Un mystérieux petit animal croise votre route : Je souhaite que tu passes un contrat avec moi. En échange, j'exaucerais n'importe lequel de tes voeux.
 

Partagez | 
 Présentation d'Elise Blanche [terminée]

Messages : 52
Wishes : 33

avatar
Humain
MessageSujet: Présentation d'Elise Blanche [terminée]   Jeu 25 Mai 2017 - 17:51
BLANCHE Elise


 

Informations générales

¤ Identité ¤
¤ Nom : Blanche
¤ Prénom : Elise
¤ Âge : 19 ans
¤ Activité : Caissière
¤ Provenance de l'avatar : Winry Rockbell de Full Metal Alchemist


¤ Description physique ¤
Des yeux bleus et une chevelure blonde, voilà à peu près tout ce qu'il reste de mon enfance. Des traces de coup partout, un air absent ou froid, une colonne vertébrale que je tente de maintenir droite, des formes correctes pour une femme de dix-neuf ans : voilà ce qui a été façonné en plusieurs années. J'ai aussi un coude luxé, mais ça, c'est temporaire, donc ça viendra à disparaître. Je pourrais décrire en détails tout mon corps, mais je ne pense pas que ça intéresse qui que ce soit. J'suis assez grande, j'ai des traits fins, quelque piercings discrets, des boucles d'oreilles qui le sont aussi... bref, j'suis une fille dans la moyenne quoi. Le seul truc qui me ferait sortir du lot serait le fait que je ne souris presque jamais.
¤ Description mentale ¤
Les dons de soi, les dons du sang
Les pièces que les gens donnent aux mendiants
Les aides, les sourires, les bon penchants
À mes yeux, tout ça est si écœurant
Faire le bien pour faire le bien semble exclu
Les grands comme les petits n'y pensent même plus
On vit dans un monde trop occupé à se prendre en photo, à s'admirer dans la glace
Plus la peine d'espérer qu'il détourne le regard
Narcisse, décidément trop distrait par son miroir
Est maintenant dénué de compassion pour une gamine lasse
Lasse des cris, lasse des coups, lasse de tout
Lasse, peut-être, de craindre même ses parents
Lasse, sans doute, d'avoir peur de faire partie des fous
Lasse, c'est certain, de son monde irrigué par l'argent
De ce monde trop occupé à compter ses billets
Celui qui lui arrache ses rêves d'amour, d'amitié
Et qui lui montre que l'important, c'est le paraître
Et pas de réparer ses méfaits, mais de les faire disparaître
Sous couvert de bonne action, on les fait oublier
Une petite pièce à un clochard peut tout racheter
L'essentiel, c'est de s'affranchir, sans franchise, de sa mauvaise conscience
Et surtout pas de rébellion, pas de questions, il faut juste faire confiance
Et moi, j'suis là, enfermée entre égoïstes et malveillants
Entre les faux dévots et tous ces faux-semblants  
Entourée d'amis qui me mentent pour me rassurer
Qui me disent que ça va aller, que tout va s'arranger
Qui me disent tous les jours que je ne prendrai pas de coups, ce soir
Mais sont incapables d'être sincères car trop vaniteux
Au fond, je doute de pouvoir croire
Croire aux dieux, croire aux cieux, croire au mieux
Même croire en moi, je sais ça vain
J'ai du mal à croire que j'me ferai jamais les veines, j'ai du mal à croire en demain.


Histoire

¤ Quoi qu'il t'est arrivé ? ¤
Scène d'exposition ; Elise naît dans une famille banale,
Ni trop pauvre, ni trop riche, une famille à l'air normal.
Déjà pendant ses jeunes années, Elise reçoit des coups,
Elise se demande pourquoi maman est violente et papa soûl.
Elise ne comprend pas, Elise veut grandir,
Elise n'est qu'une enfant, mais elle en a marre de subir.

Je suis née le treize février mille neuf cent quatre-vingt-dix-huit, et à peine mise au monde, c'est presque comme si j'y étais déjà détestée. J'ai rien de spécial à dire sur mes premières années, si ce n'est que ma mère me frappait pour un oui ou pour un non, qu'à cela ne tienne, j'étais une enfant, et j'imagine que, en tant que tel, je devais être éduquée d'une manière ou d'une autre. Mais j'étais froissée, à chaque coup un peu plus, bien que maman n'avait cure de mes larmes, et que papa était en tête à tête avec sa bouteille. À mes deux ans, un petit frère a fait son entrée dans la famille, et si vous vous demandez si lui aussi a été frappé ; ça n'a pas manqué. Et d'ailleurs, je vais vous raconter directement sa fin : il s'est suicidé à l'âge de treize ans, la belle ceinture en cuir que je lui avait acheté pour son anniversaire lui aura au moins servi à en finir.

Après avoir subi quelques coups durant mon enfance, j'arrivais à l'école primaire : c'est là-bas, d'ailleurs, que je me suis sentie aimée pour la première fois, là où les amis se multiplient, se succèdent, et ne disparaissent pas encore. C'est d'ailleurs à cette époque que j'ai été la plus sociable, je pense ; l'idiotie des jeunes enfants est anesthésiante naturelle de querelles, et ersatz efficace de l'hypocrisie. À cette époque, pas de question piège ou venimeuse, juste des sourires, de bêtes jeux d'enfants et une famille qui attend de nous retrouver, et, dans mon cas, m'accueillir bien trop brutalement. Cinq années bien longues, en somme, pour moi comme pour mon frère. Nous n'avons, avec lui, jamais eu de relation très intimes ; l'affection n'était pas quelque chose de courant dans notre famille, nous deux n'avions que nos bleus en communs, de toute notre vie, nous n'avons eu que ces « hématomes » crochus.

Scène deux ; Elise devient collégienne,
Elise apprend vite le mot « haine ».
Celle de sa mère, elle la comprend enfin,
Elle la subit, et la sienne, elle la restreint.
À quinze ans, Elise perd son frère,
Elle est écœurée par les fausses larmes de sa mère.

Le collège ! Époque bénite s'il en est : la joie y laisse place aux questions existentielles, et l'insouciance aux prises de consciences. C'est aussi à ce moment là que l'on apprend à frapper où ça fait mal, où on apprend à dominer les complexes des autres. Pourtant, je l'ai vécu sans grande difficulté, si ce n'est que j'étais, fâcheusement, contrainte à l'hypocrisie ou à la solitude. J'avais choisi, à cette époque, la première solution. J'étais mauvaise, autant que les autres, le dos tourné, les sourires devenait des poignards prêts à massacrer ceux qui devaient être mes « amis », et il en était de même pour moi. Je ne suis jamais tombée amoureuse, mais j'avais un ami, un vrai, à qui confier ce que j'avais sur le cœur, après les coups de ma mère, après la mort de mon frère, avant de moi-même m'ouvrir les poignets. J'étais idiote, encore plus qu'aujourd'hui, mais je ne voulais pas faire de mal à maman, « blood is thicker than water », alors je lui faisait promettre de taire mes secrets. Comme je taisais les siens, qui étaient finalement si similaires que nous aurions pu les deviner l'un pour l'autre. Paradoxalement, c'est à ce moment que j'ai commencé à donner des coups aussi ; notre demeure n'était plus le purgatoire, c'était devenu le pandémonium. C'est donc à cet ami que j'ai pu ouvrir mon cœur sur la mort de mon frère, sur les nuits blanches, les coups que j'étais devenue seule à supporter et l'enterrement où nous nous sentions, moi et ma tristesse, tristement seules. À aucun moment je ne me suis dit « j'aurais dû, j'aurais pu le sauver », j'étais presque admirative de son courage, tant ça me hantait, ça me hantait, sans que jamais je n'ai le courage de passer à l'acte. un malheur n'arrivant jamais seul, ce courage, mon meilleur ami, lui, l'a eu. J'ai reçu son dernier message à peu près en même temps que j'ai quitté le collège ; « T'es quelqu'un de génial, Elise, ne baisse jamais les bras, j'sais que t'es capable du meilleur. Je te souhaite une bonne vie, tu la mérites, je t'aime. » Et le matin, en me levant, j'ai pleuré. J'ai battu le pavé toute la journée, sans même passer à mon collège, sans manger, sans dire ne serait-ce qu'un mot ; j'arrivais en retard chez moi, prête à subir, parce que je n'en avait plus rien à foutre de cette mascarade.

Scène finale ; Elise quitte son foyer,
Après avoir vécu passivement le lycée.
Elise n'a, pendant ces années, que peu changé,
Sa misanthropie et sa haine des autres se sont juste aggravées.
Sur un éclat de gentillesse de sa part, elle reste incapable d'aimer son père,
Car le début de sa vie a donné à sa suite, et ce jusqu'à sa fin, un goût amer.

Mes années de lycées étaient plus ou moins les même que mes années de collège, à cela près que j'étais seule pour vivre celles-ci ; plus d'hypocrisie, plus de mensonge, et également je n'ai plus vraiment eu à défendre ma mère, je n'avais plus d'"ami" pour s'en soucier et aucun événement n'a beaucoup fait réagir les gens. Donc je n'avais plus recours à l'hypocrisie avec les autres élèves, car, oui, j'étais bien entendu soumise aussi à cette pseudo-autorité à laquelle les professeurs tenaient tant. Les coups du soir étaient de plus en plus violents, autant ceux que je recevais que ceux que je donnais. Je me demandais souvent pourquoi je restais en vie, peut-être pour ce garçon qui m'aimait, mais, après tout, croyante comme je l'étais, je me disais qu'il n'étais plus rien, pas qu'il veillait sur moi d'où il était. Mais entre la peur de mourir malgré moi, et ça, j'imagine que j'ai tenu le coup. Ces années scolaires, je les ai passées encore une fois de justesse, et il me fallait maintenant une voie vers laquelle me tourner, même si je ne savais pas laquelle. Dans le doute, j'ai pris un truc manuel, quelque chose de bête, de répétitif, mais qui permettait de vivre seule assez rapidement, et c'est tout ce dont je rêvais.

Cependant, je n'ai pas pu terminer mes études puisqu'il y a eu, appelons-la comme ça ; la « dispute de trop. » Un soir, tristement comme un autre, ma mère et moi on s'est encore foutu sur la gueule, et, avec le recul, j'suis très étonnée de deux choses ; la première, c'est qu'elle et moi n'en soyons pas venues à sortir de vrais couteaux pour nous planter l'une l'autre, et l'autre, dernière mais pas des moindre, que mon père ait eu la présence d'esprit de nous calmer avant de le faire. On avait quand même réussi à bien s'amocher toutes les deux ; elle sortit de ce différend avec le nez cassé, et moi le coude luxé. J'avais mal, extrêmement mal, et je me suis enfin décidée à me casser, même si j'devrais vivre sous les ponts ; tout vaudrait mieux que la cinglée qui m'a mise au monde. Après avoir gagné mon plâtre, mon père eut la gentillesse de m'amener au premier fast-food qu'on a croisé, et c'est à ce moment que j'ai eu une de mes seules discussions sérieuses avec lui. Enfin, nous avons très peu parlé, mais j'ai été honnête ; « Écoute "papa", je n'ai pas besoin, ni envie de ta gentillesse déplacée et malsaine. Je te rappelle que tu n'étais pas là quand mon frère est mort, que tu n'étais pas là quand mon meilleur ami est mort. Tu souhaites te donner bonne conscience pour les dix-sept années que tu m'as laissée vivre ? Parfait, mais n'attends pas mon pardon. Un billet de train et un peu d'argent pour survivre seront bien tout ce que je pourrais accepter de toi. »

Et maintenant me voilà ici, à Palema, vivant une vie beaucoup plus calme qu'avant ; pouvoir s'effondrer dans son lit plutôt que de se prendre des coups en fin de journée est un luxe auquel je n'avais jamais goûté. Malgré mon ton condescendant et mon agressivité, il a accepté de m'accorder ça, après tout, il tente de se racheter comme il le souhaite, même si je garde beaucoup d'argent de côté, histoire de ne pas être prise au dépourvu quand cet ivrogne considérera que ce ne sera plus la peine, pour lui ou ses états d'âmes, de continuer à me permettre de vivre. Maintenant, je vis et je travaille comme un automate, sans même attendre quoi que ce soit de beau, ou d'intéressant.


Un peu de HRP

¤ On veut en savoir plus ¤
¤ Le règlement a été lu et approuvé ? : OUI

¤ Bonus : Du coup plus de Victoire Owen lol. J'ai l'avatar, je le changerai quand mon nom sera changé du coup !


Dernière édition par Victoire Owen le Dim 28 Mai 2017 - 17:40, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1593
Wishes : 119

avatar
N-Bras droit
MessageSujet: Re: Présentation d'Elise Blanche [terminée]   Ven 26 Mai 2017 - 20:35
Bha, c'est sombre, c'est une vie de merde, comme on dit dans le jargon. Et elle fait grave pitié la petite.

J'aurais juste une ou deux questions :

Si elle a été frappée toute sa vie, dès le plus jeune âge, y'a jamais aucun instituteur/professeur qui a appelé les services sociaux ? Jamais un leech, une visite surprise de ces derniers ?

Tout comme le suicide du frère, un suicide d'un gamin de 13 ans, ça fait bouger un peu, surtout si des traces de coups récents sont retrouvés sur son corps. Pas de police qui s'immisce un peu dans la vie de famille ?


Voila voila, si tu peux me justifier ça, bon courage ~



PS : Tu peux passer direct sur ton nouvel avatar, pas b'soin d'attendre le changement de prénom ~


Des tas de choses à mettre ici:
 

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 52
Wishes : 33

avatar
Humain
MessageSujet: Re: Présentation d'Elise Blanche [terminée]   Ven 26 Mai 2017 - 22:05
Bah pour les deux c'est un peu la même idée, elle dit clairement qu'elle se fait pas aider mais qu'elle cherche aucune aide, elle cherche pas à balancer sa mère ou quoi.
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1593
Wishes : 119

avatar
N-Bras droit
MessageSujet: Re: Présentation d'Elise Blanche [terminée]   Sam 27 Mai 2017 - 13:50
Oui, j'ai bien compris qu'elle ne balance pas, et qu'elle s'enferme un peu elle-même dans son quotidien sombre.

La question s'était plutôt genre 'Pourquoi personne autour ne s'en rend compte et n'intervient'. Qu'elle le veuille ou non, y'a bien des profs qui ont du griller des bleus. Appeler les services sociaux, même si en parlant avec elle, elle nie tout en bloc.

Après, si les services sociaux passent, et qu'elle nie tout, ça m'irait, elle peut toujours cacher, mentir sur les raisons, et avec un peu de fainéantise, je pense que ça passe.

C'est juste que passer sa vie à se faire frapper, sans que personne s'en rende compte, ça me parait gros :3

Voila, j'espere que c'est plus clair sur ce que je voulais dire ~


PS : Mets ton nouvel avatar au passage Wink Faut le faire avant d'être validé de toute façon ~


Des tas de choses à mettre ici:
 

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 52
Wishes : 33

avatar
Humain
MessageSujet: Re: Présentation d'Elise Blanche [terminée]   Sam 27 Mai 2017 - 16:56
Après, un prof qui voit des bleus sur un ou une élève, il peut penser que l'élève peut se battre aussi, et comme Elise ne parle pas de sa "réputation", c'est possible. Ensuite, honnêtement y'a des trucs qui devraient faire bouger les choses mais non, à titre d'exemple, une fille a tenté de se tuer et a passé un certain temps à l'hosto, bah rien n'a changé pour elle et c'est à peine si ses potes étaient au courant, donc bon, avec le caractère qu'Elise a l'air d'avoir en plus, donc le fait qu'elle ne se confie sans doute pas, ça joue un rôle aussi.

(avatar mis ! :D)
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1593
Wishes : 119

avatar
N-Bras droit
MessageSujet: Re: Présentation d'Elise Blanche [terminée]   Sam 27 Mai 2017 - 17:18
Ca peut m'aller comme réponse, même si j'avoue qu'une gamine qui vient régulièrement avec des bleus, à mes yeux, s'pas juste une violente.

Mais dans ce cas-là, j'aimerais bien que ça se présente un peu plus dans l'histoire, qu'elle se rend compte que même les professeurs et ses 'camarades' ignorent le soucis.

Ca fait peut-être un peu Calimero comme détail, mais y'a pas besoin d'en mettre des tonnes, juste qu'en effet, y'aurait eu matière à appeler des services, mais y'a eu un trou dans le protocole. Ce sera pas le premier qu'on voit chez l'humanité ~


Des tas de choses à mettre ici:
 

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 52
Wishes : 33

avatar
Humain
MessageSujet: Re: Présentation d'Elise Blanche [terminée]   Sam 27 Mai 2017 - 17:50
Mais ça c'est précisé dans son mental, quand elle dit que le monde s'en bat les reins d'une fille batture, lasse, tout ça...
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1593
Wishes : 119

avatar
N-Bras droit
MessageSujet: Re: Présentation d'Elise Blanche [terminée]   Dim 28 Mai 2017 - 16:50
Alors, en fait, si on lit le mental, c'est pour avoir le mental.

En gros, quand je lis ton mental, je vois 'je suis seule et abandonnée'. Sauf que c'est un mental à la première personne. Donc la question se pose, est-ce qu'elle est Calimero, elle joue la tristesse. Ou est-ce qu'elle est réellement abandonnée et ignorée ?

Donc, c'est pour ça que je demande la précision dans l'histoire.

Est-ce qu'elle ignore les aides qu'on lui tend ? Est-ce qu'on ne lui tend aucune aide ? C'est ça la différence que je vois entre le mettre dans ton mental et le rajouter dans l'histoire.

Après, j'ai demandé une modification minime, ça va te prendre à peine 2-3 lignes à rajouter, donc je vois pas où est l'intérêt de me répondre ça, et d'attendre que je repasse, alors que t'aurais pu le modifier directement.


En conclusion, rajoute moi juste ça, histoire qu'on sache définitivement si elle ignore toute aide, où si elle est une True Calimero. Te manque juste ça pour la preval au final.


Des tas de choses à mettre ici:
 

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 52
Wishes : 33

avatar
Humain
MessageSujet: Re: Présentation d'Elise Blanche [terminée]   Dim 28 Mai 2017 - 17:49
L'intérêt c'est comprendre la raison du changement, pas forcément l'éviter, parce que j'aime pas réécrire sur un truc que j'ai déjà fait, parce que derrière j'ai l'impression que ça détonne.

Sinon, du coup j'ai étoffé une phrase pour essayer de faire comprendre ça : "plus d'hypocrisie, plus de mensonge, ou plutôt, plus envers les autres élèves." → "plus d'hypocrisie, plus de mensonge, et également je n'ai plus vraiment eu à défendre ma mère, je n'avais plus d'"ami" pour s'en soucier et aucun événement n'a beaucoup fait réagir les gens." (dans le paragraphe sur son lycée)

Comme ça, ça me paraît assez clair du coup : elle a défendu sa mère par le passé par rapport à ça (la mort de son frère notamment) et elle le dit.
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1593
Wishes : 119

avatar
N-Bras droit
MessageSujet: Re: Présentation d'Elise Blanche [terminée]   Lun 29 Mai 2017 - 19:29
Dans un sens ça me va, au moins on voit qu'elle a peut-être eu à le faire avant, ce qui expliquerait pourquoi y'a pas eu de mouvements.

Par contre le fait que tu tiennes tête parce que "j'aime pas réécrire sur un truc que j'ai déjà fait, parce que derrière j'ai l'impression que ça détonne."
=> Désolé, mais c'est le principe d'une fiche qui doit passer par une validation/prévalidation. Corriger/Préciser/Rajouter ce qui a besoin de l'être après le premier jet d'une fiche.


Sinon pour le coup ça passe ~


Ta fiche est prévalidée ~
Manquera plus que le passage des deux chatons et tu pourras partir RP dans les contrés de Palema ~


Des tas de choses à mettre ici:
 

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 6121
Wishes : 2413

avatar
KyuBey
MessageSujet: Re: Présentation d'Elise Blanche [terminée]   Mer 31 Mai 2017 - 14:58
Fruuuu !

Un peu lourd à lire je trouve (mais bon j'ai jamais aimé les poèmes, ça joue aussi je pense xD). Je rebondis sur ce qu'a dit Rekor : s'il y a une prévalidation c'est pas pour rien, et si un modo te demande des précisions c'est pas juste pour le plaisir d'enquiquiner le monde. Faut ce qui faut pour être validé !

Walà sinon ça reste léger par rapport à l'histoire des services sociaux mais comme ton histoire est du point de vue de ton personnage on peut imaginer que ya eu quelques réactions, juste qu'elle a pas fait si attention que ça et que ça a pas donné suite avec son attitude passive.

So fiche validée ! Je t'épargne le blabla habituel que t'as déjà eu la dernière fois xD

Amuse-toi bien parmi nous, en espérant que ce nouveau personnage te plaira ! \o/



Voir le profil de l'utilisateur http://zupimages.net/up/17/08/k7rz.png

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Présentation d'Elise Blanche [terminée]   
 Présentation d'Elise Blanche [terminée]
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Présentation de certaines personnes !
» Présentation de la guilde sur JoL.
» Message de présentation & de recrutement
» [Blog] Présentation de Ackross (perso R.P.G)
» Présentation des perso

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fate of Wishes :: L'indispensable administration :: Les fiches :: Les fiches validées :: Humains-