuait à lui parler de tout cela, et à lui dire que les gradés ne lui faisaient pas peur, alors elle comptait bien le faire. C'était regrettable.

- Quand tu y seras, tu verras bien que tu seras obligé d'obéir comme un chien. Tu n'auras pas le choix ou alors pour eux, cela voudrait dire que tu as rejoint le mauvais côté.

Leeroy était un peu représentatif du mauvais côté, tout comme Blackbird, bien qu'elle le soit encore plus que lui. L'invocateur de serpent était plus dans le subtile. Les solitaires étaient tous considéré comme des traîtres donc, ils étaient forcément mauvais pour les autres.

- Quant à ton frère, je ne suis pas sûr que ça soit une bonne idée de me confier sa vie. Je suis l'ennemi des Seraph et des Nephils à la fois, et j'arrive à peine à veiller sur moi-même tellement je me mets en danger.

Il refusait, mais pour de bonne raison. Le meilleur moyen pour protéger son frère était de le tenir éloigné de lui. Il avait fait exactement la même chose pour sa petite sœur, dont il n'arrivait presque pas à se souvenir le visage qui était pourtant si adorable. C'était sans doute la plus grosse erreur qu'il faisait, mais il refusait de voir sa famille, voulant propager la rumeur qu'il ne s'entendait pas avec sa famille. Cela éviterait que des personnes malfamées chez les Seraphs ou les Nephils les prennent en otages. Ils n'auront aucune valeur si Leeroy ne s'en occupait même pas.

- Et puis, pour ce qui est d'empêcher les personnes de faire du contrat, je suis peut-être le seul qui essaie de le faire, mais ce n'est pas très fructueux. Je n'ai pas encore réussi à convaincre quelqu'un de ne pas faire de vœu, même après avoir essayé à mainte reprise.

C'était facile de constater qu'il n'était peut-être pas très bon pour faire ce boulot que lui demander la jeune femme. Entre C4, Akiro et Saskia , il n'en avait convaincu aucun.

- Regarde, pose toi la question. Tu comptes faire un vœu n'est-ce pas ? Tes paroles font tout pour dire que tu as extrêmement envie de le faire, même si je te mets en garde à chaque fois.

Il n'avait pas tort. Le fait qu'elle lui demande de protéger son frère était déjà une raison suffisante pour commencer à croire que Saskia allait vraiment le faire. Elle avait beau poser une condition devant la question, faire comme si ce n'était que de l'imagination, il n'y croyait même pas une seule seconde. Dans sa tête, tout devait déjà être tracé. Saskia était peut-être confuse, il n'en savait rien, mais au bout du compte, il connaissait la fin de cette histoire, de ce débat qu'il essayait d'avoir avec elle pour tenter de l'empêcher de faire un vœu. Finalement, il avait abandonné.
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
MessageSujet: Re: [Lycée Charles Bukowski] Au temps des cours et des professeurs [Terminé]   Jeu 18 Fév 2016 - 11:33

Un pouvoir mettant en danger la vie de son frère ? Si tel était vrai, cet autre monde était vraiment horrible pour oser risquer ainsi la vie d'humains innocents. Après tout, le vœu qu'elle souhaitait faire de tout son cœur était directement lié à Avdeï, elle ne pouvait pas faire comme si cette possibilité de pouvoir était impossible. Mieux valait qu'elle s'y prépare psychologiquement dès maintenant. Mais peut-être cette information serait-elle suffisamment effrayante pour empêcher Saskia de faire définitivement un vœu ? Non, mieux valait ne pas trop y compter. Cela avait de quoi la refroidir, certes, mais l'idée était toujours là, tenace et vive, la relançant en permanence. Impossible de la sortir de son crâne, à moins peut-être en passant à l'action.

D'abord il en venait à lui conseiller de rejoindre les Nephils, plus pacifistes d'après ses dires, et désormais il paraissait les reléguer au même rang que les Seraphs, brutes meurtrières assoiffées de sang. Saskia pouvait comprendre que Leeroy se refusait à voir de pauvres humains condamner leur vie par un vœu, mais il faudrait pour cela qu'il garde un minimum de cohérence dans son discours. Après tout, il n'avait pas grand-chose à perdre si elle rejoignait les Nephils, c'était toujours mieux que les Seraphs ? Naïve petite Saskia.

– J'ai du mal à croire que les Nephils soient aussi mauvais que ce que tu me décris là ! Alors quoi ? Ce sont tous des meurtriers et c'est tout ?


Oui mais pas Leeroy. Mais lui lui n'était pas Nephil mais Seraph, ce qui paraissait encore pire. Comme cela devait être frustrant d'avoir le sentiment d'avoir rejoint le mauvais camp. Saskia, elle, ne risquait pas de se tromper grâce aux précieux conseils du jeune homme. Conseils qui ne valaient plus grand-chose si désormais Seraphs et Nephils étaient élevés au même rang, diminués dans une bassesse identique.

Elle comprenait parfaitement le refus de Leeroy. Mais il était le seul être qu'elle connaissait ayant un semblant de pouvoir, de quoi repousser de nombreux ennemis. Peut-être n'était-ce pas une bonne idée de commencer à se reposer sur la magie ? Elle n'était pas même Nephil que déjà elle envisageait le pire, Leeroy avait au moins raison sur un point ; l'envie de faire un vœu la tiraillait au plus haut point.

– Y a de grandes chances pour que je fasse un vœu si Bey se présente à moi, oui, concéda-t-elle, une créature noire, hein ?

Il serait vraiment dommage qu'elle se trompe de contracteur et de clan par la même occasion. D'après ce qu'elle avait cru comprendre lors de sa première et précédente rencontre avec Leeroy, seule la couleur distinguait ces deux créatures identiques au possible. La demoiselle se demandait toujours à quoi pouvait bien ressembler cette créature magique, son imagination avait pris le pas avec les Ombres jusqu'à ce que Leeroy lui en dessine une. Finalement, elle avait partiellement faux. Peut-être sa représentation de Kyu et Bey était-elle erronée ? Cela, elle ne le saurait que le moment venu, pas avant.

– Tu crois vraiment que c'est une bonne idée d'empêcher à chaque fois les gens de vouloir faire un vœu ? Je veux dire, doit y en avoir qui sont très heureux avec leurs souhaits,
rêvassait-elle, sinon tout le monde ferait déjà comme toi, à parler de ça aux humains comme moi pour pas qu'ils deviennent quelqu'un comme toi.

Déjà elle voyait Leeroy différemment, elle qui lui avait clamé qu'il restait humain malgré tout. Mais la vision du serpent l'avait refroidie. Ce n'était pas humain de posséder des dons pareils. De quoi étaient capables les autres Seraphs ? Possédaient-ils des pouvoirs aussi effrayants ? Non pas qu'elle les considérait comme des monstres, ça non, sinon elle serait elle-même un monstre en devenir, pensée qu'elle se refusait, mais elle se rendait enfin compte qu'un fossé séparait les contractants des humains ordinaires. Et un fossé de taille qu'il lui était impossible de franchir pour le moment.

– Je serais prête à tout pour mon frère.

Une phrase banale au premier abord. Mais la Russe connaissait ses forces et ses limites et sentait que pour le bien d'Avdeï et sa sécurité, elle serait prête à prendre des risques infinis et toujours plus grands. Tuerait-elle pour Avdeï ? Elle n'avait pas encore la réponse à cette question. Une manière pour elle aussi de signifier qu'elle se débrouillerait avec ou sans Leeroy. Et qu'elle resterait en vie jusqu'au bout, contrat passé.

Messages : 1188
Wishes : 68

avatar
Humain
MessageSujet: Re: [Lycée Charles Bukowski] Au temps des cours et des professeurs [Terminé]   Sam 20 Fév 2016 - 7:51
Si la jeune femme avait bel et bien décidé de faire un vœu, alors il était trop tard pour lui. A ce stade de la conversation, il n'avait pas l'air de pouvoir faire grand chose pour lui faire penser le contraire. La convaincre serait difficile, alors pourquoi ne pas abandonner de suite ? Comme il avait dit dans leur première rencontre, tout le monde n'était pas heureux avec un eux, Leeroy le premier, et tout le monde ne pensaient pas comme lui, c'est-à-dire, venir auprès des humains pour s'en plaindre. Sinon, qu'adviendrait-il de leur réputation au sein de leur groupe ? Sûrement misérable. Il pourrait être considéré comme un moins-que-rien. Il exagérait peut-être ses pensées, mais c'était comme cela qu'il voyait les choses.

- Les nephils ne sont pas plus mauvais que les seraphs. Et comme je te le disais l'autre fois, tu ne peux pas savoir à l'avance si quelqu'un va être heureux ou pas après avoir réalisé son souhait.

Enfin, le fait qu'elle soit plus proche du chat noir plutôt que blanc pourrait être en soi une bonne nouvelle, même si elle n'était pas réjouissante pour lui. Ce qu'il voulait, c'était qu'elle lâcha l'affaire à propos de cela. Elle disait pouvoir tout faire pour son frère. Effectivement, c'étaient de belles paroles, mais le faire par l'intermédiaire du diable, c'était tout bonnement ridicule.

- Tu vas saccager tes belles paroles par des actions dégradantes.

Réaliser un vœu, pour plus tard apporter de l'énergie à un contracteur, voilà ce qu'était une action malveillante. Et encore, peut-être que par la suite, elle en viendra à tuer pour pouvoir sauver sa propre vie. Saskia sera très certainement amenée à descendre des gens, pour la seule raison qu'était son frère. Comment pouvait-elle vivre heureuse ? Risquer sa vie tous les jours pour quelqu'un d'autre ? Impossible que Leeroy puisse ressentir quelque chose de positif dans une telle pensée. Il n'y avait rien d'autres de plus important que sa propre vie. Sacrifié la sienne pour une autre, c'était stupide ; rien de tel que pour faire souffrir la personne pour laquelle on avait décidé de se sacrifier. C'était exactement ce qu'elle voulait faire.

- Prête à tout pour ton frère, certes, mais je pense qu'il y a des limites à ne pas dépasser.

Ce n'était qu'un point de vu, et il suffisait de remarquer à quel point Saskia était tournée vers son frère pour se rendre compte qu'elle ne lâcherait probablement jamais l'affaire.

- Plutôt que le ramener ici, pourquoi ne rentres-tu pas ? Qu'as-tu de si important à faire dans ce pays ?

Leeroy ne connaissait absolument pas la vie de Saskia. La seule information qu'il possédait était son niveau scolaire plutôt médiocre, assez pour pouvoir intégrer cette école à côté d'eux. Pour quelle raison était-elle ici, si sa famille qui lui manquait était ailleurs ? Jusqu'ici, il avait bien remarqué son accent étranger, alors il avait simplement supposé que son frère était ailleurs, dans un autre pays, bien qu'il n'arrivait pas à distinguer lequel. L'accent russe n'était pas vraiment celui que Leeroy arrivait à mieux reconnaître.


Voir le profil de l'utilisateur

Invité
MessageSujet: Re: [Lycée Charles Bukowski] Au temps des cours et des professeurs [Terminé]   Lun 29 Fév 2016 - 23:14

Alors adviendrait que pourra. Si c'était la seule manière de savoir pour être enfin fixée, alors elle n'hésiterait plus et foncerait tête baissée faire un vœu auprès de Bey. À défaut de pouvoir contenter pleinement Leeroy, au moins le ferait-elle partiellement. Mais au final, elle n'avait aucun compte à lui rendre, absolument aucun. Si elle souhaitait faire un vœu, elle le ferait avant tout pour elle-même, pas pour contenter un garçon frustré de s'être trompé de Faction. Elle écouta ses dernières paroles. Elle commençait à savoir où elle mettait les pieds,  du moins où elle risquait de les mettre. Non, en vérité elle ne savait rien du tout et c'était là le souci. Impossible de se rendre pleinement compte de ce qui l'attendait avant d'avoir sauté le pas. Et à ce moment, ce serait déjà trop tard.

Des limites à ne pas dépasser ? Saskia le savait mieux que quiconque, si aujourd'hui elle se prétendait prête à tout pour Avdeï, capable des pires saloperies, alors c'est que malheureusement elle était dans le vrai. Elle qui disait ne pas être en mesure de tuer qui que ce soit savait qu'elle franchirait ce cap si un danger environnant menaçait Avdeï.

– On y est pas encore.

Une manière comme une autre de raisonner Leeroy pour éviter qu'il ne lui jette davantage encore la pierre, mieux le galet ! Il la condamnait alors qu'elle n'était encore que simple humaine, c'était là son seul crime. Elle n'oubliait pas que c'était lui qui lui avait appris tout ce qu'elle savait sur cet autre monde. Alors certes, sans sa rencontre avec ce dernier, elle aurait foncé tête baissée avec le peu de connaissances offertes par Blackbird chez les Seraphs. Mais qu'est-ce que cela changeait au fond ? Ah si, maintenant elle avait peur, bien plus qu'avant, si c'était cela que souhaitait le jeune homme, bravo car il avait réussi. Mais il y avait des peurs qu'il se fallait savoir transcender au moment voulu, c'était l'essor même du courage.

La suite surprit Saskia mais c'était légitime que Leeroy lui pose cette question. Alors déjà, Saskia restée en Russie, cela aurait été difficile pour la jouer sur ce forum. Mais blague à part, elle n'avait pas l'argent pour rentrer, ce n'était pas un secret. Alors si elle ne pouvait pas venir à la Russie, la Russie viendrait à elle, du moins Avdeï. Les vœux n'étaient-ils pas là pou ça ?

– C'est compliqué...

Oui, c'était le moins qu'on puisse dire. D'autant plus qu'elle n'avait pas l'habitude de s'épancher sur sa vie privée, encore moins auprès d'un presque inconnu. Sans oublier que bien que Saskia avait parlé librement d'elle-même à Leeroy, l'inverse n'était pas vrai. C'était tout à son honneur.

– J'ai pas les sous pour rentrer. Et puis, ça serait pas une bonne idée de rentrer, y a de fortes chances pour que j'ai de sérieux ennuis si je remettais les pieds à Moscou, j'ai pas envie de courir ce risque.

Encore moins de le faire courir à Avdeï. Si elle n'avait pas l'argent pour rentrer, celui pour venir n'était pas elle. Mieux valait prier pour que jamais le dealer qu'elle avait détroussé, Vadim, ne la retrouve. Elle supposait qu'Avdeï ne craignait rien à Moscou, la demoiselle n'oubliait pas que Vadim était originaire de Saint-Pétersbourg, d'une ville à l'autre, cela faisait une trotte, sans oublier que les villes étaient assez grandes pour permettre aux Kochka et à Vadim de cohabiter si leurs routes venaient à se croiser. Mais Saskia, elle, préférait ne courir aucun risque.

– Au fait, pendant qu'on y est à parler de la Russie, tu connaîtrais pas quelqu'un qui parle suffisamment cette langue pour m'aider en anglais ? J'arriverais à rien à l'écrit au lycée tant que je continuerai d'écrire n'importe comment...

Oui, l'alphabet lui posait un gros problème. Elle essayait de le pallier à sa manière mais seule, elle se demandait si les résultats portaient réellement ses fruits. Si encore elle se mettait à lire en anglais ou à faire un minimum d'efforts. Mais non. Bientôt, ce serait retour en primaire avec les dictées et les copies de mots une dizaine de fois pour éviter les fautes. Pas sûr même que cela suffise.

Messages : 1188
Wishes : 68

avatar
Humain
MessageSujet: Re: [Lycée Charles Bukowski] Au temps des cours et des professeurs [Terminé]   Dim 6 Mar 2016 - 21:18
Peu à peu, le sentiment et le regret de lui avoir tout expliqué commençaient à naître. S'il avait su qu'elle était dans cette détresse par rapport à son frère, il n'aurait probablement rien dit. Enfin, peut qu'elle serait tombée sur des contractants malfamés qui pouvaient la manipuler. Au pire, pourquoi diable cela l'aurait dérangé ? S'il ne la connaissait pas, il n'aurait pas eu à se prendre autant la tête avec cette histoire de vœu.

- Non, on n'y est pas encore effectivement.

Il disait juste cela histoire de lui répondre, mais il n'avait pas vraiment réfléchi avant de dire cela, il ne le pensait même pas. Il soupira un peu, et écouta la réponse de Saskia. Si elle avait vraiment des problèmes là-bas, alors c'était compréhensible de ne pas vouloir y retourner. Leeroy aurait fait sûrement la même chose, mais de là à ramener son frère par le biais d'un vœu. Une lettre d'invitation avec de l'argent pour le billet et tout roulait aussi. Il était pourtant sûr que Saskia pouvait se trouver un petit job qui ne demandait pas vraiment de diplôme pour payer l'aller de l'avion vers les Amérique.

En ce qui concernait ensuite ce qu'elle demandait, cela était impossible de lui répondre correctement. Le solitaire avait beau réfléchir, il ne trouvait pas vraiment de personne correspondant à la description de Saskia.

- Je n'ai bien pas de ne pas pouvoir t'aider sur ce plan-là.

Malheureusement, il devait bien y avoir quelqu'un en fac de langue qui pourrait aider Saskia, mais pas dans sa promotion de biologie. C'était dommage.

- Il doit en avoir en fac de langue, mais je ne suis pas quelqu'un qui est social en inter-filière. Je ne le suis déjà pas beaucoup avec ma promo'.
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
MessageSujet: Re: [Lycée Charles Bukowski] Au temps des cours et des professeurs [Terminé]   Dim 6 Mar 2016 - 23:45

Au pire, Saskia pourrait toujours demander à Diechi de lui donner des cours d'anglais. Bien que son russe n'était pas parfait, à ce jour le jeune homme était le seul de ses connaissances à parler aussi bien sa langue. Malheureusement, la Moscovite n'avait aucun moyen ni de le retrouver, ni de le joindre. C'était ça de ne pas avoir de portable à une époque pareille. Plus d'une fois, cela lui compliquait la vie. Mais les gens d'autrefois arrivaient bien à vivre sans alors elle faisait de même. Ce temps n'était pas si loin, à bien y repenser. D'autant plus que la perspective de revoir Diechi loin d'un cadavre l'intéressait.

– Ah oui pas bête, j'irai voir ça bientôt, c'est pas comme si j'avais mieux à faire de mes journées t'façon !

Prospecter du côté de la fac était là encore une idée intéressante. Saskia tâcherait d'aller y faire un tour prochainement, juste pour voir. Cela ne l'engageait à rien. Elle se rendit alors compte qu'elle ne savait même pas ce que Leeroy faisait comme études. Il lui avait dit être assez bon dans les sciences mais les sciences, c'était vaste.

– D'ailleurs, tu étudies en quoi, toi ?


Cela ne l'étonnait guère que Leeroy avait du mal à communiquer avec les élèves des autres filières, voire à communiquer tout court. Il faut l'avouer, Leeroy était un garçon assez froid, à croire que ce n'était pas un hasard s'il avait choisi une vie de Solitaire, en plus de se haine de Kyu, bien évidemment.

Le temps avait filé, nul doute que Saskia n'allait pas tarder à faire de même après cette énième question. Sans oublier que le jeune homme avait sûrement d'autres choses à faire ; ils se reverraient bien assez vite, cours particuliers obligent !

Messages : 1188
Wishes : 68

avatar
Humain
MessageSujet: Re: [Lycée Charles Bukowski] Au temps des cours et des professeurs [Terminé]   Mar 8 Mar 2016 - 9:29
Comptait-elle aller voir les personnes qui allaient à la fac de langue ? Même si elle n'en connaissait pas une seule ? Peut-être que Saskia avait des contacts là-bas, un peu comme pour la fac de biologie puisqu'il la connaissait et qu'il y étudiait. Cela paraissait quand même un peu bizarre puisque finalement les deux personnes s'étaient quand même rencontré par pur hasard. Ça paraissait vraiment trop gros qu'elle puisse connaître un jeune de la fac de langue en restant presque tout le temps dans le quartier sud. Rare était les personnes allant à la fac depuis ce quartier.

- La biologie.

Pour l'instant, c'était plutôt général, mais plus tard, et surtout sur ses dernières années d'études il comptait se spécialiser dans la faune. La flore ne le dérangeait pas spécialement, mais quitte à choisir une spécialité, il préférait de loin la faune. Pouvoir observer pendant des heures le même animal, il pouvait le faire sans soucis, même si c'était le chien à mémé qui faisait ces petits besoins dans la rue. Leeroy ne le faisait pas de toute façon, il passerait carrément pour un gars légèrement tordu, déjà qu'il l'était pas mal au final.

Rapidement, le seraph regarda l'heure sur son portable et finit par se dire qu'il se faisait un peu tard quand même. De son côté, il devait aller travailler et prendre aussi une petite heure pour pouvoir préparer les devoirs de la chère Saskia pour la prochaine fois qu'ils se verront.


Voir le profil de l'utilisateur

Invité
MessageSujet: Re: [Lycée Charles Bukowski] Au temps des cours et des professeurs [Terminé]   Mar 8 Mar 2016 - 13:39

Viendrait-il un jour où Leeroy ferait autre chose que des phrases simples ? Sujet, verbe, complément. Ce n'était pas bien compliqué. Alors certes, la Russe était mal placée pour râler de ce côté-là, Leeroy était ainsi, lui et sa froideur, rien ne le ferait changer, du moins certainement pas elle ! Saskia hocha la tête. La biologie, c'était vaste mais cela parlait un minimum à Saskia. Nul doute que le Solitaire devait s'amuser à disséquer des souris et faire d'autres expériences cruelles les concernant, juste pour observer l'anatomie animale.

– D'accord, ben je te dis à samedi prochain, le biologiste ! Faut que je rentre !


Pour faire quoi ? Elle-même ne le savait pas encore. Elle avait juste le sentiment d'avoir beaucoup abusé du temps libre de Leeroy. Sûrement avait-il des devoirs scientifiques à mener pour la fac, des révisions ou juste des Ombres à massacrer ? La Moscovite avait du mal à se représenter la vie du Seraph, peut-être était-ce mieux ainsi.

Enfin, elle s'éloigna, tout en faisant un signe de la main à Leeroy. Ce n'était pas parce qu'il était en permanence glacial avec elle qu'elle devait faire de même. Un peu ded chaleur dans ce triste monde n'avait jamais fait de mal à qui que ce soit.

Spoiler:
 

Messages : 1188
Wishes : 68

avatar
Humain
MessageSujet: Re: [Lycée Charles Bukowski] Au temps des cours et des professeurs [Terminé]   Mar 8 Mar 2016 - 19:27
Leeroy était pourtant capable de faire des phrases plutôt construites, mais plus le temps passaient pour lui et plus il devenait froid. Dans sa dernière réponse, il n'avait que posé un déterminant et un nom, même pas de verbe, pas de complément. Ce n'était pas grammaticalement une phrase. A vrai dire, pour les années avançaient et moins le solitaire appréciait sa vie. Bien évidemment, il n'en viendrait jamais au suicide ! Il tenait à pouvoir reprendre une vie comme il le souhaitait, il avait cet espoir. Même s'il n'arrivait plus à voir où est-ce qu'il allait en ce moment, il lui restait toujours cette petite lumière pour le guider. C'était à ce demander si John ne faisait pas partie de cette lumière en plus de son espoir. Il était beaucoup plus proche de lui qu'il ne croyait pas.

Comme Saskia lui fit un petit signe avant de partir, Leeroy fit de même, levant la main pour la secouer assez lentement.

- D'accord, à samedi alors.

Très légèrement, un sourire s'échappa de ses lèvres puis tourna des talons pour partir dans le sens opposé à celui de la jeune femme. Encore une fois, il s'était engagé dans quelque chose. Ne pouvant prévoir le futur, il espérait pouvoir tenir cette promesse qu'il lui avait faite : la faire rentrer dans un lycée du quartier est. Le niveau n'était pas spécialement haut, alors elle pourrait facilement y arriver, mais avec l'aide de quelqu'un d'autre uniquement.

HRP: Merci beaucoup ♥


Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Lycée Charles Bukowski] Au temps des cours et des professeurs [Terminé]   
 [Lycée Charles Bukowski] Au temps des cours et des professeurs [Terminé]
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Vos emplois du temps
» Recherche sponsors pour projet lycéen
» [Clos] Un espace vert pour le lycée
» Tournoi de l'île du Temps Figé [Guide Mascottes en cours]
» Zonage et temps de trajet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fate of Wishes :: Palema :: Quartier Sud :: Archives-