Un mystérieux petit animal croise votre route : Je souhaite que tu passes un contrat avec moi. En échange, j'exaucerais n'importe lequel de tes voeux.
 

 Lizzie Jones [Terminé]
MessageSujet: Lizzie Jones [Terminé]   Dim 22 Jan 2017 - 10:52
Messages : 373
Wishes : 235
avatar
Elizabeth Jones




Informations générales

¤ Identité ¤
¤ Nom : Jones
¤ Prénom : Elizabeth (Lizzie pour les ami(e)s)
¤ Âge : 20 ans
¤ Activité : Chômeuse
¤ Provenance de l'avatar : Mass effect - Jane Shepard


¤ Description physique ¤
La nature m'a dotée d'une physionomie plutôt normal. Un nez fin, une bouche tout juste assez pulpeuse pour y appliquer du gloss ou du rouge à lèvre.  En résumé, un visage plutôt banale pour une jeune femme ayant passé la vingtaine. Les seuls éléments dénotant de ce portrait serait la couleur de mes yeux, d'un vert presque envoûtant, même si la plupart du temps mon regard semble plongé dans le vague. Ainsi que ma chevelure rousse. Quant à ma taille, elle est un peu au-dessus de la norme américaine, du haut de mon un mètre 69 j'aime à me dire qu'au moins par ma taille je suis au-dessus de la populace moyenne. Rien de très intéressant à dire sur ma corpulence.
Habituellement, je porte un vieux jean délavé, un t-shirt uni noir et mon inséparable gilet à capuche que je rabats sur ma tête lorsque je souhaite être invisible au reste du monde.
¤ Description mentale ¤
Ce n'est pas que je suis antisociale, c'est juste que j'ai beaucoup de mal à me lier d'une quelconque manière avec qui que ce soit. C'est peut-être dû à mon passé mais j'ai toujours eu beaucoup de mal à faire confiance aux gens que je rencontre. Même si je suis très peu  enclin à nouer des liens quels qu'il soit avec les individus de la société, pour autant je ne fais pas l'autruche lorsqu'une injustice se déroule sous mes yeux. Si je vois une  jeune fille se faire agresser dans la rue je ne réfléchirai pas une seule seconde à ouvrir mon clapet et tenter  de stopper l'agresseur. Tout en croisant les doigts pour que ce dernier s'en aille sans faire d'histoire et qu'il ne se retourne pas pour me foutre un pain. J'ai une grande gueule, mais je sais que je ne fais pas le poids face à un mec avec deux fois ma force. Mais c'est plus fort que moi, il faut toujours que je montre aux autres une facette forte et solide de moi alors qu'au fond je suis juste une jeune femme faiblarde un peu perdu dans sa vie.
J'ai un tempérament plutôt calme et je sais aussi être patiente (la plupart du temps, du moins quand je ne tombe pas sur un pauvre type attardé). Ces traits se font surtout ressentir en présence des enfants avec qui je suis très protectrice.


Histoire

¤ Quoi qu'il t'est arrivé ? ¤
Eh merde. J'ai encore joué les justicières à la con. Il fallait qu'à peine arrivé dans cette grande ville qu'est Palema, je me mêle de ce qui ne me regardait pas. C'était parti de rien, juste une petite bagarre en plein milieu de la rue entre une nana et son mec. Et puis moi qui lâche au type un magistral : « Elle t'a dit de la lâcher, gros nigaud. Tu joues des gros bras pour compenser le fait que t'en es une petite ou quoi ? ». Bon j'avoue qu'insulter quelqu'un de gros nigaud, en général, ça vous faisait vraiment passer pour le crétin de service. Mais bon, je n'ai jamais été très douée pour donner des sobriquets aux gens. Cette compétence doit avoisiner le plancher des vaches, un peu comme mon instinct de survie. Enfin bref, je voulais juste faire réfléchir le type sur son comportement. Je ne pensais pas tomber sur un de ces gars qui dès qu'is se sentent agresser, rendent les coups en double. Et pour le coup, il m'avait frappé au visage avec le double de puissance que j'avais mis en blessant son pauvre petit ego de macho fasciste et narcissique. Le point positif, c'est que sa petite amie – ou plutôt son ex-petite amie – ce soit enfui le temps qu'il s'occupe de me mettre la pâtée. Après, cela aurait pu être pire. Je m'en sors avec l'arcade et la lèvre supérieur légèrement en sang et une cheville foulé après la chute provoquée par le premier coup de poing. Comment j'ai fait pour en arriver là déjà ?

Je suis née dans la magnifique ville de Paris. La capitale de la France ? Non, non. Juste une ville du Texas. Au moins, j'ai eu la chance de grandir à côté de la Tower Eiffel et ses 20mètres de haut. D'ailleurs, ça c'est moi au lycée. Je m'amusais comme une petite folle. J'ai grandi dans une famille heureuse et aimante, du moins jusqu'à ce que mon père ne finisse par perdre son boulot lorsque j'avais 10 ans. Après cet événement ce fut une véritable descente aux enfer pour ma famille. Mon patriarche n'a pas réussi à trouver un autre travail immédiatement et a plongé dans l'alcool. Tandis que ma mère enchaîné les petits boulots, en plus de son travail, pour nous sortir de la galère. Rapidement, elle a commencé à en avoir marre. Sa frustration envers mon père commençait à lui peser de plus en plus, mais elle était bien trop peureuse pour s'en prendre directement à lui. Au final, c'est moi qui recevais les remarques désobligeante et dans ses mauvais moments, les coups. Une fois, lorsque j'eus passé l'étape des 15 ans et que je fus passé au lycée, je l'ai entendu me traiter de traînée après que je sois rentrée un peu trop tard à son goût. Tout était pas aussi noir que cela en avait l'air, je me souviens d'une ou deux sorties shopping qu'on a fait ensemble lorsqu'on avait un peu d'argent de côté et que papa était parti temporairement de la maison. Mis à part ces petits moments, mes seuls moment de bonheur était avec mon petit frère. C'était mon rayon de soleil, mon petit amour. Maman étant trop occupé à travailler et papa ne bougeant jamais de son canapé, c'est moi qui le cherchais et l'emmener à l'école, qui lui préparais son déjeuner avant qu'il n'aille au collège et qui l'aidait dans ses devoirs. On était proche tous les deux et j'aurai pu donner ma vie si ça lui aurait permis d'avoir une vie plus heureuse. J'aurai pu me rebeller et dire à ma mère d'arrêter son comportement, mais j'avais trop peur qu'elle ne reporte tout sur lui. Alors, j'ai juste fermé ma gueule et continué d'encaisser tout, seule.

Au collège, j'étais la gamine effacée assise au premier rang et qui était plutôt doué en cours. Je n'avais pas beaucoup d'amis et personne ne s'intéressait réellement à moi. Ça ne me dérangeait pas plus que ça. Au vu de ma situation familiale, je n'appréciais pas trop l'idée de me lier à qui que ce soit. Cela aurait été pénible si des gens avaient appris que ma mère me frappait. Et l'idée qu'on puisse me séparer de mon petit Sammy, comme je l'appelais affectueusement, m'angoissais à m'en donner des sueurs froides. Puis un jour, je suis tombée sur un de ces gamins sans aucune estime de soi qui cherche un bouc-émissaire pour apaiser ses états-d'âmes.  Oh, il n'avait rien fait de bien grave, juste quelques insultes par-ci, par là. Et asperger mon T-shirt préférer d'encre. Aujourd'hui encore je ne suis pas fière de ma réaction, mais à l'époque j'étais plutôt à cran à cause de ma mère qui me poussait à bout et des tonnes de choses que j'avais à faire. Je lui ai juste foutue une petite claque de rien du tout... Ou, il se pourrait bien que je lui aie sauté au cou et que j'ai essayé de lui arracher les cheveux. Mais au fond, quelle différence ? Je me suis prise un blâme et cette histoire m'a suivi tout au long de ma scolarité. À mon arrivée au  lycée tout le monde avait entendu parler de cette histoire et j'étais fichée comme « la nana à ne pas emmerder ». C'était mieux que la fille bizarre du premier rang et je me suis donc forger une « seconde identité » en dehors des murs familiaux. Chez moi, j'étais la gentille fille sans estime de soi qui ne disait pas un mot et qui encaissait tout. À l'extérieur, j'étais la fille sûr d'elle qui ne se laisse pas marcher sur les pieds et que tout le monde respecte. C'est de la comédie, pure et simple. C'est aussi à cette époque que j'ai décidée de me couper les cheveux et de passer à un style vestimentaire un peu plus « rebelle ». J'ai arrêté d'être une tête de classe, me contentant d'être dans la moyenne, situation que ma mère à utilisée pour s'acharner un peu plus sur moi en me traitant de « bonne à rien tout comme [mon] père ». Mais ce n'est pas pour autant que je me comporte comme une délinquante. Je me souviens d'un jour où l'un de mes « potes » de lycée m'avait dit que je devais boire de l'alcool pour réellement être cool. Ce à quoi j'avais répondu avec la plus grande sincérité du monde : « Je ne boirai pas tant que je ne suis pas en âge de le faire. J'ai des valeurs et des principes. Et en quoi c'est cool de suivre les autres comme un mouton et de se comporter comme un idiot ?  Si tu veux prouver quelque chose fait tes preuves par tes propres actes. Mais ne force personne à te suivre.  » J'étais un peu passé pour la débile de service sur le coup. Mais au final, tout le monde s'en est fichu, ceux qui voulaient boire buvait, ceux qui ne le voulaient le pas s'abstenait. Et tout le monde a passé une bonne soirée.

J'aurais fini ma vie ainsi, seule à tout encaisser jusqu'à ce que je sois diplômé. J'aurais emmené Sammy avec moi, loin de cette famille de barge qui me donnait la nausée au fil du temps. On aurait été heureux, j'aurais trouvé un travail correct et j'aurais pu lui payer des études dans une petite ville de Californie. Au lieu de ça, il a fallu que je rencontre celui qui a chamboulé ma vie. Il est arrivé tel un ouragan et a foutu un bordel sans nom dans ma tête. C'était lors de ma dernière année de lycée, il est arrivé en ville en début d'année scolaire. C'était un petit fils de riche, plein d'assurance et populaire. L'opposé de la vraie moi. Il m'a tout de suite intéressé, la raison en était toute simple : il était tout ce que je voulais être. Il avait une famille heureuse -du moins c'est ce que je m'imaginais- sans besoin, du charisme et un sourire qui me faisait croire que tout est possible. On s'est rapidement rapproché, au point que je lui ai tout expliqué sur ma vie et mon désespoir. Avec lui, j'avais la sensation que je serai en sécurité quoi qu'il m'arrive. C'était alchimique. Ou alors, c'était simplement le fruit de mon imagination fabulatrice. Mais je lui ai voué toute ma confiance sans rien demander en retour. Un jour sans crier gare, il me proposa de nous enfuir loin de cette ville. Juste lui et moi. J'étais complètement aveuglé et aussi complètement désespérer du comportement de ma mère. J'ai craqué. La semaine qui suivi, j'avais pris mes pauvres économies planqué sous le matelas, j'ai préparé mes sacs profitant d'un moment où personne n'était à la maison. Et je me suis enfuie en laissant tout derrière moi.

Enfin c'est ce qui était prévu et je ne pensais pas du tout que je tomberai sur mon frère rentrant des cours. Il me regarda le regard hébété sans comprendre ce que je faisais, ni pourquoi j'avais empaqueté mes affaires. Lorsque je vis ce regard, j'avais senti mon cœur se fendre en deux. Je me sentais coincer le dos contre un mur, un véritable dilemme. J'étais sur le point de l'abandonner. Lui qui était toute ma vie. Mais d'un autre côté, je savais que je ne pouvais pas l'emmener avec moi. Un enfant de son âge, ça se recherche et ça se retrouve plus facilement qu'une jeune fille fuguant proche des 18 ans. Et puis si je l'emmenais avec moi, cette mère ingrate serait capable de m'accuser de kidnapping. Est-ce que je devais rester ? Non, si je restais j'aurais foutu ma vie en l'air. Je ne supporterai pas les insultes et les baffes un ou deux ans de plus. Il fallait que je lui explique, je lui devais bien ça. Je m'approchai de lui, posant mes affaires dans un coin et attrapant ses petites « bajoue » entre mes doigts et les tirant légèrement.
« - Qu'est-ce que tu fais ? Me demanda-t-il son regard allant de moi à mon sac.
- Je... Je vais partir, balbutiai-je un peu honteuse et pleine de remord.
- Sans moi ?
- Je ne peux pas t'emmener, mon trésor. Ils te chercheraient et on serait de toute façon séparer. Et si ça arrive, on ne pourra sans doute plus jamais se voir.
- Mais qu'est-ce que je vais faire sans toi ?
Je me le demandais aussi, mais ce n'était plus un bébé. Il avait 12 ans, je savais qu'il s'en sortirait. Même sans moi.
- ça ira, c'est toi qui dis que tu es devenu un grand garçon, non ? Alors, je suis sûre que tu te débrouilleras très bien.
Je lui souris comme pour appuyer mes propos, mais son regard baissé me fit comprendre que ça n'avait pas l'air de le convaincre.
- Tu sais ce qu'on va faire ? Je m'en vais et quand j'aurais la majorité et assez d'argent pour m'occuper de toi, je reviendrai te chercher. Est-ce que ça te va ? Et en attendant, tu dois dire à maman que tu ne m'as pas vu et que tu ne sais pas où je suis.
Je voyais bien que mon petit frère n'avait toujours pas l'air convaincu, mais il hocha doucement la tête avant de me faire un énorme câlin. À ce moment j'avais presque envie de tout révoquer ma décision et de rester avec lui. Mais j'avais fait un choix égoïste et je devais m'en tenir à moi pour une fois. Je récupérai mes affaires et passa la porte après un dernier regard.

Lorsque j'arrivai au point de rendez vous où l'on avait décidé de fui, je découvris celui avec qui j'avais prévu de fuir. Lui, avait pris tout l'argent qui lui appartenait, ce qui représentait une importante somme d'argent comparé à mon maigre billet. Notre destination fut Lafayette en Louisiane.  Je commençais à me demander si je n'avais pas un problème avec les villes françaises, mais cette question fut rapidement derrière moi. À part des annonces pour la fugue d'une adolescente, les médias n'ont pas beaucoup remué pour notre disparition. J'ai été recherchée quelque temps, alors je suis restée cloîtrée quelque semaine dans l’hôtel qu'on avait loué le temps que ça ce calme, tandis que lui pouvait se balader librement sans problème. Il m'avait dit que s'est parents avaient sûrement voulu éviter de salir leur nom en impliquant les médias. On a vécu deux années tranquilles à vivre comme un petit couple amoureux et heureux. On avait loué un appartement et trouvé des petits boulots pour ne pas uniquement vivre sur les économies que l'on avait embarqué. Cela a été dur de trouver un travail sans diplôme ni expérience mais j'ai eu la chance de trouver un petit boulot comme serveuse dans un café du quartier. J'avoue avoir eu beaucoup trop de chance jusqu'ici. Ça contrastait trop avec mon ancienne vie et parfois j'avoue que j'avais du mal à me rendre compte que tout était derrière moi. Je ne pensais pas que ma vie puisses tourner dans une situation encore pire que celle de départ.

C'est un drôle de petit animal noir qui nous sorti de notre longue grasse matinée, alors que l'on profitait d'un jour de congé commun. Je n'avais rien vu de tel, mais le pire c'était qu'il parlait. Il nous raconta une histoire rocambolesque sur des ombres et des contractants qui se battent contre eux. J'avais du mal à y croire, mon copain a attrapé un balais et l'a fait fuir par la fenêtre. Par la suite, on s'est regardé et on a ri de manière gênée sans trop comprendre la situation. Le soir même, on est allé voir un film au ciné et sur le chemin du retour on a décidé de prendre un raccourcis. C'est dans une ruelle sombre que mon regard se posa sur quelque chose d'indescriptible et de noir. J'avais l'impression d'être en face des monstres qui hantaient mes nuits durant mon enfance. La créature fit volte-face vers nous, plantant son regard perçant sur nous. J'étais prête à prendre mes jambes à mon cou jusqu'à ce que je remarque que la bête avait l'air d'être plus intéressé par mon partenaire qui était pétrifié. Je n'ai pas réfléchi, j'ai agi sous le coup de mes instincts. Je l'ai attrapé par le bras, le tirant par l'arrière m'interposant entre cette chose et lui. La minute d'après, je me retrouvais agenouillé au sol, la poitrine soufrant d'une douleur lancinante. Je levai les yeux vers celui que je venais de sauver, je voulais lui parler, lui dire de s'enfuir, mais tout ce qui sorti de ma bouche fut la sensation d'une matière liquide coulant jusqu'à mon menton. Rapidement, ce fut ma respiration qui peinait à garder son rythme et ma vision devint flou. La dernière chose dont je me souvins de ce moment, fut la sensation de tomber. Puis le néant.

Je suis sûre d'être morte à ce moment précis. Pourtant, lorsque je rouvris les yeux, c'était le décor de notre chambre qui apparut. Et celui avec qui j'avais passé les deux dernières années de ma vie, était assis à côté de moi. J'ai d'abord cru à un rêve, jusqu'au moment où je l'ai vu trembler, son dos tournait vers moi. Ma seconde réaction pour vérifier l'authenticité de mes pensées, fut d'observer ma poitrine. Là où avant ma peau lanciner se trouvait désormais une cicatrice presque aussi grosse que mon cœur. Je ne savais pas ce qui s'était passé et je ne voulais pas le savoir. Et-ce que ça faisait de moi une morte-vivante ? Et je ne voulais pas me dire qu'il avait sacrifié sa vie en passant se contrat juste pour sauver la mienne. Je me sentais coupable. Coupable car j'avais gâché sa vie, mais aussi parce que je ne pense pas que je puisses être capable de faire la même chose pour lui sauver la vie. J'ai passé les trois prochains mois, cloîtrée dans ma chambre, complètement apeuré de sortir et de recroiser une de ces « ombres ». J'aurai pu faire un vœu moi aussi, afin de me défendre de ces monstre. Mais j'en étais psychologiquement incapable. Alors, j'ai vécu à ses dépens. Il travaillait pour ramener de l'argent à la maison et me défendait des ombres si c'était nécessaire. À ce moment-là, je ne pouvais pas me sentir plus mal. J'étais devenue comme mon père. Comme l'homme qui avait ruiné la vie de ma famille en s'écroulant sur lui-même au lieu de se relever. J'étais un parasite. Est-ce que je voulais que le garçon que j'aime, subissent ça toute sa vie ? La réponse me parut évidente. J'ai décidé de fuir une seconde fois. Cette fois sans lui, quelque part où personne ne me connaîtrait  et où je pourrai à nouveau faire comme si tout aller bien. J'avais d'abord abandonné mon petit frère, puis mon petit copain. Est-ce que je suis réellement capable d'aimer qui que ce soit ? J'ai aussi pris le ¾ de l'argent qu'on avait mis de côtés, de toute manière je suis déjà une garce, autant y aller jusqu'au bout. J'ai d'abord claqué le plus gros dans un billet d'avion en direction de Philadelphie en Pennsylvanie, Après ça, j'ai été de ville en ville en stop. J'essayais d'éviter les ombres en restant dans des petites villes ou des villages. Mais J'ai du rapidement apprendre à faire comme si je ne voyais pas les ombres, j'y arrivai de temps en temps et dans le cas inverse je trouvais quelques protecteurs Nephils ou Seraph qui voulait bien me protéger. Puis, je repartais avant de ne m'attacher à qui que ce soit. Je suis même passée par New York. Et pour conclure, je suis ici, en train de saigner de la lèvre et de me demander si ma vie aurait pu être pire que ça.


Un peu de HRP

¤ On veut en savoir plus ¤
¤ Le règlement a été lu et approuvé ? : J'ai lu et j'approuve le règlement

¤ Bonus : Je suis de retour avec la motivation o/


Dernière édition par Elizabeth Jones le Dim 22 Jan 2017 - 23:04, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Lizzie Jones [Terminé]   Dim 22 Jan 2017 - 21:00
Invité -
Hello par ici o/

RAS sur les descriptions pour ma part, jolie petite Shepard ~

Pour l'histoire en revanche, la fuite des médias, ça passe, au vu de l'âge et du changement d'état.

Par contre, j'aimerais un peu de précision sur la durée du trajet entre la Louisiane et Palema. Parce qu'un humain spécial, ça survit pas longtemps. Certes les trois mois recluses, et protégée par ce pauvre petit contractant malgré lui, ça se justifie. Mais un voyage si long, seule, il a intérêt à se faire vite, parce qu'on croise pas des contractants à tous les coins de rues pour aider :3

Et accessoirement, à partir du moment où le petit copain apparait, il n'y a plus aucune mention du petit frère, qui pourtant semblait être une part importante de ta vie. Peut-être quelques remords ? Ou quoi que ce soit qui justifie de passer du 'je donnerai ma vie pour lui', à 'Ok je me tire avec mon copain'.

Voila voila, petites modifications/précisions, et la pré-validation sera à portée o/
MessageSujet: Re: Lizzie Jones [Terminé]   Dim 22 Jan 2017 - 23:10
Messages : 373
Wishes : 235
avatar
J'ai édité l'histoire.

Pour la partie sur le voyage :

Cette fois sans lui, quelque part où personne ne me connaîtrait  et où je pourrai à nouveau faire comme si tout aller bien. J'avais d'abord abandonné mon petit frère, puis mon petit copain. Est-ce que je suis réellement capable d'aimer qui que ce soit ? J'ai aussi pris le ¾ de l'argent qu'on avait mis de côtés, de toute manière je suis déjà une garce, autant y aller jusqu'au bout. J'ai d'abord claqué le plus gros dans un billet d'avion en direction de Philadelphie en Pensylvanie, Après ça, j'ai été de ville en ville en stop. J'essayais d'éviter les ombres en restant dans des petites villes ou des villages. Mais J'ai du rapidement apprendre à faire comme si je ne voyais pas les ombres, j'y arrivai de temps en temps et dans le cas inverse je trouvais quelques protecteurs Nephils ou Seraph qui voulait bien me protéger. Puis, je repartais avant de ne m'attacher à qui que ce soit. Je suis même passée par New York. Et pour conclure je suis ici, en train de saigner de la lèvre et de me demander si ma vie aurait pu être pire que ça.

Résumé :

- Elle a pris un avion pour la pennsylvanie depuis la louisiane donc elle a passé 4h environ dans un avion. Et entre Philadelphie et New York, il y a à peu près 2h en voiture.
- Elle avance en stop de ville en ville / ou village pour éviter les ombres
- elle essaye d'éviter de croiser le regard des ombres
- elle essaye quand même de trouver des protecteurs


Pour la partie sur le petit frère :

Enfin c'est ce qui était prévu et je ne pensais pas du tout que je tomberai sur mon frère rentrant des cours. Il me regarda le regard hébété sans comprendre ce que je faisais, ni pourquoi j'avais empaqueté mes affaires. Lorsque je vis ce regard, j'avais senti mon cœur se fendre en deux. Je me sentais coincer le dos contre un mur, un véritable dilemme. J'étais sur le point de l'abandonner. Lui qui était toute ma vie. Mais d'un autre côté, je savais que je ne pouvais pas l'emmener avec moi. Un enfant de son âge, ça se recherche et ça se retrouve plus facilement qu'une jeune fille fuguant proche des 18 ans. Et puis si je l'emmenais avec moi, cette mère ingrate serait capable de m'accuser de kidnapping. Est-ce que je devais rester ? Non, si je restais j'aurais foutu ma vie en l'air. Je ne supporterai pas les insultes et les baffes un ou deux ans de plus. Il fallait que je lui explique, je lui devais bien ça. Je m'approchai de lui, posant mes affaires dans un coin et attrapant ses petites « bajoue » entre mes doigts et les tirant légèrement.
« - Qu'est-ce que tu fais ? Me demanda-t-il son regard allant de moi à mon sac.
Je... Je vais partir, balbutiai-je un peu honteuse et pleine de remord.
Sans moi ?
Je ne peux pas t'emmener, mon trésor. Ils te chercheraient et on serait de toute façon séparer. Et si ça arrive, on ne pourra sans doute plus jamais se voir.
Mais qu'est-ce que je vais faire sans toi ?
Je me le demandais aussi, mais ce n'était plus un bébé. Il avait 12 ans, je savais qu'il s'en sortirait. Même sans moi.
- ça ira, c'est toi qui dis que tu es devenu un grand garçon, non ? Alors, je suis sûre que tu te débrouilleras très bien.
Je lui souris comme pour appuyer mes propos, mais son regard baissé me fit comprendre que ça n'avait pas l'air de le convaincre.
Tu sais ce qu'on va faire ? Je m'en vais et quand j'aurais la majorité et assez d'argent pour m'occuper de toi, je reviendrai te chercher. Est-ce que ça te va ? Et en attendant, tu dois dire à maman que tu ne m'as pas vu et que tu ne sais pas où je suis.
Je voyais bien que mon petit frère n'avait toujours pas l'air convaincu, mais il hocha doucement la tête avant de me faire un énorme câlin. À ce moment j'avais presque envie de tout révoquer ma décision et de rester avec lui. Mais j'avais fait un choix égoïste et je devais m'en tenir à moi pour une fois. Je récupérai mes affaires et passa la porte après un dernier regard.

Résumé :

- Elle croise son frère mais décide quand même de partir parce qu'elle ne supporte plus cette vie.
- Elle ne l'emmène pas parce qu'elle risquerai de se faire accuser de kidnapping, de se faire enfermer et de ne plus jamais le voir.
- Elle lui promet de revenir le chercher un jour.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Lizzie Jones [Terminé]   Dim 22 Jan 2017 - 23:22
Invité -
Et bien pour moi, ça me va du coup. Le voyage est assez court une fois qu'elle est seule, donc la survie est possible.

Même si à Palema, faudra pas rester comme ça trop longtemps, parait que les Ombres y sont nombreuses...

Et au moins ce pauvre petit frère a une promesse à laquelle se raccrocher.. Pauvre petit ;'(

Du coup, je prévalide, et je passe le tout aux chatons !
MessageSujet: Re: Lizzie Jones [Terminé]   Mar 24 Jan 2017 - 8:35
Messages : 6549
Wishes : 2664
avatar
Fruuuu et bon retour parmi nous \o/

J'ai juste une remarque concernant un détail dans ton histoire : "Là où avant ma peau lanciner se trouvait désormais une cicatrice presque aussi grosse que mon cœur". Si j'ai bien compris, le petit ami de ton personnage a passé un contrat pour la sauver. Je sais que Kyu et Bey sont pas très aimés des joueurs (allez savoir pourquoi, sont tellement gentils pourtant /sbaf/), mais ils font pas de l'arnaque au niveau des voeux, donc à moins que le fameux petit ami l'ait voulu, Bey n'aurait jamais laissé de cicatrices sur Lizzie. Il la soigne totalement de A à Z, pouf, ni vu ni connu j't'embrouille elle est toute neuve.

Maintenant si tu tiens absolument à ce que ton perso ait cette cicatrice (pourquoi pas), on peut feinter : si le petit ami a juste demander à la sauver, pas à la soigner, Bey peut à la limite s'être contenté de soins type humains (ce qu'ils soignent mal ces humains sérieux).

Walà c'est tout ce qu'il me faut pour te valider, tout le reste est good ! Et comme dit Rekor : gare à pas rester longtemps sans protection à Palema xD




Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Lizzie Jones [Terminé]   Mar 24 Jan 2017 - 13:38
Messages : 373
Wishes : 235
avatar
J'aimerai garder la cicatrice pour son "développement psychologique", c'est la symbolique de sa culpabilité et de ses "mauvais choix".
Pour l'explication (un remerciement spécial à Bibi et Rekor pour s'être retourner les méninges) on m'a proposé que son petit copain est fait comme souhait "je veux la sauver" et à donc eu des pouvoirs de soin ce qui expliquerai la cicatrice a cause du faible niveau.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Lizzie Jones [Terminé]   Mar 24 Jan 2017 - 17:29
Messages : 6549
Wishes : 2664
avatar
Comment ça merci à Bibi et Rekor, c'est moi qui ai donné en premier l'idée de "je veux la sauver" d'abord ! Pour la peine je boude et te valide pas na /sbaf/

Blague à part c'est nickel avec cette explication, pas besoin de la rajouter sur la fiche, zou c'est validé ! Tu peux dès à présent faire une demande de RP ici pour chercher des topains avec qui t'amuser.

Ce n'est pas obligatoire mais tu peux également te créer un Carnet de Bord dans cette section pratique pour se tenir à jour et savoir où on en est dans son jeu ou ses liens. Si jamais tu dois t'absenter, surtout pense à nous prévenir ici qu'on ne s'inquiète pas.

En tant qu'humain, je t'invite à consulter ce sujet. Si tu as déjà tes pouvoirs de futur Seraph ou Nephil, n'hésite pas à les envoyer au staff via le formulaire disponible dans le sujet précédent pour qu'on te les valide. Si tu n'as pas d'idées, pas de soucis, fais-toi plaisir, joue et on avisera en temps utiles.

Amuse-toi bien parmi nous ! \o/




Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Lizzie Jones [Terminé]   Lun 22 Mai 2017 - 7:46
Messages : 6549
Wishes : 2664
avatar
Un nouveau contrat de passé, et ainsi Elizabeth Jones rejoint les rangs des Seraphs pour exterminer toutes les Ombres de cette terre.

Espérons que cet ami saura t'aider efficacement dans ta tâche... bienvenue chez les Seraphs !


Equipement et pouvoirs


¤ Généralités ¤
¤ Arme :Un fusil de précision avec Baïonnette
¤ Pouvoir de départ : PASSIF
¤ Mon voeu est : Je veux un ami qui m'aide à maîtriser la gravité des choses.
¤ Ma marque de Seraph/Nephil se trouve : La fesse droite


¤ La gravitéenne ¤
¤ Description générale ¤
Elizabeth peut  contrôler la gravité à sa convenance.
¤ Niveaux ¤
- 1er niveau -
Au niveau 1, Elizabeth peut modifier sa propre gravité en la réduisant, l'augmentant ou l'annulant. En réduisant sa gravité elle est plus légère et peut donc se déplacer un peu plus rapidement que sa vitesse de base et sauter assez haut comme si elle était sur la lune. En l'augmentant elle est comme cloué au sol et peut encaisser plus facilement les coups en évitant de se retrouver trop facilement à terre et peut faire plus de dégât en tombant à terre. En annulant sa gravité elle peut flotter dans les airs ou glisser sur le sol. Elle peut l'utiliser 30 secondes toutes les 7 minutes.
- 2ème niveau -
Au niveau 2, Elizabeth peut définir un point fixe ou mouvant de l'espace par rapport à un référentiel choisi comme exerçant une gravité attirant un objet spécifique avec limite de distance. Par exemple, lorsqu'elle flotte dans les airs elle peut se déplacer en définissant un point d'attraction à deux centimètre au dessus de sa tête et en se considérant comme l'objet à attirer vers ce point ou encore courir avec une tarte flambé qui gravite à exactement 3 centimètre de sa tête. Pour effectuer une telle action elle doit se concentrer sur l'objet à attirer pendant un temps proportionnel à la masse de l'objet (une seconde par tranche de 50 kilos) puis une fois l'objet en lévitation sur le point référent. L'effet dur jusqu'à une minute et peut être interrompus n'importe quand. Les petits objets peuvent donc être utilisés comme des projectiles de fortune. Les plus gros en revanche seront juste déplaçables.
Elle peut utiliser son Actif 1 durant 1 minutes toutes les 7 minutes.

- 3ème niveau -
Au niveau 3, elle peut modifier la gravité d'une personne dépendamment de son niveau, tout comme elle modifie sa propre gravité. Elle ne peut par contre pas modifié sa gravité et celle d'un contractant en même temps. L'effet dur grand maximum 40 secondes et est bien plus fatiguant que de faire léviter un objet. Elle peut utiliser son actif 1 durant 1 minutes 30 toutes les 7 minutes.
- 4ème niveau -
Au niveau 4, elle devient capable de générer une sphère de 3 à 5 mètres autour d'un point donné, attirant au centre tout objet à l'intérieur de cette zone, y compris les humains. Lorsqu'une personne pose un pied à la limite de la zone, elle se retrouve attirer vers le centre qui est défini par le point de gravité. Les contractant peuvent y résister suivant leur niveaux (Très efficace en dessous de 3 level , moyennement efficace de 1 à 2 level en dessous, peu efficace contre le même level et totalement inefficace pour les supérieurs.) Le maintient de la sphère demande une concentration permanente et la moindre action entraînera son annulation. La sphère étant plus un champ d'attraction de gravité, elle est totalement transparente. La seule chose que l'on peut en voir de loin et l'amas d'objet se rassemblant en son centre.
Elle peut utiliser son actif 1 durant 2 minutes toutes les 7 minutes.

- 5ème niveau -
Au niveau 5, elle pourra activer et désactiver à sa guise une sorte de bouclier de gravité répulsive valable uniquement pour elle qui repoussera tout objet autour d'elle durant un total de trente seconde par jour. Si son attaquant à un niveau égale ou inférieur à elle, il sera repousser dans la direction de son destinataire (pas forcément vers lui). S'il à un niveau supérieur au sien ( de 3 niveau), les projectiles et attaque ne seront pas repoussé, mais seront simplement arrêté à l'entré de la zone. Les attaques d'attaquant de niveau supérieur passeront « son bouclier » mais seront ralentis. Si l'adversaire à plus de 5 niveaux de différence, le bouclier est inutile. Le bouclier est une sorte d'aura recouvrant Elizabeth jusqu'à 30 centimètres de sa peau. Lorsqu'elle l'utilise, elle semble devenir flou ou déformé mais reste tout de même visible. (Comme les sort "Barrière" dans Skyrim, mais tout autour d'elle)
Elle peut utiliser son Actif 1 durant 2 minutes 30 toutes les 7 minutes

¤ Milkyway¤
¤ Description générale ¤
Par son vœu, Elizabeth se retrouve doter d'un compagnon sur pattes.  Un petit chat noir au couleur de la galaxie va la suivre partout et agir sur la jeune fille comme un conseiller de vie. C'est un chat immortel qui n'a pas besoin de manger pour vivre. (Mais il est allergique au lactose) Quand il est intangible, les attaques lui passe à travers car c'est une sorte de forme brumeuse (c'est une sorte d'amas de poussière d'étoile). Il est plus puissant et agile qu'un chat normal, mais fait tout autant de dégât à un contractant qu'un chat normal sur un humain (en partant du principe qu'un chat fait déjà pas mal de dégâts quand il est vraiment énerver) et assez agile pour qu'un contractant ne l'attrape pas trop facilement ou ne le OneShot pas.
¤ Niveaux ¤
- 1er niveau -
Milkyway – c'est le nom qu'elle donne à son coach de vie félin – apparaît dans sa vie pour le meilleur ou pour le pire. Au niveau 1, Milky est intangible au reste des humains, des ombres et des contractant. Les humains ne peuvent pas le voir. Et Elizabeth est la seule à pouvoir interagir avec l'animal et le porter. Une sorte de compréhension intuitive s'opère entre eux. C'est à dire qu'elle comprend s'il essaye de la réconforter ou de la gronder, mais ne comprend pas le fond.
- 2ème niveau -
Au niveau 2, Milky devient tangible aux autre contractant et aux ombres, et peut donc leur porter des attaques avec ses griffes. Aux humains, il apparaît comme un banal chat noir. Il se contentera d'attaquer la même personne qu'Elizabeth sans réellement comprendre ce qui se passe, et cela même s'il y a plusieurs ennemis . Il reproduit les actes de sa maîtresse. Il peut aussi se faire attaquer par des ennemies. S’il subit des dégâts fatals, il se dématérialise et ne peut plus redevenir tangible avant 1h, mais sera toujours visible de sa maîtresse et présent à ses côtés.
- 3ème niveau -
Au niveau 3, Milky commence à développer sa propre intelligence et à réaliser des actes par sa propre volonté et possède un comportement qui lui est propre. Lorsque Elizabeth se bat, il peut attaquer un autre ennemi que celui qu'elle cible, mais n'agit que si elle engage le combat. S’il subit des dégâts fatals, il se dématérialise et ne peut plus redevenir tangible avant 30 minutes.. Elizabeth comprend les « paroles » de Milkyway (ou ses pensées) mais les autres n'entendent que des miaulement, avant elle ne comprenait que la « forme ». Par exemple s'il y avait un danger, elle ne connaissait que l'existence de la menace. Désormais Milkyway peut indiquer des caractéristiques. Un vrai dialogue peut s'opérer entre eux. A partir de ce niveau, il se transformera en panthère à chaque fois qu'il se retrouve bloquer dans un Kekkaï.
- 4ème niveau -
Au niveau 4, son partenaire peut agir pour la défendre dès qu'il sent qu'elle peut être en danger, et peut même intervenir avant que le danger ne surviennent s'il s'en rend compte. Il peut aussi très bien décider d'aller faire sa vie et de se balader dans Palema comme bon lui semble, mais dès qu'Elizabeth a besoin de lui, il revient dès que possible.S’il subit des dégâts fatals, il se dématérialise et ne peut plus redevenir tangible avant 20 minutes.
- 5ème niveau -
Au niveau 5, le félin peut se transformer en un dragonnet au style galactique d'1 mètre 20 durant une période de 3 minutes afin de combattre au côtés d'Elizabeth, si celle-ci venait à être blessée, il le fait de sa propre volonté. Ses attaques sont alors plus puissantes et il est aussi plus rapide. S’il subit des dégâts fatals, il se dématérialise et ne peut plus redevenir tangible avant 10 minutes en petit chat. Cependant, il ne pourra se transformer à nouveau en dragon que toutes les 6h après transformation. Et cela qu'il soit tombé au combat ou non.





Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Lizzie Jones [Terminé]   
Contenu sponsorisé -
 Lizzie Jones [Terminé]

 Sujets similaires

-
» [nouvelle] Indimosa Jones et la tentation des ténèbres
» Période d'essai terminée : Gray
» Un Champagne Millésimé - Chasse terminée
» BDI (break a durée indéterminée)
» Baptème de GIL et BZEUH [Terminé]