Un mystérieux petit animal croise votre route : Je souhaite que tu passes un contrat avec moi. En échange, j'exaucerais n'importe lequel de tes voeux.
 

Partagez | 
 Iris Khan Delsarte [Terminé]

Messages : 41
Wishes : 28

avatar
Humain
MessageSujet: Iris Khan Delsarte [Terminé]   Lun 12 Déc 2016 - 3:53
Iris Khan Delsarte


 

 
Informations générales

 ¤ Identité ¤
¤ Nom : Delsarte
 ¤ Prénom : Iris Khan
 ¤ Âge : 27 ans
 ¤ Activité : Rentière, cherche un emploie
 ¤ Provenance de l'avatar : Re-l Mayer, Ergo Proxy.

 

 
¤ Description physique ¤
Qu'on le veuille ou non, notre état présent n'est jamais que le résultat de notre passé et de nos expériences. Loin de se détacher de cette définition quelque-peu déterministe, Iris Khan tend plutôt à s'en rapprocher un maximum possible, du moins en matière d'apparence.

Mélange assez improbable entre le fils prodige et la petite fille rebelle, son naturel s'exprime avec difficulté, caché sous la chape de plomb d'une éducation se voulant classique et complète, mais tenant plus de l'expérience sociale : Froide, distance, contrôlée, d'un calme complet, les personnes pouvant prétendre l'avoir vu rire, ou même crier en publique son rares. Iris conserve généralement un certain calme, traversé de temps à autres par des expressions parasites, incontrôlées, expression de ses vifs sentiments. Le reste du temps, elle semble simplement un peu hautaine, glaciale, peut-être même renfrognée. Tête haute, bras croisés, position ferme, inamovible.
Cet air, malgré tout, ne retire rien au charme de la jeune femme. Car il est essentiel de le signaler, Iris Khan est une femme agréable à regarder, bien que pour la citer, « Cela n'importe pas ». Grande, fine, dotée d'une silhouette délicate et galbée, un effort constant visant à rester en forme militaire a doté son corps d'une fine mais puissante musculature, expurgeant systématiquement toute trace de graisse. Malgré tout, Iris Khan conserve un air doux, soyeux. Gestes lents et fins, contrôlés et aériens, visage étiré, harmonieux, les deux principaux atouts de la jeune femme, selon-elle et selon nombre d'autres, sa voix et ses yeux. Ces derniers, mis en valeur par un maquillage volontairement brouillon, sont deux fenêtres sur le monde intérieur de la jeune femme : Profonds et sombre, comme deux puits noires et sacrés, ils sont d'un noir opaque, imperturbable, puissant et, d'une certaine manière, fascinants. Sa voix, quant à elle, est chaude, puissante, une voix de speakerine, ou de politicienne engagée. Une voix qui, lorsqu'Iris Khan le désire, laisse résonner la volonté la plus indéfectible, la plus obtus, la plus carnassière Une voix étrangère à tout doute, à toute hésitation, à la moindre once de frisson. Un pur concentré de volonté et de chaleur vive et communicative, imperturbable dans ses discours. En d'autres temps, elle aurait sans doute terminée sa vie à débiter de la propagande pour un extrême ou un autre.

Voilà ce qu'on peut appeler le Naturel d'Iris Khan. Un naturel ferme mais chaleureux, doux mais puissant, pur paradoxe entre son éducation et ce que la génétique a bien voulut faire d'elle. Il est à noter qu'elle porte un maquillage très marqué, simple expression de ses goûts personnels, et a une peau étonnamment pâle pour une personne ayant passée la majorité de son temps en plein soleil. A côté de ça, elle ne se sépare jamais de ses sortes de longues robe polo sombres et de gants ou mitaines de même couleur. Pour la citer, « Quant on a de l'argent, autant s'habiller avec classe » et en effet, c'est bien une certaine forme un peu excentrique de classe qui semble s'exprimer à travers ses habits à la fois sobres et inhabituels.
¤ Description mentale ¤
Cherchant un contrôle parfait aussi bien sur son son entourage que sur sa propre vie, Iris Khan n'est pas exactement une handicapée sociale, mais la rapprocher de cette définition ne serait pas totalement délirant. Froide, glaciale, introverti à l’extrême, Iris Khan n'aime pas les gens.

Ou plutôt, elle ne les comprend pas, ou alors avec difficulté. Ils s'intéressent à des choses futiles, se disputent sans raison importante, vivent leur vie selon des règles ne tenant non-pas de la logique mais plutôt du manque maladif de pragmatisme. Tout ceci lui semble profondément incompréhensible… Et enviable. En effet, si Iris Khan aime s'entourer d'un mur glacial séparant ses émotions, vives et brutales de la cruauté apparente du monde extérieur, elle a la nette impression de gâcher sa vie, de manquer quelque-chose. Certes, elle prend un plaisir non-négligeable à l'art, quel qu'il soit, à la consommation d'objet culturel, qu'il s'agisse de film, de livre, de musique ou même de jeu vidéo, mais elle a parfaitement conscience qu'il existe quelque-chose de l'autre côté, quelque-chose qui pourrait être intéressant.

Seulement voilà : Prudente voir paranoïaque,  pudique, pour ne pas dire chaste, Iris Khan apprécie sa solitude imposée. Cela ne signifie pas pour autant qu'elle ne sait pas se comporter en publique. En effet son obsession de contrôle s'accompagne d'une très bonne éducation s'exprimant par une politesse imperturbable, bien qu'un peu froide, et par un certain talent de caméléon social très lié à son enfance déchirée entre deux voyages.
De plus, éduquée par de nombreux précepteurs originaires de nombreuses cultures, Iris Khan, qui est elle-même issue d'un mélange culturel, est très ouverte sur le monde et la différence. Amoureuse des langues, elle en parle couramment six, possède une impressionnante collection de livre originaires de nombreux pays, et s'intéresse beaucoup à l'actualité médiatique.
A côté de ça, il est important de noter que, bien que totalement désœuvrée à l'heure actuelle, Iris Khan est d'un naturel ambitieux. Et par ambitieux, il faut comprendre réellement ambitieux. Si elle n'était pas tempérée par sa logique froide, elle prétendrait sans doute au titre de politicienne, ou serait restée dans la compagnie mercenaire de son père et aurait tentée de prendre le contrôle d'un petit pays du tiers-monde.



Ouais.

Dernier point notable, du fait de sa jeunesse, Iris est habituée à la violence et à la présence de la mort. Sa culture est donc mêlée à un certain cynisme, et à un intérêt assez macabre pour la brutalité sous toute ses formes. En d'autres termes, plutôt que d'être atteinte de syndromes post-traumatiques, la jeune femme a adoptée le sanglant  comme un état de fait tout à fait acceptable.


 
Histoire

 ¤ Quoi qu'il t'est arrivé ? ¤
L'histoire d'Iris Khan est très liée à celle de ses parents, ce qui peut sembler assez logique, somme toute. Son père, né quelques années avant le début de la seconde guerre mondiale dans la colonie française d'Indochine, plus particulièrement dans la région du Cambodge, était fils d'administrateurs coloniaux. Les études qu'il mena le prédestinaient à une longue carrière dans l'administration locale ou dans l'industrie, mais les événements géopolitiques et l'histoire en décidèrent autrement. En effet, Jean Delsarte vit sa jeunesse marquée par l'invasion japonaise, la guerre avec la Thaïlande, l'invasion du nord du Vietnam par la Chine, l'arrivée du Việt Minh, parti communiste Vietnamien, et de son équivalent Khmer, la guerre civile qui s'en suivit... Cherchant désespérément un peu de stabilité de ce contexte effroyable de chaos ambiant, le jeune homme s'intéressa rapidement à l'armée. En 1953 les colonies françaises d'Asie du Sud Est n'étaient plus. Fort heureusement pour Jean, sa famille était installée au Cambodge, et l'indépendance de ce pays se fit sans (trop) d’effusion de sang. En leur qualité de grands administrateurs et de lettrés reconnus, les parents de Jean restèrent dans la région en tant que diplomate, et ce fut donc bien au Cambodge que Jean devint jeune adulte, et décida enfin de sa carrière. Il serait militaire.

Avec le temps, sa force de caractère, son charisme et son génie lui attirent bien des amis, il forme la compagnie de mercenaire "Black Axes", qui se renforcera au cours du temps, faisant son profit sur les innombrables conflits qui ponctuèrent la guerre froide. Après près de dix ans à parcourir le monde pour vendre ses services, et ceux de ces hommes, Jean retourna au Cambodge où il s'installa avec sa femme, un chirurgienne Khmer rencontrée lors d'un court passage au Laos (guerre civile oblige) quelques années plus tôt. Chirurgienne, poétesse et aussi activiste reconnue en faveur du droit des femmes et des minorités, elle lui donna une fille qu'ils nommèrent Iris Khan, une jeune eurasienne tout à fait charmante qui hérita des qualités de ses deux parents. Satisfait par la tournure des événements, et se jugeant un peu âgé pour continuer à se battre, Jean utilisa sa fortune pour acheter des parts dans plusieurs grandes entreprises, considérant qu'il était de son devoir de ne plus mettre sa vie en danger et de profiter de sa famille, puis...

Puis la guerre civile frappa.

Pas n'importe quelle guerre civile.

Celle qui renversa le gouvernement du Cambodge.

Celle qui amena l'un des groupement les plus génocidaire de l'histoire moderne au pouvoir.

Celle qui donna les plein pouvoir aux Khmers Rouges, leur permettant de changer leur pays en un immense camp de concentration.

Il aurait dû y penser. Le pays était en guerre civile depuis presque trois ans. Les américains avaient déjà perdus au Vietnam, et avec deux pays communistes bordant les frontières de la République du Cambodge...

C'était couru d'avance.

Mais il était resté là pour sa femme, elle qui était si attaché à ce pays, et aussi car lui-même se sentait Khmer, bien que de naissance et d'éducation Française.

Les Khmers rouges, dans un rare élan d'intelligence diplomatique, si l'on peut appeler ça comme ça, permirent  aux ressortissant français de quitter le pays via un vol unique. Jean put profiter de cette honneur, avec sa fille. Sa femme, malgré toutes ses tentatives, n'eut pas cette chance. Pragmatique, le couple préféra ne pas menacer la vie de sa fille, quitte à sacrifier la mère.

Cette décision brisa Jean, et marqua profondément l'enfance d'Iris. Non-pas qu'elle ait eut le temps de connaitre sa mère, cependant, les échos que son père faisait à cette dernière la hantaient sans cesse, accompagnée de plusieurs questions quant à sa vie. Car il faut bien l'avouer, Iris Khan n'eut pas exactement ce qu'on peut appeler une enfance standard.

A partir de ce moment, Iris voyagea avec son père. Sur chaque front qu'il dirigeait, elle était présente. Avec l'age, il commença à lui apprendre les subtilité du combat, du tir, de la gestion d'homme, de moyens... Dans chaque pays où il allait, il trouvait un précepteur pour lui apprendre la langue locale, les mathématiques, la littérature, l'art, les sciences... C'était sa manière à lui de montrer son amour à sa fille. "Tant que tu es sous ma responsabilité, tu vivras près de moi, et je ferais en sorte que tu vive bien. Cela ne veut pas dire que je veux que tu prenne ma place au moment voulu. Non, je vais t'éduquer, et tu sera libre de tes choix".
A côté de ça, Jean Desarte restait un homme froid, amer, cynique et tristement logique. Sa fille n'eut droit qu'à un amour froid et distant. Cela s'aggrava lorsque, à la chute du régime Khmer Rouge, Jean Delsarte retourna au Cambodge, dans l'espoir d'y retrouver la femme qu'il avait aimé.

A la place, il y trouve un pays changé, creusé de canaux inutiles, dont les élites intellectuelles avaient été massacrées, les familles dispersée, détruites, le sol brûlé, les villes rasée. Face au fait établit, Jean se renferma et ne vécut plus que pour son travail, le mercenariat. Sa fille, qu'il aimait pourtant sincèrement, avait du mal à exister et se renferma à son tour, se concentrant sur ses apprentissages. Elle devint ainsi une adolescente étrangement cultivée, que la proximité permanente du combat avait rendue fondamentalement insensible aux concepts d'éthique, ainsi qu'assez prudente.

La première bataille à laquelle Iris assista réellement se déroula durant la guerre Iran-Irak.  Il va sans dire que ce qu'elle vit depuis sa position d'artillerie retranchée, la place des planqués, l'impressionna beaucoup. Il faut dire que ce conflit, loin du côté tactique des opérations moderne, avait un vrai air de Première Guerre mondiale. Pluie d'obus, gaz, charges à la baïonnette avec couverture de tank.

La jeune femme décida finalement, de façon assez arbitraire, qu'elle ne deviendrait pas l'héritière de son père lors d'une pénultiéme guerre civile libérienne. Alors âgée de 23 ans, elle manqua en effet de se faire tuer par un obus, puis violée par des mercenaires du camp opposée. Mercenaire qu'elle ne manqua pas de massacrer lorsque des soldats affiliés à un autre mouvement, accompagné de membres des Black Axes, apparurent et, disons-le, la sauvèrent d'un sort peu enviable.

Relativement brusquée par cette expérience, Iris Khan décida qu'après tout elle avait vu du pays, connaissait beaucoup de langues, et pourrait bien se trouver un travail de diplomate.

Puis, se rendant compte qu'elle n'avait qu'un intérêt très relatif pour la diplomatie et que, comme son père elle avait héritée d'une certaine force de caractère et d'un charisme indéniable, elle jugea qu'elle pourrait bien aller faire carrière dans un pays où, soit-disant, les opportunités apparaissaient aux hommes (et femmes, du coup), de sa trempe: Les Etats-Unis d'Amérique.

Quoi ? Pourquoi à Palema, précisément ?

Bah, son père y possédait un appartement, au cas où. Et comme ce dernier n'était pas vraiment rancunier et, surtout, fidèle à sa parole, il légua l'habitation à sa fille, ainsi que quelques parts d'entreprise qu'il avait, afin de lui faciliter un peu la vie. Pour le citer : "Ma fille, je t'ai éduqué comme je l'ai été, mais tu tiens de ta mère. Peut-être écriras-tu, qui sait ? Dans tout les cas, je veux que tu vive bien."

Ainsi-donc, un beau jour de l'an de grâce 2000 et des broutilles, Iris Khan Delsarte débarqua à Palema, l'air un peu penaude, pour y emménager.


 
Un peu de HRP

 ¤ On veut en savoir plus ¤
¤ Le règlement a été lu et approuvé ? : OUAIS !

 ¤ Bonus : Salut.

...

Ouais, c'est carrément un bon début.

Alors alors, en règle générale je suis plutôt un gros adepte des Rp fantasy, Dieselpunk ou SF, mais j'ai trouvé le contexte plutôt intéressant, surtout que bon, le concept de base semble être une grosse référence à Puella Magi Madoka Magica (salut, Kyu', sale chat Cthuluesque), et j'ai bien aimé l'anime.

...

Du reste, je suis une espèce d'étudiant en cinéma, mais rien n'est moins sûr.

Je vais finir en citant un grand auteur:

"Peu m'importe que vous gagnez ou que vous perdez, du moment que vous gagnez."
-Stephen King
.
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
MessageSujet: Re: Iris Khan Delsarte [Terminé]   Lun 12 Déc 2016 - 18:27
Hello (enfin re) ^^

Alors tout d'abord je te souhaite la bienvenu sur ce forum, j'espère que tu prendra plaisir à jouer ce personnage et rp avec nous ^^

Et pour ma part rien à redire, première épreuve gagnée haut la main, je prévalide et passe la main à la boss ^^

Messages : 6121
Wishes : 2413

avatar
KyuBey
MessageSujet: Re: Iris Khan Delsarte [Terminé]   Dim 18 Déc 2016 - 16:34
Fruuuuu et bienvenue !

Désolée pour le retard, je suis une véritable ministre (non non je t'avais pas oublié... bon un peu si en fait, maaais pas longtemps promis !).

Pour infos tu as tous les crédits du forum ici, donc non, il ne semble pas être une grosse référence à PMM... il s'en inspire, carrément, et ouais xD

Sinon concernant ta fiche c'est tout good, juste que tu gardes bien en tête que, même si ton perso a reçu une éducation un peu partout, autant je veux bien qu'elle gère les langues et s'y soit concentrée, autant elle n'est pas du tout super douée dans tous les autres domaines : c'est pas une super scientifique, elle gère pas les maths comme une déesse, etc.

Walà, fiche validée ! Tu peux dès à présent faire une demande de RP ici pour chercher des topains avec qui t'amuser.

Ce n'est pas obligatoire mais tu peux également te créer un Carnet de Bord dans cette section pratique pour se tenir à jour et savoir où on en est dans son jeu ou ses liens. Si jamais tu dois t'absenter, surtout pense à nous prévenir ici qu'on ne s'inquiète pas.

En tant qu'humain, je t'invite à consulter ce sujet. Si tu as déjà tes pouvoirs de futur Seraph ou Nephil, n'hésite pas à les envoyer au staff via le formulaire disponible dans le sujet précédent pour qu'on te les valide. Si tu n'as pas d'idées, pas de soucis, fais-toi plaisir, joue et on avisera en temps utiles.

Amuse-toi bien parmi nous ! \o/



Voir le profil de l'utilisateur http://zupimages.net/up/17/08/k7rz.png

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Iris Khan Delsarte [Terminé]   
 Iris Khan Delsarte [Terminé]
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» les monteurs de loups d'oglah khan...
» STAR TREK II : La colère du Khan (Diamond select) 2007
» [1500 pt] La Waaagh Gobiz Khan
» En combien de temp l'avez vous terminé ?
» Période d'essai terminée : Gray

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fate of Wishes :: L'indispensable administration :: Les fiches :: Les fiches validées :: Humains-