Un mystérieux petit animal croise votre route : Je souhaite que tu passes un contrat avec moi. En échange, j'exaucerais n'importe lequel de tes voeux.
 

Partagez | 
 [M.A.N de Palema] ADHA et Syndrome de Stendhal

Messages : 41
Wishes : 28

avatar
Humain
MessageSujet: [M.A.N de Palema] ADHA et Syndrome de Stendhal   Jeu 16 Mar 2017 - 0:10
Musée d'Art Nouveau de Palema:
 

Iris Khan se tenait là, droite comme un I, à fixer ce qui ressemblait bien à une toile de trois mètre sur trois couvertes en tout et pour tout d'un unique aplat de couleur bleu dont l’intérêt, s'il pouvait semblait tout relatif pour le commun des mortels, semblait pour ainsi dire la passionner au même titre qu'il passionnait quelques étudiants en art qui passaient par là et un couple de personnes âgées et avait passionné lors de sa création des génération d'artistes et de critiques d'art. Les joies du contexte historique...

Notre ex-mercenaire se trouvait au troisième étage de l'aile Est du M.A.N. Lorsqu'elle avait aperçue le bâtiment pour la première fois, lors de son passage dans le quartier, il lui avait immédiatement tapé dans l'oeil, lui rappelant un peu les maquettes architecturales des projets qu'entretenait Hitler et son architecte, Albert Speer, pour leur hypothétique et fort heureusement jamais construite "Welthauptstadt Germania". Finalement, en se renseignant un peu à son sujet, Iris Khan s'était rendue compte avec une certaine joie que la structure était visitable et qu'on y trouvait en plus de l'art moderne.

Elle adorait l'art moderne.

L'art représentatif classique était une chose. Esthétiquement, il était beau et le niveau de détail était toujours passionnant. L'art dit moderne, cependant, avait une portée critique et historique assez folle. Du futurisme, qui voyait en l'industrie et la machine le future humain et avait finit par entretenir une relation étroite avec le fascisme au dadaïsme, qui après que l'humanité ait connu sa première "Grande Guerre", s'était dressé contre le monde de la raison, pourquoi garder la raison après tout si elle amène à tant d'horreur ? Chaque style, chaque micro-mouvement apportait son lot d'histoire, d'idée, de message hautement philosophique et politique.

En bref, pour elle qui entretenait un intérêt certain pour la beauté esthétique voir inesthétique, les formes, les couleurs et l'histoire, l'art moderne était plus qu'un plaisir coupable.

C'était une sainte passion.

Et c'était pour ça qu'elle visitait le bâtiment en ce jour. D'autant plus que la visite était libre. Iris Khan n'avait pas prit la peine de se renseigner pour savoir si c'était le cas tout les jours, seulement lors de certaines dates où pour une occasion unique, mais elle en avait profité.

Bah quoi. On peut être à la fois plein aux as et pingre. Souvent ça a de paire, même.

Bref. Du coup, de fils en aiguille, elle avait pénétrée l'aile des expositions temporaire, et s'était heurtée à celle occupée par des œuvres appartenant aux genres dits du "Nouveau Réalisme" et du "Pop-art". Les grands critiques plastiques de l'économie capitaliste et de la consommation auto-alimentée. Et là, c'est le drame : L'exposition, outre les formes intéressant qu'elle offre à observer, ramène notre mercenaire à sa première rencontre avec les Bleus de Klein dans un livre, lors d'une opération au sud-Soudan, et elle se perd dans ses pensées.

Devant l'un des fameux Bleu de Klein.

En d'autre-terme elle n'était pas particulièrement passionnée par l’aplat de couleur. Dans les fait elle trouvait les sculptures, les compressions et les collages bien plus intéressant, même si en règle général elle trouvait le Nouveau Réalisme déjà un peu trop aride pour son sens esthétique tout de même un peu douillet. De l'art moderne, d'accord, mais tout de même un peu joli, hein, bon. Et puis même, elle était aussi du genre à simplement flâner sans s'arrêter, sinon occasionnellement, devant une œuvre trop longtemps. C'était presque la première fois qu'elle visitait une exposition et si elle avait frôlée de peu le syndrome de stendhal face à l’accumulation d’œuvre et la possibilité de les dévorer des yeux selon sa convenance, elle s'était calmée, juste histoire de ne pas passer pour une sorte de sale malade, et s'était rapidement rendue compte que pour une raison ou une autre elle préférait simplement profiter de l'ambiance feutrée du musée, plutôt que de l'intégralité de son contenu.

Enfin.

Toujours était-il qu'elle fixait avec insistance le Bleu, et ne semblait pas en démordre.
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 215
Wishes : 56

avatar
N-Choisi
MessageSujet: Re: [M.A.N de Palema] ADHA et Syndrome de Stendhal   Jeu 16 Mar 2017 - 18:34

Perdu.

C'était à se demander s'il ne le faisait pas exprès. C'était tellement récurrent chez lui que cela en devenait risible. Ses troubles de l'attention n'allaient pas en s'arrangeant, bien au contraire. Comme un running gag, Edward se retrouvait une fois encore à chercher son chemin au milieu d'une foule de gens indifférents à ses soucis. Aujourd'hui, la situation était encore plus pathétique, et pour cause ; le garçon aux cheveux platines avait réussi le tour de force de perdre la trace de tout un groupe. Un groupe. Plus d'une quinzaine de personnes, qu'il avait perdu de vue on ne sait trop comment. Comme si c'était possible.

Le groupe en question était celui avec lequel il avait entamé sa visite du Musée d'Art Nouveau un peu plus tôt dans l'après-midi. En ce jour, le bâtiment avait ouvert ses portes de manière gratuite aux visiteurs et Edward en avait profité pour s'inscrire à une visite guidée. Idée que l'on devine excellente lorsque l'on connaît la capacité de concentration du garçon. Mais celui-ci était probablement le seul à ne pas comprendre les implications de sa maladie -ou alors il cherchait à lutter et s'améliorer. Toujours était-il qu'il s'était donné la périlleuse mission de suivre un guide pendant toute la durée de la visite, dans un environnement aussi propice à la distraction que pouvait l'être un musée.

L'adolescent n'était pas un fanatique inconditionnel d'art de manière générale, mais il était tout de même capable de l'apprécier. Il avait cependant la particularité d'être extrêmement cartésien dans sa critique. C'était une chose compréhensible venant de quelqu'un atteint d'un trouble obsessionnel lié à l'harmonie. A ses yeux, une œuvre pouvait être équilibrée, harmonieuse, ou pas. L'Art Nouveau avait le défaut de se baser sur des lignes courbes, ce qui avait tendance à limiter la symétrie de ses œuvres et ainsi augmenter les risques de disharmonie qui était si disgracieuse aux yeux du blondin.

Loin de ces considérations artistiques de bas étage, Edward était à ce moment précis en train d'essayer de retrouver le groupe auquel il avait involontairement faussé compagnie quelques minutes plus tôt, trop occupé qu'il était à faire sauter son regard de jade de tableau en tableau, n'écoutant pas le moindre mot de ce que leur disait leur guide. Ses yeux voguaient d'issue en issue, cherchant l'attroupement de gens auquel il appartenait. Au bout d'un certain temps, le garçon fut bien obligé de se rendre à l'évidence : ils avaient quitté cette salle d'exposition pour continuer la visite. Il n'avait donc pas pas d'autre choix que de partir à la recherche d'une aide providentielle qui lui permettrait de retrouver son chemin. Après un rapide coup d’œil aux alentours, le blondin jeta son dévolu sur une jeune demoiselle esseulée, en train de contempler un tableau entièrement bleu. Il s'approcha doucement et l'interpella, d'une voix qui faisait parfaitement écho à son air gêné.

-Euh... Excusez-moi... Vous n'auriez pas vu un groupe d'une quinzaine de personnes passer par hasard ? Ils suivent un guide et portent tous des casques comme celui-là.

Tout en parlant, Edward désigna le casque audio qu'il portait autour du cou, utilisé pour transmettre les paroles des guides lors des visites. Se rendait-il seulement compte de l'aspect ridicule de sa requête ? Qui, au monde, était capable de perdre un groupe aussi grand ?


Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 41
Wishes : 28

avatar
Humain
MessageSujet: Re: [M.A.N de Palema] ADHA et Syndrome de Stendhal   Lun 27 Mar 2017 - 18:57
Iris Khan quitta sa réflexion profonde et refit surface avec la vitesse et la brutalité d'une bouteille de gaz lâchée en haut profonde. Ce qui en son fort intérieur se caractérisa par une brusque interruption de ses réflexion et une certaine forme de surprise, celle d'être dans un musé d'art moderne et contemporain américain, par une belle journée de l'an de grâce deux-mille et des poussières, et non quelque-part dans un pays en guerre civile, à avaler un ramassis huileux de gruaux odorant sous une tente de toile verte, ignorant les moustiques qu'attiraient sa peau pâle, le grésillement insupportable de leurs ailes contre ses oreilles, les nombreux boutons qu'avaient laissés leurs prédécesseurs, et lisant avec une attention toute particulière un livre complexe racontant en détail la vie d'un quelconque Jackson Pollock

Pour un observateur extérieur, l'ex-mercenaire se contenta de cligner de yeux avant de les écarquiller, comme ils étaient déjà grand l'effet était saisissant, et de se passer une main sur le front, comme si elle avait soudainement mal au crâne.

"Je... Pardon ?"

Elle se retourna dans un geste presque théâtrale et inclina un peu la tête sur le côté, jaugeant sans en avoir l'air celui qui lui faisait face. C'était une femme très froide mais très belle, notamment grâce au caractère surprenamment profond et perçant de son regard.

Le regard du jeune homme qui lui faisait face aussi était particulier, et c'est sans doute ce qui expliqua le court instant de silence qui précéda le moment ou Iris reprit la parole pour répondre à Edward. Dans les faits, elle se contentait de le regarder. Un peu plus petit qu'elle, blond, regard étrange bien inconstant. Il devait avoir... Seize ? Quinze ans peut-être ? En cas d'attaque il ne représenterait aucun danger, d'autant plus qu'il n'avait aucune musculature.
Balayant la dernière remarque, parfaitement superflue, de ses pensés, Iris Khan tâcha d'apporter un peu d'humanité à l'expression proprement glaciale qu'elle affichait présentement.

"Un groupe... D'une quinzaine de personne ?..."

Plusieurs réponses vinrent toquer à la porte de ses lèvres.
Il est important de préciser qu'aucune d'entre-elle n'était aimable, de quelque manière que ce soit.

Déjà, comment pouvait-on perdre un groupe de quinze personne ? Ensuite, il avait bien remarqué qu'elle était en pleine réflexion, pourquoi l'avoir interrogé elle plutôt qu'un individu plus... Ouvert au monde extérieur, et donc susceptible de ne pas avoir manqué un putain de groupe de quinze personnes.

Enfin, comment elle, Iris Khan Delsarte, ancienne mercenaire, avait put manquer un groupe de quinze personne. Était-il seulement passé par ici ? Si oui, s'agissait-il d'un groupe de quinze commandos des force spécial  ayant dédiés dix années de leur vie à la mise en place de tactique de déplacement discrète ? Si non, pourquoi est-ce que ce jeune homme venait chercher son groupe de QUINZE. PERSONNE. dans cette aile du musée ?

Tant de question.

Elle décida arbitrairement de n'en poser aucune.

Un sourire amical fit une discrète apparition sur les lèvres de la mercenaire alors que cette dernière faisait de son mieux pour ne pas exprimer le vif sentiment de rejet instinctif que générait chez son esprit froid et ordonné tout ce chaos de questionnement. Elle décroisa les bras et haussa un peu les épaules, faisant la moue.

"Non, je n'ai vue aucun groupe. Vraiment désolée."

Et elle aurait put s'arrêter là, mais une sorte d'instinct, l'exact contraire du bon-sens, aurait-elle dit, une certaine forme de bonté pure, ou alors peut-être une forme très précise de folie masochiste, la poussa à aider l'individu.

"C'est un groupe scolaire ? Ou bien vous êtes venu avec votre famille ?"

Elle lança un bref regard à la ronde et, réalisant qu'elle n'était pas dans la partie du musée traitant des œuvres qu'elle trouvait les plus esthétiques, elle contint un commentaire dont la simplicité et la franchise aurait été, selon-elle, tout à fait hors de propos. Un commentaire type "T'ain mais c'est super laid comme coin."
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 215
Wishes : 56

avatar
N-Choisi
MessageSujet: Re: [M.A.N de Palema] ADHA et Syndrome de Stendhal   Ven 31 Mar 2017 - 0:36
La demoiselle qu'Edward venait d'interrompre dans ses pérégrinations artistiques ne tarda pas à se retourner, les yeux écarquillés, visiblement surprise de se faire interpeller de la sorte par un type sorti de nulle part. Si sa réaction était parfaitement normale au vu de la situation, le garçon n'y prêta absolument pas attention, complètement indifférent au fait de l'avoir dérangée d'une manière aussi cavalière, trop absorbé qu'il était à chercher son groupe parmi la foule qui avait profité des portes ouvertes du musée pour venir prétendre s'intéresser à la culture. Mais si Edward ne voyait aucun problème à l'importuner de la sorte, la suite de la réaction d'Iris Khan eut l'effet d'une douche froide sur l'étudiant. Le ton perçant qu'elle prit pour lui répondre et le regard glacial avec lequel elle le toisa l'arrêtèrent net dans son élan, comme s'il s'était pris un mur, et son corps se raidit alors que ses yeux s'écarquillèrent à leur tour. L'ampleur quasi théâtrale de son mouvement de rotation lui fit même avoir un geste de recul sous l'impulsion de la surprise.

Alors que la demoiselle aux cheveux noirs de jais s'appliquait à lui répondre, tentant non sans mal d'exprimer sa consternation sans être grossière, Edward avait déjà décroché. Il fallait dire que l'entrée en matière d'Iris Khan ne l'avait pas aidé à rester concentré, le choc qu'il avait ressenti de manière tout à fait disproportionnée l'avait momentanément déconnecté de la réalité et il ne reprit pied que lorsque son regard croisa celui de la jeune femme, provoquant ainsi un nouveau choc dans l'esprit du blondin. Ses pupilles étaient d'une couleur si simple, si pure, et pourtant si inhabituelle que ce dernier ne parvint pas à s'en détacher. Son regard d'ébène était si profond qu'il l'avait rendu incapable de détourner les yeux, comme hypnotisé. La voix d'Iris Khan lui paraissait lointaine, comme un écho ou un souvenir. En réalité, il s'était déroulé à peine une petite seconde depuis qu'Edward l'avait abordée, pourtant le garçon avait déjà ressenti un tourbillon d'émotions toutes plus intenses les unes que les autres. Il était évident qu'il était en train de sur-réagir, ce qui était un trait assez récurrent chez lui à cause notamment de son inexpérience sociale.

La demoiselle finit par lui poser une question, prise de pitié pour cet adolescent perdu au beau milieu d'un musée, et il fallut une bonne seconde à ce dernier pour réaliser qu'elle attendait une réponse de sa part. Son cœur battait la chamade et il se sentait stressé sans aucune raison, aussi il ne parvint qu'à bafouiller un ersatz de phrase qui resta à moitié coincé dans sa gorge, résultant ainsi en une sorte de gargouillis inintelligible qu'il regretta aussitôt. Secouant la tête pour se remettre les idées en place, Edward s'éclaircit la voix avant de reprendre, d'un ton un peu plus assuré cette fois-ci.

-Vous avez déjà vu une famille de quinze personnes vous ? Répondit-il en souriant doucement. Non, ce sont des touristes comme moi, je ne les connais pas.

Car oui, non, définitivement une famille de quinze personnes était une chose impensable. Contrairement à perdre de vue un groupe de la même taille. Même s'il semblait retrouver un semblant de contenance, le blondin peinait à détacher son regard de celui de son interlocutrice. Il en fallait vraiment peu pour perturber un esprit aussi faible que le sien.

-On était en train de regarde ce tableau de... Steinlen, je crois. Et puis... Pouf ! Ils ont disparu.


Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 41
Wishes : 28

avatar
Humain
MessageSujet: Re: [M.A.N de Palema] ADHA et Syndrome de Stendhal   Mar 11 Juil 2017 - 16:59
"T'ain mais en plus il me prend pour une conne, non mais je rêve...

...

Ceci dit, il n'a pas tord. Une famille de quinze personne..."

Elle cligna des yeux. Elle avait passée la majorité de son temps en Afrique subsaharienne et au Magreb, dans certains endroits de ces régions, le terme famille regroupait aussi la famille dite éloignée. Sa remarque avait du sens, et ce n'était pas parce que ce petit con était un ignorant complet que...

...

Ouais, non, elle avait juste dit une connerie.

Iris prit la décision arbitraire de ne plus y penser pour se concentrer sur le vrai problème, celui qui justifiait manifestement que l'on vienne l'emmerder par une si belle journée.


"Ah. Ils ont disparu."

C'était enquiquinant. Retrouver des personnes dans des lieux publiques n'avait jamais été son fort, et en matière de lieu publique, le M.A.N se posait là : Il était vaste et globalement surpeuplé. Cependant, le gamin avait réussit à lui donner une information importante : Il regardait des œuvres de Steinlen. Cet homme faisait... De l'art nouveau, c'est ça, et l'Art Nouveau était entreposé dans une autre section du musée. Ainsi, si on  essayait d'estimer la trajectoire possible du groupe, et en admettant que quinze personnes venus observer des œuvres avançaient plus lentement que deux individus ne s'arrêtant pas à chaque toile, il y avait fort à parier qu'il était tout à fait envisageable de les retrouver facilement.

La jeune femme se mit en marche.


"Tu parles de ces touristes comme si tu ne les connaissais pas. Qu'est-ce que tu faisais avec eux ?"
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 215
Wishes : 56

avatar
N-Choisi
MessageSujet: Re: [M.A.N de Palema] ADHA et Syndrome de Stendhal   Mer 9 Aoû 2017 - 13:35
Contrairement à ce qu'on aurait pu s'imaginer, la demoiselle ne tourna pas instantanément le dos à Edward pour l'ignorer radicalement et définitivement. Au contraire, même si elle semblait particulièrement agacée par son intervention, elle prit le temps de l'écouter lui exposer son problème et lui raconter ses aventures désastreuses dans l'enceinte du musée. La jeune femme sembla même réfléchir pendant un instant à un moyen de l'aider. Le garçon resta pendant ce temps là avec son attitude dénuée de toute forme de charisme, la regardant simplement de son regard de jade presque éteint.

-Ouais. Ils ont disparu.

Cette réponse, paradoxalement aussi simple qu'invraisemblable, ne semblait pas choquer outre mesure notre blondin qui n'y voyait rien de gênant. Il aurait pu chercher un peu plus loin que ça, se renseigner sur une direction qu'aurait potentiellement pris son groupe pour poursuivre la visite. Mais non. « Ils ont disparu » semblait être une réponse tout à fait satisfaisante à ses yeux.

Visiblement prise d'une idée quant à la position dudit groupe, la demoiselle aux cheveux noirs de jais se mit à marcher en direction d'une des sorties de la salle. Pendant un instant, Edward resta planté là, la regardant s'éloigner en se demandant si elle s'attendait à ce qu'il la suive ou si, de guerre lasse, elle l'abandonnait à son triste sort. Il finit par lui emboîter le pas lorsqu'elle s'adressa à nouveau à lui, convaincu que cela ne pouvait se produire que dans le cas de la première hypothèse. Il haussa les épaules à l'écoute de la question.

-Je me suis inscrit à une visite guidée. Un peu au hasard j'avoue. Ma famille n'est pas vraiment portée sur l'art donc je suis venu tout seul. Voilà pourquoi je les connais pas.

Ils atteignirent rapidement une seconde salle.

-Et vous, vou...

Edward interrompit sa phrase et son pas en plein vol. Son regard s'était braqué sur l'un des tableaux de la salle dans laquelle ils étaient désormais qui semblait avoir capté l'intégralité de son attention. La toile était composée d'un ensemble de formes géométriques plutôt abstraites mais d'une symétrie parfaite que son œil expert -en symétrie, pas en art- avait aisément détectée et qui l'avait fait vriller. Le blondin semblait avoir complètement oublié la présence d'Iris et paraissait incapable de détacher son regard de l’œuvre.


Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [M.A.N de Palema] ADHA et Syndrome de Stendhal   
 [M.A.N de Palema] ADHA et Syndrome de Stendhal
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le syndrome du vilain petit canard
» Alien syndrome
» SHPA : Syndrome de l'Hésitation du Prochain Achat
» Jeu Défis 2011 Saison II Alien Syndrome (1)
» Le syndrome de la blague qui tue...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fate of Wishes :: Palema :: Quartier Est-