Un mystérieux petit animal croise votre route : Je souhaite que tu passes un contrat avec moi. En échange, j'exaucerais n'importe lequel de tes voeux.
 

Partagez | 
 [Planque de Howard] Gamin, ou ennemi ?

Messages : 1058
Wishes : 106

avatar
S-Commandant
MessageSujet: [Planque de Howard] Gamin, ou ennemi ?   Mar 25 Avr 2017 - 17:03
Planque de Howard
Un appartement d'un bon standard pour le bâtiment, loué sous un faux nom par Howard. Il se trouve au dernier étage et est relativement propre de poussières, quoiqu'avec quelques emballages de paquets de gâteaux sur le sol. Le salon possède une télévision posée sur un meuble rempli de DVD des Power Rangers, agrémenté d'un pouf sur le sol et des coussins pour s'allonger un peu. Il y a aussi un lit pour y dormir, et le reste de l'appartement se compose d'une cuisine remplie complètement de nourriture en tout genre, accompagnée d'une salle de bain à l'opposé.


Le regard presque bercé par la flamme de mon Zippo, la première taffe que je tire est anormalement longue, preuve de mon anxiété. Pourquoi est-ce que je fais ça, bon sang ? Ça n’a de logique d’un tiers du quart de sa raison, et je pourrais me faire excommunié par les miens dès lors que quelqu’un l’apprendra. Mais, personne ne peut le découvrir, pas vrai ? Enfermé là-haut, il ne peut parler à personne ; et dans le pire des cas, tout Nephil que sera celui qui le saurait par mégarde, je ne vois pas ce qu’il pourrait faire pour me nuire. Parce qu’il est toujours vivant le gamin, hein ? Même pas blessé, même pas traumatisé, même pas interrogé – simplement, dans une pièce accueillante en train de regarder une série. J’ai même poussé le vice jusqu’à lui mettre des réserves de bouffe, bordel. Alors, pourquoi on m’en voudrait ? Et même si des Seraphs étaient au courant, qu’ais-je à me reprocher ? Je peux toujours prétendre l’avoir enlevé pour tendre un piège, tiens.
Et si l’on me demande de prouver mes dires, je tuerai Luna. Ça ne sera pas la plus déméritée des morts, ça, non.

Lorsque le dernier crépitement de ma clope résonne dans cette soirée bercée par la pluie torrentielle, je reste immobile, cherchant presque à créer un silence de mon absence de mouvement. Mais, ça ne marche pas comme ça. Après un soupir, je gravis à nouveau les marches de l’immeuble et pénètre dans l’appartement du délit, mon haleine camouflée par un chewing-gum à la menthe, donc j’avance le paquet vers l’enfant.

« - T’en veux un, Tommy ? »

La tignasse fronce un sourcil, presque surprise d’entendre une voix ; puis, je vois son regard s’illuminer quand il me remarque. Toujours poli, il ouvre sa bouche pour me montrer les gâteaux qu’il engloutit déjà, avant de retourner à sa contemplation du nouveau générique de ses héros.
Si j’avais le droit à un second vœu, j’aimerais à nouveau avoir son âge.  Récupérer une innocence comme la sienne, pouvoir oublier que des gens viennent de massacrer ma famille il n’y a pas si longtemps. Sauf que c’est trop tard – un jour je suis devenu adulte, et plus rien n’est réversible.

« - Dis-moi, ça évoque quoi, Nephil, pour toi ? »

Je sais que je ne devrais pas poser la question, car à l’instant où mes mots tombent, j’y perds aussi mon immunités face aux barbares qui sont les siens. Pourtant, il faut que je sache, voir jusqu’à quel point son enfoirée de sœur a été capable de l’embrigader dans cette affaire. Plus simplement, je veux savoir si la personne qui se tient devant moi est un ennemi, ou un marmot.
Après un long instant d’hésitation, je vois que le petit brun attrape la télécommande et met sur pause la vidéo, conscient que la conversation allait durer plus qu’une réplique.

« - Ben, j’crois que l’nom de ceux qui ont vu monsieur Bey. »

C’est pas faux. Non, en fait, c’est tout à fait juste. Je tique légèrement sur l’appellation de la bête ; mais après tout, pourquoi pas ? Je reste un peu muet, prenant deux bouteilles d’Ice Tea dans le frigo pour en proposer une à Tommy, cherchant un siège pour continuer la discussion plus tranquillement.

« - Et tu connais la différence avec les Seraphs ? »


Voilà, on y vient. Il se gratte la tête pour faciliter la réflexion – du moins, j’imagine. Ou alors, simplement parce qu’il avait envie de faire, ça se tient tout autant.

« - Bah, euh, ils en ont vu un autre, j’crois. Mais les grands disent plein de trucs sur eux … J’crois qu’ils les aiment pas. »


Tu m’étonnes. Si t’avais dix ans de plus, j’aurais validé ta phrase par un flot d’injures et de vulgarités sans nom, mais reste que j’ai quand même du respect pour ton éducation. Tant est que personne ne tente de t’arracher à ta vie tranquille de gosse pour faire de toi une machine de guerre en puissance.

« - Et toi, tu ne les aimes pas non plus ? »

J’ai peur de sa réponse. Terriblement, profondément, infiniment peur. Ma respiration se coupe mécaniquement, accentuant mon attente anxieuse.

« - Ben, j’sais pas. Ils tuent des monstres aussi, et même si les grands ont un peu peur d’eux, ils sont pas moches. Ça c’est important pour être méchant, tu vois ? Donc j’pense pas qu’ils soient méchants, c’est juste un peu comme … Comme les gens de ma classe avec qui j’parle pas, tu vois ? Ce sont pas mes copains, mais voilà, pas mes ennemis non plus. T’vois ? Et si tu penses qu’ils sont pas gentils, t’es bêtes. Ils sont bêtes les grands. »


Le … Le raisonnement se tient, je crois. A peu près. Mais ça veut au moins dire qu’il ne comprend pas le principe de la guerre ; et j’imagine aussi qu’il ne se doute pas que des gens meurent à cause de tout ça. La voici l’innocence dont je parlais, celle d’être capable d’ériger une barrière involontaire entre la vérité pourpre et l’imaginaire arc-en-ciel. Je l’envie cet enfant, sincèrement.
J’esquisse un sourire, puis mon téléphone sonne. Un message court, brut, de Lenna, qui m’ôte brutalement toute mine réconfortée.

[J’en ai trouvé un. E]

Merde. Faut que je me bouge, sinon ça pourrait sévèrement mal tourner. Je range rapidement mon appareil dans une poche aléatoire, et viens offrir une étreinte à Tommy, signe de mon départ. Je lui indique à nouveau l’emplacement de tous les endroits importants de la baraque, puis m’avance vers la porte, ne me retournant qu’une dernière fois pour le saluer.

« - A plus Tommy. T’en fais pas, j’ai vu avec Luna, ses amis passeront te chercher quand ils auront fini ce qu’ils ont à faire. Mais n’oublies pas : ne sors pas d’ici avant qu’ils arrivent, hein, sinon tu feras du mouron à ta sœur. »

Et là-dessus, je m’en vais, fermant complètement les trois verrous. Rapidement, je descends les escaliers jusqu’à atterrir une nouvelle fois dans la rue déserte de ce coin perdu du quartier sud,  m’appuyant contre le béton pour reprendre mon souffle.
Putain, je viens vraiment de faire ça ? De lui mentir, encore. Personne n’est censé venir le chercher, jamais. Peut-être que je repasserai un jour m’assurer qu’il ait assez de nourriture, peut-être que non. Ce que je fais n’a aucun sens. Je veux l’enfermer, l’affamer, le tuer ? Je ne sais pas. Mais … Ça se pourrait que je veuille tout simplement blesser mon ex en faisant ça. J’en sais rien. Oh, fait chier.

Alors, lentement, je rejoins ma voiture pour traverser la ville, en quête d’un indice plus précis sur la position de ma collègue. Même paumé dans mes choix, c’est hors de question de laisser un des miens crever.


Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 381
Wishes : 8

avatar
N-Choisi
MessageSujet: Re: [Planque de Howard] Gamin, ou ennemi ?   Mer 10 Mai 2017 - 6:41
Gamin, ou ennemi ?
Chloe Wilson &
Luna Nightingale, Tommy Brun, John Fallen, Howard Evans
    Le chat noir disparaissait, dans un coin de la salle. Mais c'était actuellement le cadet de mes soucis, aussi étrange que ça aurait du me paraitre, de passer ce pas, faire ce voeu un peu forcé, devenir une sorte de non-humaine, quelque chose au-dessus, avec son lot de devoirs et son rôle à jouer, ses risques et ses combats. Tout ça, c'était à côté, je pouvais déjà laisser Bey dans un coin de ma tête, et le vœu formulé me donnait exactement ce dont j'avais besoin. Je savais où était mon fils, et ce serait amplement suffisant.
  On l'a kidnappé. On a osé toucher à lui, et ça, c'est hors de question que ça puisse passer sans rien. Hors de question que cette fois, je me fis uniquement à Luna, John et leurs fameux 'camarades' Nephils. Cette fois, c'est moi qui m'y colle. Je suis sa mère bordel, et il est tout simplement fini, le temps où je pouvais juste laisser couler, être la gentille mère humaine. Maintenant, il était temps de me mêler de tout ça, et de m'assurer moi-même de la sécurité de ma chair.
  Non pas que je dénigre Luna ou John, je leur fais confiance toujours autant. Peut-être même encore un peu plus, par obligation. Parce qu'une fois Tommy retrouvé, je vais avoir de nouvelles questions à poser sur ce Monde 'contractant', et je vais sûrement avoir besoin de temps pour m'y adapter pleinement. Temps qui me fera peut-être à nouveau fermer l'oeil sur mon garçon par moment, parce que même en étant mère, on ne peut pas avoir toujours la surveillance absolue. Et ce alors même qu'on aimerait bien que ce soit le cas.

    Je me dirigeais déjà vers la sortie. Je sais bien que Luna me suivra, John aussi, et je sais bien qu'ils préfèreraient que je leur dise où se trouve l'endroit, pour y aller eux-mêmes avec leurs pouvoirs, leurs forces et leurs connaissances. Mais c'est ma voiture. Et, attrapant les clés sur le meuble au passage, j'attends qu'ils sortent rapidement, pour refermer derrière, activant la marche jusqu'au véhicule, parlant sur le chemin.

J'ai l'adresse dans ma tête, j'imagine que c'est l'effet de mon vœu. Vous pouvez m'en dire un peu plus ? Est-ce qu'on risque d'avoir des ennuis avec un.. Seraph c'est ça ?

    Me semble bien que c'est le terme employé pour l'autre camp. J'entrais énergiquement à la place conducteur, la clé enfilée dans le démarreur à la vitesse éclair, et le moteur ronronnait rapidement. Pas une grand voiture de sport, mais elle tenait. Pour le travail, pour les trajets en tout genre.
  Une fois les deux nounous en place, je pouvais réellement démarrer, me dirigeant donc là où ma tête était déjà persuadée de trouver mon fils. Quartier Sud... Qui emmènerait un enfant là-bas ? Vraiment ? J'y suis déjà passée, j'y ai travaillé, en quelque sortes. En des temps plus sombres diront nous. Et je sais que pour rien au monde je n'aurais laissé Tommy y mettre les pieds volontairement. Je ne dis pas que toutes les raisons d'y aller sont évitables, mais on peut limiter le nombre de passage, au fond.

    Dire qu'il y a peu je m'inquiétais de rien, ou presque. Et qu'en un éclair, Luna était arrivée, John l'accompagnant, pour m'expliquer la disparition de Tommy, et le kidnapping. Oh, oui. Bien sûr qu'on s'imaginait déjà la pauvre femme que je suis en larmes. Mais dans l'immédiat, il y a quelque chose qu'on appelle l'adrénaline, qui coule dans mon corps avec une production survoltée.
  Ça fait son effet, de voler au secours de ce qui compte le plus pour nous. Au fin fond de notre cœur humain. Et tout comme je ne doute pas de tenir jusqu'au bout, je ne doute pas non plus que lorsque l'adrénaline retombera, il y aura la scène qu'on attend d'une situation pareil. Mon petit est en danger, un grand visiblement, puisqu'il m'a forcé à passer ce pacte avec le chat noir.
  Alors je file, les limitations de vitesse me passant un peu au-dessus, prenant les routes les plus rapides dans ma tête pour atteindre ma destination. Et celui qui a osé faire ça, si il n'est pas là, il aura intérêt à bien se cacher, dès que Tommy sera de nouveau en sécurité.

Il sera au dernier étage de l'adresse où je nous emmène.

    Autant prévenir, par sécurité. Je ne sais pas si je serais capable de suivre le rythme, je ne connais qu'à peine leurs capacités de 'contractants', j'imagine très mal ce que ça leur accorde. Alors si leur donner l'information peut leur permettre de prendre de l'avance, et augmente les chances de réussir à retrouver Tommy, je peux bien le faire maintenant que nous sommes en route.
  Le pied sur l'accélérateur, je n'ai jamais l'impression d'aller assez vite. Est-ce que seulement c'est possible ? Quand on est plus inquiète qu'on ne l'a jamais été au cours de sa vie. Alors même que le passé nous avait déjà fait penser ça plusieurs fois.


Souvenir ~:
 
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1813
Wishes : 60

avatar
N-Accompli
MessageSujet: Re: [Planque de Howard] Gamin, ou ennemi ?   Dim 14 Mai 2017 - 1:28
Une fois bey disparu sans autre forme de procès. J'ai un moment de stase. Mon corps reste la. Etrangement paralysée. Je culpabilise d'avoir entrainé cette humaine dans cette histoire. Mais soit. Elle est au courant de tout au moins. Elle a même voulu faire ce voeu avant même que je ne lui propose cette option. Alors oui. Ca me parait presque être une situation plus équitable.

Je me contente de suivre nerveusement Chloée dans la voiture. Les portes claquent sèchement de concerts et le moteur démarre en trombe l'instant d'après. Par reflexe humain. Je me permets de mettre ma ceinture de sécurité. Parce que j'ai beau être contractante. Je me vois mal faire un calin a la vitre, genre là maintenant tout de suite. Surtout que notre chauffeur roule vraiment vite.

≪J'ai l'adresse dans ma tête, j'imagine que c'est l'effet de mon vœu. Vous pouvez m'en dire un peu plus ? Est-ce qu'on risque d'avoir des ennuis avec un.. Seraph c'est ça ?≫

Je grimace. Dans quel état sera Tommy surtout. Bey ne nous a pas livré l'adresse de son cadavre ? J'espere. Voir son fils mort. Même s'il revient a la vie dans la journée. C'est quelque chose de particulièrement puissant comme souvenir... J'aimerai lui épargner ce genre de chose. Au moins le jour de son contrat.

- Peut être. Sûrement même. Mais John botte des culs par paquet de 12 et moi par paquet de 6. Qui qu'ils soient. Quoi qu'ils puissent faire. On va se les faire s'il ont pas eu la bonne idée de dégager.
Et puis. Quelque soit l'état dans lequel il est. Rien


Je regard le paysage défiler a toute allure. Reconnaissant nerveusement le quartier sud. Mon inquiétude grandi. Est ce que c'est un humain qui l'a kidnappé ? Un Seraph ? Dans quel état se trouve il ? Est ce qu'on l'a torturé ?  Je jure. Si jamais ce quelqu'un s'en ait pris a Tommy. Je lui arracherai un à un chaque membres de son corps comme une fourmie qu'un enfant s'amuse a torturer. Et puis je demanderai à Rekor de les faire repousser a coup de potion dans une douleur indescriptible. Et puis je recommencerai. Autant de fois pour calmer mon dégout. Et peut être qu'apres ca, seulement. Je pourrais accorder a ce dégénéré la grâce de mourir.
Mais une parole me tire de mes pensées :

≪Il sera au dernier étage de l'adresse où je nous emmène.≫

J’opine vigoureusement du chef avant de simplement me tourner vers mon frère pour mettre en place un simili plan d'action.

* John. Une téléportation à leur fenêtre et on les prend par surprise ? On préserve Chloe du combat. *

Ce n'est pas une question la dernière phrase. Ca sonne même plutôt comme un ordre. En pensée d'ailleurs, simplement parce que cette mère ne risque pas d’apprécier que l'on évince sa personne de ce plan. Surtout qu'il est question de Tommy.


Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1829
Wishes : 17

avatar
N-Protecteur
MessageSujet: Re: [Planque de Howard] Gamin, ou ennemi ?   Lun 15 Mai 2017 - 16:12
Le cul sur un siège, les yeux qui sondent méticuleusement le chemin que l’on emprunte, je surprends un léger tremblement le long de mes mains. Parce qu’en fait, j’ai peur. J’ai peur que Tommy soit là-bas, trop proche de ça, inaccessible par moi. Car si c’est le cas, je sais qu’il n’y a aucune chance que mon frère soit encore vivant.
Mais cette crainte, je ne peux pas la leur la communiquer. Elles ne la comprendraient pas, elle ne l’entendraient pas ; simplement, ça les paniquerait sans qu’elles puissent en approcher la raison.

La voiture s’enfonce, s’en rapproche, puis s’en éloigne. A mesure des virages, je sens qu’un soulagement me gagne, celui de l’espoir de la survie de Tommy. Alors, brutalement, je reprends le sens des réalités et raccroche la discussion. C’est vrai que je suis trop silencieux depuis qu’on est arrivé dans cette caisse, depuis que Chloe a passé son Contrat ; moi qui suis censé être le plus expérimenté, je me suis effacé dès lors que j’ai deviné la route à emprunter, laissant à Luna la charge toute entière d’accompagner la mère de mon propre cadet. Putain, faut vraiment que j’apprenne à regarder ce truc en face sans déglutir, ça commence à devenir grave.

« - Exact. Et bientôt, tu vas commencer à développer des pouvoirs en rapport avec ton souhait … Mais on verra ces trucs-là plus tard, y a plus important sur l’instant. Reste que, ouais, on aura affaire à un Seraph. Sauf qu’il n’aura pas le temps de lui faire du mal. »

Cet enfoiré veut nous atteindre nous, à travers lui. Sinon, quel intérêt de l’enlever ? Et la thèse de l’humain peut s’écarter bien vite, étant donné que le petit se serait déjà évadé sinon. Ouais. Donc, aucune chance qu’il ait été tué entre temps, sinon je ne vois pas ce que ce connard chercherait.

John. Une téléportation à leur fenêtre et on les prend par surprise ? On préserve Chloe du combat.

Ça me va. Si jamais le gaillard est solide, ça me ferait chier de mettre en danger une nouvelle impliquée, toute impliquée qu’elle soit. D’un hochement de tête discret, j’acquiesce la proposition de ma sœur, avant de revenir à mon observation de l’en-dehors.
On ralentit. Ce qui veut dire qu’on n’est plus très loin de l’endroit. Kekkai ? J’sais pas si c’est une bonne idée. Ça pourrait prévenir l’enculé de notre arrivée, et amener à perdre le véhicule par inattention. Donc, on oublie ; surtout qu’à force d’entraînement, je dois m’avouer assez prompte dans les sauts successifs.
Finalement, les roues s’arrêtent. Je serre doucement le bras de ma jumelle, lui glissant d’un ton sérieux quelques consignes évidentes.

« - Quand tu seras en l’air, déplie les jambes immédiatement. Je nous transporte quand j’aurai dit Chloe. Donc, on revient, tout se passera bien, Chloe. »

Aussitôt, ma capacité s’active et nous voilà au-dessus du vide, tel des marcheurs cauchemars de Newton ; puis, aussitôt mes genoux tendus, j’use encore de ma capacité pour passer à travers la fenêtre la plus lumineuse qui s’offre à moi.
Mes pieds foulent un parquet, tandis que mon arme bondit d’une dimension à l’autre, cherchant du carreau la vermine qui nous a forcé à venir ici.

Alors, je tombe sur la frimousse réjouit d’un gamin, le regard comme absorbé par la télévision. Hein, de… Quoi ?


Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 381
Wishes : 8

avatar
N-Choisi
MessageSujet: Re: [Planque de Howard] Gamin, ou ennemi ?   Dim 21 Mai 2017 - 12:11
Gamin, ou ennemi ?
Chloe Wilson &
Luna Nightingale, Tommy Brun, John Fallen, Howard Evans
    Il y aurait donc bien un Seraph derrière tout ça. Le bon côté, c'est que j'ai l'impression que la confiance que met Luna dans ses paroles et dans les compétences de John et les siennes, n'est pas mal placée. Quoi que parler de l'état de Tommy.. Ça ne me plaît pas. Je ne vois pas l'intérêt de le kidnapper pour lui faire du mal. Et je refuse de croire que ce soit arrivé, on va arriver à temps, et on va rapidement calmer tout ça. Que je sois nouvelle ou non, je m'en fiche. Je compte participer à ma façon, au mieux.
  La Quartier Sud se profile, et défile aussi vite que je peux me le permettre. De toute façon à partir d'ici, même les forces de l'ordre prennent des pincettes pour se rendre ici et surveiller les passages. Alors je pouvais me permettre d'aller aussi vite que la mécanique et mon contrôle du véhicule le permettaient.
  Hochant vaguement la tête aux réponses de John. Mes compétences attendront qu'on ait réglé cette histoire en effet. Et je sentais cette même confiance émaner de lui, me laissant penser qu'en effet, on aurait de quoi les surprendre. De toute façon, je doute qu'ils aient pensé qu'on puisse trouver l'endroit aussi facilement, et aussi rapidement. On fait rarement des vœux aussi précis non ? J'en sais rien en fait, mais on peut toujours espérer avoir l'effet de surprise.

    L'adresse que j'ai en tête, et cette certitude étrange de reconnaitre l'endroit alors que je n'y ai jamais mis les pieds. Ce devait être le bâtiment juste à droite, alors je me garais non loin, pointant le bâtiment du doigt. Écoutant les paroles du frère, je haussais un sourcil sans vraiment comprendre. Jusqu'à ce qu'ils disparaissent en un instant.
  Passé la surprise, je pestais contre le manque de préparation, si je m'attendais à ça... Ouvrant la porte de la voiture, je la claquais derrière moi avant de me précipiter sur le bâtiment. Quartier Sud, aucune chance qu'une porte à code ne vienne me gêner. Je rentrais donc au rez-de-chaussée, précipitant la course vers les escaliers. Pas le temps pour un ascenseur, en admettant qu'il y en ait un.
  Grimpant les marches trois par trois, j'arrivais au dernier étage en un temps record. Prenant place dans le couloir en regardant les portes, sentant cette intuition grimper devant chacune d'entre elles qui défilait, je m'arrêtais avec certitude devant la bonne. Hésitant comme une demeurée devant le pas de la porte. L'enfoncer ? Je ne sais même pas si j'y arriverais, quoi que les portes du Quartier Sud ne sont peut-être pas les meilleures. D'un autre côté, il vaudrait peut-être mieux l'ouvrir normalement, l'enfoncer au mauvais moment pourrait être dangereux...
  En stress, ma main se décalait peu à peu sur la poignée, l'appuyant pour ouvrir la porte et... Découvrir qu'elle ne s'ouvrait pas. Verrou ? Verrous peut-être même ? J'en sais rien. Mais ne pas pouvoir entrer alors que les deux autres doivent être entrés par la fenêtre si j'ai tout suivi, ça me file la chair de poule. Alors je me sens obligée de taper à la porte. Pas comme la dernière des bourrines, le tact et la diplomatie pourraient s'avérer utiles selon la situation.. Mais de quelques coups pressés quand même.

Luna, John, vous êtes là ? C'est fermé et.. Tout va bien à l'intérieur ? Il est là ?

    Bravo. Comme ça, s'ils n'étaient pas encore arrivés, l'autre à l'intérieur, s'il existe, sera au courant qu'on arrive à trois pour lui retirer le gamin qu'il a kidnappé. Mais.. J'ai juste envie d'être sûre qu'il aille bien. Cette maladie qui me ronge, qu'on ne peut même plus appeler inquiétude tellement ses symptômes sont développés. Je crois que ça me détruit les réflexes et la réflexion. Avant d'entraîner mes pouvoirs ou je ne sais quoi. Il va peut-être falloir penser à entraîner mes nerfs dans ce genre de situations...


Souvenir ~:
 
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 193
Wishes : 32

avatar
N-Choisi
MessageSujet: Re: [Planque de Howard] Gamin, ou ennemi ?   Mer 24 Mai 2017 - 20:18
Hmpf. Y a un bruit encore, dans la maison. J’pensais que Howard était parti, que j’allais pouvoir enfin regarder tranquillement la télé ; mais bon, il a dû oublier un truc. J’attrape la télécommande du bout des doigts, mets l’épisode sur pause, puis tourne la tête vers la porte. Tiens, elle est fermée. Je tourne la tête, cherche le bruit, puis tombe sur mon frère et ma sœur.
Ah, ils sont déjà là ? J’croyais qu’ils viendraient plus tard, et que ce serait pas eux. Bah, ça a dû changer, comme d’habitude. Je tourne mes jambes vers eux, et le souris, le menton levé.

« - Salut ! J’peux finir mon épisode avant de partir, s’t’euplaît ? Howard il avait dit que tes copains ils passeraient plus tard me chercher. »


Ben ouais, en plus on est pile au moment des Zords, là. J’vais pas rater ça quand même, ce serait pas drôle. Surtout que je la connais pas très bien cette saison – enfin, moins que les autres quoi -,  donc j’ai pas envie d’oublier des trucs à cause du trajet.
N’empêche, leur tête est marrante. Surtout celle de John. Il a l’air d’être super surpris de me voir, alors qu’il me connaît bien. Comme dit Luna, ça doit être parce qu’il est pas très intelligent.

« - D’ailleurs, c’était qui tes copains ? Est-ce qu’ils sont aussi pas drôles que l’amoureuse de John ? »

Une sorcière, voilà tout. Mais bon, j’crois qu’il aime pas trop que je parle d’elle comme ça, alors je vais rien dire. C’était peut-être monsieur Russel qui aurait dû venir, ou bien la grande Juliet, va savoir. M’enfin, ça change pas grand-chose, c’est mieux que ce soit eux qui soient venus, ils sont plus cool.
Bref, bref, assez parlé. Rapidement je fais volte-face, pour retourner aux Power Rangers. Faut quand même connaître ses priorités dans la vie, quoi !

« - Il y a quelqu’un d’autre avec toi, Tommy ? »


Buh. Laissez-moi dans mon petit moment, s’il vous plaît. Enfin, j’crois qu’il faut je lui réponde, sinon il va pas être content.

« - Non, Howard il est parti y a pas longtemps. »


Là-dessus, ça toque à la porte. Tiens, il est déjà revenu ? Il a fait rapide, dis donc. Bon, mais ça veut aussi dire que ça va continuer à parler encore un petit moment ; donc, pas d’épisode tout de suite. Parfois, ils sont vraiment pas marrants, quand même.
Et puis, y a la voix de maman qui parle. Ah. C'est pas Howard alors. C'est maman. Cool ! Je me lève tout de suite, et cours vers la poignet, pour la tirer.

« - Bonjour maman ! Toi aussi tu viens me chercher ? Par contre j'sais pas comment ouvrir la porte, j'ai pas les clés. »


Euh. Comment ça s'ouvre alors ? Je reste devant, plongé dans mes réflexions. Va falloir la casser alors, j'crois. Mais j'vais laisser les plus grands faire, alors.


Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1813
Wishes : 60

avatar
N-Accompli
MessageSujet: Re: [Planque de Howard] Gamin, ou ennemi ?   Sam 3 Juin 2017 - 14:15
Mon arme sort du néant alors que l'on disparait pour se retrouver dans un appartement. Personne... Humf... ?  Si. Juste Tommy qui matte son éternelle émission préférée. Mais je ne m’étends pas dessus au delà. John est le premier a parler alors que j'entreprends de fouiller l'appartement. EN quête d'ennemis. Distraitement, j'entends la réponse de Tommy et mon visage se crispe dans un rictus malsain.

"Putain..."

La phrase m’échappe a voix basse alors que je fouille la salle de bain. J'arrive pas a retenir l'insulte. Elle perce le maigre filtre qui sépare mes pensées de mes mots. Une fois que je suis sûr que nous ne sommes seuls ici, je reviens dans le séjour. John est toujours débout, probablement trop stupéfait de la scène irréaliste. Tommy reste fidèle a lui même et continue de mater la télé. Je sais pas pourquoi, mais je bouillonne et contient difficilement un sentiment. Le genre violent.

≪Luna, John, vous êtes là ? C'est fermé et.. Tout va bien à l'intérieur ? Il est là ?≫

La voix inquiète de Chloe perce la porte d'entrée. Ça a le mérite de faire taire instantanément quelques relents de violence. Je me calme presque instantanément en me remémorant de pourquoi on est là. Après tout même Tommy n'a pas l'air d'avoir été maltraité. Chloe vient de passer un contrat a cause de moi. A cause d'un type que j'aurais du tuer quand j'en avais l'occasion. Tout ca, c'est ma faute... Putain.
Elle méritait pas de connaitre ca aussi. Elle avait pas suffisamment morflée dans sa vie ? Tss...

- Il va bien.

Je réponds presque naturellement à cette phrase. Avant finalement de me décider d'ouvrir la porte a grand coup de guitaxe. Même si je donne l'illusion d'être calme, j'ai quand même besoin de taper sur quelque chose.

- Éloigne toi de la porte.

Je lance un kekkai. M'imagine que la serrure est la tête de d'Howard et élance mon bras. Le pauvre bout de métal se plie sous le premier choc avec mon arme. Un coup d'épaule sec plus tard, et c'est la porte s'ouvre platement.


Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 381
Wishes : 8

avatar
N-Choisi
MessageSujet: Re: [Planque de Howard] Gamin, ou ennemi ?   Lun 12 Juin 2017 - 19:26
Gamin, ou ennemi ?
Chloe Wilson &
Luna Nightingale, Tommy Brun, John Fallen, Howard Evans
    La voix de Tommy s'échappe rapidement après mon appel. Plutôt... Plutôt calme. Pas en pleurs, rien. C'est bon signe ? Si ce n'est que la porte semble durement verrouillée, j'allais demander plus de choses à mon fils, plus de détails, quand la voix de Luna se joint à la pièce devant moi, me rassurant un peu plus. Il était là. Et il allait bien. Un poids sur mon cœur s'échappait rapidement, même si une parcelle de ce dernier restait, parce que la porte nous séparait encore.
  Chose à laquelle la Nephil de l'autre côté semblait vouloir remédier, alors que je reculais et me décalais de quelques pas sous son conseil. Devinant en partie ce qui allait suivre, alors qu'un premier coup retentissait. Bruit de métal qui me sortait un peu de mes pensées. Trouvant l'atmosphère étrangement changée.. Outre le fait de me trouver dans un immeuble miteux du Quartier Sud.
  Mais les rêveries suivantes étaient également interrompues par la porte qui s'ouvre avec un léger fracas. Cédant et portant uniquement sur ses gonds désormais. Je m'avançais dès que le tout semblait stable, moins menaçant, pour découvrir la salle et surtout la silhouette que je voulais voir.

    Un long soupire de soulagement me prenait à la gorge alors que je faisais quelques pas vers lui. Sortant en entier, légèrement hachuré à sa fin, tant il avait épuisé tout mon souffle avant que je ne me permette une nouvelle inspiration.
  Je posais un genou au sol sans laisser le temps au garnement de s'esquiver, là, tout de suite, j'avais plus que jamais envie de le sentir près de moi. Mes bras cerclant aussi vite son corps pour le serrer, je posais mon visage sur son épaule, l'invitant à mimer le geste, dans un tétris de câlin naturel. Silencieux cela dit, pour ma part. Profitant simplement de le savoir en sécurité, et libéré maintenant, de ce qui semblait être une prison vu la méthode drastique employée sur la porte.
  Continuant quelques instants l'étreinte, je sentais une petite humidité partir du coin de mes yeux. Pas des larmes de crocodiles, mais un relâchement, un soulagement intense qui demandait au moins ça pour me calmer, même si la situation actuelle me rappelait un peu à la réalité, me forçant à quitter ce câlin rassurant en passant ma main sur la tête de mon fils. Replaçant quelques mèches par habitudes.
  Reniflant un peu mes larmes, je soupirais une fois de plus pour faire passer la décharge émotionnelle. Restant face à lui encore un instant.

Tommy, on va devoir discuter un peu après. En attendant, tu peux regarder encore un peu, on va pas partir tout de suite.

    J'embrassais rapidement son front avant de me redresser. Le laissant vaquer à souhait dans la pièce, même si un œil constant suivait le fruit de mes entrailles à chaque instant.
  Je tournais l'oeil plutôt aux alentours en attendant. Nourriture, vidéos, tout était là pour s'assurer qu'il ne manquerait de rien.. Étrange kidnapping, ce n'est pas la vision qu'on en a en tout cas.
  Puis je me rapprochais un peu de Luna et John, essayant de pouvoir distancer Tommy pour ne pas qu'il entende le tout. Ne sachant pas trop à quel point il pouvait être au courant de l'événement, et pour ne pas trop le brusquer. Je préférais prendre des pincettes, maintenant qu'on était sûrs de l'avoir avec nous.

C'est bien entretenu, et tout était prévu pour qu'il soit confortablement installé. Ça rime à quoi ? Si on était pas déjà dans l'appartement, je penserais à un piège, mais il aurait déjà dû se déclencher non ?

    Un piège visant probablement les deux autres, pas moi. Puisque mon pacte date de ce soir même, je ne peux pas prétendre être une cible de choix pour les 'Seraphs'. Mais pourtant, au milieu de tout ça, on était surtout perdus au milieu d'un festival de gâteaux et de cochonneries prêtes à satisfaire les appétit d'un gamin.
  C'était étrange comme façon de faire, quand bien même un kidnappeur veut forcément garder sa cible en vie, et pourquoi pas avec un gamin, s'en occuper suffisamment pour qu'il n'est pas envie de s'enfuir ? Mais il aurait forcément voulu partir à un moment ou un autre. Que ce soit pour sortir, ou pour rentrer. Ou parce que sa saison de DVD serait terminée.


Souvenir ~:
 
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1829
Wishes : 17

avatar
N-Protecteur
MessageSujet: Re: [Planque de Howard] Gamin, ou ennemi ?   Mer 21 Juin 2017 - 16:21
Chloe marque un point. Cette organisation n’a pas de sens, vraiment. Si ce connard a enlevé Tommy, pourquoi l’enfermer dans un endroit presque mieux fourni que sa propre maison ? Ce n’est ni son père, ni son frère, ni quoi que ce soit pour lui ; alors, je ne vois pas à quoi rime tout ça. A croire qu’il a changé d’avis en cours de route, mais qu’il était trop tard pour rendre l’enfant. Ou bien, je n’arrive pas à voir assez loin pour deviner ses intentions.
Perdu dans mes pensées, je me mets à mon tour à fouiller l’appartement, tandis que j’aperçois du coin de l’œil un marmot qui retourne à son occupation favorite. J’échappe un soupir de soulagement en le voyant toujours aussi souriant et enfermé dans sa bulle, comme s’il n’avait pas souffert du dérangement.

Après quantité de bouffes, j’abandonne là mes recherches. C’est un abri d’un mois ce truc, pas une geôle – la question, c’est est-ce qu’il comptait vraiment le garder ici indéfiniment ? Il aurait bien fini par sortir quand même, à moins qu’il ne sache comment l’empêcher ? Je veux, c’est pas une porte ou des fenêtres qui peuvent empêcher la détermination de mon petit frère. Avec ses pouvoirs surprenants, il est foutu de trouver une combine pour dévaler la hauteur de l’immeuble sans un pet de blessure.

« - Je comprends pas. Est-ce qu’il a avorté son plan en cours de route ? Es-ce qu’il voulait juste s’en prendre à Luna sans se résoudre à frapper un gosse ? Ou bien, est-ce qu’on est arrivé avant un transfert ? »


Je ne sais pas quel option je préfère. J’ai pas envie d’humaniser les Seraphs, ne serait-ce qu’un ; alors, j’imagine que c’est la dernière, la véritable. Il a voulu faire croire au gosse que tout irait bien, le mettre en confiance … Et puis, maintenant, il était sur le point de lui faire connaître des atrocités. Ouais, c’est bien le genre de ces gens-là.


Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1813
Wishes : 60

avatar
N-Accompli
MessageSujet: Re: [Planque de Howard] Gamin, ou ennemi ?   Mar 27 Juin 2017 - 20:43
Le visage de Chloe apparait dans l'encadrement de la porte. Et je m'écarte assez pour qu'elle puisse rejoindre son fils. John parle, les idées fusent quant a ce qui motiverai ce kidnapping.

- Howard...

Ca m'énerve d'entendre ce nom. De savoir que c'est lui qui a fait le coup. Parce que ça signifie que Chloee a fait son voeu. Elle aurait pu le claquer pour des milliers de raison plus vitales que cela. Mais elle l'a fait. Presque pour rien. A cause d'Howard, mais surtout a cause de moi. Parce que c'est moi qu'il vise en faisant ce genre de chose.
Je rage. Parce que ca veut dire que j'ai gâché la vie de Chloée. Elle ne s'en rendra compte que plus tard. Qu'elle m'en voudra. Et pourtant. Je garde le silence quant a mes pensées.
Même si je sens confusément que je verrais un visage supplémentaire quand Russel m'entrainera avec ces putains de balles.

- Tommy ? Howard t'as dit s'il allait revenir ?  

Si c'est le cas. Je l'attendrai. Hache au vent.


Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 381
Wishes : 8

avatar
N-Choisi
MessageSujet: Re: [Planque de Howard] Gamin, ou ennemi ?   Sam 8 Juil 2017 - 2:28


Gamin, ou ennemi ?

    Continuant à jeter un œil aux alentours, préférant largement rester sur mes gardes, que de me rassurer d'avoir retrouvé Tommy, j'observe la salle. Les vivres, tout ça criait le kidnapping long. Il prévoyait de rester ici, en tout cas de laisser Tommy ici, pendant un long moment.
  Je fronce tout de même les sourcils aux paroles de John. Transfert, plan annulé.. Tant de possibilités, et je voyais difficilement comment récolter le moindre indice pour nous mener à des certitudes. Ce qui ne m'empêche pas de maugréer un peu dans une barbe inexistante.


Si il voulait faire du mal à Luna, il a oublié qu'un gamin, ça a aussi d'autres proches, notamment une mère..


    Vouloir faire souffrir quelqu'un, en plus de ne pas être quelque chose de très louable, sauf quand il s'agit de Connard Brun, ça se réfléchit. Pour éviter de forcer la douleur d'autres personnes. Et ce fameux type, Seraph, qui avait fait ça, avait oublié d'activer sa tête, si jamais il avait 'juste' souhaité blesser Luna. Parce qu'il venait de se mettre à dos au moins trois personnes, rien qu'avec ça.
  Et à force de manque de réflexion pareil, c'est comme ça que naisse les cercles vicieux de vengeance, de souffrance, et compagnie. Pas étonnant qu'il y ait cette guerre entre les deux camps, et qu'elles soient visiblement impossible à arrêter. Si chaque contractant s'amuse à se venger de la façon la plus stupide qui soit, contre une personne du camp opposé, alors il restera toujours une personne pour souhaiter se venger d'une vengeance.
  Soupirant un peu, je croisais les bras en écoutant la question de Luna, regardant mon fils avec un léger sourire en coin, l'encourageant à parler et à répondre à l’interrogation.


Et aussi, Tommy, est-ce que tu peux nous dire tout ce qu'il t'a dit ? Et comment il t'a amené ici ?

    Il ne lui avait fait aucun mal, c'était visible. Mais j'étais curieuse de savoir comment tout ça s'était déroulé. Et je commençais à me demander si le petit, ne l'avait pas suivi de son plein gré, en pensant qu'il s'agissait de quelque de 'gentil'. Après tout, il n'avait pas l'air de vouloir s'enfuir d'ici, et je doute que ce soit uniquement à cause des DVD, non ?



© Halloween



Souvenir ~:
 
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 193
Wishes : 32

avatar
N-Choisi
MessageSujet: Re: [Planque de Howard] Gamin, ou ennemi ?   Mer 16 Aoû 2017 - 15:08
Maman a pleuré un peu. Pas beaucoup, mais je l'ai vu, pendant qu'elle me faisait un câlin. Pourquoi est-ce qu'elle est triste ? Tout va bien, non ? Luna est là, j'suis là, elle est pas malade. Alors, pourquoi faire cette tête là ? Je fronce un peu les sourcils, mais je profite de ses bras. Elle m'a manqué un peu, en fait. Juste un tout petit peu, hein. C'est que ça commençait à faire longtemps que j'étais qu'avec Howard, et c'est pas pareil. Il sait pas comment bien faire, enfin faire comme elle.

Au bout d'un moment, elle me lâche, pour parler très sérieusement aux autres. Et on me pose des questions un peu bizarres, comme si quelqu'un chose d'important était en train d'arriver. C'est pas normal ça – si un truc comme ça se passe, je suis le premier au courant d'habitude. Ben ouais, je suis un Ranger, c'est moi qu'on appelle pour régler les ennuis, non ? C'est logique je trouve.
Mais bref, c'est pas correct si je réponds pas. J'avance un peu vers maman pour lui tenir la main, puis je les regarde tour à tour, elle et ma sœur.

« - Euuuh... Quand il est parti tout à l'heure, il m'a dit que tu viendrais me chercher avec tes amis, Luna. Et que je devais pas bouger en t'attendant, sinon tu t'inquiéterais. »


J'pense qu'il s'est trompé, en fait. Parce qu'ils ont l'air tous les trois inquiets donc il y a un truc qui a dû mal se passer. Enfin, je lève la tête vers maman, parce que je ne lui ai pas encore répondu.

« - Il est venu me chercher au parc maman, il m'a dit que tu lui avais demandé de me garder parce que t'étais occupée. Après il m'a posé plein de questions bizarres, genre... Euh … J'crois qu'il m'a demandé ce qu'étais un Nephil, un Seratruc, puis il est parti. Il est pas resté très longtemps en fait. »


C'est vrai que c'était un peu étrange ces questions. J'ai pas tout compris, mais ça avait l'air d'être un truc de grand. Et même si je suis bientôt un ado, j'veux bien pas trop me prendre la tête pour le moment. Alors juste, je serre un peu plus les doigts de maman pour la réconforter, et j'attends.


Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Planque de Howard] Gamin, ou ennemi ?   
 [Planque de Howard] Gamin, ou ennemi ?
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dwight Howard
» Son propre ennemi...
» Redemption of a mage, 4ème pack du Cycle Ennemi
» Conan le Cimmérien ( Robert E. Howard )
» [DA] DBZ l'ennemi qui a le plus de charisme ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fate of Wishes :: Palema :: Quartier Sud-