Un mystérieux petit animal croise votre route : Je souhaite que tu passes un contrat avec moi. En échange, j'exaucerais n'importe lequel de tes voeux.
 

Partagez | 
 [Les plaines] Attentat à la pudeur [Terminé]

Messages : 1807
Wishes : 226

avatar
N-Protecteur
MessageSujet: [Les plaines] Attentat à la pudeur [Terminé]   Sam 29 Oct 2016 - 1:18
Les plaines:
 
Bon, on reprend les bases. Le dos droit, mais le corps détendu. Voilà, il faut que je ralentisse progressivement ma respiration, que je focalise mes pensées vers ma cible, puis que je détende un bras tranquille dans sa direction. Le carreau est chargé, le tronc bien réel, il ne me reste plus qu’à décocher grâce à la détente sensible…
Je soupire, puis rabats mon arme le long de mes hanches. Oui monsieur le badaud, y a rien de mal à ce qu’un type louche en imper sous 30° s’amuse à décocher des carreaux dans un vieil arbre. Bon, d’accord, c’est peut-être pas très usuel comme situation, mais si tu pouvais éviter de me fixer de cette manière depuis dix minutes, ça serait préférable. Et range tes potes aussi, là je suis gêné.
Non, vraiment, il a l’air décidé à s’installer ici le reste de l’aprem’. Fait chier. Doucement je fais passer mon arbalète à l’intérieur de ma tenue, veillant bien à ce que personne ne puisse jeter un coup d’œil par l’ouverture, la révoque puis m’en vais sans un mot.

Malgré cet imprévu, j’ai pu au moins tirer quelques conclusions de ces essais. Pompeuse manière de dire qu’en gros, j’ai blairé que je sais rien sur mon arme, ou du moins sur les changements que le type lui a apporté : avant, je pouvais tirer des traits presque normaux. Maintenant, je peux tirer des traits presque normaux. Grosse différence quoi, et même pas un bouton en plus pour activer une mode faux à l’affaire, j’ai l’impression de m’être fait arnaqué.
D’un autre côté, ça ne m’étonnerait pas que les chats aient concocté un moyen alambiqué pour transformer notre arme en … Autre chose. Ce qui est sûr, c’est qu’il s’est passé quelque chose là-bas, la fatigue qui entoure mon âme en est la preuve. Reste à deviner quoi.
Même une mode colorée, ça me plairait - à défaut d’imposer ma force lors d’un combat, imposer mon style serait déjà ça. Merde, voilà déjà que je commence à faire des sarcasmes sur ma propre mort… Je vais finir par avoir le même humour que Nylian. Je suis tombé si bas ?

Loin d’être pressé, je dépasse la sortie de la forêt pour rejoindre un petit chemin presque boueux. Depuis le début de la journée, mes pieds ont souffert ; j’aurais sûrement dû demander une paire de pompes à l’autre type, ça m’aurait évité quelques cloques. M’enfin, le mal est fait. Sans changer mon rythme, j’avance le long du tracé, baladant mon regard sur les passants quelque peu étonnés de croiser un type sapé à ma manière par ce temps. Pour ma défense, j’ai une excuse en plomb. Et la liberté de me fringuer comme je le veux. Nah.  
Oui, je sais qu’on pourrait me reprocher de marcher tranquillement alors que je devrais être pressé de retrouver Alice, Russel, et les autres. Et entre nous, je le suis. Mais, je sais pas, j’ai l’impression de me sentir bien en allongeant le plus possible cette route. C’est un peu comme si j’étais hors du monde des contractants quelques temps, quelques heures ; une espèce de pause avant de replonger dans le vif du sujet. Qu’on me laisse m’approprier à nouveau mes sens, je crois l’avoir mérité.

Les yeux au ciel, je retiens un soupire. Puis le lâche, de toute manière je vois pas ce qui me l’interdirait. Là, autour de moi, je vois se dessiner une fine membrane inviolable que je connais bien. Quelqu’un vient de m’enfermer dans son Kekkai, et j’ai mille raisons de croire que c’est par accident – enfin, après seulement une poignée d’heures, je serais bien surpris d’apprendre que ma résurrection fait déjà la une du quotidien numéro 1 des contractants. Ou alors les choses ont bien évolué, en deux mois.

Avançant prudemment, j’invoque mon arbalète puis scrute les environs en quête d’un mouvement. J’ai beau être à découvert, si quelqu’un me prend en mire, je ne pense pas que je ferai allumer aussitôt. Allons, je pourrais être son allié après tout… Allez, montre-toi mon gaillard, qu’on en finisse rapidement, que je puisse me pointer sous peu au QG. Car j’ai comme l’impression que ma parenthèse bucolique vient de se refermer.

[Deux ombres, 1 et 7]


Dernière édition par John Fallen le Dim 15 Jan 2017 - 13:44, édité 2 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 367
Wishes : 9

avatar
S-Accompli
MessageSujet: Re: [Les plaines] Attentat à la pudeur [Terminé]   Lun 31 Oct 2016 - 18:23
J'avais eu le temps de me calmer, et les choses s'étaient vaguement arrangées de mon côté. J'avais récemment appris la mort de Clara. J'avais été certes très bouleversé, mais maintenant, j'avais l'impression d'être immunisé à toutes sortes de blessures mentales. Bref, pour prendre l'air, et être beaucoup plus serein que d'habitude, j'étais parti dans les alentours de la ville, plus précisément dans les plaines. Je savais que là-bas régnait un doux vent agréable avec quelques arbres plantés par-ci par-là. J'avais découvert cet endroit il y a peu. À vrai dire, entre les cours et les chasses à l'ombre, je n'avais pas vraiment le temps de sortir de Palema. Triste, n'est-ce pas ?

Alors que je cherchais le calme dans ces plaines, l'apparition d'une ombre me fit sortir de mes assoupissements. J'étais pourtant si bien, allongé dans l'herbe, regardant le ciel.

Directement, je me relevai pour me mettre en position de combat et déployer un Kekkaï. Sur cette plaine, il n'y avait presque personne, seulement un ou deux lapins passant par là, et encore. La plupart des animaux n'étaient que de petits oiseaux volant de temps à autre, si l'on oubliait tous les insectes qui peuplaient les herbes et les arbres de la plaine.

J'invoquai mon marteau assez rapidement et commença le combat à grand coup sur le sol. L'ombre avait esquivé mon coup en se décalant d'un petit pas sur le côté. Qu'importe, le prochain coup était le bon, et c'était dans un échange que je réussissais à écraser la bestiole sous mon marteau. Cette dernière se désintégra presque instantanément. Mon mollet quant à lui avait reçu une légère égratignure. Rien de grave, j'avais l'habitude.
Je posai alors mon marteau sur le sol, le manche vers le sol et m'assis un petit temps. À ce moment-là, je n'avais nullement remarqué la présence de quelqu'un d'autre dans mon propre Kekkaï, et pour le coup, j'avais vraiment baissé ma garde.

Je lançai un soupir avant de commencer à me relever et à regarder autour de moi. Peut-être qu'il y avait une autre ombre dans les alentours. Si cas contraire, j’enlèverai simplement ma barrière. C'était alors qu'au loin, j'aperçus un mouvement incertain. Quelque chose bougeait. Une ombre ? Un contractant ? Je n'en avais aucune idée, alors j'attrapai directement mon arme d'âme et commençai à avancer doucement en restant prudent. De toute façon, avec mon arme assez conséquente, j'étais protégé de presque tout projectile.


Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1807
Wishes : 226

avatar
N-Protecteur
MessageSujet: Re: [Les plaines] Attentat à la pudeur [Terminé]   Mar 1 Nov 2016 - 0:39
Là, pas si loin, je la vois. Une ombre plutôt imposante, qui guette frénétiquement ses alentours, cherchant la source de cette dimension qui l’a arraché à sa tranquillité. Enfin, le terme doit probablement avoir une autre signification pour ce genre de bête – plutôt quelque chose quête malsaine de proie à manipuler et à corrompre.
Lentement, je m’avance vers elle, mon arbalète à la main, suivant toujours le mouvement confus de sa tête sombre. Qui brutalement s’arrête dans un angle qui n’est pas le mien, fixant un instant une autre forme qui se dessine à quelques dizaines de mètres ; ce qui me semble d’ailleurs être plus ou moins le milieu de ce Kekkai. Logique, logique.

Puis, elle se met en marche. Trot. Course. Plus ? Un peu rouillé par les récents événements, je mets trop de temps à réaliser ce qu’il est en train de se passer : elle attaque l’autre type, celui pas bien grand. Merde. Je suis trop loin pour tirer, et je vais pas le laisser se faire matraquer en bouffant de l’herbe ; nan, ça serait ridicule. Je m’arrache soudain à mon immobilisme, courant, me téléportant sur une courte distance pour m’approcher de l’ombre et la tenir en joue, tandis que j’observe davantage son adversaire. Un gosse, un petit blondinet armé d’un marteau presque plus grand que lui. Bordel, vous pouviez pas les prendre encore plus jeunes, Contracteurs de merde ?

« - Fais gaffe gamin, elle me paraît costaude ! »

Ouais, l’avertissement est futile, mais au moins ma présence ne sera pas une surprise. Je respire, puis évalue mentalement les distances. Le gamin et l’ombre sont à dix mètres l’un de l’autre, moi à trente de la moche. Je pointe mon arbalète, repère mes battements, puis claque un carreau entre deux, en direction du monstre. J’imagine bien que ma précision laisse à désirer vu mon petit manque d’entraînement récent, mais à défaut de la toucher, au moins ça instiguera peut-être le doute de la cible une seconde dans son esprit. Quoique, elle est peut-être conne comme un balai.


[1 : Ethan est touché
2-4 : Dans l’herbe ! Fzzoooom !
5 :  L’ombre est touché sur le flanc, le carreau se plante mais rien de vraiment notable
6 : Dans la jambe gauche camarade ! Plus lente à courir et à esquiver, mais un carreau pas très compliqué à arracher]
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 5927
Wishes : 2305

avatar
KyuBey
MessageSujet: Re: [Les plaines] Attentat à la pudeur [Terminé]   Mar 1 Nov 2016 - 0:39
Le membre 'John Fallen' a effectué l'action suivante : Les joies du hasard


'Dé classique' :
Voir le profil de l'utilisateur http://zupimages.net/up/17/08/k7rz.png

Messages : 367
Wishes : 9

avatar
S-Accompli
MessageSujet: Re: [Les plaines] Attentat à la pudeur [Terminé]   Lun 21 Nov 2016 - 23:47
Tenant mon marteau fermement dans mes mains, j'aperçus l'ombre un peu plus loin, celle que je cherchais. Je l'avais nettement entendu arriver. Je ne connaissais pas son niveau, mais elle ne s'approchait pas comme l'autre de tout à l'heure. Elle était sans doute un peu plus forte, et cela se voyait sur ses mouvements. Je me mis en position de combat jusqu'à qu'une voix me déconcentre légèrement.
Mon attention baissa donc d'un seul coup, m'obligeant à faire un petit pas en arrière pour pouvoir esquiver l'attaque de mon adversaire de très peu tandis qu'un carreau sorti de nul part atterri dans la jambe gauche de la bestiole noire. Je m’emmêlais un peu les pinceaux au niveau de mes jambes à cause de l'esquive de dernières minutes, mais je finis par retrouver l'équilibre pour ne pas me retrouver par terre. Quant à l'ombre, elle était par terre à mes pieds à cause d'une blessure à la jambe.

Avant même de m'occuper de l'ombre, je regardais sur le côté pour savoir d'où pouvait venir ce carreau et je constatais la présence d'une personne sans vraiment savoir s'il s'agissait d'un compagnon Seraph ou d'un Nephil. Enfin, l'heure n'était pas à ça, et je le savais pertinemment. Le plus important était de tuer l'ombre qu'il m'avait facilement affaiblie. Je repris le manche de mon marteau correctement en main et tentai une attaque verticale vers la bête noire au sol qui au final n'avait servi qu'à abîmer et légèrement fissuré la terre. Elle avait esquivé si facilement, et garda son attention sur moi.

La lenteur de mon arme était clairement mon point faible à cause de son poids et de sa grosseur. Au contraire, sa grosseur me permettait facilement de m'en servir comme bouclier. Sur ce coup-là, je devais juste me confier à ce jeune homme que j'ai aperçu. Cette ombre était malheureusement un peu trop rapide pour moi et à moins qu'elle ne soit déjà clouée au sol, je ne pourrais rien faire. Comme elle avait l'air de m'en vouloir jusqu'à ma mort, j'allais jouer plutôt défensif.
Mais cette fois, il était temps de faire usage de mon entraînement d'agilité. Je me débarrassais de mon arme d'âme en la faisant disparaître, je me concentrais au maximum sur les mouvements de l'ombre juste en face de moi, et je me mettais simplement à tenter d'esquiver les attaques répétitives de l'ombre. En revanche, je n'avais aucune chance de pouvoir riposter, tous mes mouvements étaient consacrés à l'esquive.

[1: Se fait griffer le flanc gauche, mouvement d'esquive raté à cause de son égratignure à la jambe.
2 : Rate de peu son esquive une fois dans l'action et les griffes de l'ombre érafle l'épaule gauche
3 : Une griffe passe au niveau des cheveux d'Ethan et se fait couper une petite mèche
4 - 5: Réussit ses esquives les unes après les autres de justesse. Attention à la fatigue !
6: Réussit toutes ses esquives à la perfection]


Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 5927
Wishes : 2305

avatar
KyuBey
MessageSujet: Re: [Les plaines] Attentat à la pudeur [Terminé]   Lun 21 Nov 2016 - 23:47
Le membre 'Ethan Lewis' a effectué l'action suivante : Les joies du hasard


'Dé classique' :



Voir le profil de l'utilisateur http://zupimages.net/up/17/08/k7rz.png

Messages : 1807
Wishes : 226

avatar
N-Protecteur
MessageSujet: Re: [Les plaines] Attentat à la pudeur [Terminé]   Jeu 24 Nov 2016 - 19:47
Nan, franchement, il fait des trucs le gamin. Il éclate des freluquets, puis il fait des pas de danse douteux en esquivant tout de même subtilement les coups de griffes de la pote baraquée. En fait, si j’avais le temps, je partirais dans un séance flashback en me remémorant ceux à quoi mes premiers combats – et pas qu’eux, d’ailleurs – ressemblaient, et hocherais de la tête en découvrant à quel point nos deux styles sont proches. Mais, j’ai comme qui dirait pas le temps de me passer cette séquence émotion. Dommage.

Brandissant de la gauche une belle flèche de la couleur de mon âme – nan, pas noire. En fait, j’ai aucune idée du nom de cette couleur… Même si octarine ce serait stylé -, et de la droite mon arbalète, je me téléporte au-dessus de l’ombre, puis laisse faire la gravité. Mes deux pointes s’enfoncent dans sa chair surnaturelle, la faisant flancher à cause de mon poids vers le blondinet. Merde, merde, merde, faut que j’ajuste mon angle.
Quelques subtiles acrobaties plus tard, voilà que nos deux corps s’étalent juste à côté du petit au gros marteau, tels deux amants phoques enlacés et dans un profond sommeil.

Alors ouais, j’ai carrément perdu de ma superbe en combat, tant est que j’en ai déjà eu. Certains me diraient que pourtant j’ai juste connu ma mort avec un pic d’adrénaline, puis à nouveau la vie sans interruption ; mais je ressens ça différemment. Pas au niveau des souvenirs, non, mais comment dire … Mourir, ça crève. Sans mauvais jeu de mot. J’ai l’impression d’être toujours en train de me remettre d’une terrible gueule de bois, et c’est franchement pas pratique pour se battre correctement.
Je comprends pourquoi Jésus a plus fait grand-chose après sa résurrection. Il devait être trop pataud pour refaire des miracles de suite.

Et je pense, et je pense, mais le truc sous moi commence à s’énerver et me retourne sans trop de problème ; et inverse nos positions en un instant. Oh, tu peux pas être gentil et faire cou-couche panier ? Nan ? Bon, d’accord. Son torse collé contre mon arbalète, je claque un, puis deux carreaux – mais ça ne force pas sa dématérialisation pour autant. Faut dire, je suis en train de lui percer la panse, et je crains que son estomac n’ait pas une existence des plus plausibles.

Si j’étais dans un mauvais film d’action, c’est à ce moment-là que je balancerais une punchline de folie à celui qui tient la chandelle. A défaut de le dire, je vais au moins la penser. Alors petit, t’as déjà joué au golf ?
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 367
Wishes : 9

avatar
S-Accompli
MessageSujet: Re: [Les plaines] Attentat à la pudeur [Terminé]   Mer 30 Nov 2016 - 6:23
Quelques acrobaties m'aidaient alors à esquiver les coups de griffe de l'ombre. Je trouvais ça presque trop facile de pouvoir esquiver les coups de griffe, cependant, je ne pouvais vraiment pas attaquer. Toute ma concentration allait dans les esquives.
Alors que j'executais parfaitement une danse totalement improvisé, je vis apparaître ce jeune homme directement au dessus de l'ombre. Une téléportation ? J'écarquillai les yeux alors quand il retomba sur la bête noire et tenta un pas de recul pour essayer d'esquiver tout mouvement collatéral que je n'avais pas du tout envie de prendre.

Je restais un peu devant l'action, étonné. Ouais, je ne m'attendais pas à ça, mais bon. Je ne repris pas mon arme sur le moment, au lieu de cela, je viens attraper l'ombre par l'une des pattes pour la séparer de ce type et tenter de l'envoyer ailleurs. Mais bon, elle n'allait pas voltiger non plus, je n'étais pas musclor. Mais au moins, j'arrivais à la déplacer d'un petit mètre.

Pour la suite, j'invoquai de nouveau mon arme qui était presque plus grande que moi, et d'un coup plein de volonté, je frappai le sol presque pour le fracasser. L'ombre qui se trouvait au-dessous avait pris un bon coup, mais sa force contre la mienne, elle réussit à repousser peu à peu mon marteau en poussant dessous. Elle voulait s'extirper de là pour sortir de la pression qu'exerçait pour arme sur le sol. Si un humain avait été à la place de cette ombre, il aurait été complètement écrabouillé de la façon la plus dégueulasse.

Ne tenant plus ce petit jeu de force, je finis par lâcher prise et laissé l'ombre sortir du trou qu'elle avait fait dans le sol. Je fronçai les sourcils et commençai alors à reculer tout en reposant mon marteau sur le sol à côté de moi. J'avais besoin de prendre une petite pause de quelques secondes. Manié ce genre de bête aussi grosse n'était pas de tout repos. Parfois, j'avais l'impression d'avoir les muscles de Poppeye, comme si mon marteau était mes épinards.


Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1807
Wishes : 226

avatar
N-Protecteur
MessageSujet: Re: [Les plaines] Attentat à la pudeur [Terminé]   Jeu 1 Déc 2016 - 8:56
Il essaye de faire quoi, là ? Il joue à tape-taupe avec l’ombre, mais en ne relevant jamais le maillet du trou ? Non parce je veux dire, là, apparemment, même en forçant ça descendra pas plus bas. La bête a l’air de bien résister à sa force, quoique le choc l’ait quand même un peu amochée. M’enfin, même s’il a pas exactement fait ce que j’imaginais, je peux pas trop m’en plaindre – je suis libre de mes mouvements, c’est ce que je voulais.

Je me relève rapidement, tandis que je remarque que le gamin lâche prise. Mais nan bordel, t’étais en train de m’offrir l’occasion de l’exécuter. Ah, bon sang, t’avais presque tout bon jusqu’ici … M’enfin, je peux pas t’en vouloir. T’es pas dans ma tête, et mes carreaux vus du dessous avaient pas l’air si transperçant ; tout excusé, donc. J’imagine.

Et surprise ! Le monstre sort vite de sa torpeur, et se rue sur le blondinet. Ah là là, je l’avais pas vu venir ce coup-ci … Sauf que je suis même pas à deux mètres. Alors, bon, respecte-moi un peu l’ombre, laisse moi t’affronter un peu avant que l’autre te finisse.
Je souris doucement, puis me téléporte dans le dos de l’ombre, collant mon dos à elle un instant, avant de nous transporter à nouveau dix mètres au-dessus du sol. Je sais que ça fait beaucoup d’affilée, mais je me sens toujours en forme – à croire que mon ennemie ne pèse pas bien lourd, et qu’enchaîner des petites distances ne me fait pas vraiment de mal.

Si c’était le bon moment, je rirais en observant l’ombre gigoter au-dessus du vide, apparemment totalement paumée par ce brusque changement d’environnement. Dommage pour toi, moi j’y suis habitué, ha.
Je pause ma paume gauche contre son dos, et la pointe de mon arbalète juste à côté, puis je pousse et tire un premier carreau pour me séparer d’elle un instant. Pendant le maigre temps de vol qu’il me reste, je lui tire un nouveau trait dans l’arrière, puis je coupe ma chute à moins d’un mètre du sol. Heureusement que ça, je l’ai pas perdu, sinon j’aurai douillé un peu.

Je me remets debout prestement, puis viens plaquer l’ombre au sol avec mon pied, avant de balancer mon arme juste devant son nez. Et qu’elle me griffe la jambe, toujours excitée par le combat. Oh putain que j’suis con, c’est vrai qu’il faut que j’aille sérieusement. Bon, eh bien, pouf. Plus d’ombre. J’inspire un grand coup, puis je me tourne vers l’autre contractant, souriant légèrement. Les manières, allons.


Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 367
Wishes : 9

avatar
S-Accompli
MessageSujet: Re: [Les plaines] Attentat à la pudeur [Terminé]   Sam 3 Déc 2016 - 23:44
J'étais bien essoufflé après ce combat de force que j'avais eu avec l'ombre, mais ça, c'était en attendant que l'autre contractant se relève. Et de ce que je voyais, il n'avait pratiquement pas besoin de moi. Il était vraiment fort. Nerveusement, je ravalais ma salive. Je serrais le manche du marteau entre mes mains tout en observant ce qu'il était en train de faire de l'ombre : du haché menu. Je grimaçais un peu, comme si j'arrivais à me voir à la place de l'ombre.
Finalement, je commençais à froncer les sourcils en voyant une marque de Nephil sur son dos. Il s'était moqué de moi depuis le début ? Ou alors il ne savait pas que j'étais Seraph ? En tout cas, je devais le tuer ! Quand il redescendra sur la terre… Ferme…

En fait, je ne savais même pas si j'avais le courage d'entamer un combat avec quelqu'un… qui… Enfin, vous voyez quoi. Il était complètement nu, nu comme un verre ! Je commençais alors à rougir d'embarras et à agiter mes bras dans tous les sens, lâchant par la même occasion mon marteau. Pourquoi était-il nu sous son manteau ?!
Je relevais peu à peu mon regard vers lui puisque je l'avais baissé par réflexe. Connaissant les Nephils, ce n'était qu'une mise en scène pour pouvoir m'empêcher de me battre. C'était sûrement ça effectivement. Pas de doute possible. Je me baissai donc pour reprendre mon marteau et me mettre en garde. En vérité, j'avais un avantage sur les connaissances. Je savais qu'il avait un pouvoir de téléportation, en revanche, il ne connaissait rien du mien.

Je commençais alors par tenter à donner un bon coup dans le crâne de ce Nephil de manière horizontale.


Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1807
Wishes : 226

avatar
N-Protecteur
MessageSujet: Re: [Les plaines] Attentat à la pudeur [Terminé]   Dim 4 Déc 2016 - 0:15
Son regard se baisse, tandis que le mien se recule ; puis, rejoint le sien. Ah.
Mon sourire se crispe, tandis, que je plie prestement mes genoux pour attraper la veste qui est tombée à mes genoux, que je renfile et boutonne à nouveau, cachant mon intimité par la même occasion. J’aurais dû voler quelques habits avant de venir ici, parce que c’est complétement ridicule ce qu’il m’arrive. Surtout face à un gosse. En fait, j’ai honte.

Je me racle un peu la gorge, puis relève les yeux vers lui, découvrant son marteau soudainement bien trop proche de mon visage. Dans un réflexe inespéré, je lève mon arbalète et la pose en bouclier entre l’arme du gamin et moi ; amortissant légèrement le choc. Mais rien n’y fait, je me fais souffler par le coup puissant du maillet et tombe lourdement à la renverse, un mètre plus loin – tandis que mon tir-carreau, lui, va bien plus loin.
Ma main gauche est douloureuse, mais encore opérationnelle, et je sens que mes téléportations à répétition ont entaché mon endurance. Avec un corps toujours endormi par le contrecoup de ma résurrection, je sens que ce combat ne sera pas à mon avantage. Mais pourquoi est-ce qu’on doit se battre, bordel ?

Mentalement je révoque mon arbalète, et je joue à toute vitesse de mes jambes pour m’éloigner autant que possible du blondinet, puis je pousse sur mes bras pour me relever et faire de nouveau appel à mon arme, la pointant vers l’enfant.

« - Pas de ça gamin. Je veux pas me battre, lâche ton arme et on se casse tous les deux sans emmerdes. Ok ? »

Me force pas à tirer, s’il te plaît. J’ai pas envie de blesser quelqu’un, pas maintenant. Et puis surtout, si quelqu’un doit mourir, ce ne sera pas moi … Et j’ai franchement pas la foi d’être le meurtrier d’un ado.


Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 367
Wishes : 9

avatar
S-Accompli
MessageSujet: Re: [Les plaines] Attentat à la pudeur [Terminé]   Sam 17 Déc 2016 - 21:14
Après avoir exécuté mon coup, je décalais légèrement mon marteau pour voir comment il s'en était sorti. Malheureusement pour moi, il n'avait pas l'air vraiment blessé après ce coup. En même temps, il était fort, et je ne devais absolument pas le sous-estimer.
Son arbalète pointant vers moi, je n'avais pas d'autre solution que de rester un peu inerte. Je ne savais pas vraiment quoi faire. Je pourrais sans doute courir vers lui en me protégeant avec mon marteau. Je devrais simplement profiter de la taille de mon arme pour m'approcher de lui suffisamment.

- Hors de question. Je ne te laisserai pas partir.

Je ravalais nerveusement ma salive avant de commencer à m'avancer vers lui tout en me protégeant avec mon arme. Si j'arrivais à être à sa portée pour utiliser une attaque que je n'avais pu faire qu'en entraînant ça serait la situation parfaite.
Donc si j'avais réussi à aller jusqu'à lui, une fois là-bas, je commençais alors à charger l'électricité pour le renvoyer d'un seul coup son arbalète au loin. J'avais remarqué pendant mon entraînement que plus l'arme expulsée était légère, et plus elle allait loin. Au moins, il ne pourra pas récupérer son arme tout de suite puisqu'elle avait valsé bien loin.

Tout se jouait maintenant entre mon arme et sa tête.


Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1807
Wishes : 226

avatar
N-Protecteur
MessageSujet: Re: [Les plaines] Attentat à la pudeur [Terminé]   Lun 19 Déc 2016 - 12:30
Grmbl. Ouais, Grmbl. Le gosse veut pas lâcher l’affaire, et moi, j’ai pas envie de lui tirer dessus. Non mais sans déconner, il doit pas avoir plus de quinze ans, quel connard je serais de me battre sérieusement contre lui ? Et le fait qu’il soit Seraph change rien à tout ça.
Je soupire face à son inconscience, puis relève la baïonnette de mon arme. Je vais me contenter de le fatiguer, puis je le mettrai hors combat sans trop le blesser. Ça me ferait chier de faire couler le sang d’un type haut comme trois pommes – ça me rappellerait sacrément un certain paternel.

Tandis qu’il coure comme un dératé vers moi, je fléchis mes jambes et prends un meilleur appuie, renonçant à me téléporter ; il me faut une petite pause de ce côté-ci, sinon c’est moi qui finira cuit. Et il a pas l’air tendre lui, avec sa viande.
Lorsque son coup fuse, je me recule légèrement pour éviter qu’il défonce mon crâne, puis tente de parer son coup avec mon arme. Tente, c’est le mot ouais. A l’instant où son gros maillet s’entrechoque avec mon arbalète, je sens une espèce de picotement se balader dans mes mains, puis dans mon corps. Un peu comme si on venait de m’électriser, bien que ce soit finalement assez léger – mais suffisant pour me déconcentrer un instant.
Feinte qui fonctionne, car mon arme décolle littéralement et vient s’écraser loin, très loin. Sans déconner, il a sacré swing ce gamin.

Je lève des yeux confus vers les siens, puis me ressaisis rapidement. J’attrape de la main droite le manche de son marteau et de la gauche les vêtements de mon pseudo-adversaire. Là, comme ça, ce devrait être plus simple de le raisonner.

« - Maintenant, tu m’écoutes. J’ai pas envie de me battre. Alors révoque ton truc, et barre-toi. »

Je sais que ça va pas marcher, mais je préfère tenter un coup. Avec beaucoup de chance, ça pourrait marcher. J’crois.

N’empêche, un truc m’étonne. Il vient de shooter mon arme avec toute sa force, et pourtant je n’ai pas ressenti la moindre douleur. C’est qu’il a un anti-douleur compris dans son marteau, ou bien que notre différence de force est si grande ?


Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 367
Wishes : 9

avatar
S-Accompli
MessageSujet: Re: [Les plaines] Attentat à la pudeur [Terminé]   Mer 28 Déc 2016 - 4:39
Comme je le voulais, son arme était partie assez loin pour me permettre de le tenir encore un peu plus longtemps. Je n'aurais pas beaucoup de chance, et celle-ci sera probablement mon unique. Alors que je commençais à lever légèrement mon marteau, le manche de ce dernier fut arrêté par l'une des mains de mon adversaire. De plus, son autre main vint m'attraper au niveau des vêtements.

Je déglutis un peu face à ça. À vrai dire, il n'était pas très charmant dans sa tenue semi-pédophile. Puis lorsqu'il finit de parler, d'une manière un peu pacifiste, je repris une tête un peu plus sérieuse, même si bon, je ne pourrais jamais vraiment faire peur avec mon visage.

- Je ne peux pas ! T'es Nephil, je suis Seraph.

C'était la simple règle inculquée depuis que j'étais petit. Les Seraphs étaient gentils, et les Nephils étaient les méchants de l'histoire.
Je tentais tout de même de gigoter dans tous les sens pour me sortir de cette situation. Il fallait juste que je puisse retrouver la maniabilité de mon arme. Au pire, tant pis, je levais alors la jambe pour pouvoir le frapper au niveau du ventre avec mon talon. Je n'étais pas très grand, mais je savais me défendre un minimum.

- Je te laisserai pas partir.

En plus, si j'arrivais à le tuer, à coup sûr qu'on me félicitera !


Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1807
Wishes : 226

avatar
N-Protecteur
MessageSujet: Re: [Les plaines] Attentat à la pudeur [Terminé]   Mer 28 Déc 2016 - 11:07
Waw. C’est très manichéen ça, comme pensée. L’ancien du genre en moi est forcé de tirer son chapeau à cette logique implacable, digne des quolibets racistes d’antan. Je raffermis ma prise, et garde un air presqu’accueillant. Nan, sincèrement, s’il pouvait comprendre que le combat ne m’intéresse pas et que je veux le laisser s’en aller tranquillement, tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Comme dirait l’autre.
Mais bon, évidemment, ça va pas être le cas, hein ? Je soupire, puis récupère ma mine d’il y a quelques instants. Plus je serai menaçant, et mieux il m’écoutera. Mais plus je serai chaleureux, et plus il se souviendra. Du moins, j’espère que sa p’tite tête fonctionne de cette manière, sinon ce sont bien des efforts pour rien.

« - Ben là, en fait, c’est moi qui te tient. Et j’veux bien te laisser partir. On se sera jamais … »

Je lâche mes prises, me pliant soudainement en deux. Ah l’bâtard. Il vient de me flanquer un coup dans les burnes, et fort comme il faut, vraiment. Ça fait sacrément mal ça, presqu’autant que celui de notre première rencontre avec Alice. Je me tiens les parties amochées, et je fais quelques pas en arrière, pour m’offrir un peu plus de latitude pour souffrir. Bon sang, c’est un gamin le type, pourquoi il lutte autant ? Ça lui va pas que je lui laisse la vie sauve ? Mais c’est quoi cette doctrine de merde ?
J’ai pas envie d’avoir à le blesser sérieusement pour me casser. Ça m’ferait mal de m’abaisser à ça, honnêtement.

« - Mais t’es con, gamin … »

J’ose un nouveau regard vers le blondinet, convaincu qu’il va retourner à l’assaut. Et moi qui ait mes mains coincées en bas. Oh, ça va pas être franchement agréable cette caresse de marteau, je crois.
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 367
Wishes : 9

avatar
S-Accompli
MessageSujet: Re: [Les plaines] Attentat à la pudeur [Terminé]   Dim 8 Jan 2017 - 2:17
Le coup que la tête blonde lui avait porté avait été un franc succès. Ce bon coup entre les jambes. En vérité, il n'avait pas vraiment le droit de faire ce genre de coup… Entre hommes. Après, sachant qu'il était Nephil, il avait eu sa bonne raison de le frapper pile à cet endroit. Il l'avait mérité, il n'avait pas qu'à être rouge et méchant.

- Je ne suis pas con ! Je dois juste te tuer de toute manière.

En vérité, il s'y croyait vraiment. Un coup dans les boules, et il avait l'air fatigué. Ethan se croyait vraiment à portée de pouvoir le tuer. Vu sa force, il allait probablement lui rapporter gros en rentrant à la maison.

Ethan reprit son marteau bien en main pour récupérer l'équilibre après qu'il se soit libérer de l'emprise de son ennemi. Puis, d'un coup sec, il tenta de donner un coup à l'horizontale au niveau de la tête de son adversaire pour lui décrocher directement. Autant en finir, pas besoin de passer par quatre chemins.


Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1807
Wishes : 226

avatar
N-Protecteur
MessageSujet: Re: [Les plaines] Attentat à la pudeur [Terminé]   Dim 8 Jan 2017 - 10:43
Du coin de l’œil, je repère le plat de son arme qui fuse vers ma tête. Au diable mes testicules, j’ai pas envie de crever aussi vite – alors, une de mains lâche sa prise et remonte jusqu’à mon crâne, tentant de tout son possible d’amortir le choc. Pas tout à fait vainement, car je survis ; mais une vive douleur me prend près de la tempe.
Bordel. Il veut pas comprendre qu’on peut en finir paisiblement, ce gosse ? Il veut vraiment pousser à bout, ne pas me laisser le choix ? Je serre les dents, et me téléporte encore d’une vingtaine de mètres, faisant le nécessaire pour que mon arbalète revienne entre mes mains.

Je tends le bras, dans une prise maladroite car j’ai pas envie de tirer. Juste le menacer, et ne décocher qu’en cas de nécessité absolu. Putain.
Je hausse la voix, et cherche presque à engueuler ce blondinet, totalement abruti par la guerre et les doctrines Seraphs.

« - Mais merde, t’as pas envie de vivre, gamin ? »

Comme dans un écho de ma voix, qui fusille ma tête douloureuse, quelque chose de lumineux s’étend depuis la pointe de mon carreau, et prend lentement la forme d’un arc gigantesque. Je regarde ce flux avec des yeux ronds, désemparé par ce pouvoir que je ne devrais pas avoir, mais je reste immobile. C’est ça, ce que m’a fait ce type ? Peut-être. Sûrement, en fait.
Puis, cherchant ma main libre, une flèche difficilement descriptible fait son apparition, bandant presque la corde sans que je le dirige.

Qu’est-ce que je suis censé faire ? Est-ce que ce truc sera assez pour décider le petit à me lâcher les basques ? Ma paume tremble, sous le coup du stress, ou de la colère. Et le carreau fuse à travers l’air, à une vitesse prodigieuse.
Non, non, non, putain ! Je voulais pas tirer ! Je déglutis, et l’impact se marque par une explosion sonore. Mes iris se contractent, et je découvre la cible de mon tir. Le coude de l’enfant est totalement décharné, son os semblent plus que disloqué.

Je respire un instant, et rabats mes bras le long de ma taille. Je déteste ça. Mais c’est peut-être ma chance de pas le tuer.

« - Relâche ton Kekkai. »

Pitié, fais ce que je te dis. Je veux pas recommencer, vraiment. En plus, ça fatigue cette connerie.
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 367
Wishes : 9

avatar
S-Accompli
MessageSujet: Re: [Les plaines] Attentat à la pudeur [Terminé]   Mer 11 Jan 2017 - 22:48
Si, il avait envie de vivre. Vivre comme jamais, pourtant la valeur de la mort, il la connaissait bien. Après la mort de sa grand-mère, de Clara … et bien d'autres connaissances. N’était-il pas en train de faire les mêmes erreurs qu'eux ? Même après que la vie ai décidé de lui chier littéralement dessus, il ne pouvait pas se permettre d'en rester là. Il n'avait pas encore de but à accomplir, mais ça ne devait pas être la fin de l'histoire. La point final, il se trouvera beaucoup plus tard dans les lignes du livre.

- Je ne mourrais pas aujourd'hui.

Il fronça alors les sourcils et se prépara à une simple attaque. Pourtant, Ethan écarquilla alors un peu les yeux lorsqu'il vit l'apparence d'arme de son adversaire. C'était gros, non ? Et il ne parlait pas du tout de sa partie mise à nue, mais bien de ce qu'il comptait tirer sur lui.
Finalement, il avait dit qu'il ne mourrait pas aujourd'hui, mais, s'il voulait vraiment mettre cette idée à exécution, il devrait fuir maintenant.

Le blondinet commença alors à reculer, cependant, il était déjà bien trop tard pour pouvoir l'esquiver entièrement. Quand il s'était jeté sur le côté dans une tentative désespéré, l'attaque du Nephil toucha alors son bras gauche. Cette attaque lui arracha un hurlement assez haut en décibel. Ethan n'avait pas vraiment la même résistance comparée à certains, il n'était pas encore assez fort au niveau du corps comme les autres pour avoir moins mal. Oui, il y en avait des Seraphs comme ça dans son QG.

Ethan était sur le sol, se tordant presque de douleur en se tenant le bras par celui qui était encore valide. Son coude était complètement cassé, avec le bras à moitié retourné. Et sous la douleur, son Kekkaï s'était relâché instantanément après.
Ses cris et ses pleurs étaient incessants, et allongé sur le dos, il était en train de racler le sol avec le talon de ses chaussures, comme pour tenter de faire passer la douleur.


Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 1807
Wishes : 226

avatar
N-Protecteur
MessageSujet: Re: [Les plaines] Attentat à la pudeur [Terminé]   Jeu 12 Jan 2017 - 23:27
Là, voilà, je vois au loin. Le gamin a relâché son Kekkai. J’ose soutenir encore un instant son bras du regard, mais la vision de son coude décharné, déchiré, retourné me flanque un début de nausée.
Pourtant, j’ai déjà vu pire. Mais là, c’est sur le corps d’un putain d’enfant. Bordel.

Je déglutis encore, et me barre en courant, mes jambes se réappropriant bien brutalement ce qu’un sprint est. Longtemps, je me laisse porter, jusqu’à ce que la fatigue pointe le bout de son nez, et là, je réalise. Je suis devant chez moi. L’ancien, le miteux l’abandonné. Va savoir pourquoi je me suis dirigé par-là, surtout en me faufilant dans ce quartier de merde, mais j’y suis.
Je profile quelques pas lents jusqu’au gardien, qui reconnaît ma tête d’emblée. Et je récupère des clés. Les miennes en fait, que Saskia a dû laisser traîner ici. Une chance qu’il les ait pas perdues, ou refiler l’appart’.
Le karma, on dira.

Je pousse la porte poussiéreuse, la rabats dans mon dos, et m’étale sur ce matelas spongieux qui me fait office de lit.
Un long moment, je reste silencieux, les yeux chatouillés par du tissu rebelle, mais je ne cligne pas.

Qu’est-ce que je viens de faire ?

Exploser le bras d’un gosse ?
Pour me défendre. Pour ne pas le tuer.

Parce que lui, cherchait à m’éliminer. A cause de ma nature. Et si je le recroise, est-ce qu’il me fuira ? Est-ce qu’il tentera à nouveau sa chance, persuadé que ce n’était qu’une histoire de déconcentration ? Ou alors, va-t-il me retrouver, et m’assassiner avec toute une ribambelle de déglingués dans son genre ?

Putain. J’ai offert ma vie à Bey. Et maintenant, parce que j’ai la chance sortie de je-ne-sais-où de ne plus être mort, voilà que sa connerie de guerre me force à affronter un bambin. Et de lui calciner un membre. Fait chier.

J’enfonce encore un peu plus ma tête dans la surface à la fois solide et caoutchouteuse qui tente honteusement de devenir plumardoforme, et je continue à ruminer.

Je me dégoûte.


Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 260
Wishes : 91

avatar
S-Choisi
MessageSujet: Re: [Les plaines] Attentat à la pudeur [Terminé]   Sam 14 Jan 2017 - 13:43
Je m’inquiète. Ethan n'est pas rentré alors qu'il avait prévu de s'entrainer au QG. Je le sais parce que j'ai croisé mes infos auprès de Maxou et d'un autre gradés a qui il parle souvent -Howard quelque chose je crois.
J'ai activé le traqueur satellite sur son téléphone en espérant que ce dernier n'ai pas vidé la batterie. Nan. C'est bon. Il est un peu a l’extérieur de la ville apparemment.
Je me met en marche. C'est chelou. Il ne bouge pas. Est ce qu'il a perdu son tel ? Est ce qu'il est en rendez vous romantique avec Renesmée ? Pourquoi rester immobile au milieu de nul part ? Est ce qu'il y a quelque chose de grave qui s'est passé ?

J'arrive sur place. En beaucoup trop de temps a mon gout. Mon regard se perd sur une silhouette a terre.. J'ai envie de hurler de frayeur. De vider mes poumons a m'en faire perdre les tympans. Mais je résiste...

- ETHAN !

Fin'... Je résiste un tout petit peu.

Ma voix se perds dans l'écho des lieux. Et je constate ma stupidité. Ils vont revenir. Je dois le sauver. Je presse le pas, m'approche de lui. Mon cœur saute un battement. Il bouge encore. Et... NAN  ! Putain. Son coude ! On dirait qu'on a retiré la peau et qu'il ne reste que de la chair brûlée a vif. J'ai envie de vomir. De retrouver le type qui a fait ca. De le tuer.  De lui arracher le crane froidement.
Dans mes pupilles, passe une sombre lueur aux reflets sombres

- Ethan, ne meurt pas !

C'est plus un ordre. Je me porte a son chevet. Essayant de voir s'il a autre chose. Mais non. Juste ce bras qui semble bien abimé.

- Ne t'en fait pas. Je vais te sortir de là. On va rejoindre le QG ensemble. OK ?

Je regarde les alentours. Personne ne semble être dans les parages Alors je commence a réfléchir sur la meilleure manière de le transporter jusqu’à l'infirmerie.
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 367
Wishes : 9

avatar
S-Accompli
MessageSujet: Re: [Les plaines] Attentat à la pudeur [Terminé]   Sam 14 Jan 2017 - 20:26
Allongé sur le sol, presque à l'agonie à cause de la douleur. Il n'allait pas mourir, ça non. Enfin, il le pensait, mais avec tout le sang qui s'échappait, ça ne l'étonnerait pas qu'il fasse une bonne anémie s'il arrivait à s'en sortir. En tout cas, pour ça, il devait absolument retourner au QG, mais comment ? Ses paupières étaient lourdes, comme s'il avait finir par s'endormir ici, sur l'herbe. Enfin, c'était sans compter l'appel d'une voix qui lui semblait familière. Ses yeux se rouvrirent légèrement et il afficha tout de même un petit sourire après la raclée qu'il venait de se prendre.

Il ne pleurait plus, il ne criait plus, comme s'il s'était habitué à sa douleur. En même temps, il avait fait sa crise pendant une bonne dizaine de minutes avant de se calmer. Et heureusement que son adversaire était parti.

- Lio…

Ethan expira un petit coup avant de reprendre. Son bras lui donnait quand même un mal de chien.

- Appelle Howard.

Avec sa main encore valide qui lui restait, il attrapa son portable pour le prendre dans le creux de sa main.

- Lai-..Laisse le portable collé à ma main.

Encore une dernière fois, il expira et serra les dents pour tenter de supporter la douleur. Il fallait aussi que Liorah se dépêche, il ne pensait pas pouvoir tenir sa main droite en l'air pendant une éternité. Son énergie, il en avait besoin pour rester éveillé. Ethan devrait avoir suffisamment de force pour faire tenir la batterie d'un téléphone portable, passé cette épreuve, il franchira la porte du sommeil.


Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 260
Wishes : 91

avatar
S-Choisi
MessageSujet: Re: [Les plaines] Attentat à la pudeur [Terminé]   Sam 14 Jan 2017 - 20:45
J'obéis a éthan sans aucune discution. Même si ca me parait étrange. Je m'en fiche. Il doit avoir ses raisons. C'est donc sans hésité que je saisis doucement le dos de sa main et cale le combiné entre mon oreille et sa main.
En temps normal. Ce simple contact aurait réjouis une partie de mon cerveau. Mais... Nan. Je ne tire aucune joie inappropriée. Il risque de mourir.
Les trois bip retentissent. Et quand j'entends la voix d'howard dans le combiné, je débite la situation avec une précision que je ne me connais pas.

Howard ? C'est Liorah. Je suis avec Ethan. Il est blessé. Un contractant je suppose.
Il est du coté des plaines de la ville. A coté du parking de la plage. Je t’envoie un pokemon sur le chemin pour qu'il te guide jusqu'à nous d'accord ? Fait vite. Il a le bras qui... Je sais pas mais c'est grave...


J'attends la réponse d'howard jusqu'au raccrochement final. Ca s'est passé vite. Je libere mon goupix avant de lui donner l'ordre de guider Howard a nous quand il le verra. Je sais que beaucoup de gens sous estime l'intelligence de mes pokemons. Mais ils sont capable d'accomplir des ordres plus complexes que de simples animaux. En attendant je serre doucement Ethan dans mes bras. Faisant attention a ne pas mobiliser son bras brulé

Tu vas t'en sortir. Ok ? Je t'interdit que ce soit pas le cas.

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 998
Wishes : 65

avatar
S-Commandant
MessageSujet: Re: [Les plaines] Attentat à la pudeur [Terminé]   Sam 14 Jan 2017 - 23:52
Fichue bagnole, faut vraiment que j’en change. J’ai sauté dedans à l’instant même où Liorah m’a fait comprendre qu’il fallait ramasse Ethan, mais elle a calé sur la route. Quatorze fois. Quatorze, putain, de fois. Sérieusement ? C’est plus un tacot, c’est une caisse à savon le truc, les roues en option.

Enfin, je finis par débouler sur le parking de la plage. Plein à craquer. J’ai envie de hurler. Je braque brutalement, quitte la route pour m’engouffrer sur la plaine aux reliefs plus qu’aléatoires. J’ouvre grand ma portière, la claque avec force et commence à courir en direction de la petite silhouette qui se démarque sur la petite colline.
J’approche, et je souris. C’est un Goupix, vraiment. Cette gamine m’a envoyé un Pokemon pour me guider, c’était pas une blague – c’est génial. Oh, je savais qu’elle pouvait en utiliser, mais de là à en avoir un rien que pour moi, c’est … Ouais, trop bien, c’est le mot.
Je ralentis le pas pour le caresser, mais la petite bête se met à gambader dans l’autre sens, me rappelant soudainement le but de ma venue. Le blondinet, c’est vrai.

Je suis la bête encore un peu, et aperçoit les deux enfants là-bas, enlacés l’un l’autre. Enfin, plutôt dans un sens que de l’autre, faut dire. J’arrive à leur niveau, et je réprime une grimace en découvrant la blessure d’Ethan. Le mec qu’il a affronté ne s’est pas retenu, vraiment pas. Il lui a déchiré le coude, et c’est un miracle que son bras n’ait pas été tranché par l’impact – assurément, je ne peux rien faire, ici, pour lui. Il doit être rapatrié urgemment.

« - Bon réflexe, Liorah. On va rentrer Ethan, ça va bien se passer. »

Il est inconscient, je sais. Mais parler, ça m’aide, et sûrement la petite à côté aussi. J’attrape l’énergumène, une main sous son épaule et l’autre sous ses genoux, et je pose son bras endolori sur son ventre. Je presse la marche pour rejoindre ma voiture, et le flanque à l’arrière, intimant à son amie de rester avec lui. Pour une fois, je vais un peu déconner avec la sécurité routière, waw.
Je mets le contact, et par miracle l’affaire démarre. Ok, direction QG, et plus vite que ça.


Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 260
Wishes : 91

avatar
S-Choisi
MessageSujet: Re: [Les plaines] Attentat à la pudeur [Terminé]   Dim 15 Jan 2017 - 13:43
Je commence doucement a panser ce qui peut l'être. Dans l’immédiat, je verse doucement une bouteille d'eau pour calmer la brulure de Ethan. Puis je déchire un bout de tissus propre de mon Tshirt pour entourer la peau qui est a nue. C'est horrible. Je n'ai jamais fait ca pour sauver quelqu'un. J'ai juste vaguement demandé a un conseil a un gradé pour qu'il me dise comment faire au cas ou la situation arriverait.

Après une éternité d’inquiétude, je termine a demi le pansement. Puis quand je vois le goupix revenir. Vers moi. Suivit de près par Howard. Je serre doucement l'amour de ma vie aupres de moi et repose Ethan délicatement sur le sol, les yeux embués de larmes sanglotante... Nan. Je t'interdit de mourir Ethan. Je te l'interdit...
Mon regard se perd sur Howard tandis que le protecteur arrive a mon niveau. Je sais pas quoi dire alors... Je sais pas.

Howard... Il... Répond plus. Je crois qu'il va... snif.. J'VEUX PAAAAS


Je crois que je panique. Il faut que je jugule ca. Mais c'est plus fort que moi.
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Les plaines] Attentat à la pudeur [Terminé]   
 [Les plaines] Attentat à la pudeur [Terminé]
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» les subtilités des traductions mtg Fr
» Benrus (DCD)
» Base Alpha Tango Zoulou du CSNU[Terminé]
» la saga des Valkyrie profile
» Commémoration de la bataille des Plaines d'Abraham

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fate of Wishes :: Palema :: Autour de la ville :: Archives-