Un mystérieux petit animal croise votre route : Je souhaite que tu passes un contrat avec moi. En échange, j'exaucerais n'importe lequel de tes voeux.
 

 Abandonné, à fermer please.
MessageSujet: Abandonné, à fermer please.   Jeu 13 Aoû 2015 - 17:57
Invité -
Description du lieu :
 
Après les récentes mésaventures que j'ai traversé ces dernières semaines, il faut bien que j'avoue être au bout du rouleau. Entre un court passage à l'hôpital pour brûlures et blessures en tous genres, des risques de mort assez conséquents et des rencontres pas toujours très fréquentables, j'étais épuisée. Tellement que j'avais accepté des requêtes venant de contacts interposés, qui étaient des amis des amis du cousin de la tante des mes amis. Bref.

Enfin, tout ça pour dire que je suis envoyée dans le quartier Ouest aujourd'hui pour voler des armes. Bon, j'ai pas dis que j'avais accepté de bonnes requêtes. Et mine de rien, je m'étais améliorée dans l'art du vol. Et de la discrétion. Si je vous jure. Observant les hautes grilles métalliques qui entouraient l'ensemble des bâtiments de ce quartier, je fus assez déconcertée : pas de cris, de gosses chiants qui pleurent tout le temps, ni de gangs armés, ni de marchands de chou fleurs et  de brocolis. Rien qu'un silence de mort et un vide complet. Quelques rares branches d'arbre, écrasées au sol et les seuls passages sur les routes étaient de gros camions conduits par des hommes zombies.

Soudain, je m'arrêtai devant l'entrepôt militaire. Les grilles renvoyaient de fortes ombres au sol malgré le fait que le soleil soit déjà en phase descendante. Je fixai la protection en arquant un sourcil. Je vais escalader ! Ou alors non, je fais exploser le sol pour créer un tunnel. Je vous avais dit que je m'étais royalement améliorée en discrétion !

Je n'entendais toujours rien hormis le bruit d'un lampadaire débile qui clignotait de façon insupportable. Je sortis le pistolet que j'avais récupéré lorsqu'on m'avait donné ma mission. Une balle, plus d'ampoule. Plus de bruit. Et bientôt plus de munitions, à cette vitesse. N'empêche que m'approchant de la grille lentement, je ramenai mes longs cheveux lisses du côté droit de mon cou. J'empoignai les fils métalliques et coinçai mes pieds dedans. Heureusement que j'avais réussi à lutter contre le vertige. Sinon j'aurais déjà lâché. Il suffisait juste que je vole un "lance électricité" et une arme qui envoyait des balles glaçantes, et je gagnais assez d'argent pour aller vivre à l'Est. Fallait juste la jouer safe...


Dernière édition par Caelys le Mer 28 Oct 2015 - 19:22, édité 1 fois
MessageSujet: Re: Abandonné, à fermer please.   Jeu 13 Aoû 2015 - 19:56
Invité -


C'était une journée chaude, il faisait très chaud. Cette journeé était la journée où sonnait son téléphone. Blackwater, c'était son supérieur direct, le Lieutenant Jones Jackson, sa voix d'américain noir résonnait au téléphone. Il avait une voix forte, typique des noirs américains, une voix qui en envoyait. Son accent d'américain très prononcé, d'un homme qui venait du Texas. Chaque ordre qu'il envoyait semblait être une véritable engueulade, bien que le plus curieux étant qu'il finissait souvent ses ordres de mission par un murmure à peine audible par ses hommes. "Reviens en vie, sale fils de pute". C'était d'un charme absolument digne d'un homme du Texas, mais probablement sa manière de dire, de ne pas revenir dans une boîte en bois, qui faisait sûrement office de dernière demeure. Mais Pour Lenka, ce n'était pas son souhait le plus profond. Sa mission n'était pas compliqué pourtant, surveiller un entrepôt pendant que les militaires américains qui devait le surveiller étaient majoritairement occupé. L'entrepôt, très bien protégé et surveillé, ne nécessitait qu'une petite garde, le Sergent Utsugi dirigeait donc un groupe de trois hommes. Surentraînés chacun, ils ne risquaient pas de le décevoir, pourtant, un mauvais présentiment avertissait déjà l'homme d'origine japonaise.

« On dirait qu'il va y avoir quelque chose de dangereux aujourd'hui. » dit-il avant de s'équiper de ses armes.

Son équipement était celui d'un militaire traditionnel, sauf qu'il opta pour la tenue rurale sombre, d'un noir complet, un pare-balle léger avec un débardeur. Le pantalon et ses bottes souples traditionnelles. Il s'équipa de deux couteaux de combats, son HK23 et alla récupérer à l'armurerie du coin son fusil d'assaut compact: le fameux P90. Après quoi, il monta dans la jeep. Ce fut l'un de ses caporaux qui conduisait, l'emmenant directement au point de rendez-vous. Ils effectuèrent un débriefing avec les soldats encore présents dans le camp c'était dire, deux. Rapidement, il envoya ses hommes en patrouille effectuant leur routine. Toujours, il avait ce sentiment, quelque chose d'étrange. L'infrastucture semblait sécurisé, rien à l'horizon, pas d'ombre non plus, le soleil se couchait silencieusement. Rien pour nuire à sa soirée.

Il effectua une courte ronde jusqu'au côté de l'entrepôt, là où l'entrée se trouvait, la porte ainsi que sa grille principale, il était seul. Lenka soupira un instant.

« Hmm.. »

Il chercha dans sa poche, fouillant un peu, cherchant dans un paquet, tirant une cigarette avant de l'allumer de son briquet. Il commença à fumer lentement, adossé au rideau de fer. Il souffla une volute de fumée, en regardant le ciel, doucement devenir nuit.


by Lenka Utsugi
MessageSujet: Re: Abandonné, à fermer please.   Jeu 13 Aoû 2015 - 22:25
Invité -
La nuit tombait, c'était plutôt une bonne nouvelle dans le sens où j'allais me fondre dans le décor. Mon treillis militaire était vraiment trop large, ce n'était absolument pas pratique pour grimper. D'ailleurs, je tiens à préciser que j'ai abandonné mon escalade en haut de la grille : il se trouve que la magnificence des pics métalliques au sommet de la grille étaient plutôt effrayants.

Il fallait maintenant que je trouve l'entrée principale. Ok, pas très discret, en plus il est possible que ce soit filmé et défendu. Mais au pire, un explosif et tout rentrerait dans l'ordre. J'en dégainai deux, deux fumigènes, inoffensifs, et apparemment, mon instinct marchait plutôt bien ! Je m'explique... Un mec en tenue noire avec un gilet pare balles et des armes à feu venait de me repérer. Il hurla, alerta sans doute une horde d'autres mecs.

Allumant la mèche d'une main habile, je haussai un sourcil en explosant de rire, avant de me cacher derrière des caisses sombres. Je sortis mon revolver, le préparant à tuer quelques âmes humaines, la détonation retentit, faisant valser mon cœur de bonheur. De bonheur, voire plus... Bref, changeons de sujet !

Un deuxième garde arriva, et sembla me chercher un instant. Je me relevai et l'appelai, accompagnant ma voix moqueuse d'un geste de salutation. Je partis en courant, en essayant de trouver une bonne planque. Ok, j'aime bien tuer, mais j'ai toujours mon quota. Pas plus d'un meurtre par jour. Et je l'ai déjà dépassé. Si ça se trouve ils étaient encore plus nombreux, sûrement trop pour moi d'ailleurs. Alors il fallait que je me barre. Mais pas trop loin. Ben non, bande d'abrutis, faut bien que j'accomplisse ma mission ! J'abandonnerais pas !

En galopant dans les rues tel une biche chassée -quelle belle métaphore, l'homme semblait me suivre. Je le fit zigzaguer entre les rues en prenant garde d'être à couvert. Je ne veux pas qu'on me perce la jambe d'une balle de fusil... On peut recoudre une plaie mais recoudre une jambe c'est compliqué. En comptant le mec gazé, ils étaient deux et ça ne me paraissait pas impossible de rivaliser.

Lorsqu'il fut relativement loin de moi, j’enchaînai les virages afin de le semer. Et vous savez quoi en plus d'être super douée en course poursuite, j'étais vachement chanceuse : j'étais pile devant la porte d'entrée, et personne à l'horizon. Tentée d'avancer, mais en même temps un peu anxieuse un rictus de stress et d'amusement se dessina sur mes lèvres. C'était vachement excitant comme soirée. Mon sac sur l'épaule, j'entrepris d'avancer jusqu'à la porte d'entrée. Seulement, un mauvais pressentiment s'empara de moi. Mais genre quad je dis mauvais, c'est vraiment mauvais. Comme si j'étais traquée. Bon, c'est un peu ce que j'étais, mais là ça me semblait plus dangereux encore que ce que je connaissais...

MessageSujet: Re: Abandonné, à fermer please.   Jeu 13 Aoû 2015 - 23:08
Invité -


La soirée se promettait de se passer sans soucis. Doucement, le soleil allait se coucher. La nuit commençait à recouvrir de moitié le quartier Ouest, l'endroit était très calme. Dans cette tenue, les hommes de Blackwater n'étaient pas facilement repérable, bien que voir un type marcher avec une arme à la main faisant une ronde, donnait vite l'indice. De plus, chacun portait une lampe torche sur son P90. Lenka était le seul à avoir une prise avant pour faciliter le tir lorsqu'il faisait face à un adversaire. Il avait un P90 depuis si longtemps qu'il l'avait personnalisé lui-même. Il y avait même attaché un cran d'arrêt sur le côté de l'arme au cas où. Mais ce n'était pas facilement visible sur l'arme, à moins qu'elle ne soit en pleine lumière. Allumant la lampe torche sur son arme, il jeta un oeil à ce qui l'entourait, mais rien à l'horizon. Il termina sa cigarette, mais ce fut sa radio qui commença à s'exciter.

« Alpha zéro, ici alpha un répondez, répondez alpha zéro. »
« Alpha zéro, parlez alpha un. »
« Situation sur un, non... une civile, ici Sergent. Elle s'est enfuit, nous la cherchons sur l'avant de l'entrepôt. »
« Reçu Alpha un, alpha deux, sur l'arrière de l'entrepôt, je vais vérifier ça, ce n'est qu'à quelques mètres. »

Alors qu'il jeta la cigarette plus loin, il commença à aller en direction de l'entrée.

[plan de l'entrepôt sous spoiler]
Spoiler:
 

Il avançait, vers l'entrée. Cela le faisait franchement chier que cela se déroule comme ça. Lui qui espérait une nuit tranquille. Mais il ne s'en plaignait pas tellement, car au moins il aurait un peu d'action, mais si c'était juste des petits délinquiants qui venaient faire chier leur monde, alors ils allaient voir ce qu'ils allaient voir.


by Lenka Utsugi


[Pour le RP, l'entrée est de deux grillages, vu que l'entrepôt est une ZDHS, zone de haute sécurité, stock d'armes oblige IRL aussi. Tu peux grimper si tu es très agile, le portail d'entrée est plus haut d'un mètre que les autres, mais il n'y a pas des pics et barbelés dessus. N'oublie pas que théoriquement, si tu passes le deuxième portail, les militaires/mercenaires, sont habilités à tirer à vue donc faudra rester une vraie ninja, pas le coup des explosifs ! xD petite info utile, les lacrymo, y'a pas de mèches, ça se dégoupille, on est plus à l'ère des dynamites xD y'a que la dynamite avec une mèche. donc à moins que tu fasses des bombes artisanales et encore, si t'es doué en chimie ... XD]
MessageSujet: Re: Abandonné, à fermer please.   Ven 14 Aoû 2015 - 9:56
Invité -
Encore des barbelés, et des grilles 100 fois trop hautes, c'est pas vraiment pratique pour moi. Après, vu la prime qui était en jeu, je n'avais pas le droit de me plaindre. Il y avait des tours de garde aux alentours de l'entrepôt, et j'imagine qu'il y avait sûrement des gens pour défendre la zone. Donc je devais trouver un moyen de les attirer puis de passer discrètement derrière eux pour y entrer. Ce n'était pas joué, mais après tout, rien n'était impossible. J'avais encore assez de plans diaboliques pour m'en sortir -du moins je l'espère...

J'imagine qu'on entre pas ici comme ça...

Alors, une fois descendue de la grille, je crus apercevoir une silhouette se profiler au loin. C'était pas bon pour moi, en temps normal, mais cette fois ci c'était peut être ma seule chance de pouvoir entrer dans l'entrepôt. D'un bref regard, au milieu de la nuit noire, j'aperçus des caisses dont la taille dépassait 100 fois la mienne. J'avais juste à m'y cacher et attendre que cette personne s'éloigne un peu. Avec un peu de chance, il s'éloignera de la port et la laissera ouverte. Au pire des cas, mon silencieux en aura vite fini. Quelle vie, je vous jure.

Je me hâtai vers les boîtes sans un bruit puis, j'attachai mes cheveux en une longue tresse. Ca allait bouger, et il vaut mieux que je ne me fasse pas tuer à cause d'une mèche coincée dans les planches. Ce qui est déjà arrivé, je vous assure que c'est pas agréable. Le cœur un peu affolé, à la fois par l'adrénaline et par la vision de tout ce que je pourrais faire avec l'argent gagné, je restai en appui sur mes jambes, prête à bondir tel un chat fougueux et... Bon ok j'arrête, je jouais juste à cache cache.

L'homme semblait s'approcher, et mon arme semblait se charger bizarrement. C'était simple, je devais juste l'abattre de façon relativement discrète et tenter de me cacher à l'intérieur de l'entrepôt. Et c'est dans ce genre de cas que je remercie la nuit, vraiment, pour sa grande dissimulation. J'espère juste qu'ils n'étaient pas 150 à l'extérieur. Arquant un sourcil, je tendis mon arme vers l'arrivant, je ne sais pas si c'est une bonne idée de le tuer, de toute façon c'est juste une prévention. Quoi, j'ai dit que j'avais un quota !

N'empêche que j'avais toujours cette impression désagréable que quelque chose allait arriver. Quelque chose de vraiment pas cool.

Il approchait, encore et encore. J'hésite vraiment à tirer. Alors par précaution je sors un nouveau fumigène.

HRP : C'est pour ça que je compte pas rentrer comme ça, t'inquiète, j'ai tout prévu. Very Happy Pour une fois Caelys sera "discrète" (lol xD)
Bref, pour ce qui est des fumigènes, en fait tu vois les pétards du 14 juillet ? J'en avais, quand tu les faisais péter, ça laissait sortir un espèce de gaz coloré (et je déconne pas genre tu pouvais plus respirer) et ça faisait une petite détonation par très forte. Donc là, ce serait la même chose, mais avec du gaz fumigène au lieu du gaz coloré. Wink (J'espère que c'est clair ce que je viens de dire, parce que j'ai écris ça vite fait, désolée xD)
MessageSujet: Re: Abandonné, à fermer please.   Ven 14 Aoû 2015 - 15:15
Invité -


Il était alerte. La zone était surveillée. Ils avaient repéré quelqu'un et il était fort possible que cette personne tentait de rentrer. Si ce n'était qu'un plaisantin, personne ne risquait rien, mais dans le doute, il valait mieux effectuer une ronde de sûreté. Cette personne avait vraiment un très mauvais timing. Et il le lui ferait savoir de toute façon. L'entrepôt était très bien protégé, mais ils étaient en sous-effectif, normalement, ils devraient au moins être à cinq de plus, par chance, beaucoup d'armes avaient été déplacé et les cargaisons déjà envoyées durant la journée. Ils n'étaient que là pour protéger l'entrepôt et quelques équipements comme des missiles stinger, des caisses de grenades, quelques fusils dans une cache. Bref il n'y avait peut-être que dix pour cent de ce que pouvait disposer l'entrepôt, mais il y avait surtout un prototype d'arme sol-air qui était présent, ce qui valait plus que tout le reste réuni. Cet appareil était révolutionnaire, plus puissant que le javelin en vérité. Il avait la précision d'orfèvre d'un fusil de précision et la force destructrice d'un missile sol-air et sol-sol. Une véritable aubaine pour l'artillerie. Pourquoi Blackwater protégeait cela ? Car c'était un projet commun avec eux. Il y avait là des millions investis et ils ne comptaient pas les perdre. D'ici trois heures, trois autres équipes devaient arriver, lorsque la livraison serait terminée. Mais pendant ces trois heures, c'était le parfait laps de temps. Le temps où l'effectif était au plus bas. Une très... très mauvaise organisation. D'un côté, déplacer des ogives bien que non nucléaires, cela aussi, ça coûtait cher et demandait des hommes. C'était assez complexe finalement, l'armée.

Lenka restait sur ses gardes, un intrus en ce moment, c'était vraiment pas de chance, ou alors c'était quelqu'un de très organisé ou de très bien renseigné - ce qui était possible. Mais il savait qu'il n'y avait pas un groupe armée, sans quoi, ils auraient déjà entendu du bruit ou les aurait repéré. Il pensait plutôt à un duo ou trio au maximum. Lui et ses hommes étaient très bien entraînés, ils ne se mettaient pas à la vue de tous, la prudence était de mise. Lenka avança, tout semblait calme, aucun bruit. C'était trop calme. La lampe-torche allumée, il veillait à ce que tout se passe comme prévu: il vérifait la présence d'intrus. Mais alors qu'il avançait vers les camions du côté des caisses un bruit se fit entendre du côté de l'entrée. Deux hommes pénétrèrent dans l'enceinte, sans prévenir. Ils étaient rapides. Ils courraient déjà vers l'entrée de l'entrepôt. Lenka se tourna juste à ce moment.