Un mystérieux petit animal croise votre route : Je souhaite que tu passes un contrat avec moi. En échange, j'exaucerais n'importe lequel de tes voeux.
 

Partagez | 
 [Quartier de Bunker Hill] Lendemain de veille [Terminé]

Messages : 998
Wishes : 65

avatar
S-Commandant
MessageSujet: [Quartier de Bunker Hill] Lendemain de veille [Terminé]   Jeu 5 Mai 2016 - 22:53
Quartier de Bunker Hill:
 
Le chemin jusqu’à Bunker Hill fut plutôt calme en fait, à mon grand étonnement. D’un autre côté, je ne nous imaginais pas forcément commencer à déblatérer sur notre identité et tout ce qui tourne autour pendant ce laps de temps ; quelques trucs plus importants nous occupaient l’esprit. Max devait probablement se retourner le crâne pour tenter de retracer sa soirée, quant à moi un nouveau détail m’est revenu à l’esprit alors qu’on quittait le squat délabré : j’étais parti de ma fête car mon super sens avait tingling. J’espère que ça n’est pas un trip à la Détective Conan, avec des types cagoulés qui m’ont fait ingérer une drogue à mon insu… Enfin, j’ai l’air encore adulte pour le moment. Peut-être à cause de l’alcool dans mon sang aussi.

« - Même si tu vois des types bizarres, reste confiant Max. Je connais bien ces gens, les plus patibulaires n’oseront pas te toucher le moindre poil. »


Je ne sais pas s’il est vraiment nécessaire de le mettre en confiance, mais dans le doute, je préfère. Pas envie de découvrir qu’il a une phobie des seringues, dans un lieu où quelques-unes tournent facilement.

Une fois arrivés devant le fameux quartier, je me sens instantanément chez moi : et des sourires de quelques connaissances m’accueillent chaleureusement, malgré l’heure assez matinale. Mais avant que je ne puisse m’avancer vers eux pour emprunter un téléphone qui circule, un individu accapare soudainement mon attention.

Mais bordel, ce sont mes fringues qu’il porte celui-là ! Et donc, j’ai les siens ? Ou simple coïncidence ? Toujours est-il que le nouveau Howard s’avance nonchalamment vers moi, et vient même ma tapoter amicalement l’épaule – puis décide de me faire profiter de sa magnifique haleine.

« - Ha, mon pote ! T’es vraiment un super gars toi, je t’adore mec ! »

Du mauvais pinard, et de la Kro’, j’ai appris à reconnaître l’alcool… Mais ça ne me sert à rien ici, en fait. Je lui adresse un grand sourire et lui rend son accolade, le questionnant par la même occasion.

« - D’ailleurs, j’ai un gros blackout, j’t’ai filé mes vêtements quand et pourquoi ? »

Cette nuit et parce que t’es sympa, c’est ce que je m’attends à entendre. Mais on ne sait jamais, peut-être qu’il est le possesseur d’un super secret que je lui ai confié, et qui a hâte de me le répéter. Ouais, ça n’arrivera pas.


Dernière édition par Howard Evans le Mer 14 Sep 2016 - 18:36, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 129
Wishes : 152

avatar
N-Choisi
MessageSujet: Re: [Quartier de Bunker Hill] Lendemain de veille [Terminé]   Mer 25 Mai 2016 - 16:41
Dat moment quand t'avais pas vu le post. 8D




How to be badass

FEAT HOWARD






Misère, misère…
Tant de drama dans une seule vie. Finalement, je me sentais tellement dépassé par les évènements que mon cerveau a confondu ça avec de la supériorité, genre "je suis au-dessus de tout ça". Nawak.

« Même si tu vois des types bizarres, reste confiant Max. Je connais bien ces gens, les plus patibulaires n’oseront pas te toucher le moindre poil. »

Oooh, ça, je n’en doutais pas cher ami. … Ouais, peut-être un peu. De toute façon j’en pouvais tellement plus de tout ce qui se passait. Au final, je me demandais si c’était vraiment une bonne idée d’aller aussi loin. Je veux dire, j’aurais carrément pu rentrer chez moi et basta. D’ailleurs, qui utilise encore l’expression "basta" au 21ème siècle ? A part moi, je veux dire.

M’enfin, je devais quand même récupérer mon sac. Y avait mon portable, mon yo-yo et surtout toi, Robert. Ah, et mes affaires de cours, mais ça on s’en foutait. J’avais investi trop de mon temps et trop de ma vie dans ce journal pour tout envoyer en l’air. Oui, ceci est la phrase clichée du héros d’un film hollywoodien qui veut jamais lâcher prise. Qu’est-ce que c’était chiant comme archétype. 100% il a obligatoirement une tête à claques pour le combo.
J’avais suivi les pas d’Howard, étant donné que le décor malsain donnait vraiment pas envie de faire une petite promenade. On s’était finalement retrouvé dans un petit quartier plein de charme, constitué en grande majorité de… clodos. Et de pauvres. Et de clodos pauvres. J’étais sûr qu’on pouvait trouver un type en pleine crise d’adolescence qui avait fugué, avec peut-être un bracelet de force et un trop plein de mascara. Warren en avait profité pour mimer le facteur :

« J’ai un cliché pour Monsieur Caulfield ! »

Génial, mettez-le avec les autres. (5 points à celui ou à celle qui choppera la référence.)

Et je crois que c’était en zieutant à gauche à droite que j’avais vu un gars avec mes vêtements et mon sac. S’il avait pas une pilosité aussi mal entretenue, on aurait quasiment pu croire que c’était un… ah bah non, c’était quand même un clodo. Beuh, quel non-goût vestimentaire. Je savais pas ce qu’il lui avait pris.
Mais à part imiter Dégoût dans Vice-versa, j’étais vraiment perturbé. C’était déjà suffisamment préoccupant de savoir qu’on avait été désapé la veille, mais alors imaginer une sorte de substitution vestimentaire… Pire que le swap face : le swap clothes. Des barres.

Décidé à récupérer ma seconde peau (mon tee-shirt, mon gilet et mon jean, s’entend), je m’étais avancé vers le gars… mais je me souviens plus trop comment. Je voulais sûrement paraître quelque peu dominant, assuré et menaçant. Pour essayer d’avoir une aura badass autour de moi, je suppose. Et là, j’avais mis en avant mon meilleur talent de comédien :

« Wesh. C’pas q’j’kiffe pas comment ch’ui pé-sa, mais… file-moi mes frocs, tar-ba. »

Éclats de rire du type en face. Warren aussi. Pas étonnant. Au moins, j’avais eu le mérite d’avoir égayé sa journée. Mais je m’en foutais un peu parce que sur le coup, ça m’aurait bien plu d’être plus crédible. L’énergumène s’était repris un peu en voyant que j’étais full serious. Dead serious même. Sirius Black même.

« Mais... Mais... C'est moi, tu te souviens pas d'hier dédé ? »

… Dédé ? What. The. Fuck. Vu qu’il avait l’air de savoir des choses, j’en avais profité pour forcer un peu, en espérant que ça passerait.

« Balec, rends-moi mes fringues wesh ! »
- Bah… Donner c’est donner dédé. »

Oh le p’tit salopiaud.
Voyant visiblement que cet individu allait pas me rendre mes vêtements aussi facilement que ce que j’avais prévu, j’étais retourné auprès d’Howard qui pourrait, avec un peu de chance, jouer de ses relations pour contourner tous les obstacles (et tous les clodos) que Dieu avait décidé de gracieusement dresser sur notre chemin.

« Je suis pas arrivé à convaincre ce gars de me rendre mes habits. Tu le connais ? Ou t'as déjà un plan en tête ? »



Spoiler:
 



Dernière édition par Max Caulfield le Jeu 21 Juil 2016 - 2:17, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 998
Wishes : 65

avatar
S-Commandant
MessageSujet: Re: [Quartier de Bunker Hill] Lendemain de veille [Terminé]   Jeu 26 Mai 2016 - 2:46
D’un œil distrait je surveille un peu Max tandis qu’il discute avec un type sapé plutôt récent – et avec le sac qu’il se traîne sur le dos, il y a fort à parier que nous partageons avec mon camarade un intérêt commun. Rapidement, mon clochard personnel m’accapare l’attention, souriant et quelque peu étonné par ma question.

« - Bah... C'était l'idée du type étrange que tu te coltinais. »

Son doigt pointé vers l’autre blond, je prends une mine un peu blasée. Donc, si je résume, la clé de voute de mon black-out est tout aussi amnésique que moi ? Je sens que cette affaire ne va pas être des plus aisées, mais ça peut être amusant.

« - Si tu les veux, je te les refiles. »

Le visage un peu trop éclairée, je lui tapote l’épaule. Il faut que je l’arrête avant qu’il se désape davantage, car … Merde, il porte même mon caleçon Tintin. Je savais que j’aurai dû le jeter avant qu’il soit exposé au grand jour.

« - Non non, t’inquiètes, ça me fait plaisir. Ah, lui, vraiment ? Eh bien, c'est mal parti comme enquête... Bref, t'as une idée de l'heure à laquelle on s’est pointés cette nuit ? »

Sortant prestement sa brique-téléphone – un beau modèle des années 2000, c’était le même modèle que mon premier tiens -, il se balade un peu dans les menus jusqu’à arriver à ce qui me semble bien être l’historique des appels.

« - Tu as passé un appel hier à ... 3h du matin »


Donc, j’avais déjà plus de portable à ce moment-là ? Mais dans quoi est-ce que Max la Menace m’a embarqué ? Je soupire tandis que son clin d’œil gravaleux se fait de plus en plus insistant – message compris l’ami, il se pourrait bien que mon coup de fil soit lié à un charmant individu. Féminin j’espère ; quoique, sinon ça ne serait que de nouvelles horizons… Bref, je verrai ça plus tard.

« - Je suis pas arrivé à convaincre ce gars de me rendre mes habits. Tu le connais ? Ou t'as déjà un plan en tête ? »

Je tourne la tête et hausse les sourcils, le regard rivé vers l’auteur de cette soudaine interruption dans notre échange constructif. Je ne sais pas si tu as réalisé Max, mais tu ne veux pas les récupérer ces vêtements, je t’assure… Peut-être simplement ton sac, et encore.

« - Assumes tes idées étranges quand tu es bourré gamin. »


Le sourire de mon nouveau meilleur ami ne m’évoque rien de très bon à venir.

« - Ou devrais-je dire Dédé ? »


Ça pourrait être son identité secrète : le jour, c’est Max, un étudiant sage et normal ; mais la nuit il se transforme en Dédé, fêtard invétéré et égérie des mauvaises idées.
Chassant cette idée cocasse, je me rapproche un peu de mon collègue d’enquête, et lui glisse quelques mots.

« - Je crois que tu as quelques questions à lui poser, on va s’arranger pour ton sac après. De mon côté, j’ai un truc à faire, ça va me prendre deux minutes. »

Le message reçu, je retourne vers mon alias mieux sapé, et lui dévoile ma main droite.

« - Ok, merci mec. Je peux t’emprunter ton téléphone deux minutes ? J’ai un autre appel rapide à passer.»


Allez, si tu as récupéré le contenu de mes poches, ça payera facilement ton hors-forfait. Et ça semble être suffisant à ses yeux, car il me tend sympathiquement l’appareil, que j’attrape prestement.

A quelques mètres des deux autres, je rentre le fameux numéro, puis approche le combiné de mon oreille.
Enfin des réponses. Peut-être.
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1743
Wishes : 90

avatar
N-Accompli
MessageSujet: Re: [Quartier de Bunker Hill] Lendemain de veille [Terminé]   Jeu 26 Mai 2016 - 3:56
Un bruit grave surgis dans ma chambre/salon/salle a manger. Typiquement le bruit d'un vibreur posé sur une surface solide et plate – Ici le sol. Je sors instantanément de mon sommeil comateux, la tête encore vrillant d'un souvenir onirique flou. L'instant d’après j’ouvre mes paupières. Elles papillonnent sous la lumière bleuté d'un écran. Je soupire, m'étire pour saisir le téléphone et l'atteindre du bout de mes ongles.
Ca y est, je l'ai ! Sans attendre un instant de plus, je me renverse vers le centre du lit. Mon nid de couverture. Je contemple un instant la beauté phénoménal que revêt le plafond de mon van. Puis je me souviens que j'ai un appel entrant. Machinalement mon pouce joue sur l'écran et le porte le combiné a mes oreilles. Mes lèvre pâteuse marmonne un semblant de politesse, plus mue par un vieux réflexe qu'un semblant de sincérité.

« Hella ? »

Réponse de l'interlocuteur, un éclat de voix familier titille ma mémoire. Ah... C'est les deux demeurés d'hier soir... Attend, c'est la voix du petit chétif ou du beau blond ? Hum...
En repensant a eux, j'ai comme un rictus qui parcourt le muscle de ma mâchoire. Un brin de culpabilité qui me remonte un peu dans la gorge avec les souvenirs d'hier.

Je m'attelle à être quand même amusée de la situation. Après tout, même si les avoir fait volontairement fumés n'était pas particulièrement bienveillant, j'ai quand même obtenu ce que je voulais. Et puis ils s'amusaient bien et je les forçaient pas. Même que le petit qui s'était porté le premier volontaire crapotait au début. c'était drôle de lui apprendre a fumer et pas a juste garder la fumée dans sa bouche. Et puis pour ma défense l'autre chétif était quand même def' bien avant de me rencontrer. Tss. Je doute que son bandage soit vraiment un « Don du sang ».

Donc, c'est sous ces arguments gorgés de mauvaise foi et saupoudrés de dédain que je demande a l’univers de ne pas me rendre coupable d'avoir voulu enquêter sur la mort d'une amie. Et puis merde, je suis pas responsable de ce que mon moi du passé a fait. Tss

« Howard ? C'est Luna »

Je surprends le van a être presque silencieux en dehors du téléphone. Je me redresse a demie, constatant l'absence évidente d'un sac a puce en train de me faire chier. Ça c'est dérangeant. Une ride d’inquiétude me marque le front le temps de me remémorer ce que... Ca y est ! Je me souviens comment notre rencontre s'est terminée. Mon ton se durci quelque peu.

« Un échange d'otage ça te tente ? Je te propose en bonus d'enterrer la hache de guerre : Tu me ramènes Pompidou et je te rends Robert. Et éventuellement tout ce que vous avez laissé dans le van. »

J'attends la réponse de mon interlocuteur avec une pointe appréhension. Le kidnapping de mon chien n'était pas vraiment quelque chose que je prenais à la légère...


Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 853
Wishes : 70

avatar
S-Traqueur
MessageSujet: Re: [Quartier de Bunker Hill] Lendemain de veille [Terminé]   Jeu 26 Mai 2016 - 14:48
Savez, j'ai toujours rêvé d'avoir un chien mwa. Le problème, c'est que 'Man y est allergique, donc j'ai abandonné ce rêve. Mais aujourd'hui, tout est différent, et pour cause, la veille, j'avais reçu une quête. Celle de trouver un chien, puis de lui demander de me donner la patte 10 000 fois. Et soyez surpris car à chaque fois que ce chien me donnait la patte, je gagnais la modique somme d'un centime. Maintenant, multipliez ce centime par 10000... Et oui j'ai gagné 100$. Mon j'ai mis environ 15 heures, et le chien à la fin, il en avait marre, mais j'ai réussi à capter son attention en utilisant une friandise de temps à autre. Bref, lui et moi, on est devenu les meilleurs amis du monde, j'ai même cru voir sur sa bonne tête de chien américain qu'il avait sympathisé avec moi. Lui et moi, on s'aime, et c'est pour la vie maintenant. Personne ne se mettra dans notre chemin !

Sauf que, 'Man, le voyait pas comme ça. Elle m'a vire et mon nouveau partenaire Titou avec. J'étais absolument déprimé, mais j'avais pas le choix, je devais le ramener là où je l'avais trouvé.


« Titou...Donne la patte. » Dis-je d'un ton désolé en prenant la patte du brave toutou.

Je m'abaissa à sa hauteur, alors qu'il tirait la langue, montrant une expression typique d'un chien. Mais notre lien est très fort, j'arrive à sentir ce que Titou pense.


“Je peux pas te garder Titou. Il y a quelqu'un qui se met au travers de notre chemin... Tu étais pourtant mon premier pet, je suis sûre que toi et moi, on aurait été au bout du monde."
Je pat pat la brave bête tandis que celle-ci ne change nullement son expression.

Je soupire en me levant, je dois m'y rendre... Dans ce lieu où je l'ai ramassé... Titou me suit sans aucun problème, et pendant le chemin, je continue à lui donner des friandises. Au passage, j'ai dépensé 200$ en friandise pour lui. Yep, cette quête m'aura au final fait perdre de l'argent et un meilleur ami...




Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 129
Wishes : 152

avatar
N-Choisi
MessageSujet: Re: [Quartier de Bunker Hill] Lendemain de veille [Terminé]   Dim 19 Juin 2016 - 17:02




Something something...

FEAT OH TIENS DE L'INCRUSTE


Peuh. Ces clodos qui arrivaient à plus polluer la qualité de l’air avec leur haleine que leur odeur corporelle commençaient à bien me taper sur le système. C’était un exploit, cela dit.
Je plaisante hein Robert. Déjà que j’écris pas tout ce que je pense, heureusement que je pense pas tout ce que j’écris. Je pourrais passer pour un réac’ quand je voudrais en vrai. Le genre de type qui va te quote Trump et qui va réussir à relier tout au nazisme. [Le passage suivant est à lire sur le ton d’un invité télé avec des mimiques trop exagérées, même pour Cristina Cordula] « Mais enfin, non, tout ce qui a du succès n’est pas forcément bon ! Vous écoutez du Justin Bieber, vous pensez que c’est de la musique ? Et puis, je vous signale que le nazisme avait beaucoup de succès, en 1939, hein… Après je dis ça je dis rien, vous en faites ce que vous voulez ! »
… Pourquoi j’écris ça, moi ?

Bon, en tout cas, je sais que j’avais fini bourré. Et que j’avais été malencontreusement affublé du surnom « Dédé ». Dédé comme quoi ? Démineur ? Démoniaque ? Destructeur ? Débile ?
En effet, quel surnom débile. J’aimerais bien connaître le petit pseudonyme de Howard, soit dit en passant. Quelque chose à raconter au coin d’un feu peut-être.

Il en avait d’ailleurs profité pour contacter quelqu’un. J’avais du coup tout le temps du monde pour me demander comment diable j’avais pu finir beurré une deuxième fois en un intervalle de temps aussi court ?! On m’avait forcé à boire, y avait pas d’autre solution. Mais sérieux, faut vraiment rien avoir à faire de sa vie… C’est quoi ce monde ?

A ce moment, un rouquin s’était pointé à l’horizon. Ou plutôt, de derrière un bâtiment laid. Tout aussi laid que le chien qui l’accompagnait. Oui, c’était gratuit, mais il avait vraiment une tête à avoir un prénom mal choisi par son propriétaire, genre Mimie Mathy, Jean-Pierre Foucault ou Pompidou. Bien dégueulasse comme il faut.

Euh wtf, pourquoi le gars venait vers moi ? Me dis pas que c’était censé être quelqu’un que je connaissais, Robert. Je n’en avais pas le moindre souvenir. Ou la moindre idée.



Spoiler:
 



Dernière édition par Max Caulfield le Jeu 21 Juil 2016 - 2:18, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 998
Wishes : 65

avatar
S-Commandant
MessageSujet: Re: [Quartier de Bunker Hill] Lendemain de veille [Terminé]   Mer 22 Juin 2016 - 0:08
Plongé dans la fascination de mes pas aléatoires, je loupe la première syllabe de ma correspondante. Mais malgré cela, je reconnais au ton de sa voix que ce n’est pas sur Roger, la cinquantaine, que je suis tombé. Mes vœux d’assumer toute relation ont quelques limites, et dans ce cas-ci j’aurais simplement raccroché en prétendant être tombé sur un faux numéro. Rien de plus. Non.

Enfin, le soulagement est de courte durée. J’arrête brusquement ma balade frénétique lorsqu’elle énonce son petit échange, et je me crispe un peu. Je ne connais aucun des deux noms qu’elle a cités, mais le fait que cela semble être une faveur m’indique que je devrai. Aussi, dire la vérité quant à mon ignorance ne me semble pas être une piste très dorée.

« - Ah, super Luna ! Grand seigneur que je te vois, tu as une préférence sur le lieu d’échange ? Je te promets, pas d’embuscade. »

Pour cacher mon assurance absente, je me fonds en faux humour. Elle va sûrement remarquer que mon dialecte n’est pas le même que cette nuit, mais de là qu’elle fasse soudainement le lien entre mon comportement et une perte de mémoire, il y a du temps. Quoique, je pourrais avoir quelques surprises ne connaissant pas l’animal.

Doucement, je retourne vers mon comparse et le glisse quelques paroles, veillant bien à ce que mon interlocutrice n’en entende rien.

« - Eh. Pompidou ou Robert, ça te dit quelque chose ? »

En relevant ma tête, je saisis que Max a le regard comme aspiré par quelque chose. Suivant le trait, j’aperçois un jeune homme qui se dirige dans notre direction. Une simple coïncidence, ou voilà qu’une nouvelle pièce s’aligne sur l’échiquier imaginaire et inexistant de notre soirée ? Dans le doute, je souris au rouquin tandis que je garde l’oreille affutée contre le téléphone. Louper le lieu de rendez-vous serait fâcheux, surtout si celui-ci peut me permettre de retrouver quelques affaires.


Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1743
Wishes : 90

avatar
N-Accompli
MessageSujet: Re: [Quartier de Bunker Hill] Lendemain de veille [Terminé]   Mer 22 Juin 2016 - 0:57
Je redresse. Doutant un instant de ma propre localisation, ma tête se dirige vers le par brise. Seule fenetre des lieux. Semie inquiet, je reconnais le paysage de la plage. Au final, je sais pas si je dois me rassurer : J'ai aucun souvenir d'avoir pris le volant pour aller a la plage... Merde, je devais vraiment avoir pas mal de gramme dans le sang quand j'ai "déménagé".

"J'ai accosté sur la plage. Juste à coté du pont qui sert de sortie à la ville. Je pense que pompidou reconnaitra les lieux et vous y menera. Fin' si vous arrivez à le suivre."

Petite pause. " Pour les horaires, le plus tôt sera le mieux. Je resterai la journée le temps de cuver. Donc grouille toi blondie."

Je vérifie et il y a bel et bien les affaires de fortune des deux types. Le sac, portefeuille, journal du chétif de la derniere fois et des livres incompréhensibles (Ah non, il s'avere que c'est justes des bouquin de maths, de chimie et de physique d'un niveau risiblement théoriques.) Mon regard se perd dans la contemplation de la carte d'identité de blondie.
Comme je suis pas du genre a blaguer quand il est question de pompidou, mon ton se fait plus faussement joyeux " Ah, au fait Howard Evans. T'as tout intéret à prendre grand soin de lui. OK ? Sinon je ferais une descente au A New Dawn "

Même avec un lendemain de fumette assez intence t'arrives à glisser des menaces à demi mot ? Ouah.... T'es forte Luna. Tu sais ce qui serait encore plus cliché bad ass ? que tu coupes la communication juste apres avoir parlé. Histoire que même s'il reste imperméable a la subtilité menace de tes paroles. Qu'il comprenne au moins que c'est plus où moins pas gentil dans son esprit un peu alcoolisé.

C'est bon Luna t'as raccroché ? sent toi intelligente d'avoir coupé le seul contact qui te sépare de pompidou. Parce qu'en mattant l'historique tu te rends compte que c'est un numéros masqué...


Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 853
Wishes : 70

avatar
S-Traqueur
MessageSujet: Re: [Quartier de Bunker Hill] Lendemain de veille [Terminé]   Ven 24 Juin 2016 - 13:56
Je tenais Titou par une laisse que j'avais au préalable acheté dans une grande surface. On se baladait ensemble, tranquillement. Mais en vrai, je suis sûre que Titou comprenait ce qui allait se passer... Après tout, je le ramenais vers l'endroit de notre première rencontre. Mon pas était lourd, rempli d'anxiété alors que mon brave ami haletait de façon nonchalante. Alalala, sacré pet qu'était mon Titou, pas très émotif en vrai. Dans tout les cas, je poursuis mon chemin et à l'horizon, je découvre deux silhouettes avec des cheveux blonds sur leurs crânes. Vous me connaissez, les blonds, je me dis que ce serait super classe que ce soit en vrai des super saiyenjin. Mais bon, c'est malheureusement pas le cas. J'ai déjà test avec un lycéen de ma promotion qui était blond et qu'est-ce qu'il était faible ! Bref les blonds c'est des fakes super saiyen et ils sont faibles, voilà.

En poursuivant ma route, j'arrive à la hauteur des deux blonds et soudain la queue de Titou se met à frémir. Bien entendu, je m'interroge sur le pourquoi, mon expression légèrement surprise. Mais alors que je me demande pourquoi il s'excite, il se met à courir. Sa laisse me lâche des mains et je me mets à le courser, criant à l'aide par la même occasion.


"AAAAAH ! Aidez moi ! C'est pas là que je t'ai lâché Titou, reviens !"

Je voulais le laisser pile à l'endroit où je l'avais trouvé, malheureusement Titou voulait pas l'entendre de la même oreille ! Damn, me reste pas une friandise pour l'appâter ? Je suis à court ! Mes émotions sont trop fortes, je peux pas laisser mon premier pet s'échapper comme ça sans au moins lui dire un au revoir correct. Si seulement 'Man l'avait accepté, on en serait pas là damn. Je jure sur 'Man tandis que mon pas de course se fait plus rapide, malheureusement, c'est difficile de rattraper un chien. J'espère que les deux zigotos vont m'aider.





Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 129
Wishes : 152

avatar
N-Choisi
MessageSujet: Re: [Quartier de Bunker Hill] Lendemain de veille [Terminé]   Jeu 30 Juin 2016 - 0:00




Plan C

FEAT HAPPY FEET WOMBO COMBO


« Eh. Pompidou ou Robert, ça te dit quelque chose ? »

J’avais relevé la tête en entendant ça. Pas pour Pompidou, hein. D’ailleurs c’est laid comme prénom. Nan nan, MOTHERFUCKIN’ ROBERT BARATHEON ! On était enfin sur la bonne voie !
Je m’étais retourné vers Howard pour acquiescer, tandis qu’une sorte d’accord quant au nouvel arrivant s’était mis en place discrètement : on connaissait ce type-là. Ou on le devait. Yep, definitely. Et son chien moche aussi. Oui, je critiquais les animaux d’une manière assez facile, comme ça. Parce que la dernière fois que j’avais fait confiance à un clébard, il m’avait bousillé mon mollet, qu’il avait apparemment confondu avec un gros gigot. Plus. Jamais.







Tandis que le rouquin (que je vais appeler Gérard, jusqu’à nouvel ordre) se rapprochait, le chien semblait vouloir communiquer.

« Coucou. »

Ok. Encore un animal qui me parlait. No problemo.

« Connard, cherche pas la merde avec Gérard ! Ou moi. »

Dafooq.

« T’as un sucre ? »

... OÙ ÉTAIT LA DROGUE ?
Je pensais que j’aurais plus avoir affaire à ça. JE PENSAIS. Une exclamation m’avait toutefois coupé dans ces pensées déconcertantes :

« C'est pas là que je t'ai lâché Titou, reviens ! »

Titou ? Fallait savoir s’arrêter, au bout d’un moment, sérieux… Enfin, son maître qui était incompétent pour trouver un nom convenable était visiblement tout aussi incompétent pour tenir une laisse. Méchant et gratuit. Je m’en excuse, Gérard.
Étant donné que le canidé fonçait comme une flèche et que mes capacités athlétiques étaient proches de celles d’un ver de terre, je devais faire preuve de ruse pour l’attraper. Le plan A de Gérard qui était de courir derrière comme un dératé avait pas l’air de fonctionner, donc place au plan B.

Après avoir astucieusement contourné le chien (non sans me prendre un mur ou deux sur le chemin à force de pas regarder en face de moi), je m’étais accroupi pour l’appâter avec… le poisson. Pas un poisson, mais LE poisson.
Sauf que l’odeur était peut-être un peu trop forte pour l’odorat développé de l'animal. Du coup il m’avait fui en rebroussant chemin.

Hmpf. J’avais levé la tête vers Howard, vu que la brave bête se dirigeait droit vers lui : il nous fallait un plan C.














Spoiler:
 

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 998
Wishes : 65

avatar
S-Commandant
MessageSujet: Re: [Quartier de Bunker Hill] Lendemain de veille [Terminé]   Sam 23 Juil 2016 - 20:40
« - Euh, j-… »

Elle a raccroché. C’est amusant comment, en l’espace de peut-être dix secondes, mes grands espoirs se sont mués en … Eh bien, plus rien en fait. La face illuminée de Max quand je lui ai parlé des deux inconnus m’a promis de grandes révélations, mais pas un mot n’est sorti de sa bouche ; la seule différence notable est à vrai dire le fait que son regard est vogué de moi, puis au néant, sur le chien, et enfin vers je ne sais trop quoi, mais à l’opposé du canidé. Et tout ceci, très rapidement.

Un peu hébété par le déroulement soudain des choses, je laisse la bête me dépasser et tourne les yeux vers le rouquin affolé. Pas de doutes, je connais ce type – mais est-ce un souvenir de cette nuit, ou cela remonte-il à avant ?

« - Dis-moi, on se connai… »

Un aboiement violent me coupe à nouveau dans ma phrase. Bon sang, laissez-moi parler ! Je repère rapidement l’origine du bruit, et découvre un superbe molosse en train de me charger littéralement dessus, bien trop rapide pour que je puisse l’arrêter avec mes pauvres bras. Merde.

La collision est douloureuse et confuse, mais après quelques instants de flottement je comprends le défilé des actions. Je suis dos contre terre, avec un gros chien qui trône sur mon torse ; et la vive douleur sur ma poitrine me laisse comprendre que l’ami s’est planté entre coussinets et griffes pour amortir le choc. Bah, je ne suis plus à ça près.

Lentement, je pose une main sur la bête pour la mettre en confiance, et extirpe doucement ma tête du sol dans laquelle elle s’était plantée. Oh, et une bosse à rajouter au compteur blessures, la journée commence vraiment bien.
En fait, j’arrive à un point compliqué. Titou pèse une tonne et semble trouver mon ventre à ses aises, m’empêchant de me lever ; tandis que deux mètres derrière, le bambin se met à hurler à la mort, m’explosant les tympans. Je soupire, et toujours en caressant mon nouvel ami je reprends la parole, cette fois-ci avec le ton fort et ferme.

« - Max, occupe-toi du gosse. Toi le rouquin, on se connait. D’où ? »

J’ai peut-être pas l’air très crédible en l’état des choses, mais c’est déjà mieux que de continuer à me laisser couper la parole.


Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 853
Wishes : 70

avatar
S-Traqueur
MessageSujet: Re: [Quartier de Bunker Hill] Lendemain de veille [Terminé]   Lun 25 Juil 2016 - 13:42
Alors que je cours derrière mon futur ex-pet, le premier blond que je vais appeler Arnold, comme dans Hey Arnold, tente de l'appâter avec du poisson ? Damn, c'est un chien pas un chat. L'incompétent. D'ailleurs, on voit que Titou aime pas ça vu qu'il se dirige vers l'autre blond que je vais appeler... Ah mais attends, lui je le connais ! C'est Howard, le mec qui a choisi un grade super chiant. Dans tout les cas, Howard parvient sans mal à capturer mon pet. Je pouvais pas en attendre moins d'un collègue.

Il me pose une question, apparemment, il se souvenait pas de moi, mais alors que j'allais y répondre, le bruit d'un bambin me parvient aux oreilles.


[Quête: Faire taire les pleurs du bébé. Difficulté: Moyenne. Récompense: 10$.]


Oh une quête, j'ignore promptement Howard, le mec avec le grade chiant, pour me diriger vers ma quête. J'y vais en courant, faudrait pas qu'on me pique ma quête. De là, je vois le bébé noir... Un bébé, de base, c'est moche. Mais en plus il est noir, donc il est doublement moche. Bon je dois le faire taire... J'ai plus de friandise... Bon pas le choix. Je le prends dans mes bras, puis j'utilise ma main pour lui fermer sa bouche. J'arrive pas trop au départ, donc je force un peu. Mince, si ça continue, ma quête va pas se valider. Forçons un peu plus...

"MAIS TAIS TOI !!!!" Criais-je finalement.

Foutu bébé PNJ. Il existe juste pour ma quête, alors qu'il se taise, sacrebleu.




Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 129
Wishes : 152

avatar
N-Choisi
MessageSujet: Re: [Quartier de Bunker Hill] Lendemain de veille [Terminé]   Mar 2 Aoû 2016 - 11:35




Defuse the bomb !

FEAT FY SHADES OF GREY


Et devine quoi Robert. Le plan C de Howard qui était de se transformer en mur de Berlin face au sac à puces avait fonctionné à merveille. Trop ouf. Même si j’avais eu l’impression que le chien avait failli lui transpercer la cage thoracique. The fish is not impressed.







Après avoir assisté au décès en direct de mon compagnon, j’avais voulu l’aider à dégager le gros tas constitué à 90% de graisse qui trônait fièrement sur son buste, mais le bébé (que j’avais passablement chassé de ma pensée) avait initialisé le processus d’autodestruction. Diantre.

« Max, occupe-toi du gosse. »

Nooooo… Enfin, j’avais pas mon mot à dire vu que j’étais pas à l’agonie.
Les bébés possédaient tout de même un pouvoir hors du commun : ils pouvaient détruire les tympans de tout le monde dans un rayon de 20 mètres et constituer une arme de destruction massive ! Ah, quelle belle invention. Quelle belle saloperie, surtout. Pourquoi Dieu avait pas fait en sorte que les bébés RIENT quand ils avaient quelque chose ?! C’était trop demandé de faire quelque chose d’intelligent ?
Oui Robert, je suis agnostique. Ça vaut mieux pour moi, d’ailleurs. Sinon je risquerais de brûler en enfer si ça existait vraiment.

Gérard m’avait toutefois devancé étant donné qu’il avait tracé pour s’occuper du bébé à ma place. Tiens donc. Si ça c’était pas la preuve qu’il y avait un truc qui clochait dans les gènes des roux. M’enfin, la fibre paternelle à un si jeune âge, c’était quand même…

« MAIS TAIS TOI !!!! »

… WAT ZE PHOQUE ?
Oui oui Robert. Gérard essayait de buter le bébé.
C’EST PARCE QU’IL EST NOIR C’EST ÇA ?! RACISTE !
Ah d’ailleurs, j’ai une petite blagounette : qu’est-ce qui est long et noir ?

LA FILE D’ATTENTE AU KFC !!

Aaah… Poilant. Qu’est-ce qu’on se bidonne.

A part ça, la situation était flippante as fuck. Nan mais pour de vrai, je te jure. Genre le rouquin limite psychotique qui essayait d’étouffer le bébé avec sa main. Et en plus il s’excitait dessus comme un taré ! Mais il avait bouffé quoi sérieux ? De la peinture à l’amiante ?!

Histoire de pas avoir de problèmes judiciaires (ne mettons pas tout sur le dos de ma morale, sinon on risquerait de penser que je suis un good guy), j’avais arraché la progéniture des bras de Gérard, en mode « Ce sac soldé est A MOI, je l’avais vu AVANT BITCH ! ». Eh bah bravo gros naze, en essayant de commettre un assassinat tu l’avais fait pleurer encore plus. Pitié sauvez-moi… J’avais pas signé pour ça…

Pour le bien du bébé, je m’étais éloigné un minimum du malade en puissance et j’avais essayé de le bercer :

« Blablabla, arrête de pleurer je t’en supplie, je perds 0.1 à mon tympan droit à chaque seconde où tu hurles… »

Ouais bof. Sinon je voulais l’assommer en commençant à critiquer la connerie des élections présidentielles américaines et le système juridique, mais c’était un coup de poker un peu trop risqué à mon goût. Ce truc pourrait m’éructer dans la bouche ou me vomir ses entrailles à la face pour m’exprimer tout son dégoût. Valait mieux rester safe pour l’instant.

En plus y avait rien qui pouvait m’aider. Pas de biberon s’il avait faim. Et hors de question que je touche à sa couche.
Une seconde. Et si c’était ça ? En vrai, je pensais que le bébé puait de base. Mais c’était peut-être à cause de ses… « besoins journaliers »… Hum. Non. Nooooon non non. TOUT MAIS PAS ÇA.

Je m’étais retourné innocemment vers l’autre blond avant de lui demander :

« … Howaaard ? Tu sais comment changer une couche ? »

Moyen plus ou moins subtil de déléguer la besogne à quelqu’un d’autre. Fallait VRAIMENT qu’on retrouve à qui appartenait ce bébé.






Spoiler:
 



Dernière édition par Max Caulfield le Jeu 4 Aoû 2016 - 22:46, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 998
Wishes : 65

avatar
S-Commandant
MessageSujet: Re: [Quartier de Bunker Hill] Lendemain de veille [Terminé]   Mer 3 Aoû 2016 - 1:30
La tête enfouie dans le splendide torse poilu de mon nouvel ami, je case une main sous son ventre et l’autre à l’arrière de son crâne ; puis je gratte en rythme, variant la position de mes mains pour satisfaire autant que possible le gros patata. Au fur et à mesure de mon riff foireux, je sens sa gluante langue descendre pour me lécher goulûment la joue, ainsi que ses pattes qui se déplacent lentement jusqu’à mes épaules, changeant complétement son centre de gravité. Bingo, c’est le moment d’agir.
Je ramène mon autre main en-dessous de la bête, puis pousse de toutes mes forces en gémissant un petit cri viril.

« - Shoryuken ! »

Ouais. D’accord. Désolé. Mais j’ai toujours rêvé de dire ça un jour, et puis j’ai juste assez murmuré pour que personne ne puisse l’entendre. Je rouvre les yeux pour voir le résultat de mon forfait, et découvre le monstre au poil soyeux étendu sur le flan, me grattant la jambe et affichant toujours une mine joyeuse. Ah, je l’ai juste couché en fait. Je devrais peut-être me remettre au sport.

Ceci réglé, je relève mon dos et tourne le regard vers les deux lurons à côté du berceau. Bon, un ordre sur deux a été suivi, c’est déjà un bon ratio – même si j’aurais bien aimé que le rouquin me dise qui il est, au lieu de jouer au papa avec le gosse. D’ailleurs, j’esquisse un sourire en voyant la scène.
Ils ont vraiment l’air de deux pères paumés en train de tenter de consoler le gosse qu’ils viennent d’adopter, avec Max dans le rôle de la mère tendre. Enfin, jusqu’à ce qu’il ouvre sa bouche et débite des demandes aussi absurdes que les aboiements de son mari. Je fronce les sourcils, et soupire.

« - T’as déjà fait de l’origami ? Bah c’est le même principe, mais en plus sale. »

Pas très claire comme consigne, en fait.

« - Bon, ok, j’arrive. J’espère de t’as de quoi faire une couche. »

Je commence à me mettre debout, puis une idée me traverse l’esprit. Serait-ce possible que … ?

« - Eh, le type roux. C’est toi le fameux Pompidou ? »

Un peu ridicule pour un adolescent, mais il y a des parents qui veulent simplement voir la vie de leur enfant être détruite. Soudain, un jappement répété me tire de ma réflexion et de ma recherche désespérée de change-bébé.
Je me tourne vers le chien, et mes pupilles s’écarquillent. C’est lui. Bordel, c’est lui Pompidou, et pas l’autre.

« - Pompidou ? »

Réitérant sa sérénade de plus belle, il appuie ses deux pattes sur mon torse et me refait à nouveau la joue. J’arbore une mine ridiculement heureuse, totalement satisfait d’enfin assembler les pièces de ce puzzle nocturne ensemble. J’offre un nouveau festival de caresse au brave goliath, puis avance tranquillement vers le bambin toujours énervé.

« - Je pense qu’on aura bientôt le fin mot de tout ça Max. »

Ah oui, la couche …

« - Prends les draps du berceau, et copie la forme de ses langes. »
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 853
Wishes : 70

avatar
S-Traqueur
MessageSujet: Re: [Quartier de Bunker Hill] Lendemain de veille [Terminé]   Mer 3 Aoû 2016 - 22:30
Je suis proche, je le sens. Et pile à ce moment là, le type blond me pique l'objet de ma quête de ma main. J'ai pas le temps de dire quoique ce soit ni de conteste que l'enfant est mit à nue par l'autre type blond. Mais qu'est-ce qu'ils font à ce pauvre gosse sérieux ? On dirait du lynchage public à le trimbaler nue comme ça. En plus, ça pue.

Sans oublier que le protecteur là, il a l'air de prendre les choses en main. Quoi c'est son fils ? Mais c'est pas possible, il est noir et lui il est blanc. A qui il est ce PNJ Bébé, elle est où la mère ? Je cherche une pnj noire, mais en vrai je trouve pas, si ce n'est que deux zigotos supplémentaires avachis.


[Quête: Chercher la mère du mignon petit bébé. Difficulté: Moyenne. Récompense: 1000$]

Oh ! Une quête ! Je dois chercher la mère d'un mignon petit bébé... Ouaaah.. Ça va être chaud trouver la mère d'un mignon petit bébé en vrai. Je veux dire, ils sont tous moches les bébé. Bouarf, laissons tomber cette quête, c'est marqué difficulté moyenne, mais en vrai elle est juste impossible. Surtout qu'en plus j'entends l'autre crier Pompidou, pompidou à mon pet.

"Non mais il s'appelle Titou, pas Pompidou. T'es bête ou quoi ?"


Faut lui faire comprendre les choses clairement à lui. Je veux dire, ça doit pas être un génie pour avoir choisi d'être protecteur.




Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 129
Wishes : 152

avatar
N-Choisi
MessageSujet: Re: [Quartier de Bunker Hill] Lendemain de veille [Terminé]   Jeu 4 Aoû 2016 - 22:45




Wow, such fat, very ugly

MISS FEAT


Suite à ma demande qui s’apparentait davantage à une supplication, il m’avait expliqué à l’aide d’une analogie tout à fait appropriée le fabuleux principe du pliage de couche.

« T’as déjà fait de l’origami ? Bah c’est le même principe, mais en plus sale. »

… Charmant.
Face à cette réponse, j’étais resté interdit. En même temps, tu voulais que je rétorque quoi ? « Ah mais bien sûr, c’était évident, je reconnais bien ici la base de la grenouille, et là la base de l'oiseau, ça tombe sous le sens ! »

Et en fait, ce qui tombait sous le sens (enfin, d’après le regard de Howard, moi je pigeais kedal), c’était que le chien moche était affublé du fantastique prénom de… Pompidou. Euh… Cool ?

« Je pense qu’on aura bientôt le fin mot de tout ça Max. »

Ouais cool ta vie, mais j’ai une bombe dans les bras qui peut exploser à n’importe quel instant, alors abrège s’il te plaît.
Je plaisante hein ; en vrai, j’étais heureux de sa découverte, mais comme le pseudonyme « Pompidou », le faciès de Gérard ou le sac à puces me disaient absolument rien, j’espérais sincèrement qu’il pourrait me tenir au jus. Parce que tu pourras me dire tout ce que tu veux Robert, mais je visualisais pas du tout comment on pouvait relier ces trois éléments par a+b. Et c’était pas parce que j’étais nul aux énigmes de Professeur Layton.













Et justement, plier une couche restait une de ces sempiternelles énigmes insolubles. Il avait expliqué bien trop vite pour que je puisse retenir quoi que ce soit, mais soit. Genre, le mécanisme qui s’enclenchait d'une manière encore plus rapide qu’un lit clic-clac d’Ikea. J’avais galéré comme pas possible (et ça m’aurait bien plu d’étaler la couche sale sur le visage de quelqu’un de détestable, mais j’en avais pas sous le bras) et j’aurais vraiment dû laisser Howard tout faire, finalement. Mais bon, au moins, cette histoire était réglée. Ah, et pas question que je m'occupe de... "l'essuyage". Osef s'il est un peu sale, il peut vivre avec, ça casse pas trois pattes à un canard non plus, non mais je rêve. D'ailleurs, le chérubin criait encore légèrement, mais il puait plus. Enfin, il puait moins.

Gérard en avait toutefois profité pour rectifier le plieur de couche professionnel :

« Non mais il s'appelle Titou, pas Pompidou. T'es bête ou quoi ? »

« Haaaan il a dit t’es con, j’aurais trop pas aimééé… » avait parodié Warren. Il imitait très bien les jeunes histrions pathétiques. Allez, défends-toi Howard, montre-lui qu’un mec habillé en mode clodo ça rigole zéro !

Mis à part ça… « TOP ! Je suis un chien moche en surpoids qui arrive quand même à semer un roux, je n’aime étonnamment pas les poissons qui sentent pas bon alors que je dégage une odeur tout à fait qualitative, je suis lié à une affaire de drogue nimbée de mystère dont on recolle petit à petit les morceaux, je suis, je suis…
- POMPIDOU !
- Titou ?
- ET C’EST UNE BONNE RÉPONSE ! »

Mais laquelle des deux l'était ? Bon, fallait se décider à la fin : Titou ou Pompidou ? Hey gros chien, quel est le prénom qui te siérait le plus ? Le plus laid ?
Du coup, pour checker la validité de son assertion, je m’étais accroupi en face du canidé en pleine crise d’identité.

« Titou ? »

L’animal me regardait en haletant, avec sa mâchoire trop petite pour contenir la grosse langue qui en débordait vers l’avant. Il affichait son air neutre. Je crois. Bref, j'avais ainsi procédé à l'échantillonnage numéro deux.

« ... Pompidou ? »

Et là, la bête mal domestiquée s’était soudainement rapprochée, comme pour montrer son affection. RECULE, J’EN VEUX PAS DE TON AFFECTION RAAAH. Il avait failli me bondir dessus en plus, ce nabot de cabot pas beau ! Oui Robert. Je ne détiens pas l’amour animalier dans mes gènes.
Bon, là, c’était clairement plus des supputations. Je m’étais retourné vers mon compagnon en arborant un air grave. THE DOGE’S NAME IS POMPIDOU CONFIRMED.

… Mais alors, il servait à quoi Gérard ? C’était un kidnappeur de chien ?









Spoiler:
 

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 998
Wishes : 65

avatar
S-Commandant
MessageSujet: Re: [Quartier de Bunker Hill] Lendemain de veille [Terminé]   Dim 21 Aoû 2016 - 1:07
Ce petit roux commence sérieusement me courir sur le haricot, qu’on me pardonne l’expression vieillotte. Il va finir par répondre à ma question, ou je vais devoir faire un écho éternel avant d’avoir une chance de savoir d’où je le connais ? Levant les yeux au ciel, je lui passe devant sans un regard et atteint le fameux berceau.

Eh bien, ce n’est franchement pas si mal pour une première. Le pliage est plutôt correct, les risques d’irritation minimes, et … Attends, quoi ? Pourquoi l’arrière est déjà tâché de marron ? Il a essuyé le gamin avec le nouveau lange, ou bien … Je me passe lentement la main dans les cheveux, fermant les yeux. Ce con a oublié de nettoyer les selles du gosse, il va baigner dedans encore un moment. Oh, bordel, ses pleurs ne vont pas se calmer de sitôt.

« - Bon. On a rendez-vous sur la plage avec quelqu’un qui veut Pompidou en échange de Robert. Pour ce truc-là, j’ai toujours aucune idée de quoi en faire, mais on trouvera bien sur la route. Il a bien des parents… Ou alors ramène une mer, j’ai un test à faire. »

Mais malgré ce trait fumeux d’humour, mon cerveau continue de cogiter vers la mauvaise humeur. Je ne sais toujours pas pourquoi cet Aleister miniature et moins charismatique s’est rué comme un fou sur le berceau, pour finalement faire passer à ses côtés Max pour une infirmière virtuose. Au moins, ce que je sais c’est que ce type n’est pas normal.
Je me retourne vers l’invité mystère et le chope tranquillement par le col, le visage froid.

« - Tu. Es. Qui ? »

D’une voix qui se veut parfaitement articulée, je place volontairement de longs espaces entre chacun de mes mots pour sa compréhension soit parfaite. Qui sait, il est peut-être sourd, ou étranger ? Ou tout simplement abruti ?


Dernière édition par Howard Evans le Dim 4 Sep 2016 - 0:41, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 853
Wishes : 70

avatar
S-Traqueur
MessageSujet: Re: [Quartier de Bunker Hill] Lendemain de veille [Terminé]   Dim 21 Aoû 2016 - 22:58
C'est quoi ce pet qui répond pas au nom que je lui ai donné et qui au final répond d'un nom super ridicule du genre Pompidou. Franchement, c'est naze comme nom, et je sais de quoi je parle hein. Titou, c'est franchement plus classe et original. C'est le nom de mon premier pokémon dans la version rouge et tout et tout. C'était un carapuce archi stylé. L'a même évolué en tortank avant que je le delete.

Dans tout les cas, je savais pas trop ce qui se passait, j'avais raté ma quête pour le bébé, damn. Et la discussion tournait vers quelque chose que je comprenais pas trop. Genre un rendez-vous avec Titou dans une plage et d'autres truc. Soudain, le type avec un grade chiant, me tient par le col et me pose une question. Ouah, c'est quoi son problème à ce type ? L'est jaloux car j'ai un grade plus stylé que le sien, c'est ça ? Bah c'est pas ma faute s'il a été gradé pour un truc pourri comme protecteur hein.


" Tu sais Howard, c'est pas bien d'être jaloux. Je sais que mon grade est super classe, mais faut pas s'enflammer comme ça."

Parce que oui, c'était pas possible qu'il me connaisse pas. Chuis trop actif pour que les PJ me connaissent pas.





Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 129
Wishes : 152

avatar
N-Choisi
MessageSujet: Re: [Quartier de Bunker Hill] Lendemain de veille [Terminé]   Lun 12 Sep 2016 - 18:56




Who dah fock iz he ?

FEATHER


« Bon. On a rendez-vous sur la plage avec quelqu’un qui veut Pompidou en échange de Robert. »

Et c’est comme ça que j’avais pu faire un autre pas pour te retrouver, Robert. Enfin, il s'était passé encore un tas de trucs, mais t'allais pas tarder à le découvrir.
Howard avait arrêté son regard sur le bébé qui avait enfin décidé de fermer son orifice qui lui servait de trou à éructation. Ou à vomissure.

« Pour ce truc-là, j’ai toujours aucune idée de quoi en faire, mais on trouvera bien sur la route. Il a bien des parents… Ou alors ramène une mer, j’ai un test à faire. »

… Désolé Howard, mais si même moi j’avais pas réussi à comprendre ta blague, c’est que ça n’en était pas une. Bon, je dois partir, je vais aller enterrer l’humour.

« Ah ? Je pensais que t’étais parti chercher le respect. »

Bonne répartie, mon cher Warren. Moi qui pensais avoir le dernier mot avec une punchline plus ou moins réussie, je doute pouvoir surenchérir.

Bon bah quand on était MVP, on pouvait pas tout avoir malheureusement. Même si là, le manque béant d’humour m’empêchait de trouver une quelconque phrase à lui répondre. Genre, un peu comme quand quelqu’un te raconte sa vie, et que tu sais pas quoi dire. T’as le choix entre laisser couler au risque d’un silence gênant, ou s'écrier un « Sérieux ?! » pour faire croire que t’es un minimum impliqué dans ce qu’il dit. J’espère que ceux qui lisent ce message se reconnaissent. En tout cas moi oui.

Et là, mindfuck total Robert. Mon poto d’un soir avait mis son masque de bad guy avant de saisir Gérard au niveau du coup, un peu à la manière d’un cliché déjà trop usité dans n’importe quel manga qui prenait place dans un lycée. Tu sais, pour combler le vide de suspense ou de tension qui s’y trouvait.
Insert dramatic music here :

« Tu. Es. Qui ?
- Tu sais Howard, c'est pas bien d'être jaloux. Je sais que mon grade est super classe, mais faut pas s'enflammer comme ça. »

Non mais sérieusement, le roux était peut-être handicapé mental, mais est-ce que c’était une raison suffisante pour utiliser l’attaque Groz’Yeux ? On voyait très bien que tout ces élucubrations qu’il déblatérait avaient juste aucun intérêt !
… Une minute. Comment il connaissait son prénom ?

Bon, là, comme les fatigues physique et mentale étaient clairement en train de venir à bout de mon petit être, mon cerveau s’était bloqué dans le mode whatever et j’avais essayé de calmer un peu le jeu. Étonnant d’ailleurs, vu qu’en temps normal, je serais resté en simple spectateur en attendant que ça se délie tout seul. En tirant faiblement la manche de mon compagnon miséreux pour qu’il relâche son emprise, j’avais soupiré :

« Howard, viens. Faut qu’on aille à la plage. »

Full osef de Gérard en fait, sans vouloir l'offenser. Mais là, y avait état d'urgence.
Je me dirigeais vers la sortie sans me retourner, alors que bon, la plage, j’avais strictement aucune idée de laquelle il s’agissait. Peut-être celle en dehors de la ville, si on suivait la non-logique de cette trame scénaristique. C’était bien pour ça que j’avais besoin de l’autre blond avec un minimum d’équilibre mental pour qu’on puisse sortir de ce trou à rats.

A ce moment-là, je ne pensais qu’à toi Robert. Et j’avais croisé fort fort les doigts pour ton intégrité.



Spoiler:
 

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 998
Wishes : 65

avatar
S-Commandant
MessageSujet: Re: [Quartier de Bunker Hill] Lendemain de veille [Terminé]   Mer 14 Sep 2016 - 12:54
Après une petite moue dubitative, je le relâche et soupire. Un gradé, donc ? Ce serait mesquin de parier sur celui de Traqueur, mais … Je ne vois pas dans quoi d’autre cet abruti pourrait être. Pas Commandant, parce que je l’aurai reconnu – faut dire, on n’en a qu’un. Alors l’oublier, faut le faire. Pas Protecteur, parce que le test de QI est trop … Nan, en vrai, pas moyen que je me plante en voyant un collègue. Pas Recruteur, parce que, bah… C’est limite plus rare qu’un Élu. Alors, forcément, il appartient au mauvais côté de la Force. Encore heureux qu’il soit Seraph, parce que sinon il aurait tiré le jackpot de la malchance, le pauvre gars.
En fait, je n’ai toujours pas son nom. D’un autre côté, je n’ai jamais fait l’effort d’apprendre ceux des Traqueurs, hormis à mes débuts dans la faction… Et je n’ai pas la moindre idée de s’il était là ou non. A moins que je l’ai pris pour un Choisi à cause de son âge ? Bref, on s’en fiche.

Entre nous, je vois bien que tu ne crois pas à ce que tu dis. Je pourrais discuter avec là-haut pour te transférer, si tu veux.


Quelques secondes, je conserve mon air sérieux. Puis j’affiche un petit sourire, haussant les sourcils pour l’accompagner. Voilà un souci de réglé, maintenant retournons à l’essentiel. Surtout que Max doit s’impatienter derrière moi, à attendre depuis déjà un petit moment ma réponse quant à la plage.

Il faut qu’on prenne Pompidou, je t’expliquerai tout une prochaine fois …


Ah oui, son nom. Je laisse un blanc un instant ou deux, puis j’improvise.

… Mais c’est important.


J’ai jamais dit que j’étais doué pour ça, qu’on soit d’accord. Rapidement je me tourne, siffle mon nouveau super copain, puis arrête mon regard sur le bébé. C’est vrai qu’il y a lui à gérer aussi. Bah, mon coup de fil mystère saura peut-être quoi en faire, et je le sens pas de le laisser au rouquin. J’ai comme l’impression qu’il est capable de l’oublier en chemin, ou de le confondre avec un chiot. Et un nourrisson, c’est quand même carrément moins fun qu’un bébé chien, alors il y a moyen qu’il soit déçu.

Pour mettre un terme à cette virée à Bunker Hill, j’empoigne les poignées du berceau et m’en vais en direction de … La plage ? Là, j’ai tellement viré dans tous les sens que je ne sais plus où on est. Enfin, je trouverai en route.

Bon, allons-y Max, faudrait pas qu’on la loupe. A plus le roux.
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 853
Wishes : 70

avatar
S-Traqueur
MessageSujet: Re: [Quartier de Bunker Hill] Lendemain de veille [Terminé]   Mer 14 Sep 2016 - 17:56
C'est quand même un truc de dingue ce qui se passe. Je comprends rien à leur circonstance, mais de ce que je vois le protecteur lâche prise pour ensuite se casser. Tout en emmenant mon pet Titou. Le type, il est malpoli et se souvient même pas de moi et genre, je vais les laisser partir avec mon pet comme ça t'sais ? Nan et nan, j'ai un adieu correct à lui faire et je l'abandonne pas pour qu'un protecteur le récupère hein.

Titou et moi, même si ce fut court, c'était une grande histoire. Je refuse qu'on la fasse passer comme une simple rencontre banale. Non, lui et moi, c'était grand, on a joué ensemble, on a fait des quêtes ensemble. Pas moyen que deux dudes dont un qui est incapable de se rappeler le nom d'un de ses collègues PJ me le prenne comme ça. Hey, j'ai mon mot à dire dans cette affaire. Parce que oui, j'ai enfin comprit que ce type faisait pas semblant, mais qu'il était vraiment tête en l'air en fait.


[Quête: Les suivre discrètement. Difficulté: Difficile. Récompense: 1 000$]

Oh, facile cette quête, pourquoi c'est marqué difficile ? Bref, je commence à les suivre alors qu'ils sont suffisamment loin. Utilisant les poteaux pour me dissimuler.

*Héhé vous ne m'échapperez pas.*

Où ils emmènent Titou, là est toute la question. Je vais pas les laissez l'emmener n'importe où. Chuis sûre, ils savent même pas les friandises qu'il préfère, t'sais. Vachement excitant la mission de traque quand même. En plus ça paie bien. Ça me rappelle les Metal Gears. Chuis un pro à ce mini-jeu. D'ailleurs, je trouve un carton, que je prends direct. Ça va m'être utile pour si jamais ils se retournent. Je me mets dans le carton et paf, je les observe en mode tranquille depuis le petit trou sans qu'ils s'en aperçoivent. Damn, je suis définitivement un PGM. J'en profite pour prendre mon MP3 et mettre la musique de situation.




Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Quartier de Bunker Hill] Lendemain de veille [Terminé]   
 [Quartier de Bunker Hill] Lendemain de veille [Terminé]
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Bunker Hill] Une infirmière chez les junkies
» [Quartier des plaisirs] Soirée découverte [Terminé]
» [Recherche terminée] Sims 2 - Recherche quartier entièrement décoré.
» Faire un quartier circulaire
» No scores - Matchs de la veille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fate of Wishes :: Palema :: Quartier Sud :: Archives-