Un mystérieux petit animal croise votre route : Je souhaite que tu passes un contrat avec moi. En échange, j'exaucerais n'importe lequel de tes voeux.
 

 [usine abandonnée] Je ne vais pas mourir ici !
MessageSujet: [usine abandonnée] Je ne vais pas mourir ici !   [usine abandonnée] Je ne vais pas mourir ici ! Icon_minitimeDim 1 Juil 2018 - 3:02
avatar
Invité -
Spoiler:
 

21H00, le soleil d'été brille encore fébrilement, la lune va bientôt prendre ça place.
L'usine désaffecté recouverte d'une poussière aussi dense que sa végétation offre ,grâce aux quelques rayon de soleil qui passe à travers ses fenêtre cassé, un tableau unique. Mais pour le malheur des quelques oiseaux et squatteur qui passe par là, la toile sentait le fer aujourd'hui et une jolie couleur écarlate la maculé. Le paysage était ternis par un homme, Léonardo. Recouvert de sang , d'entaille et de sueur. Il était assis en silence adossé à un mur, il respiré lentement. Mais qu'elle situation avait pus emmener l'homme le plus résistant des seraph dans cette situation désespéré. Il n'y aura pas meilleur narrateur que notre protagoniste.

"Putain comment j'en suis arrivé ici déjà ? Ha oui ! Un nephil m'est tombé dessus par surprise. Sans suivis un superbe combat, un combat à faire frissonner un mort ! Le combat contre ce nephil avait été difficile, j'en avait perdu ma capacité de régénération, une première, mais après ses nombreux assauts, je l'avait emporté d'un coup fatal à la tempe. Puis le combat tous juste finit il à fallut qu'une ombre de rang supérieur et ça petite armée me tombe dessus sans doute attiré par notre débauche de violence. Mes forces diminué et mon pouvoir annihilé je ne pus ouvrir de kekkai, je du combattre avec férocité et vélocité mais ça ne suffit pas ! La preuve même si la victoire fut mienne, quel prix devrais-je payer? Je ne peux ni bouger mes jambes, ni appeler un seraph à la rescousse, mon téléphone avait était détruit par ce satané nephil. Quel solution me reste t'il, a part me vidée de mon sang ? Il fallait se rendre à l’évidence, a part un miracle, j'allai mourir. seul."


Emplit de rage Léonardo cria, il ne savait pas si c'était pour appelé de l'aide ou pour lutter contre son destin funeste. Mais ce rugissement aurait fait frémir même le lion le plus aguerris.

-J'EMMMMMMERDDDDEEEEE LAAAAAA MORRRRRRTTTTTTT !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!



[usine abandonnée] Je ne vais pas mourir ici ! Empty
MessageSujet: Re: [usine abandonnée] Je ne vais pas mourir ici !   [usine abandonnée] Je ne vais pas mourir ici ! Icon_minitimeLun 2 Juil 2018 - 18:18
avatar
Invité -
Je ne vais pas mourir ici !
ft. Léonardo Zeit
Tu ne devais pas te trouver là, tu n'avais jamais aimé cette section de la ville, car ses rues abandonnées te rammenaient toujours à ton passé, à ces rues désertes que tu avais arpenté, en quête d'argent. Tu ne voulais pas te trouver là, mais quelqu'un avait appelé au refuge un peu plus tôt pour signaler la présence d'un chien errant et, craignant que la fourrière ne le trouve avant toi, tu avais pris les clés de l'énorme Van que les bénévoles utilisaient pour transporter les animaux et tu avais foncé. Il t'avait fallut 30 minutes pour enfin trouver cet énorme chien, un danois selon le peu d'expérience que tu possédais dans ce domaine. Une fois le chien en cage, alors que tu t'apprêtais à reprendre la route vers le refuge pour y remplir toutes la paperasse ennuyante que l'arrivée de ce nouveau chien occasionnerait, tu avais entendu un cri. Un cri a s'en fendre l'âme, un cri humain.

J'EMMMMMMERDDDDEEEEE LAAAAAA MORRRRRRTTTTTT !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Si tu avais d'abord sursauter, tu étais rapidement descendu du Van pour courrir vers l'endroit d'où provenait ce cri. Tes longues tresses ondulaient derrière toi, alors que tu poussais un peu plus sur tes jambes pour arriver dans ce vieil entrepôt abandonné, qui t'effrayait au plus au point. Lorsque tu poussas la porte, c'est un triste spectacle auquel tu dû faire face. Devant toi, un homme blessé était adossé au mur. Sa respiration était lente, la sueur et le sang couvrait son visage ainsi que le reste de son corps. Le choc passé, tu te précipitas près de lui, te jetant à ses côtés.

Monsieur? Monsieur vous allez bien? Pouvez-vous vous lever? Vous devez aller à l’hôpital!

Codage par Libella sur Graphiorum
[usine abandonnée] Je ne vais pas mourir ici ! Empty
MessageSujet: Re: [usine abandonnée] Je ne vais pas mourir ici !   [usine abandonnée] Je ne vais pas mourir ici ! Icon_minitimeLun 2 Juil 2018 - 22:52
avatar
Invité -
Et merde mon regard se floute, ce dernier cris de rage m'aura au moins donner un peu d’énergie pour rester conscients un peu plus longtemps. Je commence à avoir froid, un froid glacial, pourtant je pensais que les sensations de douleur avait définitivement disparut de mon corps depuis des années. Mais c'est marrant souffrir me rend heureux... comme si je redevenais humain un court instant, je crois que je souris. Sourire de douleur ? Je serais devenu maso'? J'ai envie de rire dommage j'en es pas la force, j'aurais bien voulut partir sur une bonne note.
Putain je suis entrain de me résigner à mon sort ? Sérieusement , ça sera bien la première fois que j'abandonne. J'aurais pas accomplis grand chose finalement, je n'es pas pus sauver mes parents, j'ai était incapable d'aider mon pote, je n'es rien pus faire pour sœurette, j'aurais jamais ma vengeance contre Blackbird, et en plus j'ai un fondant au chocolat dans le four qui est déjà entrain de carboniser ! J'aurais au moins ...

Soudain une silhouette vains interrompre le monologue chiant et cliché du garçon.

C'est quoi cette merde, un truc bleue avec deux ailes de chaque coté ? UN ANGE, ça existe vraiment cette merde? J'ai perdu trop de sang je dois déliré. Attend ! Enfaîte c'est probablement des tresses, non on va dire que c'est des ailes c'est plus badass. Le truc ou l'ange au choix à l'air de me parler. PUTAIN UN HUMAIN, le destin ma pas lâché finalement je suis sauver. Par contre ma vue ce grise donc il va falloir choisir les bon mots et vite.

Avec difficulté et en crachant quelques germe de sang entre chaque mot. Léo' commença à communiqué avec son sauveur.


-Salut ... J'ai 3 chose à te dire avant de sombrer définitivement dans l’abysse de la défaite.................... PUTAIN JE PARLE COMME UN POÈTE A LA CON ! Bref évite les hôpitaux et la police c'est très importants, deuxièmement j'ai un gâteau au chocolat dans mon four si tu pouvais allez l'éteindre à ma place, troisièmement, merci.


J’espère qu'elle allait m’écouter.
Voila je crois que j'ai utiliser mes derniers gramme d’adrénaline. L'obscurité s’empare de moi. Bye.

Léonardo s’effondra net dans les bras de la jeune femme, totalement inconscient.
[usine abandonnée] Je ne vais pas mourir ici ! Empty
MessageSujet: Re: [usine abandonnée] Je ne vais pas mourir ici !   [usine abandonnée] Je ne vais pas mourir ici ! Icon_minitimeLun 2 Juil 2018 - 23:30
avatar
Invité -
Je ne vais pas mourir ici !
ft. Léonardo Zeit
Le stresse et l'adrénaline font battre ton cœur a une vitesse folle, tu paniques, mais la voix de l'homme te ramène bien vite sur Terre et tu l'écoutes, comme si ces mots étaient ses derniers, car c'est peut-être le cas. Il te demande de ne pas l’amener à l’hôpital et d'éviter la police, avant de parler d'un gâteau au chocolat et de te remercier. D'abord surprise par ces demandes, tu reprends vite tes esprits en voyant que l'homme semble maintenant dans les vapes. Ni une ni deux, tu retires ton t-shirt pour le déchirer et en faire quelques bandages précaires, qui tiendront bien jusqu'à ce que tu ailles chercher le Van.

Une fois sûre que ses blessures les plus graves sont bien panser avec tes bandages de fortune, tu sors de l'usine pour aller récupérer la voiture, poussant sur tes jambes pour courir toujours plus vite; l'adrénaline te donnait des ailes et tu courrais plus vite que jamais. Une fois arrivée, tu sautes à l'intérieur de l'engin et démarre, jusqu'à te retrouver face à l'entrepôt. Avec toute la force que tu possèdes, tu tente de le soulever pour le mettre sur le siège passager, opération que tu réussis après trois vaines tentatives. Une fois cela fait, tu te souviens de la demande du jeune homme et tu fouilles dans ses poches, à la recherche d'un porte-feuille et d'un trousseau de clés, pour pouvoir rentrer chez le jeune homme. 130 rue Alphonse, appartement 12, Quartier nord. Tu démarres la voiture et roule bien plus vite que la limite permise, espérant avoir le temps de sauver le jeune homme.

Maintenant devant son chez lui, tu éteins le contact et fais rentrer l'homme à l'intérieur, après un rude combat pour soutenir l'homme d'une main et déverrouiller la porte de l'autre. Tu déposes l'homme sur son canapé et tu roule des yeux en allant sortir le gâteau du four, juste à temps pour que celui-ci ne soit pas trop cramé et reste mangeable. Tu éteins le four et te dirige vers la salle de bain, quand tu es pris d'un soudain d'un remord. Tu sors chercher le chien et le fait rentré à l'intérieur, sans te soucier que le maître de maison soit d'accord ou pas. Après tout, tu lui sauvais la vie, il pouvait bien accepter un chien le temps que tu le soignes! Le chien rentré, tu te diriges vers la salle de bain à nouveau et en sort tout le nécessaire pour soigner le blessé, remerciant Myriam de t'avoir appris les soins de base, celle-ci étant une infirmière.

Agenouillée face à l'homme, tu retires les bandages, fait à partir de ton t-shirt préféré maintenant réduit à l'état de lambeaux, et tu commences a désinfecté, puis dépose quelques bandes de gaz. Une blessure, plus profonde que les autres, attire ton attention et te fais grimacer; celle-là nécessitera des points de sutures. D'abord tenter d'appeler une ambulance, tu te souviens de la demande du jeune homme et dépose ton téléphone portable duquel tu t'étais saisie pour appeler le numéro des urgences. Soupirant, tu te diriges vers le camion du refuge où se trouve ton sac à main et tu en sors le vieux kit de couture de ta tante, celui-là même que ton amie Sabine t'avait emprunté il y a de cela 2 mois et que tu n'avais jamais pris la peine de sortir de ton sac. Une aiguille et un briquet en main, tu fais chauffer l'aiguille pour la cautériser et tu commence à recoudre le jeune homme, faisant de ton mieux pour faire des coutures bien droites afin de minimiser la future cicatrice. Tu bandes ensuite la plaie et termine de le soigner, toujours avec autant de douceur. Ton travail fini, tu te laisses tomber contre le canapé, épuisée par toutes ses émotions. Du coin de l’œil, tu vois l'énorme chien que tu viens de sauver s'approcher de toi et déposer son énorme tête sur tes cuisses, alors que le sommeil commence doucement à t'emporter.

Codage par Libella sur Graphiorum
[usine abandonnée] Je ne vais pas mourir ici ! Empty
MessageSujet: Re: [usine abandonnée] Je ne vais pas mourir ici !   [usine abandonnée] Je ne vais pas mourir ici ! Icon_minitime
Contenu sponsorisé -
[usine abandonnée] Je ne vais pas mourir ici ! Empty
 [usine abandonnée] Je ne vais pas mourir ici !

 Sujets similaires

-
» nabazabi et the Factory ! usine à vêtement pour nabaztag
» [Hors-sujet] Avez-vous déjà faillit mourir ?
» reboot usine
» Aidez moi à mourir...
» Configuration par defaut (Usine)