Un mystérieux petit animal croise votre route : Je souhaite que tu passes un contrat avec moi. En échange, j'exaucerais n'importe lequel de tes voeux.
 

Partagez | 
 [Ruelle Jersey] Désormais, tu es toi [Terminé]

Messages : 1807
Wishes : 226

avatar
N-Protecteur
MessageSujet: [Ruelle Jersey] Désormais, tu es toi [Terminé]   Mar 12 Jan 2016 - 22:25
Ruelle Jersey:
 


Il y avait des choses dont on pouvait se vanter, qu’on racontait à ses connaissances en bombant presque le torse, fier de ses actes ; et évidemment, celles qu’on taisait. Au fil de ses vols, John avait appris à mieux juger les gens, à ouvrir son esprit quant à la réalité des choses. Le jeune homme qui croyait en un monde manichéen dans lequel les riches étaient affiliés au Diable avait vu peu à peu ses idées s’effondrer, devant accepter le monde tel qu’il était. Et plus il s’intéressait aux choses, plus il se découvrait capable de remords.
De vengeance pure, ses buts avaient évolué à punition. Mais il se rendait compte vol après vol qu’un riche ne perdait que très peu à chacune de ses chapardes, et finalement la punition s’avérait inefficace. En fait, il se demandait réellement si aider les gens était sa vraie motivation, ou si c’était sa rage qui dirigeait ses actes ; et tenta de se persuader que la seconde était la bonne. Voilà que maintenant son objectif avait encore changé, il volait donc dans un but altruiste.

Et cette semaine, il avait volé pour s’enrichir. Certes, le but était d’offrir de faux papiers d’identité à une personne dans le besoin, mais c’était pour se faire de l’argent. 300 dollars même, quelque chose qui aurait beaucoup aidé des familles du Sud ; et lui se souillait pour les avoir. C’était une sensation étrange qu’il ressentait désormais, sa vision de ses actes était en train de changer. Peut-être allait-il finir par arrêter ses activités illégales, trouver un meilleur moyen pour se venger des pourris ? La justice ? Les enquêtes ? C’était possible. Alors c’était comme ça : il allait réduire ses escapades pour privilégier les ombres, et se réduire à s’introduire chez des enfoirés pour obtenir des preuves.
Bref, le sujet du jour n’était pas là.

Cinq minutes. Cinq. C’était le nouveau record de John, une première en matière de retard : il était presque à l’heure. Une sombre affaire de mauvaise rue, rien de bien grave ; en plus, il était parti de chez lui en avance, et ça c’était extraordinaire. Quoiqu’il en soit, le jeune homme avait eu le temps de se reprocher sur la route le délai qu’il avait choisi. Une semaine, c’était trop. Surtout qu’il n’avait pas pu commencer à faire les papiers avant étant donné que Saskia voulait être présente, alors il n’avait fait que négocier. Sauf que contrairement à ceux que John achetait auparavant, cette fois-ci il comptait en prendre d’excellente qualité. La jeune russe allait probablement les garder un certain temps, alors il valait mieux qu’ils soient très difficile à repérer. 800 dollars, c’était le prix - et c’était beaucoup. Beaucoup agressaient pour beaucoup moins dans le Sud, alors sacrifier autant avait donné un petit haut le cœur au Nephil, bien qu’il ne soit pas spécialement avare. Il pensait surtout à toute l’aide qu’il aurait pu apporter aux mendiants avec cette argent, mais dû se raviser. Après tout, il rendait service à une personne qui était elle aussi dans le besoin, alors pas de quoi s’en vouloir.

Une fois arrivé au point de rendez-vous, il ne tarda pas à emmener Saskia jusqu’au fameux endroit. Ils étaient encore à l’autre bout de la rue fatidique quand John s’arrêta, se tournant vers la jeune femme.

« - Bon. Ils sont là-bas… J’espère que tu as une photo de toi, et que tu es prête. Laisse-moi parler, j’ai pris l’habitude à force ; mais s’ils tentent de te toucher t’as le droit de les repousser, je les laisserai pas faire. »



Dernière édition par John Fallen le Jeu 28 Jan 2016 - 17:34, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
MessageSujet: Re: [Ruelle Jersey] Désormais, tu es toi [Terminé]   Mer 13 Jan 2016 - 17:18

Des mots, rien que des mots ! La demoiselle aurait dû s'en douter. Tout était trop beau pour que cela soit vrai. Peut-être le condamnait-elle un peu trop vite, après tout, l'heure juste n'était passée que de quelques minutes. Elle pouvait bien se permettre d'attendre encore, ce n'était pas comme si elle avait quelque chose de mieux à faire. Elle n'eut pas longtemps à pester dans le froid contre elle-même et sa naïveté légendaire qu'enfin une silhouette émergea d'entre les ombres de la rue adjacente. Il était là. Vraiment là. John ne l'avait pas abandonnée ni trahie. Il avait tenu parole. Heureuse de voir qu'il était un homme d'honneur, elle n'en fit toutefois rien paraître et le suivit à pas feutrés vers le lieu de rendez-vous.

Une rue qu'elle connaissait déjà. Après tout, elle arpentait le quartier Sud depuis bientôt deux ans et aurait dû se douter que des transactions de la sorte pouvaient se faire par ici. Un pas qu'elle n'avait jamais osé franchir, d'une part à cause de l'argent nécessaire et ensuite par son  absence de volonté de faire changer les choses. Du moins en ce qui concernait sa situation.
Elle écouta avec attention les dernières recommandations de John, ce qui eut pour effet de la faire sourire.C'est bien, se décontracter avant de frôler l'illégalité, il n'y avait que ça de vrai. Elle était peut-être bien plus jeune que lui et ignorante de la vie aux dires de certains mais n'en était pas stupide pour autant et savait comment se comporter en société. Même quand la dite société incluait divers malfrats se servant du malheur des autres pour se faire de l'argent sur leurs dos.

– Ça va, ça va, ça va bien se passer, fit-elle à la fois pour se le persuader elle-même ainsi que le garçon, on y va, on fait ce qu'on a à faire puis ça sera fini. Dit comme ça, c'est pas vachement compliqué.

Toujours est-il que des imprévus pouvaient toujours survenir. Mais John le lui avait affirmé lui-même ; il avait l'habitude. Combien de fois avait-il commercé avec  de tels individus ? Saskia préférait l'ignorer.

Les derniers mètres les séparant des quelques hommes avec qui ils devaient faire affaire parurent à la fois interminables et rapides à Saskia. C'était une curieuse sensation. Seulement trois hommes leur faisaient face, la demoiselle les observa dans le blanc des yeux, hors de question de se laisser intimider !

– T'as l'argent ?

Parce que oui, plus malpolie que Saskia, cela existait et n'était plus à prouver. Au diable les échanges de politesse par ici, ne comptait que la menue monnaie. Mieux valait se taire et laisser John gérer le tout, n'était-ce pas ce qu'il lui avait demandé d'abord ? Sage Saskia qui allait gentiment obéir sans faire de vagues.

Messages : 1807
Wishes : 226

avatar
N-Protecteur
MessageSujet: Re: [Ruelle Jersey] Désormais, tu es toi [Terminé]   Mer 13 Jan 2016 - 21:03

Saskia semblait tenter de rassurer John. C’était presque attendrissant, mais le jeune homme n’était pas dupe : il savait que ces quelques paroles ne lui étaient pas destinées en réalité. La rue était remplie d’individus tous très différent, allant du jeune riche perdu et camé au gros bras à l’air patibulaire, tout en abritant quelques cris provenant des maisons. N’importe qui pouvait se douter de l’autre genre de marchés que certaines maisons abritaient, mais le jeune homme n’y prêta pas attention. Ce qui l’intéressait aujourd’hui, c’était le groupe de trois hommes face à lui ; et dont le sac caché sous le manteau se laisser deviner par une bosse.

« – T'as l'argent ? »

Toujours aussi cinglant, l’homme était pourtant habitué à John ; mais la politesse semblait ne pas avoir encore atteint son cerveau.

« Bonjour, ouais. La moitié aujourd’hui et le reste la prochaine fois. »

John n’avait pris que la somme nécessaire ce jour, car il n’avait toujours pas confiance en ces trois hommes. De toute manière, il n’était pas question de cela, alors John mis une main dans la poche pour signifier qu’il était prêt à le donner.

« Ok. Nom, prénom, adresse et tout ce qu’il faut. Plus la photo. Enfin, tu connais l’histoire de toute façon. »

Le jeune homme répondit avant que la jeune russe puisse ouvrir la bouche.

« - Pour l’adresse, mets celle que j’utilise habituellement. »

Il était hors de question que ces trois-là découvrent l’endroit où vivait Saskia, ce serait trop risqué. Enfin, pour le reste, ce n’était plus de son ressort : et il tourna sa tête de quart de façon à apercevoir du coin de l’œil sa protégée, tout en surveillant les types.

« - Je te laisse dire le reste. »

Après tout, peut-être voulait-elle changer de nom ? Il ne comptait pas la priver d’une quelconque liberté, alors il n’avait donné aucune information sur elle auparavant.
Patientant, John se demandait si la jeune fille allait vouloir revenir quelques jours plus tard pour récupérer ses papiers en personne. C’était inutile, et un risque de trop ; le Nephil allait tenter de l’en dissuader, mais si elle insistait il se verrait obligé de céder. Et puis, il ne voulait pas trop en dire sur les prix afin qu’elle ne se sente pas trop redevable, car 600 dollars restaient une somme conséquente. Une qui valait d’ailleurs des remords à John, mais il chassa cette dernière idée aussi vite qu’elle était venue, se concentrant à nouveau sur la situation.


Voir le profil de l'utilisateur

Invité
MessageSujet: Re: [Ruelle Jersey] Désormais, tu es toi [Terminé]   Jeu 14 Jan 2016 - 12:03

La demoiselle eut un bref regard étonné en direction de John quand celui-ci intima à l'homme de mettre son adresse personnelle. C'était bien joli tout cela mais ce n'était pas la sienne. Enfin, l'adresse n'était qu'une formalité, ce n'était pas comme si qui que ce soit y faisait vraiment attention. Et puis, aujourd'hui elle vivait chez Hadence mais elle ignorait ce que l'avenir lui réservait. Un autre emménagement ailleurs ? Sûrement, une fois trouvé un moyen sûr et sans danger pour que son petit frère soit auprès d'elle, difficile de s'imaginer vivre à trois pendant une éternité dans le petit appartement de celui qui l'hébergeait. Cela allait finir par devenir une seconde manie, à force, de ne jamais rester bien longtemps au même endroit. Elle avait ça dans la peau, stagner n'était pas pour elle.

– Saskia Kochka née le 3 mars 1999 à Moscou, fit-elle tout en tendant la photo d'identité prise dans un quelconque photomaton avant d'épeler à ses interlocuteurs prénom et nom, ça ira ?

Les hommes notèrent chacune des indications avant de ranger la photo dans leur poche, en compagnie du portable utilisé pour retranscrire les différentes informations. Plus de place pour le papier et le crayon, bonjour les cellulaires appelés à la rescousse pour le moindre souci.

– Ouais. T'auras tes papiers, carte de résidence et tout le barda d'ici quelques jours.

Alors quoi ? C'était tout ? C'était vraiment aussi simple que ça ? Parler à trois guignols et au revoir l'inquiétude et bonjour le mouvement de la société américaine ? Cela semblait trop beau pour être vrai. Bon, simple, tout était relatif. Encore que les contacts pouvaient se dénicher de fil en aiguille, avec un peu de chance mais l'argent nécessaire pour le tout, là c'était une autre paire de manches. Merci à John tombé du ciel, son miracle à elle.

Du regard, elle interrogea le bon samaritain. Un regard qui en disait long sur son étonnement quant à la rapidité de la procédure. Parce que oui, la Russe n'était pas pleinement rassurée d'être en compagnie de ces trois inconnus. Traîner avec d'autres junkies, ça oui, avoir à faire à des dealers, sans souci. Tout cela était de son domaine et se sentait presque comme un poisson dans l'eau. Avec cet autre type d'illégalité, ça non, ce n'était pas pour elle, vraiment pas. Déjà que pour elle le vol signifiait juste de petits larcins uniquement capables de la nourrir, elle n'aurait jamais pu arriver à la cheville de John, lui qui avait tout l'air de voler de l'argent à ses dires.

– Et ensuite ?

Cette question s'adressait davantage et surtout à John plus qu'à l'un des trois inconnus qui ne lui inspiraient toujours pas confiance, ce qui était purement logique, d'une certaine façon. Maintenant, il fallait faire quoi ? Juste attendre que tout cela soit fait ? Une question de jours avant de céder un pas de plus vers l'illégalité. Plus qu'à espérer que ces faux papiers fassent vraiment illusion et qu'elle ne soit pas renvoyée en Russie sitôt le premier contrôle de police impromptu. Ce serait vraiment trop dommage.

Messages : 1807
Wishes : 226

avatar
N-Protecteur
MessageSujet: Re: [Ruelle Jersey] Désormais, tu es toi [Terminé]   Jeu 14 Jan 2016 - 17:41

C’était réglé. Enfin, presque, après il faudrait y retourner finir de payer et récupérer les papiers ; une simple formalité une fois le gros effectué. Le type ne semblait pas plus agité que d’habitude, et John tira de sa poche 300 dollars, qu’il alla fourrer dans la main de son interlocuteur. Pas un tremblement, pas un clignement, le jeune homme faisait tout pour rester d’un calme et d’un sérieux absolus.

« - Voilà. Le reste après, disons trois jours ? »

Le faussaire compta soigneusement l’argent pendant que ces deux camarades semblaient se réveiller, et après de longues secondes stressantes il releva la tête, offrant un sourire carnassier aux deux jeunes.

« - La prochaine fois t’auras pas de négoc’, t’as fait un peu trop cette fois. Mais je vais laisser passer, à dans trois jours. Tu sais où. »


Aussitôt, les trois louches tournèrent le dos et s’en allèrent, soucieux de ne pas rester trop longtemps au même endroit. John n’avait toujours pas répondu à la jeune fille, et il profita de ce répit pour souffler un peu.
C’était peut-être la dernière fois qu’il avait à faire avec eux, en fait. Bientôt, il irait faire reconnaître son existence et obtiendrait de vrais papiers. Rien que de s’imaginer cela, il souriait légèrement, comme s’il était un esclave qui allait enfin goûter à la liberté.

« - Dans trois jours j’irai les revoir pour récupérer tes papiers. Ils sont censés être de très bonne facture, assez pour qu’un flic n’y voit que du feu. Enfin, sauf si tu te fais arrêter avec une assez bonne raison pour qu’on vérifie ton passé… Si ça arrive, j’espère qu’ils seront cléments. Ah, et si t’as des emmerdes judiciaires, cite mon nom, John Fallen. Même si je suis qu’un clodo, j’essaierai d’arranger les choses ! »

Donc, il s’embourbait un peu plus dans l’illégal ; une belle perspective en soit. Ne laissant qu’un instant à la jeune fille pour répondre, il continua, lâchant un petit rire.

« - Ça fait du bien quand ils partent, non ? J’ai jamais pu blairer ces types, ils m’ont toujours paru dangereux, ha ha ! »

C’était le moment de détendre l’atmosphère. Après tout, il allait sûrement être amené à revoir la jeune russe, alors autant désormais se montrer sympathique.
Enfin, c’était surtout le moment de quitter la rue. Pendant qu’il parlait, il tourna lentement la tête vers le côté dont ils venaient, et embraya doucement la marche. Ils n’étaient pas pressés, mais l’idée de rester par-là ne plaisait pas vraiment à John. Finalement, plus les choses avancées pour lui, et moins il aimé ce genre de quartier. C’était triste, de changer à ce point ; peut-être finirait-il par avoir une vie normale, qui sait ?


Voir le profil de l'utilisateur

Invité
MessageSujet: Re: [Ruelle Jersey] Désormais, tu es toi [Terminé]   Lun 18 Jan 2016 - 0:22

Pfiou c'était fini. Plus que trois jours à attendre et ce serait enfin fini. Non elle n'avait pas eu à beaucoup causer pendant la transaction et c'était tout aussi bien. Moins ils en savaient sur elle, mieux c'était. Encore trois jours. Qu'est-ce que c'était long, trois jours. Et maintenant, elle avait raison, il ne lui restait plus qu'à attendre. Retour à la case départ. Ou presque.

John Fallen, c'était ça son nom complet ? Mais c'était pas un nom, ça. On aurait dit un cliché américain sur pattes. Un peu comme tous les Igor ou Vladimir en Russie. Enfin, elle n'allait pas remettre en cause le patronyme que lui avait choisi ses parents, ce n'était pas dans son intérêt.

– Un clodo pas mal friqué alors. Avec tout le fric que tu chipes, tu pourrais facilement ne plus rien avoir à faire avec les clodos, justement.

Il se revendiquait en tant que tel pourtant ses fringues étaient tout ce qu'il y avait de plus propre, loin du cliché habituel du sans-abri. Il était capable d'aider une quasi inconnue à l'aide d'une somme colossale mais pas de s'aider lui-même avant tout ? Saskia était tombée sur un étrange personnage, là encore. Enfin, elle n'allait pas s'en offusquer. John faisait ce que bon lui semblait, après tout, c'était sa vie, elle n'allait pas décider à sa place. Toujours est-il que lui était moins louche que les trois types qu'ils venaient de quitter, enfin une chose dont elle était vraiment sûre.

Elle hocha la tête et esquissa un sourire face aux propos de John tentant tant bien que mal de détendre l'atmosphère. Le plus dur était derrière eux. Du moins pour Saskia car John serait amené à revoir ces trois loustiques pour récupérer les papiers de la demoiselle. Parce que non, l'accompagner n'était pas à l'ordre du jour et la brune préférait garder ses distances avec ce genre d'individus pour le moment. Il n'était pas dans ses habitudes de côtoyer des faussaires. Manquerait plus qu'elle y prenne goût.

– Carrément ! Et totalement flippants tes amis ! Entre les deux qu'ont l'air de zombie et l'autre bavard qui se prend pour un pitbull... Drôle de bande.

Pas sûr que ces gars-là soient ses amis, justement. Ou alors John avait un manque profond et de cruelles lacunes en terme d'amitié. Si tous les gens qu'ils fréquentaient étaient ainsi, la junkie ne continuerait pas bien longtemps de garder le contact avec le garçon.

– Et sur ce qu'on a parlé la dernière fois, tu as pu te renseigner sur ta reprise d'études et tout ?


En une semaine, pas sûr qu'il ait eu le temps de se renseigner là-dessus. Cela faisait beaucoup d'incertitudes en si peu d'espace, pas vrai ? Elle-même avait commencé à fouiner et à se renseigner pour son propre cas mais rien de concret. Pas encore.

Messages : 1807
Wishes : 226

avatar
N-Protecteur
MessageSujet: Re: [Ruelle Jersey] Désormais, tu es toi [Terminé]   Lun 18 Jan 2016 - 19:33
John détourna le regard. Saskia avait l’air d’imaginer que ses vols étaient faciles, que l’argent coulait à flot dans sa vie ; et dans un sens, elle avait raison. Ce dont elle ne se doutait pas, c’était qu’à cause de ses récents exploits en tout genre, une rumeur avait commencé à filer dans les strates hautaines de la ville : ainsi, les protections commençaient à être renforcées pour arrêter le rodeur. En fait, il allait bientôt devoir ralentir ses affaires, voire même peut-être sombrer dans le légal – étranges perspectives pour cet homme qui par le passé ne voyait d’autres voies que la vengeance.

Surtout que sa situation avait avancé. Ash avait consenti à lui donner quelques cours, et Juliet l’avait conseillé et indiquer Rekor – donc il ne devrait pas vraiment tarder à trouver quelque chose. Il finit par regarder à nouveau Saskia, lui adressant un léger sourire.

« - C’est pas aussi simple que ça… Je vais devoir pas tarder à ralentir tout ça, ça va commencer à devenir plus dur. »

Il souffla, puis sourit en remarquant que la jeune russe avait soumis l’idée que les trois types pouvaient être ses amis. John, avoir des amis ? C’était un concept pour lui, et depuis la colline il n’en avait eu qu’un seul vrai. Leeroy. Quoiqu’Ash commençait à revenir, mais ce n’était pas au même niveau… Le Solitaire l’avait aidé, l’avait poussé à avancer ; en soit, il l’avait sauvé. Il lui était redevable, et pourtant il savait qu’il devait se faire discret maintenant. L’un était Seraph, l’autre Nephil : leur amitié était compliquée.

« - Je serai tombé bien bas s’ils étaient devenus mes amis, tiens… Bref, ouep’ j’ai fait quelques recherches sur mes études. Un pote me donne des cours pour rattraper un peu mon petit niveau, et j’ai quelques pistes pour trouver des écoles… Ça va avancer bientôt je pense. Et toi ? »

Si elle n’avait rien trouvé – ou pire, recherché-, il serait assez déçu. Certes, ce pari lui avait permis d’avancer pour lui-même, mais son but premier était d’aider Saskia à améliorer sa vie. Alors, ce serait triste qu’elle ne profite pas de ses années mineures.
Il se surprenait à avoir des pensées du genre, plus proches de l’adulte responsable et envahissant que du jeune homme casse-cou qu’il était. Peut-être cherchait-il à trop changer ? Ou alors, était-il devenu méprisant avec les plus jeunes ? Ce genre d’idées le rebutait, et il prit la décision d’alléger quelque peu son ton pour la suite de la conversation. Maintenant que le dangereux était passé, pourrait-il tout simplement devenir un semblant d’amis ?


Voir le profil de l'utilisateur

Invité
MessageSujet: Re: [Ruelle Jersey] Désormais, tu es toi [Terminé]   Mar 19 Jan 2016 - 19:31

John obligé de se calmer au niveau de ses vols ? La demoiselle ignorait avec quelle fréquence le garçon s'exerçait à alléger la bourse des non-gens. Oui, l'expression était restée, mieux, remaniée pour coller à à peu près tout. Mais se ranger du côté de la légalité, cela avait du bon aussi. Du moins Saskia se l'imaginait-elle. Elle, elle se rangeait tranquillement, plus de vols de nourritures ; elle n'en avait plus besoin. Plus de drogues ni quoi que ce soit ; là aussi elle essayait de décrocher. Mais ce dernier choix était une gageure avant tout ; elle n'arriverait pas à arrêter du jour au lendemain, elle le savait. Vivement qu'Avdeï soit là, auprès d'elle. Oui, elle voulait commencer à y croire à tout ce que lui avait dit Hadence. Et si le garçon échouait, il lui resterait le fameux vœu dont Blackbird lui avait parlé, cela même que Leeroy lui avait déconseillé de faire. Parfois, certains choix pouvaient sembler déraisonnables mais c'était tout le contraire. Non, passer un contrat avec une créature dont elle ignorait tout ne la réjouissait pas. Devoir se battre pour sa vie encore moins. Mais si c'était le prix à payer pour avoir son petit frère à ses côtés, alors soit.

Au moins était-elle heureuse que John ait tenu parole pour ses études. À elle de faire de même. N'était-ce pas pour elle avant tout que le voleur avait voulu suivre le même chemin ? Un peu comme un exemple à suivre. Si John y arrivait malgré son retard accumulé, elle pouvait faire de même. Elle avait seize ans et la vie devant elle.

– Moi aussi j'ai cherché. Les documents administratifs, j'y pige rien par contre. Et puis, je veux pas aller dans le lycée du Sud, j'ai l'impression que je perdrais mon temps là-bas, fit-elle tout en baissant les yeux et en se rappelant mille rumeurs entendues à ce sujet, je vais voir pour celui du quartier Est plutôt, je connais quelqu'un qui a l'intention de me donner des cours.

Brave Leeroy. Heureusement que John et Saskia avaient chacun dans leur entourage quelqu'un prêt à leur donner des cours particuliers. Sinon, difficile d'imaginer comment ils auraient pu s'en sortir. Oh peut-être John aurait-il continué ses vols malgré tout ? Et Saskia aurait sûrement suivi son chemin, direction le lycée du quartier Sud et son lot de problèmes que cela impliquait avec. Mais quitte à reprendre ses études, autant faire les choses bien. Sinon, mieux valait ne rien faire et retour au point de départ.

– Tu sais déjà ce que tu aimerais étudier ?


Parce que oui, si pour Saskia la fac était encore loin, il n'en était pas de même pour John. Peut-être avait-il arrêté les cours au même âge que Saskia mais lui avait passé l'âge d'obtenir son diplôme de lycée et pouvait déjà prétendre à des écoles quelconques l'acceptant malgré tout. De son côté, Saskia espérait pouvoir éviter d'accumuler trop de retard. Ah si seulement elle pouvait ne pas se farcir les quatre années de lycée pour déjà arriver à la moitié de cette scolarité-ci ! Prendre autant de retard ne lui plaisait guère mais elle ne pouvait s'en prendre qu'à elle-même. Elle verrait bien ce qui se passerait lors des prochains jours.

Messages : 1807
Wishes : 226

avatar
N-Protecteur
MessageSujet: Re: [Ruelle Jersey] Désormais, tu es toi [Terminé]   Mar 19 Jan 2016 - 22:37

Les plans du futur de John n’était pas encore tout fait prêts – c’était même un euphémisme. Certes, il prenait quelques cours, mais son niveau était encore très loin d’être suffisant, et la fac ne serait d’un doux rêve à ses yeux. Non, lui ne pouvait pas viser très haut, et donc son choix était très limité ; pas comme Saskia, elle avait encore des années devant elle. D’ailleurs, elle avait aussi parlé de cours, qui aurait pu lui donner ? Un professeur ? Enfin, il y avait vraiment peu de chance que John connaisse l’individu en question. Par contre, il serait en mesure de l’aider un peu sur l’administratif. Il avait beau ne pas être très talentueux dans ce domaine ci – surtout car il l’avait souvent évité-, il l’était tout de même probablement plus qu’elle.

« - Ouais, je peux un peu t’aider pour ça. Ah ? Tu as un ami qui donne des cours ? »


En fait, pour les papiers, il allait sûrement demander de l’aide à Leeroy, qui était probablement beaucoup plus à même de l’aider. Lui avait vécu dans la totale légalité – ou presque, si l’on oublie un peu d’alcool-, alors c’était plus son affaire.

« - Je sais pas vraiment ce que je vais faire … Je peux pas aller à la fac, alors je vais voir sur quoi je peux me rabattre. »

Désormais, il se demandait aussi ce qu’elle allait faire de ses journées. Chercher des études ? Possible, mais probablement qu’elle ne ferait pas que ça ; et puis, ses papiers lui ouvraient désormais plus de portes. Plus il y pensait, plus il se disait qu’il aurait à la revoir quelques semaines plus tard, afin de voir où elle en serait ; elle ne devait plus faire d’erreur. Et surtout, il ne savait pas si elle se droguait, buvait ou autre… A trop y réfléchir, il avait l’impression de se prendre pour son père ou quelque chose qui s’en approchait, alors il sourit bêtement.

« - Faudra qu’on se revoit dans quelques semaines, histoire de comparer nos différentes avancées ! D’ailleurs, tu comptes faire quoi de tes journées maintenant, un petit boulot ? »

Probablement que non, mais qui sait ?
Une autre idée lui traversa l’esprit, et il décida de la saisir : il fallait qu’il fasse comme avec Ash. La nature de la demoiselle l’intriguait, et il voulait s’assurer qu’elle soit bien humaine – être contractante si jeune serait dommage, c’était dangereux de potentiellement gâcher son avenir aussi tôt-, alors il allait lancer un Kekkai une fois qu’ils se seraient séparés. La réponse allait être simple : si elle y était, c’était qu’elle était d’un des camps. Sinon, la réponse était aussi évidente. C’était une solution rapide, sauf qu’en réalité il espérait vraiment qu’elle soit humaine ou Nephil : il n’avait vraiment pas envie de l’affronter. Pas après l’avoir aidée et porter des espoirs sur elle.


Voir le profil de l'utilisateur

Invité
MessageSujet: Re: [Ruelle Jersey] Désormais, tu es toi [Terminé]   Mer 20 Jan 2016 - 0:43

John, toujours prêt à filer un coup de main, y compris pour l'administratif, fléau de la société. Etait-il ainsi avec tout le monde ? Capable de porter assistance à tous ceux qu'il croisait ? Si tel était vrai, alors sa proposition spontanée perdrait de sa beauté et de son charme. Le coup de main après le vol pour la pomme d'abord. Les faux-papiers ensuite. Et l'administratif maintenant ? C'était assez drôle de voir comment tout avait commencé.

La demoiselle esquissa un sourire en entendant le garçon qualifier Leeroy d'ami. Si seulement c'était aussi simple. Des amis, la brune n'en avait que très peu. Elle donnait l'illusion de sympathiser avec à peu près tout le monde mais c'était avec à peu près tout le monde. Là était le souci. Avec ceux qu'elle portait réellement très haut dans son cœur, elle se montrait différente, plus affective peut-être.

– Un ami ? Juste une connaissance, oui. Il a dû avoir pitié de moi, s'amusa-t-elle, tout comme tu as dû avoir pitié de moi toi aussi.

Parce que oui, il ne fallait pas se mentir, le point de départ de tout, c'était peut-être ça, la pitié, cette satanée pitié. Peu importait à Saskia les ressentis de chacun à son égard. Elle n'allait pas cracher sur les services que les uns et les autres lui proposaient. Plus qu'à espérer que ce sentiment disparaisse définitivement. Parce que le coup de l'altruisme sans aucun fondement, que cela soit pour Leeroy ou John, elle avait du mal à y croire. Quelque chose avait bien dû déclencher en eux cette poussée subite d'aide non quémandée.

Saskia ne s'inquiétait pas pour l'avenir de John ; lui avait l'air débrouillard, il saurait comment rebondir, fac ou pas fac. Sans compter qu'il semblait avoir plus d'un contact pour lui faciliter la vie ou du moins le guider comme il se devait dans cet univers peut-être inconnu à ses yeux. Mais se revoir d'ici quelques semaines n'était pas une mauvaise idée, loin de là. D'autant plus que la compagnie de John était agréable ; toujours un mot pour rire ou détendre l'atmosphère celui-là ! Ils pourraient être en situation critique qu'il serait capable de faire des vannes et faire perdre de son tragique à l'atmosphère. Un drôle de type, y avait pas à dire.

– Va pour se revoir un d'ces quatre ! Mais pour ce que je vais faire, moi-même je le sais pas encore... J'espère que pour le lycée, ça va vite se faire, prendre l'année en cours de route ne me gênerait pas, au contraire. Et si jamais je dois rester plus longtemps que prévu loin des bancs, j'essayerai de trouver un job, n'importe quoi...

Elle était songeuse face à ses dernières paroles. Notamment concernant le n'importe quoi. Parce que non, Saskia n'employait pas ce mot à la légère et avait conscience de ce qu'il englobait. N'avait-elle pas été jusqu'à revendre de l'herbe à des gamins à peine plus âgés qu'elle au nom d'un autre en Russie. De là à refaire la même chose ici ? Ce ne serait que pure connerie, elle le savait. Des mioches qui avaient l'âge d'Avdeï.

– Enfin non, pas n'importe quoi.

Cette dernière réplique aurait presque pu être en aparté. Mais ici n'était pas un théâtre, c'était la réalité qui leur sautait à la gueule à chaque réveil. Alors non, pas n'importe quoi, c'était déjà ça. Pauvre John qui ne comprendrait pas son revirement soudain, cette phrase sortie de nulle part ou presque. Après tout, il ne savait pas grand chose d'elle. Enfin, au moins savait-il son nom complet et son lieu de naissance grâce à la transaction passée. Le reste lui échappait encore.

Messages : 1807
Wishes : 226

avatar
N-Protecteur
MessageSujet: Re: [Ruelle Jersey] Désormais, tu es toi [Terminé]   Mer 20 Jan 2016 - 20:38

Pitié ? Est-ce que c’était vraiment le mot ? John tentait d’expliquer sa réaction quant à Saskia lors de la première rencontre. Il l’avait aidé tout simplement parce qu’il le pouvait ; et qu’il détestait l’injustice. Il ne s’était jamais vraiment imaginé aider les gens car ils lui faisaient pitié, mais parce qu’il en avait besoin… Il voyait en eux des victimes d’un monde injuste, un gouffre dirigé par des égoïstes pleins au as – finalement, n’était-ce pas de la pitié ? Exprimé de cette façon, ce mot en perdait un peu de sa mauvaise connotation, John préférait cela.

Et puis, s’il avait continué à assister Saskia jusqu’à lui fournir de faux papiers, ce n’était pas par pitié. Il faisait une sorte de transposition – celle qu’en général font les personnes très âgées dans les films, reléguant espoirs, filles et rêves à un inconnu plus jeune qu’eux, mais qui ressemble vaguement à leur image d’eux dans le passé-, de lui à elle. Lui, c’était le type désabusé, ayant échoué dans sa vie et réduit à vivre dans l’illégalité ; même si Bey et Leeroy l’avait assez traîné pour qu’il arrive à immerger la tête de ce bousier infernal. Il avait enfin eu une seconde chance, et comptait bien la saisir… Mais il était conscient que c’était un miracle.

Elle, c’était la jeune femme perdue, avec encore un avenir plein qui n’attendait qu’elle : elle n’avait qu’à avancer un peu, accepter les mains qu’on lui tendait, et simplement le vouloir pour s’en sortir ;
Alors non, ce n’était pas de la pitié qu’il avait pour elle ; on pourrait en quelque sorte dire qu’en l’aidant elle, il s’aider lui. Et le pari de l’école en était une belle preuve.

« - J’ai pas pitié de toi, Saskia. Si tu t’arrêtes là dans tes efforts, ce sera probablement le cas alors… Mais j’ai confiance en toi, je sais que tu vas t’en sortir. Bien mieux que moi, ça tu peux me croire ! »


Il lui souriait bêtement en parlant. Il pensait sans s’écouter, il rêvait de l’avenir de cette jeune russe ; mais il se reprit. Elle lui avait déjà répondu, elle lui avait dit qu’elle était partante pour se revoir un jour – et mieux, qu’elle était motivée. C’était ce dernier mot que voulait entendre John, alors il agrandit son sourire, posa une main sur l’épaule de Saskia, et reprit la parole alors qu’elle parlait tout bas, comme pour elle.

« - Alors on fera ça ! J’espère vraiment que tu pourras rejoindre l’école bientôt. Si jamais tu cherches un boulot, je pourrai toujours essayé de t’aider là-dessus… Mais je suis pas le plus compétent pour ça, ha ha ! »

Enfin, il pouvait toujours essayé ; si jamais on lui proposait un travail, il serait tout à fait capable de les rediriger vers la jeune fille. Après tout, les Nephils étaient probablement en mesure de l’héberger quelque temps si jamais il avait trop de problèmes d’argent – et dans le pire des cas, Leeroy, Nylian ou Ash seraient probablement d’accord pour s’occuper un peu de lui.
Il ne pouvait pas quitter Saskia de cette manière. Il manquait quelque chose, une information primordiale et qui pourtant été passée totalement à la trappe dans leurs quelques échanges. Alors, il s’empressa de continuer.

« - Mais j’y pense, si on veut se revoir un jour, faut pouvoir se fixer un rendez-vous… Y a vraiment aucun moyen de te contacter ? »

Pas de téléphone, mais peut-être une adresse - c’était même ce qu’elle avait laissé entendre. Et désormais, c’était bien une donnée qu’elle pouvait partager avec le jeune homme.
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
MessageSujet: Re: [Ruelle Jersey] Désormais, tu es toi [Terminé]   Jeu 21 Jan 2016 - 0:44

Non, Saskia n'allait pas s'arrêter dans ses efforts en si bon chemin. Ce serait vraiment trop stupide de tout gâcher maintenant, juste par lâcheté ou par faiblesse. Ce n'était pas dans ses habitudes. Une fois lancée, difficile de l'arrêter. Cela, John finirait bien par s'en rendre compte avec le temps, du moins s'ils étaient amenés à se revoir, encore et encore. Et, qui sait, peut-être nouer une amitié ? Cela restait à voir.

Il était malgré tout surprenant de constater que l'une des rares personnes ayant confiance en elle était ce jeune homme rencontré une semaine plus tôt. Des personnes similaires ayant de tels sentiments à son égard, il y en avait peu, encore moins à Palema. Sûrement Howard dans le lot, bien sûr. Peut-être aussi Hadence. Et puis, c'était tout pour ici. Et Avdeï bien évidemment mais son cadet était toujours en Russie et cette pensée la chagrinait quelque peu. Elle se sentit rougir légèrement face aux paroles de John. Non, elle n'avait pas l'habitude de ces marques d'affection, c'était même tout le contraire, les fuyant en permanence. D'habitude, c'était elle qui décidait quand les autres devaient bénéficier de ses paroles encourageantes et non l'inverse.

– Tu devrais penser à toi aussi avant de penser aux autres, tu sais. C'est ce qu'ils font tous.

Et elle regretta presque aussitôt ses paroles, se mordant la lèvre inférieure. C'était lourd et maladroit, ce qu'elle venait de dire et ne reflétait pas totalement sa pensée profonde. Non, en vérité, elle aurait aimé qu'il arrête de se rabaisser en pensant  qu'elle valait mieux que lui. Oui, elle était à mille lieues de ce qu'elle avait voulu dire. Mais c'était déjà trop tard pour revenir en arrière.

– Non, attends, je recommence : pourquoi tu crois que je m'en sortirai mieux que toi ? À te voir t'as pas l'air malheureux, c'est même tout le contraire ! Et puis, toi au moins tu te fais pas choper en piquant une pomme ! sourit-elle tout en sortant un fruit de sa poche avant de le lancer en direction de John, tiens, attrape !

Parce que non, elle n'avait pas oublié ce qu'elle lui avait promis ou plutôt ce que lui avait exigé d'elle en guise de remerciement. Une pomme. Une simple pomme. Verte et acide à souhait comme elle les aimait. Mais trop petite à son goût, pomme naine oui. Un curieux tribut pour payement mais au moins avait-elle payé la pomme. Pas chez le même marchand qui l'avait prise en chasse lord de leur rencontre, bien évidemment. Maintenant que la saison des clémentines était finie, il était grand temps de se remettre à manger des pommes, non ? Elle ferait ça au lycée, pendant les cours, histoire de tuer le temps. Testé et approuvé par la narratrice. Les pommes, c'est la vie.

– Je dois vraiment préciser que je l'ai payée et non pas volée ?


Là encore, elle souriait. Les vols ? De moins en moins. Elle n'en avait plus besoin pour vivre. Alors à quoi bon continuer un engrenage qui n'était plus le sien ? Sa vie finirait bien par être presque banale à force, cela s'en approchait de plus en plus. Des papiers, un domicile, un lycée... Oui, cette normalité allait finir par l'effrayer. Mais cela avait du bon aussi. Se lever le matin avec un toit au-dessus de la tête, cela n'avait pas de prix. Depuis le temps, la demoiselle avait oublié tout cela, ces petits plaisirs faits de rien. Partir pour mieux se retrouver. Oui, c'était tout à fait ce qui lui était arrivé. Sauf que Saskia était partie longtemps et avait failli se perdre éternellement.

Pour le job, quel qu'il soit, Saskia allait réfléchir. Après tout, en attendant, la brune pourrait bien occuper ses journées. Restait à voir ce qui était à portée de main. Là où John était amusant, était son côté altruiste qui suintait à chaque instant, même lorsque la situation le dépassait. Comme en cet instant. Il tentait toujours de faire de son mieux et d'apporter un coup de main, même minime. Cela faisait plaisir à voir, quelqu'un comme lui.

– T'es un marrant, toi. Tu me proposes de m'aider alors que tu m'avoues ensuite ne pas être le meilleur pour ça ! On va pas encore faire le pari du « je le fais si tu le fais », hein ?

Elle faisait notamment référence à leur pari enfantin quant à la recherche d'études. Au moins cela avait-il porté ses fruits, du moins des graines avaient-elles été semées, pour filer la métaphore. Plus Saskia écoutait le voleur parler et plus il lui semblait qu'il devrait avant tout veiller sur lui avant de s'attarder sur autrui. Peut-être était-ce dans sa personnalité ? Si tel était le cas, difficile de faire quoi que ce soit. En soit, ce n'était pas un mal. Juste que dans ce monde de requins, cela risquait de lui jouer des tours à force.

Vrai qu'il serait grand temps qu'ils trouvent un moyen de garder contact. Car se donner rendez-vous à des heures précises à certains jours, cela allait occasionnellement mais était de loin la méthode la plus répandue. Elle extirpa de la seconde poche de son manteau un petit carnet et un stylo. Depuis qu'elle avait commencé sa recherche de lycées, elle veillait toujours à avoir ce minimum sur elle. Les pages étaient noircies de  l'alphabet cyrillique et latin, des mots anglais et russes se confondaient, sa manière à elle de faire des efforts pour persister en solitaire dans l'apprentissage de la langue de Faulkner. Elle écrivit avec hésitation l'adresse d'Hadence, tentant d'éviter les fautes tout en se demandant si cette idée était bonne ou mauvaise. Elle ne voyait pas où pouvait se trouver le mal. Une fois fini, elle arracha la page avant de la tendre à John.

– Là, comme ça tu pourras venir là pour m'apporter les papiers, et puis revenir encore si t'arrives à me supporter. Je devrais rester là un bout de temps, du moins le temps que certaines choses soient réglées...


Le temps qu'Hadence lui trouve un moyen pour avoir auprès d'elle son petit frère. Dans le pire des cas, il lui resterait toujours un vœu à faire. Vœu qu'elle userait à bon escient, elle en était certaine. Ce serait soit pour Avdeï, soit il n'y aurait pas de vœu et ce serait tout aussi bien. Malgré elle, elle frissonna en songeant à la blessure qu'une Ombre avait laissé à Leeroy et dû fermer les yeux l'espace d'un instant pour chasser l'image du dessin à la craie de cette même créature. Si un dessin la mettait dans des états pareils, comment aurait-elle réagi face à l'un de ces monstres en chair ? Mieux valait ne pas y songer.

Messages : 1807
Wishes : 226

avatar
N-Protecteur
MessageSujet: Re: [Ruelle Jersey] Désormais, tu es toi [Terminé]   Jeu 21 Jan 2016 - 19:16

John regardait la paume que Saskia lui avait lancée. Son sourire était un peu beta, son esprit, lui, ailleurs. Il avait presque oublié cette demande stupide, là simplement pour tester le caractère de la jeune russe ; ce n’était que la seconde fois qu’il la croisait et pourtant il avait l’impression de bien mieux la connaître que la fois d’avant. Il s’emportait un peu trop, s’y égarait : si jamais Saskia était fourbe, John le paierait cher. Alors il leva la tête vers elle, réfléchissant désormais à ce qu’elle venait de lui dire.
Elle avait osé dire que lui ne faisait pas attraper ; et pourtant il avait été un bien piètre voleur dans le passé. Il est vrai que ses récents pouvoirs lui ont grandement facilité l’existence, mais il n’en demeurait pas pour autant un expert – et de toute manière, cette existence devait changer. Et puis, des gens pensaient déjà à lui à sa place, alors il devait s’avouer qu’il en oublié de le faire… C’était peut-être un point à changer, il est vrai.
Avant de répondre, il croqua dans la pomme. Elle était bonne – cela faisait bien longtemps qu’il n’avait pas mangé un fruit-, et il la savoura quelque peu.

« - Des personnes pensent à moi, alors je pense aux autres. J’aime bien cette façon de vivre… Même si je sais que c’est dangereux. Mais ces gens sont de confiance, j’en suis sûr et certain. Sinon, je serais déjà mort. »

Evidemment, il pensait très fort à Leeroy en disant cela. C’était lui qui l’avait sauvé de la mort après son petit séjour chez son père, c’était lui qui lui avait appris à se battre ; sans celui-ci, John aurait très bien pu mourir lors de ses premiers combats. Alors il avait une sorte de dette envers l’étudiant – et même plus qu’une sorte, une véritable dette. C’était pourquoi le Nephil tentait de changer, essayait de rentrer dans ce que certains appelaient le droit chemin : à défaut de savoir comment épanouir Leeroy, il faisait en sorte de réaliser sa demande.
Néanmoins, sa phrase se finissait de manière trop abrupte, trop brutale ; c’était à le faire passer pour un homme qui risquait sans cesse sa vie. Ce qui, en soit, n’était pas tout à fait faux, mais il valait mieux pour la russe qu’elle ne sache rien de tout cela. Que pouvait lui apporter de bénéfique des combats incessants, entravant les études qu’elle allait enfin commencer ?

« - Ha ha, bref. Je crois que tu t’en sortiras mieux que moi car t’as 16 ans et un passé scolaire aussi rempli que le mien ; alors à mon âge, si tu reprends maintenant, tu seras bien plus loin que moi. »

Il y avait tout de même une chose qu’il devait admettre, c’était qu’il proposait parfois un peu trop son aide. Certes, il avait envie d’aider Saskia à trouver un travail, mais il n’était probablement pas le genre de type qui pouvait en recommander d’autres ; alors son aide allait être assez limitée. Au moins il avait proposé, c’était déjà quelque chose – et puis, s’il le fallait vraiment, s’arranger plus ou moins gentiment devait être dans ses cordes. Il grimaça légèrement à cette idée, lui qui avait décidé de se ranger. Il leva les bras, et ouvrit la bouche.

« - Bah écoute, pas de ce pari-ci, non… J’ai pas envie que t’en trouves un, sinon ça voudra dire que t’as pas été prise dans ton école ! Mais compte sur moi pour en trouver un véritable, j’ai des pistes. »


Absolument aucune. Mais au moins il le faisait croire à cette demoiselle et ainsi elle ne cherchait pas plus à le motiver ; ce geste semblait contradictoire, mais pourtant était volontaire. John voulait que Saskia avance tranquillement de son côté sans se soucier du jeune homme – peut-être était-ce déjà un de ses traits, mais toujours est-il qu’il n’en savait rien-, alors cette petite manœuvre pouvait potentiellement le mettre à l’abri de quelconques mesures quelques temps. Et puis, qui sait, il se pourrait qu’il finisse par trouver un travail durable. Ce serait comique, qu’un jour il se range totalement. Et pourtant, cette perspective avait quelque chose d’agréable.

Le jeune homme se demandait si se faire d’elle une amie était une bonne idée. En soit, ses ennemis étaient loin, et il était en mesure de s’en protéger. Et puis, il tentait de se faire une bonne image, alors pourquoi pas ? Il rangea la page dans sa poche.

« - Alors je passerai te rendre visite à l’occasion, si ça te soûle pas trop. J’ai bien envie de suivre tes péripéties. »

Voir l’avancée de Saskia – et surtout voir qu’ils portent leur fruit-, serait quelque chose de géniale pour John. Il avait envie de la voir réussir, de la voir persévérer : enfin il aurait réussi à aider quelqu’un, à l’extirper de la misère environnante. Et puis, le comble serait qu’un jour elle obtienne de véritables papiers, signe de son succès total ; quelque chose que le jeune homme devait d’ailleurs s’empresser d’obtenir pour lui-même.


Voir le profil de l'utilisateur

Invité
MessageSujet: Re: [Ruelle Jersey] Désormais, tu es toi [Terminé]   Ven 22 Jan 2016 - 16:41

John qui risquait sa vie ? Dans quelles circonstances ? Il lui avait dit voler mais c'était à peu près tout ce qu'elle s'imaginait d'illégal le concernant. Sans compter ces drôles de magouilles avec le trio étrange de tout à l'heure. Une manière de parler peut-être ? La langue anglaise et ses locuteurs étaient parfois des plus complexes. Alors oui, une simple expression de chez lui, c'était ce qui était le plus plausible. Sinon, cela signifiait que le garçon venait de lui dire qu'il était en danger de mort et cela, Saskia ne pouvait se l'imaginer.

Oui du haut de ses seize ans, bientôt dix-sept, il y avait moyen pour qu'elle se construise un joli avenir. Elle ignorait encore de quoi il serait fait mais tout ne pourrait qu'aller en s'arrangeant, surtout maintenant. Les jours de galère étaient derrière elle, du moins l'espérait-elle. Au fond, elle le savait, elle ne pourrait avancer l'esprit totalement libre que lorsque son petit frère serait auprès d'elle. Pour cela, ce n'était plus qu'une question du temps, du moins y croyait-elle très fort.
Si cela allait pour le mieux pour John, cela la réjouirait aussi. Au moins avait-il des idées quant à un potentiel travail pour lui, c'était déjà ça. À voir si de son côté elle pourrait cumuler un petit job quelconque en plus du lycée. Après les cours, sûrement ? Une dizaine d'heures par semaine, cela devait pouvoir se trouver. D'autant plus que Saskia était tout sauf une feignante, se lever tôt ou se coucher tard ne lui faisait pas peur. Elle retenait l'idée dans un pan de son crâne.

– J'espère juste que ton potentiel travail n'a rien à voir avec les trois guignols que l'on vient de laisser, sinon ça compte pas ! rigola-t-elle, je voudrai pas que tu perdes tes neurones à force de trop les fréquenter.

Un travail légal, forcément. Inutile de le préciser. La demoiselle avait sorti cette boutade sur le ton de l'humour, sans oublier qu'elle avait cru comprendre que le jeune homme avait eu à faire avec eux plus d'une fois. Plus qu'à espérer que ce serait la dernière fois. Il n'hériterait de rien de bon à continuer de passer des transactions avec ce type de personnes. Mais inutile de rabâcher tout cela, John le savait mieux que quiconque. Parfois certaines fréquentations agissaient à la manière d'un cercle vicieux mais le brun paraissait avoir les pieds sur terre et aucun cas pieds et mains liés à une quelconque bande.

– Mes péripéties, je peux déjà te les prédire d'avance, tu sais. Aller au lycée, galérer en cours, galérer avec les devoirs qu'on va me filer, entendre des remarques sur mon drôle d'accent au début, me taper de sales notes en anglais... Tu parles de péripéties !

Un aperçu assez pessimiste de ce qui l'attendait en somme. Un retour à la normale, exactement comme à Moscou, mais à Palema. Pas de quoi sauter au plafond mais cette routine lui manquait parfois. Renouer avec lui ferait du bien et lui permettrait de souffler. D'autant plus qu'elle se dirigeait vers l'inconnu, difficile de prévoir à l'avance de quoi serait fait son avenir. Peut-être ne serait-ce pas aussi négatif que ce qu'elle laissait entendre. Il y aurait de bons moments, à n'en pas douter, comme dans toute scolarité. Elle restait malgré tout curieuse de voir comment tout cela allait se dérouler.

– Pour un peu, je serai presque jalouse de toi ! Toi au moins ta vie est un peu plus mouvementée avec tes vols de temps à autre !

Mouvementée ou risquée ? Là n'était pas la même chose. La Russe ignorait à quelle fréquence John commettait ses forfaits, elle savait juste qu'il allait devoir ralentir pour peut-être mieux se calmer définitivement ensuite. Il ne devait pas avoir le temps de s'ennuyer au moins. Mais devait-elle pour autant envier sa vie de voleur ? Déjà qu'elle avait des soucis à chiper une simple pomme, inutile d'imaginer si elle tentait de cambrioler un riche.

Messages : 1807
Wishes : 226

avatar
N-Protecteur
MessageSujet: Re: [Ruelle Jersey] Désormais, tu es toi [Terminé]   Ven 22 Jan 2016 - 22:52

La vie de John n’était si enviable que Saskia se plaisait à l’imaginer ; et il était le mieux placé pour le savoir – c’est étonnant. Vivre de vols, dans l’ombre de la police et de celle de son père, avoir les viscères remplie de haine envers ce dernier n’avait rien de très agréable. Sans oublier qu’il était désormais contractant, et avec un vœu totalement nul, alors il pouvait se faire tuer à n’importe quel instant – même maintenant ? Non, vraiment, la russe ne devait pas rêver de sa vie. La sienne était plus calme, en pleine évolution ; et l’école ne devait pas être si pénible.

Peut-être que dans quelques mois, quand John aura régler son histoire avec Fox, prit du galon et sera miraculeusement encore en vie, celle-ci pourra être appréciable. Mais d’ici là, ce n’allait être qu’une succession d’obstacle tous plus hauts les uns que les autres. Et pour simplement obtenir une vie normale… Décidemment, ses ambitions n’étaient pas très élevées.
Enfin, ce qui comptait pour le moment, c’était ses prochaines actions. Et le travail qu’il allait trouver. Car il allait en trouver un.

« - Arrête de penser à ma vie, concentre toi sur la tienne… Ça sera super, je suis sûr. Et puis, galérer au lycée ça fait partie du jeu, non ? Si c’était trop simple, ça n’aurait pas vraiment d’intérêt que tu y ailles, ha ha ! »

Cette phrase n’avait aucun sens ; on ne faisait généralement pas d’études pour le plaisir de la difficulté. Mais John était trop peu familier de ce milieu, et trop mauvais élève pour imaginer que l’école soit simple pour quelqu’un. Alors il présuma un peu trop vite… Il se demandait d’ailleurs le niveau qu’aurait Saskia. Bon, il espérait.

Logiquement, il était censé embrayer sur son futur travail désormais, le sujet ayant été lancé quelques instants auparavant. Même s’il avait posé comme acquise la future existence de celui-ci, il ne savait pas encore la nature qu’il prendrait, ou encore la manière dont il l’obtiendrait. Mais ce qui était néanmoins certain, c’était qu’il serait légal. L’illégal a fait son temps, désormais le voleur gentleman devait se ranger du bon côté et ne garder que l’adjectif ; une fin pas si désagréable en soit.

« - T’inquiètes pas pour ça, mon boulot sera tout ce qu’il y a de plus légal. J’ai plus vraiment envie de revoir des types comme eux, alors je vais m’éloigner un peu de tout ça… Ça aura fait son temps, on va dire. »

Il disait ça alors qu’ils étaient encore proches de cette fameuse rue, mais cela importait peu. Quoiqu’il en soit, il fallait désormais détourner le sujet : si elle le questionnait davantage sur son emploi futur, il allait bien finir par être coincé.

« - Je te raccompagne ? »

Son talent pour l’improvisation n’était plus à prouver : il n’en avait aucun.


Voir le profil de l'utilisateur

Invité
MessageSujet: Re: [Ruelle Jersey] Désormais, tu es toi [Terminé]   Sam 23 Jan 2016 - 22:50

Se concentrer sur sa vie, oui, c'était une chouette idée. Mais n'était-ce pas déjà ce qu'elle faisait ? Alors certes elle posait des questions à John pour en apprendre un peu plus concernant sa vie, était-ce de l'inquiétude qu'elle ressentait vis à vis de l'avenir du garçon ? Non, il était encore trop tôt pour le dire. John lui était sympathique, elle réagissait comme quiconque l'aurait fait dans sa situation.

Toutefois, les paroles du voleur – futur ex voleur serait-il plus commode de dire – étaient pour les moins étranges. À croire qu'il n'avait pas mis les pieds dans un établissement depuis très longtemps – ah ben oui, depuis ses quatorze ans et il en avait vingt et un désormais – sans quoi son jugement n'aurait pas été le même. Sûrement aurait-il un choc une fois sa scolarité personnelle reprise, les études allaient le changer. Des études vues comme un challenge ? C'était une curieuse manière de voir le monde mais que Saskia préférait ne pas remettre en question. Elle, elle le savait au fond d'elle, elle ne reprenait – ou débutait, trop de reprises intertextuelles ce soir, rien ne va – que pour son propre avenir professionnel. Peut-être était-il préférable de faire des études lorsque l'on ne possédait pas des dons de vols similaires à ceux de John, non ?

S'éloigner des types louches, au propre comme au figuré. Ah c'en serait presque drôle. La demoiselle eut un sourire avant de finalement hocher quant à la question de John. Pas de souci pour qu'il la raccompagne, après tout son domicile n'était pas un secret, sans oublier qu'il possédait désormais l'adresse sur un bout de papier.

– D'accord, ça évitera que tu te paumes par tes propres moyens en voulant venir me voir à l'improviste à l'avenir !

Parce que oui, Saskia n'ayant pas encore de portable – souci auquel il faudrait remédier d'ailleurs – elle imaginait bien John passer de temps à autre sans crier gare. Cela ne la dérangeait pas. Pour le moment, son temps était libre, certes elle s'occuperait à étudier en compagnie de Leeroy mais elle n'allait pas passer ses journées la tête dans les bouquins. D'un côté, revoir John lui ferait plaisir, bien sûr, mais de l'autre elle espérait ne pas le voir trop souvent sonner à sa porte – celle d'Hadence, plutôt – car si  tel était le cas, cela signifierait que le garçon n'aurait rien de mieux à faire ; ni travail, ni études. Et ça, elle ne voulait pas, vraiment pas.

– Mais pas trop souvent quand même, hein ?

Elle espérait que cette dernière phrase ne serait pas mal interprétée. Parce que oui, manquerait plus que John finisse par croire qu'elle n'était là que pour les quelques avantages que ce garçon lui avait permis d'obtenir comme ces papiers miracles qu'elle n'aurait pu avoir sans sa rencontre avec lui. Sans oublier qu'il était celui lui ayant donné l'élan nécessaire pour se remettre aux études. Tout cela était en cours mais toujours est-il qu'il avait été le bon coup de pied au cul dont la demoiselle avait besoin depuis un moment déjà. Mais le désigner comme un miracle, c'était tout aussi bien et moins vulgaire, il est vrai.

La Russe quitta la rue, le garçon sur ses talons. Désormais, elle était en terrain familier et retrouvait ses repères. De toute façon, le quartier Sud entier était son aire de jeux, il y avait juste certains coins qu'elle connaissait davantage que d'autres. Généralité vraie pour beaucoup de monde à vrai dire.

– C'est un ami qui m'héberge pour le moment, je sais pas trop quand je partirai mais si y a du mouvement, je te tiendrai au courant.

Mais pourquoi lui racontait-elle ça ? Ce n'était pas essentiel dans la liste des priorités. Sûrement pour qu'il ne s'étonne pas s'il se retrouvait nez à nez avec Hadence un jour. Cela éviterait ainsi des explications qui n'avaient pas lieu d'être. Vrai que niveau place, l'appartement était limité mais c'était toujours mieux que les squats dans lesquels elle vivait précédemment. Cela la changeait beaucoup, inutile d'oublier qu'Hadence avait lui aussi contribué à sa manière à son retour à la vie normale. Sans lui, difficile d'imaginer ce qu'elle serait devenue, mieux valait ne plus songer à cette sombre période de sa vie.

Messages : 1807
Wishes : 226

avatar
N-Protecteur
MessageSujet: Re: [Ruelle Jersey] Désormais, tu es toi [Terminé]   Lun 25 Jan 2016 - 20:38

Il lui emboîta le pas sans se faire prier. Tourner le dos ne lui passa même par la tête – il avait simplement envie de partir d’ici. Il esquissa un sourire quand Saskia lui dit de ne pas venir trop souvent – elle ne le connaissait décidemment pas assez. Même Nylian, qui pourtant était son amie, il ne la fréquentait que peu. Trop peu à son goût d’ailleurs, mais il n’était pas vraiment doué dans les relations humaines. Les seuls qui subsistaient dans ce vide étaient Ash et Leeroy, et pour de bonnes raisons : Ash lui donnait des cours, et Leeroy… Aussi, à sa façon. Sauf que de son côté, cela consistait plus en massacre d’ombres et autres drôleries du genre.
A bien y réfléchir, une envie naissait en lui maintenant ; celle de se faire d’autres amis chers. Le Seraph avait été le premier, maintenant c’était à d’autres de le rejoindre.

Enfin, ce n’était pas pour autant qu’il allait noyer la russe de visites : déjà, il allait probablement oublier de passer quand il en avait envie.

Un détail le fit sourire néanmoins, c’était que, même sous le ton de l’ironie, elle avait déjà ciblé que John avait quelques soucis d’orientation. Il est vrai que s’il n’avait eu que l’adresse, il n’aurait probablement jamais trouvé. Le monde des rues et des numéros ne lui était certes pas inconnu, mais il y était beaucoup plus familier en fois en face de la dite rue, justement.

« - Comme si j’allais me perdre… Peuh. »

Si Saskia lui lançait un regard à cet instant, elle verrait une mine de coin, camouflant un petit sourire.

Une autre information l’interrogeait, c’était l’ami qui était censé héberger la jeune femme. Quelqu’un de gentil apparemment, mais John espérait que ce n’était pas simplement de façade. Enfin, il ne pouvait pas vraiment mettre en garde Saskia de cela – ce n’était pas ses affaires, et cette personne était là depuis plus longtemps que lui-, mais il s’inquiétait tout de même un peu pour elle.

« - Je viendrai pas trop, t’inquiètes. Il s’en sort comment ton ami ? »

Âge, profession, salaire, carte de sécurité sociale et passé judiciaire. Bon, c’était une manière un peu courte de lui demander tout ça, mais il espérait en savoir un peu plus. Maintenant qu’il s’était entiché d’elle et qu’il essayait de l’aider, ce serait vraiment regrettable que quelqu’un la détourne du chemin encore fragile que John venait de lui bâtir. Le mot était un peu fort, mais c’était ce qu’il se plaisait à penser ; il avait aidé quelqu’un. Vraiment.

D’ailleurs, il serait peut-être utile de lui parler des chats un jour. Ou pas. Elle avait peut-être un souhait qui lui tenait à cœur, mais pourrir sa vie avec les ombres et la guerre serait imbécile. Un peu plus tard peut-être, quand ce serait mieux rodé… Il se demandait bien ce qu’elle pourrait souhaiter. Réussir sa vie ? Être riche ? Retourner dans son pays ? Un truc qui n’avait rien à voir ?


Voir le profil de l'utilisateur

Invité
MessageSujet: Re: [Ruelle Jersey] Désormais, tu es toi [Terminé]   Mar 26 Jan 2016 - 0:13

Se perdre pour un voleur serait un comble, oui. Mais voleur n'était pas forcément synonyme de rôdeur, pas sûr qu'une boussole soit implantée dans le métabolisme de John. Non mais c'est totalement con comme phrase ; bien sûr que non qu'aucune boussole ne se trouve en John, ce serait trop bizarre sinon. C'était pour le commentaire du soir, bonsoir.

La question de John lui fit remarquer qu'elle ne savait pas grand chose d'Hadence. Il possédait une mystérieuse fortune sur laquelle elle ne s'était jamais vraiment interrogée. Héritage de famille ? Elle n'en savait rien. Elle frémit alors à l'idée que tout cet argent avait peut-être été obtenu de façon malhonnête. Exactement comme celui que venait d'utiliser le brun pour l'aider dans sa quête de faux papiers. Mais de l'argent volé pour des affaires illégales, c'était logique, non ? Non.

– Bonne question, répondit-elle avant tout pour elle-même.

Il fallait qu'elle se creuse la tête. Que savait-elle d'Hadence exactement ? Des banalités. Etudiant en psychologie, bagarreur au point d'écumer les bars pour chercher la merde et constater ses forces et ses faiblesses. Imbu de lui-même aussi ; il fallait posséder un certain ego pour, tout comme lui, vouloir se surpasser en permanence. Et sa sœur assassinée aussi. Très peu d'informations au final. La vie de Hadence restait un mystère à ses yeux, pourtant ils partageaient le même toit.

– Un simple étudiant en psychologie, y a pas grand chose à raconter sur lui, ton âge à peu près et, commença-t-elle avant d'esquisser un sourire, tu le reconnaîtrais facilement si tu le croisais dans la rue, il s'affiche toujours avec le torse à l'air !

Ah oui le torse au vent et son drôle de manteau de fourrure. Combien de chiens avaient été sacrifiés pour ce vêtement, d'ailleurs ? La demoiselle espérait que le tout était en synthétique, même si la traduction de son nom de famille la plaçait du côté des chats, elle préférait mille fois les canidés. Quel drôle de hasard, tout de même.

La brune avait beau faire le tri dans ses souvenirs, c'était là tout ce qui lui venait en tête. C'était déjà suffisant pour John, du moins du point de vue de Saskia. Elle ignorait si Hadence verrait d'un très bon œil toutes ces informations lâchées sur lui mais la  jeune fille ne pensait pas à mal ; tout cela ne relevait pas du secret d'Etat, loin de là ! Mais Hadence était tellement imprévisible que déjà la Russe se demandait si elle avait bien fait de cracher ce minimum. L'avenir le lui dirait.

– Et puis tu es trop curieux, John !

Parce que oui, il fallait dire ce qu'il était ; John débordait d'une trop grande curiosité, presque dérangeante. Du moins pas pour Saskia quand cela la concernait personnellement, elle se prêtait de bonne grâce au jeu des questions-réponses mais là cela concernait un autre.

Nouvelle bifurcation, le pas tout aussi rapide. Alors, la Moscovite s'arrêta devant une porte. C'était là. Enfin, ils étaient arrivés. Le trajet était rapide, le chemin entre leur rue de départ et l'appartement d'Hadence n'était pas bien long. À moins que cela ne soit eux qui aient marché un peu trop vite ? Sûrement un peu des deux.

– C'est bon, c'est ici.

Rentrée à bon port saine et sauve. Comme si elle risquait quoi que ce soit par ici. Certes, lors de sa première rencontre (la précédente en fait) avec John, Saskia était en mauvaise posture mais en temps normal, comme aujourd'hui, elle ne risquait rien. Même s'il est vrai que John à ses côtés en tant que garde du corps n'était pas une idée si déplaisante ! Restait à savoir pour qui.

Messages : 1807
Wishes : 226

avatar
N-Protecteur
MessageSujet: Re: [Ruelle Jersey] Désormais, tu es toi [Terminé]   Mar 26 Jan 2016 - 16:30
Charmante petite rue. Il y avait bien pire dans cette zone, alors celle-ci paraissait presque normale ; cela rassurait déjà quelque peu John. Et puis le type qui l’accueillit semblait assez étrange, en somme : il se baladait vraiment torse nu ? Soit un fou… Soit un contractant. Mais bon, il n’était pas l’heure de partir dans des thèses invraisemblables sur l’inconnu qui aidait la protégée du Nephil. Il fallait juste espérait que ce soit un type bien. Dans le pire des cas, la russe trouverait bien un moyen de prévenir John à coup de signaux de fumée et autres bizarreries du genre.

Il balaya du regard l’ensemble des maisons environnantes, comme pour se faire une carte mentale de l’endroit où se situait la place. Il fallait qu’il la retrouve du premier coup lorsqu’il tenterait de rendre une petite visite à Saskia – être en retard en passant à l’improviste serait malavisé. Absurde, mais incongru.

« - Un type bien étrange donc. Et puis, j’suis pas trop curieux, j’ai bien le droit d’en savoir un peu plus sur la fille que je protège, non ? »


Il ponctua sa phrase par un sourire, afin de lui signifier que ce n’était pas une remarque – simplement une justification de ses questions un peu trop envahissantes.

Quoiqu’il en soit, il était désormais temps pour le jeune homme de s’en aller. L’affaire des papiers était presque réglée – il n’y avait plus qu’à y retourner quelques jours plus tard-, et la jeune femme était rentrée en un seul morceau chez elle ; la tâche du protecteur improvisé était donc réussie. Quoiqu’il ait envie de rester encore peu car la discussion de Saskia était agréable, et que cela lui changeait pas mal de ses activités habituelles. Entre se balader tranquillement et échanger avec une personne sympathique, et massacrer des ombres ou voler des riches, le choix était rapidement fait. Et pourtant, il savait très bien qu’il devait partir maintenant.

« - Je crois que je vais y aller alors, je passerai te déposer les papiers dès qu’ils seront prêts. A bientôt Saskia, bon courage et fait bien attention à toi ! »

Il s’éloigna aussitôt, et profitant d’un type qui se croisa sa route et obstrua la vision entre Saskia et John, il lança un Kekkai. Aucune trace de la russe dedans, et il le révoqua quasiment aussitôt. Au moins, il était fixé désormais : elle était tranquille quant à toute cette histoire pour le moment. Et l’instant de tout lui dévoiler n’était pas encore venu… Tôt ou tard, cela arriverait bien.


Voir le profil de l'utilisateur

Invité
MessageSujet: Re: [Ruelle Jersey] Désormais, tu es toi [Terminé]   Jeu 28 Jan 2016 - 13:03

La fille qu'il protégeait ? C'était une curieuse manière de présenter les choses. Curieuse mais justifiée. Ne lui avait-il pas sauvé la vie lors de leur première rencontre ? Tout comme Hadence d'ailleurs, plus ou moins. Entre Hadence, Howard et maintenant John, cela risquait de faire beaucoup de protecteurs à ses côtés. Mais vraiment. La demoiselle n'allait pas s'en plaindre, loin de là ! C'est qu'elle avait la chance d'être plutôt bien entourée !
Au moins le voleur avait-il raison sur un chose ; Hadence était un type bien étrange, ça oui. Au minimum. Mais Saskia s'habituait peu à peu à sa présence et à ses attitudes qui la surprenaient parfois. À moins que cela ne soit l'inverse et que ce fut lui qui s'habituait à elle ? Cela aurait mérité réflexion mais sachant que c'était Saskia la première qui avait emménagé chez Hadence, c'était elle qui avait bouleversé les habitudes bien rangées du jeune homme.

– Oui à une prochaine et t'inquiètes pas pour moi, va !

Saskia fit un geste de la main alors que John s'en allait. Dos à la portée d'entrée, toujours en extérieur, elle réfléchissait. À quoi ? Difficile à dire. Peut-être à cette nouvelle vie qui se dessinait devant elle ? Peut-être juste à John et à ce qu'il était ? Parce que oui, tout comme Hadence, John paraissait être un personnage peu avide de parler sur lui. Du moins à la jeune Russe. Peut-être était-ce aussi parce qu'elle n'avait pas posé les bonnes questions ? Oui, il y avait sûrement de cela, inutile de s'imaginer tout un maelström grandiloquent.

À se demander lequel allait le plus s'inquiéter pour l'autre entre John et Saskia. La vie de futur ex voleur ne devait pas être de tout repos. Saskia, elle, n'avait pas grand-chose à craindre. Du moins l'espérait-elle ; sa vie était en train de suivre un cours normal, une direction qu'elle n'avait pas imaginée prendre un ou deux ans plus tôt. Comme quoi, tout le monde finissait par changer. C'était cela, être consciencieux ? Elle ne le saurait sans doute jamais.

Elle sortit sa clé et la fit jouer dans la serrure avant d'abaisser la poignée pour entrer dans le modeste appartement. Après tout, c'était encore un peu chez elle ici aussi. Jusqu'à quand ? Elle l'ignorait.

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Ruelle Jersey] Désormais, tu es toi [Terminé]   
 [Ruelle Jersey] Désormais, tu es toi [Terminé]
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Ruelle Jersey] Désormais, tu es toi [Terminé]
» Base Alpha Tango Zoulou du CSNU[Terminé]
» New Jersey Nets - Trading Zone
» New Jersey Nets
» New Jersey Nets News [NJNN]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fate of Wishes :: Palema :: Quartier Sud :: Archives-